Agenda Fpp 26 octobre

mardi 26 octobre 2021
par  Julie agenda

Aujourd’hui, on sera au tel avec José de l’émission au Son de la Rumba Pour parler de l’inscription de la rumba au patrimoine immatériel de l’Unesco et de l’émission spéciale qui sera consacrée à ce sujet, jeudi
Rdv jeudi, à partir de 17h au bar de la solidarité, 1 rue de la solidarité, métro Ourcq

Agenda du 26/10/2021

et on commence avec cette lettre commune publiée ce matin dans Médiapart par le Collectif des soudanais en France-Paris, au lendemain du coup d’État au Soudan
En ce moment difficile de l’histoire du Soudan et de son inspirante révolution, les membres de la communauté soudanaise en France, unis avec leur peuple dans les villages et les villes du Soudan, condamnent le coup d’État militaire qui a eu lieu dans la matinée du 25 octobre, dirigé par Abdel-Fattah Al-Burhan, le commandant suprême de l’armée.
Hier, après que les ministres civils du gouvernement de transition aient été violemment arrêtés et détenus par les forces armées, des milliers de Soudanais et Soudanaises sont descendus dans la rue pour protester, affrontant pacifiquement l’armée qui a tiré sur eux à balles réelles, faisant des morts et de nombreux blessés.
Les militaires ont déclaré que leur coup d’État vient aujourd’hui pour corriger le cours de la révolution, alors qu’il s’agit de la continuité du coup d’état mené par le Comité de sécurité du Congrès national du régime et ses milices qui a débuté le 11 avril 2019 dans le but de bloquer la route à la révolution de décembre et d’avorter le processus révolutionnaire démocratique.
Ils n’ont pas compris que la Révolution de décembre était enracinée dans la conscience et la volonté des Soudanais, et que ses gardiens sont les masses populaires, qui sortiront victorieuse de l’aventure d’aujourd’hui, car leurs luttes ne s’arrêteront pas tant que le pouvoir ne sera pas totalement transféré aux autorités civiles.
Aujourd’hui, au nom de la communauté soudanaise en France, qui est constamment active depuis le début de la révolution en décembre 2018 jusqu’à aujourd’hui, participant à tous les événements et se rangeant du côté du peuple soudanais et appelant à un changement de pouvoir pacifique, le collectif appelle toutes les forces éprises de paix et de liberté dans le monde à se joindre à lui dans le plus grand front mondial de solidarité pour vaincre ce coup d’État et le forcer à remettre le pouvoir au peuple soudanais volontairement et pacifiquement, et de réaliser enfin les mots d’ordre de la révolution de décembre en appelant à un état civil complet dans lequel règnent la liberté, la paix et la justice.
Ainsi, le collectif exige :
1. L’arrêt des opérations de répression, de terreur et d’abus
2. L’abolition de l’état d’urgence dans le pays et la passation immédiate du pouvoir aux civils.
3. La libération de tous les détenus politiques sans condition.
4. La poursuite en justice de tous ceux qui ont commis des crimes contre le peuple soudanais dans un procès équitable
et si vous voulez contacter le collectif vous pouvez leur envoyer un mail à : collectif.soudanais@protonmail.com

et on poursuit avec ce communiqué publié hier par l’Union régionale CGT IDF pour soutenir les 200 travailleurs sans-papiers qui ont entamé hier un mouvement de grève coordonné avec occupation de leur entreprises sur 11 sites en IDF.
Livreurs, plongeurs, ouvriers, éboueurs, intérimaires, dans diverses professions, ils ont décidé de s’organiser à la CGT pour gagner leur régularisation afin de ne plus subir la surexploitation dont ils sont victimes de la part des employeurs qui les utilisent pour accroitre leur profit.
Parce qu’ils sont travailleurs sans-papiers, ils subissent des discriminations multiples, des conditions de travail le plus souvent dégradées, les contrats les plus précaires.
Pourtant, la majorité d’entre eux, avec leurs collègues français ou avec-papiers, ont été en première ligne au plus fort de la pandémie.
La CGT exige leur régularisation immédiate ! Dans le débat actuel et face aux fantasmes sur l’immigration, la Cgt réaffirme le principe de réalité, d’égalité et d’unité du salariat ! Ces travailleurs font partie intégrante de la classe ouvrière de ce pays et ils ne doivent être ni ignorés, ni méprisés.
Face aux attaques du patronat contre les conquêtes sociales de décennies de lutte, l’unité de tous les travailleurs pour gagner de nouveaux droits est plus que jamais d’actualité.
Et pour soutenir les travailleurs sans -papiers, qui sont en grève depuis hier, vous pouvez aller les rejoindre sur leur piquet de grève :

