Agenda Fpp 30 juin

mercredi 30 juin 2021
par  Julie agenda

On est au téléphone avec Yann, membre du bureau fédéral de SUD PTT et convoqué demain dans le cabinet du juge d’instruction
Rassemblement de soutien : demain à 13H sur le parvis du TGI de Paris M° Porte de Clichy pour vous accompagnez à cette nouvelle audition

Agenda 30.6.21

Pour commencer, on vous prévient cet agenda a été enregistré hier, pour nous permettre d’assister à l’audience publique devant le CSA où l’équipe de Fréquence Paris Plurielle défendra son bout de gras face au projet de RNT
et si vous voulez soutenir l’équipe de Fpp à la sortir de l’audience, vous pouvez nous retrouver au Conseil supérieur de l’audiovisuel, Tour Mirabeau au 39-43, quai André-Citroën, métro Javel - André Citroën. 

On poursuit avec ce communiqué publié par le Forum Palestine Citoyenneté sous le titre ’Le peuple veut la dissolution de l’autorité palestine’, suite à l’assassinat de Nizar Banat, militant palestinien des droits humains et opposant de l’Autorité palestinienne
Nizar Banat est connu pour ses vidéos postées sur Facebook critiquant la poli-tique de l’AP et son président Mahmoud Abbas, qu’il accuse de corruption. Il était candidat aux législatives palestiniennes qui devaient se tenir en mai dernier et qui ont été finalement reportées par Mahmoud Abbas.
Jeudi dernier, à l’aube, Nizar Banat, est décédé après une descente des forces de sécurité de l’AP au domicile de son oncle de Dura, près d’Hébron. Dans un communiqué, le gouverneur d’Hébron Jibrin al-Bakri rapporte que « lors de son arrestation, sa santé s’est détériorée ». De son côté, la famille affirme qu’il a été violement tabassé lors de son arrestation par les forces de sécurité palestinienne avant de l’avoir « délibérément assassiné ».
Cette arrestation correspond au renforcement par l’AP de sa répression sécuritaire contre ses opposants et les influenceurs politiques en Cisjordanie occupée.
L’assassinat de Nizar Banat a déclenché un état d’indignation en Cisjordanie occupée, avec des manifestations qui ont éclaté depuis le centre de Ramallah, une manif qui a été brutalement réprimée...
Une vague de condamnation et de colère a également déferlé sur les réseaux sociaux pour dénoncer les pratiques répressives de l’autorité palestinienne, et pour appeler à ce que l’autorité de Ramallah soit poursuivie, comme « une entité collaborant avec l’occupation. ».
En effet, par cet acte odieux, l’autorité prouve qu’elle est similaire en termes de rôle et de comportement aux régimes tyranniques arabes, qui ont travaillé à éradiquer l’action politique et nationale de leurs sociétés, et à pratiquer les pires formes d’oppression contre leurs peuples et sociétés.
Aussi, les militantes et militants palestiniens du Forum Palestine Citoyenneté, condamnent cet assassinat politique, et rejoignent leurs compatriotes en Palestine occupée dans leur revendication à savoir : la dissolution de l’AP, la démission de Mahmoud Abbas et la poursuite de tous les responsables de ce crime odieux.
pour lui rendre hommage, l’Association de Palestiniens en Ile de France organise un rassemblement demain matin : RDV demain de 6h30 à 7h30 au 14 RUE DU COMMANDANT LEANDRI 75015 PARIS, Métro Convention

on poursuit avec cette pétition lancée par les Parents d’élèves FCPE de Pleyel Anatole France pour exiger Moins de voitures et plus de verdure autour du groupe scolaire Pleyel - Anatole France (de Saint-Denis)
L’État (DiRIF), l’Intercommunalité et la mairie de Saint-Denis vont installer sous la bannière des JOP Paris 2024 à Pleyel un échangeur autoroutier complet à 5 bretelles, une super gare, et une passerelle vers le RER et le Stade de France…autrement dit, le quartier Pleyel va subir des transformations profondes et ce projet autoroutier dans son format actuel mettra en danger la santé et la sécurité de près de 700 enfants âgés de 3 ans à 12 ans qui fréquentent l’école maternelle Ignaz Pleyel et l’école élémentaire Anatole France : groupe scolaire Pleyel - Anatole France.
Dans ce projet autoroutier, ces enfants et une soixantaine d’employés seront asphyxiés par la pollution et incommodés par le bruit généré par le trafic incessant qui augmentera de manière considérable. Le bd Anatole France et le bd de la Libération qui longent ce groupe scolaire seront directement connectés à ce futur échangeur et verront ainsi la circulation augmenter significativement de part et d’autre. Ces boulevards prendront en étau ce dernier et se réuniront au Carrefour Pleyel.
Le bd Anatole France qui longe l’école maternelle deviendra le grand axe routier simple d’accès pour rentrer sur l’A86 à Pleyel. La reconfiguration et déconnexion de la rue périphérique Francisque Poulbot (4 voies) se trouvant à plus de 120m de distance de l’école maternelle viendra aggraver la situation de la circulation au coeur de ce quartier.
Pour compléter l’échangeur de l’A86, il était prévu de réaliser une déviation à côté de l’école maternelle et en interrompant la circulation sur les bretelles au dessus du groupe scolaire et celle en direction de l’ouest de Pleyel. Ce qui aurait dû servir de déviation a été transformé pour devenir un axe routier pérenne pour accélérer la réalisation du projet autoroutier ainsi que pour économiser de l’argent … en sacrifiant au passage la santé des enfants de ce groupe scolaire.
Une fois les travaux de l’échangeur terminés et ses bretelles ouvertes à la circulation, cette déviation pourra aisément être supprimée pour remettre la circulation (soit 10 000 à 20 000 véhicules/jour) en périphérie du quartier Pleyel sur la rue Francisque Poulbot qui protège aujourd’hui les enfants de la circulation induite par l’A86 à Pleyel et l’A1 au nord de ce quartier.
Pour que le cadre de vie de ces centaines d’enfants reste convenable, cette pétition exige que les pouvoirs publics travaillent avec les citoyens sur les alternatives portées par les riverains, les collectifs et les associations et si vous voulez la signer : http://chng.it/HRn5MLfv=AT3Ltu25hOYpvL5PrphJ5SGbnr1QiIuUh6N437mFPcfNcMh73jJZn3p3Ei0DCFWCKQNATwuHGt4yjaYXnKKlJV-BfmfsOr-24VkEF1e32jJO-WdFbQ1Y0Y_IlIMwx7W2HhK-Ueg6ICbXFIl44puA9xikbnQR7RjlYmkp8zfWi6kVnw]

Le Réseau ’Sortir du nucléaire’ lance un appel à bénévoles pour la troisième édition du festival des Burelesques, le festival de résistance contre le projet de poubelle atomique (Cigéo).
Cet été, les 6,7 et 8 août, aura lieu la troisième édition du festival des Burelesques, le festival de résistance contre le projet de poubelle atomique (Cigéo). Mais pour que puissent se faire ces trois jours de festival, les Burelesques auront besoin d’un maximum de soutien
Alors si vous êtes disponible pour filer un coup de main quelques jours avant, pendant, ou quelques jours après le festival, vous pouvez rejoindre l’équipe bénévoles en vous isncrivant via le formaulaire que vous retrouverez sur site agenda : https://burefestival.org/APPEL-A-BENEVOLES

aujourd’hui, les exilé.e.s italien.ne.s passent en audience et un rassembement de soutien est organisé pour dire Non à leur extradition
le rdv est donné devant le tribunal de Paris au 8 bd du palais, métro cité, et pour avoir l’heure de rdv vous pouvez envoyer un mail à :
Collectif14etdemi@gmail.com ou à : Campagnenonextradition2021@protonmail.com

À 12h30, les Grévistes Sans-papiers de la mairie de Sèvres soutenus par Sudposte Hauts de Seine et Solidaires 92 organisent un rassemblement
Après un an de grève, les salariés Sans Papiers de la mairie de Sèvres ont réussi à déposer des dossiers en Préfecture. Celle ci s’était engagée à donner des réponses... mais Elle fait la morte.
Alors pour exiger leur régularisation, les grévistes sans-papiers de la mairie de Sèvres organisent un rassemblement aujourd’hui, et le rdv est donné à 12h30 devant la prefecture de Nanterre qui se trouve au 179 Avenue Frédéric et Irène Joliot-Curie, à Nanterre, et c’est accessible par le RER Nanterre-Prefecture

de 12h30 à 14h30 La Cantine des Gilets Jaunes de Montreuil est ouverte
et pour rappel : Les GJ de Montreuil mettent à la vente à prix libre des exemplaires d’un ouvrage photographique intitulé : Gilets jaunes, une année d’insurrection et de révolte dans Paris, publié aux édition Yellowsphere, 2020
Les sommes récoltées participeront aux frais constitués par l’organisation de l’accueil montreuillois de la délégation féministe zapatiste à l’été 2021 (transports, nourriture, matériel d’hébergement...).
Et Si vous voulez vous en procurer un, rdv directement sur place à la cantine des GJ de Montreuil et c’est dans les locaux de l’AERI, au 57 rue Etienne Marcel à Montreuil