  • devant le monoprix de Belleville : 133 rue de Belleville, métro Jourdain
  • au café Marly du Louvre : 93 rue de rivoli, métro palais royal
  • devant l’agence manpower : 2 rue Parrot, métro Gare de Lyon
  • devant le targett : 22 rue Bertholet, métro Censier-Daubenton
  • face à l’hôtel de ville de Bobigny, métro Pablo Picasso
  • au planet intérim : 11 allée des cascades, à Villepinte, RER parc des expositions
  • et devant GLS : 2 rue de la tuilerie à Fleury-Mérogis, RER Grigny centre
    si vous voulez les soutenir, vous pouvez aussi renflouer la caisse de grève en envoyant un chèque, avec mention au dos „grève des travailleurs sans papiers“ , et l’envoyer à : Union régionale CGT IDF , 263 rue de Paris, case 455, 93514 Montreuil cédex
    et pour les soutenir aussi : une manifestation est organisée aujourd’hui à 15h au départ de la Place de la République pour aller au siège de RSI, 48 bd Magenta

SOLIDARITÉ face au patronat et face à la justice de classe toujours : une Caisse de soutien pour la lutte des camarades de la CNT Ex People & Baby, condamnées à reverser 145 000€ à l’entreprise qui les avait discriminées et licenciées a été mise en ligne
et si vous voulez la renflouer, rdv sur : https://www.cotizup.com/cnt

les Brigades de solidarité populaire d’Aubervilliers poursuivent leur collecte de produits de première nécessité pour les 120 familles que les Brigades soutiennent sur Pantin et Aubervilliers
et vous pouvez déposer vos dons : à Aubervilliers dans le quartier mairie : à la librairie Les mots passants qui se trouve rue du Moutier ; et à Pantin dans le quartier Canal : au restaurant Chez Agnès qui se trouve au 21 rue Délisy

l’association Paris solidarité propose des cours de soutien scolaire pour les élèves du primaire du CE1 au CM2, et des cours de français pour les étrangers
les cours se font au Hasard d’un café qui se trouve au 29 boulevard d’Algérie dans le 19ème ; et si vous voulez vous inscrire il faut envoyer un mail à : adam751@live.fr ou appeler le 06.63.68.19.75

Comme tous les mardis, Le collectif solidarité migrants Wilson lance un appel à bénévoles
il y a besoin de monde en cuisine et pour la distribution de ce soir
et si vous voulez y participer, le rendez-vous est donné à 14h pour la cuisine, et à 18h30 pour la distribution, au théâtre de la belle étoile qui se trouve au 14 rue Saint-Just, à Saint-Denis, RER Stade de France

depuis 9h ce matin, et toute la journée aujourd’hui et demain, la maison des Sciences de l’Homme de Paris Nord, l’Observatoire des libertés associatives, le GIS Démocratie et Participation et LA Coalition organisent un colloque intitulé : Démocraties sous pressions. Participation, répression, émancipation
avec au programme cet aprem, des discussions qui reprendront à 14h et s’intéresseront à la démobilisation des quartiers et aux pratiques de gouvernement en milieu populaire, autour de la sociologue Marion Lang qui reviendra sur la disqualification des mobilisations collectives par la construction d’alternatives concurrentes à Ciutat Meridiana, à Barcelone », Le sociologue Benjamin Leclercq qui parlera du développement social urbain dans les HLM : entre substitution et contournement des associations de locataires, ou encore le politologue Foued Nasri qui reviendra sur La démobilisation des Jeunes Arabes de Lyon et Banlieue (1985-1998) ou les effets contradictoires de la reconnaissance publique, puis à 17h une table-ronde réunira plusieurs associations dont La boite sans projet, France Nature Environnement, et le Collectif des associations citoyennes qui discuteront des libertés associatives et des libertés fondamentales avec Vanessa Codaccionni et l’avocat Arié Halimi ; et demain matin, les discussions reprendront à 10h et s’intéresseront à la Participation citoyenne et à l’autonomie associative
et si vous voulez participer à ce colloque il faut envoyer un mail à : colloque.demosouspressions@gmail.com
et c’est à la maison des sciences de l’Homme de Paris Nord qui se trouve au 20, av. George Sand, à La Plaine Saint-Denis, métro Front populaire
le programme complet : https://www.participation-et-democratie.fr/democraties...