A l’occasion du 5ème dépôt collectif de référés devant les tribunaux administratifs d’Ile-de-France pour imposer aux préfectures qu’elles respectent la loi, le collectif Bouge ta préfecture appelle à manifester le 30 juin à 14h30 de la place de la nation à la direction générale des étrangers en France.
Le collectif Bouge ta pref qui rassemble de très nombreuses associations œuvrant pour l’effectivité des droits des personnes étrangères en Ile-de-France, sollicite auprès du Directeur général des étrangers en France, une audience pour aborder les problèmes d’accès aux guichets des préfectures et sous- préfectures.
La première difficulté réside dans la dématérialisation des démarches et des prises de rendez-vous qui selon la loi ne devraient pas être exclusives. L’outil numérique est souvent peu adapté à une population parfois précaire, sans ordinateur ou téléphone moderne, peu à l’aise aussi bien avec le maniement de l’écrit que dans la poursuite de démarches administratives particulièrement complexes.
Mais la dématérialisation n’est pas seule en question. Ce qui était présenté comme une modernisation source de progrès, dissimule une volonté de diminuer les moyens humains et une baisse drastique des RDV proposés, alliées à des exigences toujours plus élevées en termes de pièces à fournir.
Ainsi nombreux sont celles et ceux qui ne peuvent renouveler ou obtenir des titres de séjour et par là accéder à leurs droits. C’est notamment le cas des familles, des personnes demandant l’admission exceptionnelle au séjour par le travail, des personnes malades et en particulier des jeunes majeur.e.s qui, n’étant pas reçu.e.s par les préfectures, ne peuvent obtenir un titre de séjour indispensable à la poursuite de leurs études ou de leur formation dans les délais pourtant fixés par la loi. Cette situation amène à des trafics illégaux, des personnes vendant désormais à des prix exorbitants un accès à l’administration pourtant gratuit et de droit. Ces graves manquements de l’administration ont contraint de nombreuses personnes, avec les associations et des avocats à déposer des « référés mesures utiles » de plus en plus nombreux devant les tribunaux administratifs. Ces derniers statuent dans la grande majorité des cas (72% selon le Conseil d’Etat) en faisant injonction aux préfectures de délivrer les rendez-vous tant attendus, décisions assorties à chaque fois de frais de justice à la charge de l’Etat.
Pour autant, nombre de services des préfectures s’abstiennent à ce jour d’exécuter ces décisions de justice.
Aussi, le collectif Bouge ta pref souhaite envoyer une délégation auprès du Directeur général des étrangers en France pour lui entendre ces revendications, et en parallèlle, il organise une manif avec un rdv à 14h30 à nation

A 16h30, le mouvement de la paix appelle à une vigie pour l’abolition des armes nucléaires
Alors pour demander l’abolition des armes nucléaires, rdv de 16h30 à 18h sur la place st michel, métro st michel
Et si vous souhaitez venir, vous pouvez envoyer un message à l’organisateur au 06 87 30 31 69

à 18h, l’assoc d’éducation populaire les Francas organise une Causerie en ligne sur le thème ’Adolescence, genre et société numérique.’
et i vous voulez y participer, rdv sur : https://form.123formbuilder.com/5827344/ ou vous pouvez suivre l’évenement sans y participer, sur la chaine youtube dont vous retrouverez aussi le lien sur site agenda : https://youtu.be/cQYkPW9gdMA=AT3fTUNv8j5oG7emzYiDzRnFMDuv1GGxUoVtvSnzevbsutjBXjr54tdS4rPksRs4wvFALWuH5OCAL_zTE5wSxZD3bqy4LNHRxJTLRcPeRYx_57Zk4mB9y29ip4W6kd5N3LEWjqvFMKKNlOVq2nFOBLHN]