depuis 10h ce matin et toute la journée aujourd’hui et demain, l’association de recherche sur l’image photographique organise un colloque de deux jours qui sera consacré à la Photographie et à la surveillance
Avec ou sans son consentement, la société civile est aujourd’hui constamment mise en images, enregistrée, documentée, archivée, exposée. Cette omniprésence photographique dans nos sociétés contemporaines est si banale qu’elle ne semble pas faire l’objet d’une analyse de la pluralité de ses formes et de ses ancrages. Pourtant, c’est parce que ces usages, de plus en plus systématiques dans tous les aspects de nos vies, sont devenus si évidents qu’ils sont si facilement admis hors des lieux de notre consentement.
La photographie témoigne dès le XIXe siècle d’un fantasme du tout-visible, du tout-inventoriable, du tout-classifiable allant au-delà des limites physiologiques, jusqu’à vouloir étendre le domaine du visible. Cette croyance s’incarne alors dans les usages scientifiques et médicaux du médium mais également dans une utilisation policière et judiciaire portant sur certaines catégories de la société.
À l’heure de la surveillance librement consentie sur laquelle repose le modèle économique des GAFAM comme à celle de l’utilisation de la photographie aux contrôles aux frontières, il est donc important de renouveler une réflexion critique sur les valeurs et les mythes associés au médium photographique ainsi que sur la persistance de certaines constructions épistémologiques et rhétoriques.
C’est par le croisement de perspectives historiques et contemporaines, mais aussi par celui de plusieurs champs disciplinaires que ce colloque entend saisir les enjeux historiques, épistémiques, politiques et sociaux des liens qui unissent la photographie et la surveillance, à l’aide de réflexions historiques, sociologiques ou artistiques.
Ce colloque permettra d’aborder des angles morts des approches historiques de la surveillance photographique et d’ouvrir des réflexions sur les nouvelles technologies de l’image et leurs dérives sécuritaires, comme de s’intéresser aux pratiques et aux discours de résistance à ces usages.
Avec au programme cet aprem, des discussions qui reprendront à 15h et qui s’intéresseront à la Création artistique face à la surveillance, et demain matin, à partir de 10h des discussions qui s’intéresseront aux Technologies de visibilité et de monstration
Et si vous voulez participer à ce colloque, rdv à partir de 15h cet aprem et 10h demain matin, à la Galerie Colbert qui se trouve au 6 rue des petits champs, métro Bourse

À 15h30, le centre parisien de l’université de Chicago organise une visio-conférence autour de Lukas Iannuzzi (Université de Pise et EHESS) qui reviendra sur la Vulgarisation du discours racial : expansion coloniale et pratiques scientifiques en Italie moderne
Il abordera l’articulation de la connaissance scientifique autour de la ’race’ et sa vulgarisation dans l’Italie fasciste, en explorant quelques unes des connexions nourries entre les différentes pratiques visuelles (expositions, films, photographies) qui infusèrent la société italienne, notamment durant la phase impériale dans la seconde moitié des années trente. Il s’agira ainsi de mettre en lumière la circulation des savoirs racistes et des imaginaires associés dans la culture populaire de l’entre-deux-guerres, et de démêler les mécanismes culturels et les discours autour desquels ces mêmes imaginaires ont pu se reconfigurer, se réarticuler dans l’Italie d’après-guerre/post-coloniale, affectant encore aujourd’hui la notion d’identité nationale et d’altérité ; et si vous voulez suivre cette visioconférence, rdv à 15h30 sur :https://centerinparis.uchicago.edu/events/racial-discourse-italy?fbclid=IwAR3P4WgSAhWuOQFN3EVes2jcQXzTYgGNFQqhv5IigG4s7YCLE2gg11-iEfg

à 16h, le collectif sauvons les jardins ouvriers d’Aubervilliers organise un rassemblement contre Grand Paris Aménagement
Alors que La cour d’appel administrative de Paris a suspendu les travaux de la piscine, Grand Paris Aménagement se réunit pour parler des prochaines étapes de construction de la piscine sur les jardins des Vertus !
Aussi pour rappeler à Grand Paris Aménagement qu’il ne pourra y avoir de travaux tant que la justice n’a pas rendu son verdict sur la validité du Permis de Construire, le collectif sauvons les jardins ouvrier d’Aubervilliers organise ce rassemblement au moment de la réunion et le rdv est donné à 16h au 11 rue de Cambrai, Paris 19ème, métro Corentin Cariou