A 19h30, la revue projet et la base organise une soirée débat sur « ce que l’écologie fait à la politique »
Cette table ronde a pour objectif de faire comprendre comment, depuis cinquante ans, l’écologie façonne, contourne et confronte l’arène politique en France. Au lendemain des élections régionales et départementales et à la veille des présidentielles, comment faire pour que l’État joue le rôle qui lui incombe dans la transition écologique ?
C’est à cs questions que répondront :
CORINNE MOREL-DARLEUX : écrivaine militante, ancienne conseillère régionale en Auvergne-Rhône-Alpes.
MANUELE DEROLEZ : déléguée générale du CCFD-Terre Solidaire, qui agit pour la justice climatique en France et à l’international.
SIMON PERSICO : spécialiste des partis politiques, des dynamiques d’attention et des politiques environnementales. Professeur des Universités à Sciences Po Grenoble.
XAVIER RICARD-LANATA : ethnologue et philosophe, directeur de recherche au CNRS, directeur de publication de la revue Terrestre.
Si vous voulez assister à cette soirée débat, rdv à la base, au 31 rue Bichat, métro Goncourt, ou en ligne sur la page facebook de la base : https://www.facebook.com/events/232549355339806/?acontext=%7B%22event_action_history%22%3A[%7B%22extra_data%22%3A%22%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22surface%22%3A%22bookmark_calendar%22%7D%2C%7B%22extra_data%22%3A%22%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_interested_events_unit%22%2C%22surface%22%3A%22bookmark_calendar%22%7D]%2C%22ref_notif_type%22%3Anull%7D%2C%22ref_notif_type%22%3Anull%7D]

À 18h30, le Copaf et le comité de résidents des foyers Adoma de Pierrefitte organisent une RÉUNION de MOBILISATION
Les foyers ADOMA de Pierrefitte issus de l’ancien foyer Lénine subissent depuis avril 2020 une campagne d’expulsions et de fermetures de chambres. Ces expulsions visent en priorité des vieux migrants retraités qui habitent dans le foyer depuis parfois 40 ans. Les victimes sont en premier lieu les vieux titulaires eux-mêmes et toutes les personnes qu’ils hébergent, qu’ils soient membres de leurs familles, travailleurs en règle ou non, et qui contribuent à la survie de leurs familles vivant dans les villages d’origine.
La question de COMMENT RIPOSTER a été largement débattu lors d’une AG tenue sur un chantier de construction qui jouxte le foyer le samedi 26 juin dernier. Les conditions indignes de cette réunion sont une autre démonstration de la politique anti-résidents d’ADOMA. Elle refuse de signer une convention qui permettrait au Comité de résidents de gérer l’unique salle polyvalente du foyer au profit des habitants.
Plusieurs idées ont circulé lors de l’AG. Mais il faut s’organiser entre les résidents et avec les réseaux de soutien pour une lutte qui s’annonce longue et difficile. Adoma - CDC Habitat a déjà ciblé une trentaine d’autres chambres qu’ils veulent fermer, menaçant de mettre des dizaines de personnes à la rue, les condamnant à la précarité et à l’errance. Et les cadres d’Adoma - technocrates de la financiarisation du logement social - n’ont strictement aucun état d’âme...aussi pour organiser la ripose, le Copaf et le comité des résidents des foyers adoma de Pierrefitte organisent cette réunion pour finaliser un tract d’appel, se mettre d’accord sur un projet d’affiche et un calendrier d’actions destiné à mettre sur la place publique le conflit qui oppose les habitants travailleurs immigrés du foyer à ADOMA-CDC HABITAT.
Et le rdv est donné à 18h30 au Foyer ADOMA, qui se tyrouve au 2 avenue du Docteur Amzeleg, à Pierrefitte et c’est accessible par le tram 5, arrêt Joncherolles

Pour rappel, la piscine des amiraux ouvrent pour les personnes trans, intersexes et leurs proches de 19h à 21h
rdv donc à partir de 19h à la piscine des amiraux, 6 Rue Hermann-Lachapelle, métro Simplon

demain matin, de 9h à 12h, les « Rencontres de la science politique », organisées par l’association française de science politique proposent une table-ronde en distanciel sur le phénomène populiste intitulée : « Regards croisés sur les populismes ».
Depuis une vingtaine d’années, le populisme est devenu une catégorie d’analyse de plus en plus utilisée pour désigner une idéologie, des styles de leadership ou des partis politiques situés aussi bien dans les pays du « Nord » que dans ceux du « sud ». Cette catégorie est pourtant fortement contestée et les ouvrages francophones mettent en garde contre ses usages uniformisants ou stigmatisants. Les multiples ouvrages parus récemment sur le sujet attestent de la pluralité des approches qui examinent le phénomène en tant que stratégie, style ou encore idéologie plus ou moins « molle » ou cohérente. Cette table-ronde rassemble les auteurs de plusieurs de ces ouvrages afin de dresser un état des lieux de ces débats conceptuels et empiriques et de dialoguer autour des questions suivantes : est-il possible de définir le « populisme » de manière à en faire un concept opérant ? De quoi s’agit-il ? Comment appréhender ses évolutions ? Vivons-nous un « moment populiste » ? Avec quelles implications pour l’exercice démocratique ?
C’est à ces questions que tenteront de répondre :

  • Alain Dieckhoff (Directeur de recherches CNRS au CERI) et Christophe Jaffrelot (Directeur de recherches CNRS au CERI), co-directeurs avec Élise Massicard de : Populismes au pouvoir. Paris : Presses de Sciences Po, 2019.
  • Martial Foucault (Professeur à Sciences Po, directeur du CEVIPOF), co-auteur de : Les origines du populisme. Enquête sur un schisme politique et social. Paris : La République des Idées, 2019
  • Federico Tarragoni (MCF à l’Université Paris Diderot, co-directeur du LCSP), auteur de : L’esprit démocratique du populisme. Paris : La Découverte, 2019.
    et si vous voulez suivre cette visioconférence, rdv demain matin, dès 9h sur le lien zoom que vous retrouverez sur le site de l’agenda : https://scpobx.zoom.us/j/92447248037

demain matin aussi, à partir de 11h, L’Association française des anthropologues poursuit son séminaire consacré aux Détresses globales : politiques et productions de subjectivités, avec une séance virtuelle autour de Philippe Corcuff qui reviendra sur La grande confusion : dérèglements idéologiques dans les espaces publics en France aujourd’hui
Dans son livre La grande confusion. Comment l’extrême droite gagne la bataille des idées, paru aux éditions Textuel, Philippe Corcuff dessine un nouveau cadre épistémologique en proposant une théorie politique critique à indices empiriques, au croisement des sciences sociales et de la philosophie politique. Il y étudie des intersections et des interactions entre trois « formations discursives » en développement depuis le milieu des années 2000 : 
- l’ultraconservatisme : mélange idéologique associant plus ou moins la xénophobie (dont l’islamophobie et/ou l’antisémitisme), sexisme et homophobie dans un cadre nationaliste fantasmant « une peuple » homogène culturellement ; 
- le confusionnisme : développement d’interférences entre des postures (comme la critique du « politiquement correct » ou les schémas complotistes) et des thèmes souvent empruntés à l’extrême droite,
- et l’identitarisme : la réduction des personnes et des groupes à une identité principale, homogène et fermée, par exemple une identité nationale ou une identité religieuse
et si vous voulez revenir avec Philippe sur ce dernier livre qu’il a publié, rdv donc demain matin à partir de 11h sur : https://unipd.zoom.us/j/82234261783