à 17h, Air BNB et la commission européenne organise une réunion publique en visio avc une consultation citoyenne en ligne sur la régulation des meublés de courte durée à l’échelle Européenne.
alors il y a un appel à participer et à la réunion et à l’enquête en ligne pour s’opposer au système Air Bnb
la réunion sur : https://sessioninfocommissioneuro.splashthat.com/?fbclid=IwAR3uKISHlIdKYAFAn89B1ni5k3hQrKT_UgkqCCsMkGcOC-VUHRxY7fLJUik
l’enquête sur : https://ec.europa.eu/info/law/better-regulation/have-your-say/initiatives/13108-Tourist-services-short-term-rental-initiative/public-consultation_fr

à 18h, l’association d’éducation populaire Récolte Urbaine accueillera une délégation de Zapatistes pour une discussion collective avec les habitant.es et collectifs du quartier de la Boissière à Montreuil
Et si vous voulez y participer, c’est à partir de 18h à la Place Ketanou au 38, rue des Roches, à Montreuil

à 18h30, la Coordination contre la répression et les violences policières propose sa réunion hebdomadaire pour renforcer les solidarités et les soutiens contre la répression et les violences, dans les quartiers et les manifs.
Et si vous voulez y participer, c’est à partir de 18h30 à la Bourse du travail de Paris, 3 rue du Château d’eau, métro République

à 18h30 aussi, le Centre Arabe de Recherches et d’Études Politiques de Paris propose une visioconférence autour d’Adam Baczko et de son livre La guerre par le droit : les tribunaux Taliban en Afghanistan, paru aux éditions CNRS
Et si les Taliban, aux capacités militaires et technologiques bien inférieures à celles des armées occidentales, avaient gagné la guerre par le droit ? Tandis que la coalition internationale a mis sur pied un système juridique inadapté et miné par la corruption, les Taliban ont installé des centaines de tribunaux dans les campagnes : en insistant sur le respect des procédures, l’impartialité des juges et l’application des verdicts, ce système de justice s’est imposé comme une des rares sources de prévisibilité dans le quotidien des Afghans.
À l’occasion de la parution de son dernier ouvrage, nourri d’un long travail de terrain dans les provinces afghanes, Adam Baczko examinera la manière dont les Taliban ont gagné la confiance de la population, comment ils sont parvenus à se mettre en position de réguler les rapports sociaux, et avec quelles conséquences pour la société afghane.
Et si vous voulez revenir sur l’Afghanistan avec Adam Baczko, rdv à 18h30 sur :
https://www.facebook.com/carepparis