enfin, Aujourd’hui, c’est le dernier jour pour signer plusieurs pétitions lancées par Amnesty international.
Parmis ces pétitions :
- Protégeons les défenseurs des droits des migrants
Les personnes et organisations en France, qui défendent les droits des personnes exilées (migrants, réfugiés) font l’objet de pressions de plus en plus importantes en raison de leurs actions pacifiques et désintéressées.
De nombreuses personnes ont été poursuivies pour « délit de solidarité », notamment à la frontière franco-italienne. Pourtant, le protocole de Palerme, ratifié par la France, stipule qu’une personne ou organisation qui apporte une aide aux personnes exilées, et qui le fait sans contrepartie matérielle ou financière, ne commet aucune infraction. Elle ne devrait donc pas être poursuivie en justice.
De la même façon, en mer Méditerranée, les ONG qui ont permis de sauver de la mort des dizaines de milliers d’êtres humains font l’objet de campagnes de stigmatisation, d’entraves administratives, voire de poursuites judiciaires.
Ces ONG qui agissent dans le cadre du droit international maritime, se substituent aux défaillances des Etats : elles sont aujourd’hui littéralement empêchées de sauver des vies humaines.
Enfin, à Calais des représentants de l’autorité publique entravent le travail des personnes et des associations qui défendent les droits des migrants, allant jusqu’à les harceler, alors qu’elles œuvrent chaque jour pour que les notions d’humanité et d’entraide continuent d’exister.
Ensemble, demandons aux autorités françaises qu’elles assument leurs responsabilités et mettent en œuvre leurs engagements internationaux à promouvoir et respecter les défenseurs des droits humains !
Une autre pétition : Justice pour les trois jeunes du El Hiblu 1
En mars 2019, un canot pneumatique tente de traverser la Méditerranée. Une centaine de personnes sont à bord, dont un jeune Ivoirien de 15 ans et deux Guinéens de 16 et 19 ans. Ils sont prêts à tout pour quitter l’enfer libyen, où migrants et réfugiés sont exposés à la torture, au viol, à l’exploitation.
En difficulté, l’embarcation est secourue par un bateau pétrolier, le El Hiblu 1. Celui-ci cherche à ramener les passagers en Libye, mais devant leurs protestations, il finit par mettre le cap sur Malte. Les trois garçons jouent un rôle d’interprètes et de médiateurs, contribuant à calmer la situation. Pourtant, sitôt arrivés, ils sont accusés d’infractions graves et incarcérés. Remis en liberté conditionnelle en attendant leur procès, les trois jeunes risquent toujours la prison à vie.
Amnesty international demande au procureur général de Malte de rendre justice aux trois jeunes du El Hiblu 1 en abandonnant toutes les charges retenues contre eux et en classant l’affaire.
Parmis les pétitions qui s’arrêtent demain, il y a aussi :

  • « justice pour Gustavo Gatica », qui a participé aux manifestations de 2019 au Chili et qui a été touché aux yeux par des tirs de la police
  • « liberté pour Idris Khattak », chercheur sur les droits humains et détenu par les autorités pakistanaises
  • « exigeons la protection de la défenseure des droits humains Jani Silva », qui a a consacré sa vie à la défense de l’environnement et des paysans du Putumayo, dans le sud de la Colombie et qu’un groupe armé veut l’assassiner
  • « justice pour Popi et Bondeka » , tuées par balles en mai 2017 mais dont l’enquête a été baclée
  • et « Justice pour Sarah Mardini et Sean Binder » arrêtés par la police grecque alors qu’ils faisaient du bénévolat pour une ONG de sauvetage grecque sur l’île de Lesbos

RDV Culturels

De 16h à 18h, le séminaire « Dialogues autour d’Alexandre Kojève » se poursuit avec une séance virtuelle autour de Laurent Bibard qui reviendra sur « Kojève-Lacan : de la lutte anthropogène à la co-émergence des sexualités »
Ce séminaire propose une relecture sélective des œuvres de Kojève autour de plusieurs axes thématiques : le droit, le pouvoir, l’esthétique, la géopolitique et, finalement, l’histoire. Il s’agit d’aborder la philosophie kojévienne sous le prisme de son lien avec l’actualité de son temps : au lieu de considérer Kojève en tant qu’interprète de Hegel et commentateur de l’histoire de la philosophie, il s’agit de mettre en valeur sa réflexion originale qui se dessine face aux événements de l’époque, qui dépasse les frontières des disciplines et qui se développe à travers un dialogue continu avec ses contemporains, de Schmitt à Weil, de Kandinsky à Strauss.
et si vous voulez suivre ce séminaire en ligne, il faut vous inscrire sur :
https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-dialogues-autour-d-alexandre-kojeve-yp241jla

A 19h30, le cinéma la clef projette « le roi de l’évasion » d’Alain Guiraudie qui sera là pour discuter de son film
Armand Lacourtade, 43 ans, vendeur de matériel agricole, ne supporte plus sa vie d’homosexuel célibataire. Quand il rencontre Curly, une adolescente qui n’a pas froid aux yeux, il vire de bord. Pourchassés par tous, ils bravent tous les dangers pour vivre cet amour interdit. Ils finissent par créer un drôle de couple. Mais est-ce vraiment de ça dont Armand avait rêvé ?
Si vous souhaitez aller voir « le roi de l’évasion » et en discuter avec son réalisateur Alain Guiraudie, rdv à la clef, au 34 rue Daubenton, métro censier.

Musique : Gnawa diffusion (en concert ce soir au cabaret sauvage) – Je voudrais être un fauteuil

Agenda 30.6.21

Documents joints

OpenDocument Text - 41.2 ko
Agenda 30.6.21