à partir de 20h30, le collectif Conte-pouvoir qui s’est constitué pour défendre l’abstention citoyenne et le boycott des élections présidentielles à venir organise sa troisième réunion de coordination
Contre Pouvoir est un nouveau collectif autogéré et inclusif qui cherche à mettre en lumière mais aussi en action les différentes stratégies qui peuvent unir largement notre corps social face aux prochaines élection présidentielles. Leur discours s’adresse autant aux abstentionnistes, anti-système, apartisans et autres apolitiques, qu’aux partisans d’alternatives comme la reconnaissance du vote blanc, le RIC, ainsi qu’à tous les votants préoccupés par les différentes crises (politique, économique, sociale, écologique…) que nous traversons. L’idée est aussi de construire la suite ensemble en confrontant les idées, en partageant les informations et les talents pour devenir force de proposition mais aussi inviter à la multiplication de ces laboratoires d’idées et d’actions et suivre ce que les autres initiatives proposent tout au long de la campagne.
Et pour constituer une communauté qui participe activement à ce travail d’articulation entre un plan d’action général et la création de cellules locales, qui organisent la réflexion, diffusent la contre-propagande et montent des actions percutantes, le collectif organise donc cette réunion ce soir avec à l’ordre du jour :
1 – une Présentation de chaque groupe de travail et compte-rendu de tout ce qui a été réalisé depuis la dernière réunion ; un Point sur les nouveaux partenaires du projet et les rapprochements avec d’autres collectifs
2 – la Proposition d’une nouvelle plateforme pour intégrer de nouveaux membres plus facilement aux différents projets et les mettre en relation entre eux localement
3 - Proposition d’un ’Kit’ méthodologique pour l’action locale à envoyer à chaque membre
4 - Proposition d’un calendrier pour lancer la campagne cet hiver
et si vous voulez participer à cette réunion, rdv à partir de 20h30 sur : https://discord.gg/Cf6xVVf7bP=AT1-JHVarYLzMN0eCaMiu2efll08Lp13nzvlMcpnhk3ETXjGRGdlA29Ji0HcyGTB2HHGGPFfsnuHGQWYR0AxuvZ6vriwXsGgi4ALsGma9ZLGaulZfW8BX8XfDj8LO_09zVm0ZfRmsSy-VPcVGeRV4xYB]
et si vous voulez en savoir plus sur le collectif Contre-pouvoir et le suivre :
Le Fil Stratégie, pour rejoindre la discussion d’ici là ou y inviter des personnes : https://t.me/joinchat/RojcfZbiol8yNmRk=AT1-JHVarYLzMN0eCaMiu2efll08Lp13nzvlMcpnhk3ETXjGRGdlA29Ji0HcyGTB2HHGGPFfsnuHGQWYR0AxuvZ6vriwXsGgi4ALsGma9ZLGaulZfW8BX8XfDj8LO_09zVm0ZfRmsSy-VPcVGeRV4xYB]
Merci de lire nos précédents textes avant la réunion sur notre Blog Médiapart : https://blogs.mediapart.fr/contre-pouvoir-0/blog=AT1-JHVarYLzMN0eCaMiu2efll08Lp13nzvlMcpnhk3ETXjGRGdlA29Ji0HcyGTB2HHGGPFfsnuHGQWYR0AxuvZ6vriwXsGgi4ALsGma9ZLGaulZfW8BX8XfDj8LO_09zVm0ZfRmsSy-VPcVGeRV4xYB]
La page Telegram : https://t.me/contrepouvoir=AT1-JHVarYLzMN0eCaMiu2efll08Lp13nzvlMcpnhk3ETXjGRGdlA29Ji0HcyGTB2HHGGPFfsnuHGQWYR0AxuvZ6vriwXsGgi4ALsGma9ZLGaulZfW8BX8XfDj8LO_09zVm0ZfRmsSy-VPcVGeRV4xYB]
Le Facebook Officiel : https://www.facebook.com/contrepouvoir2022=AZUZYFHoFpdRj0CuwLbd-MV_GimVkYVPpaKiHDq5tw_Qu8CHvxPhLUWVDe9jVPzRtet58G0OGukiVinb3R6gxMClRvXzpJ5eD3OroR2lAB2wYFN19ADVNDjEUQ3naFjDZ2A&__tn__=q]

à 20h30 aussi, le collectif Feminists in the City propose une visioconférence autour de Marie Serre qui reviendra sur Les origines de la domination masculine
Pourquoi une hiérarchie s’est-elle greffée sur la différence sexuée ? Pourquoi cette hiérarchie s’exprime-t’elle de façon variée mais universelle au sein des sociétés humaines ? Comprendre ses fondements peut-il nous aider à dissoudre cette hiérarchie ?
C’est à ces questions que Marie Serre tentera de répondre, en s’appuyant sur les travaux de l’anthropologue Françoise Héritier qui a consacré sa carrière à ces questions et élaboré des outils puissants pour penser le féminisme
et si vous voulez suivre cette visioconférence, rdv à 20h30 sur : www.feministsinthecity.com

RDV Culturels
à 16h, le Bombay Institute for Critical Analysis and Research organise une visioconférence, en anglais, autour de Walid Sadek qui propose de Penser, faire, et écrire l’art contemporain en catastrophe
L’artiste et écrivain libanais, Walid Sadek, travaille, dans sa prose et sa pratique artistique, sur l’héritage violent de la guerre civile libanaise. Dans un langage poétique et métaphorique, ces essais, rédigés à Beyrouth entre 2006 et 2016, examinent les conditions de vie dans une temporalité théorisée comme le « maintenant prolongé » d’une guerre civile, structurellement capable de perpétuer les conditions de sa propre domination.
Et si vous voulez discuter avec lui de son travail, rdv à 16h, heure de Paris sur : https://www.facebook.com/bicar.institute

De 17h à 19h30, le séminaire Histoire, politique et culture en Europe médiane organisé par l’Inalco se poursuit avec une séance autour d’Anne Madelain (Inalco) et Bella Ostromooukhova (Sorbonne) qui reviendront sur la publication et la diffusion des œuvres dans un contexte d’effondrement de l’écosystème socialiste du livre et de révolution informatique dans la Russie et l’espace post-yougoslave depuis 1990).
Et si vous voulez suivre ce séminaire, rdv à 17h dans la salle 5.28, 5e étage - INALCO, 65 rue Grands Moulins , métro BNF

à 18h le Café-librairie Michèle Firk organise une rencontre avec Mathieu Rigouste autour de la nouvelle version de son ouvrage La domination policière, publié aux éditions La Fabrique
La violence policière n’a rien d’accidentel, elle est rationnellement produite et régulée par le dispositif étatique. La théorie et les pratiques de la police française sont profondément enracinées dans le système colonial : entre les brigades nord-­africaines dans les bidonvilles de l’entre-deux-guerres et les brigades anti-criminalité (les BAC) dans les « cités » actuelles, une même mécanique se reproduit en se restructurant. Il s’agit toujours de maintenir l’ordre chez les colonisés de l’intérieur, de contenir les territoires du socio-apartheid. Le développement des armes « non létales » – Flash-Ball, Taser... – propulse aussi une véritable industrie privée de la coercition.
Dans ce livre, Mathieu Rigouste montre comment l’expansion du marché international de la violence encadre la diffusion des doctrines de la contre-insurrection et permet de les appliquer à l’intérieur des métropoles impériales.
Cette enquête, fondée sur l’observation des techniques et des pratiques d’encadrement et de ségrégation depuis ceux qui les subissent et les combattent, montre comment le pouvoir policier assure la reproduction des dominations capitalistes, racistes et patriarcales dans la France contemporaine.
Et si vous voulez en discuter avec Mathieu Rigouste, rdv à 18h au café-librairie Michèle Firk, au 9 rue François Debergue, à Montreuil, métro Croix de Chavaux

à 18h30, la Librairie du Cinéma du Panthéon organise une Soirée de lancement du livre de Céline Marty : Travailler moins pour vivre mieux : une utopie ? Paru aux éditions Dunod
Depuis la crise sanitaire, on entend dire qu’il faudrait travailler plus pour relancer l’économie. Pourtant, nous avons aussi pris conscience que de nombreuses activités de travail étaient ’non-essentielles’, superflues, parce qu’elles ne répondaient pas vraiment à des besoins sociaux. Le marché a produit de nombreux bullshit jobs selon le concept de Graeber, dont on pourrait se passer. De plus, le travail est une activité destructrice de ressources et polluante : dans le contexte de l’urgence écologique, travailler plus est-il vraiment une bonne solution ?
A l’occasion de la parution du livre de Céline Marty, Travailler moins pour vivre mieux, la philosophe interrogera ce qui se cache derrière cette injonction omniprésente à travailler plus et plus longtemps, à tout prix.
Et si vous voulez en discuter avec elle, rdv à 18h30 à la librairie du cinéma du Panthéon qui se trouve au 15 Rue Victor Cousin, RER Luxembourg

à 19h30, dans le cadre du 33ème festival international du film lesbien et féministe de Paris, le Cineffable propose la projection de plusieurs courts-métrages en ligne, parmi lesquels Sisters’ Busy Hands, Vaginas, ou encore Just Go Fucking Surfing
et si vous voulez découvrir ces courts-métrages sélectionnés par Cineffable pour la 33 édition du festival international du film lesbien et féministe de Paris, rdv à 19h30 sur le site internet du Festival : https://www.cineffable.fr/

au ciné la Clef ce soir, l’assoc Home Cinema propose la projection de Cien niños esperando un tren, réalisé en 1988 par Ignacio Agüero
Dans une banlieue pauvre de Santiago, l’année du Plébiscite chilien, Alicia Vega anime un atelier de cinéma pour enfants dans la chapelle de l’endroit. La foi change de camp : elle passe du côté du peuple, de l’éducation et de la création. Le film, qui utilise la musique de ’Zéro de conduite’, est porté par le même souffle contestataire que le film de Jean Vigo. A travers cet atelier, c’est le cinéma qui fait intrusion dans la réalité et donne aux générations futures les armes pour lutter contre la répression.
Et si vous voulez découvrir ou redécouvrir ce film, rdv à 19h30 au ciné la Clef, 34 rue Daubenton, métro Censier

Musique : Grand Kallé-African Jazz - Indépendance Chacha

Agenda du 26/10/2021