Agenda Fpp 29 juin

mardi 29 juin 2021
par  Julie agenda

Aujourd’hui, on sera au tel avec quelqu’un au téléphone pour parler des soulèvements de la terre
A partir d’aujourd’hui, c’est le 5ème acte des Soulèvements de la Terre, et dans ce cadre, Youth for Climate et XR lancent leur semaine d’action Grand Péril Express
Le formulaire d’inscription : https://bit.ly/3y8DZob
Pour plus d’infos : https://lessoulevementsdelaterre.org/blog/grandperilexpress
LES 3 ET 4 JUILLET, RDV SUR LES TERRES DE SACLAY
C’est là que des militant-es sont installées depuis le 22 mai sur des champs menacés par l’avancée du projet destructeur de la ligne 18 du Grand Paris Express.
Pour venir à Zaclay :
Plan : https://osm.org/go/0BOQc2gtl-=AT3d2UYMn-F-wHz8GCxrnnMBS_ACwpRsqly1M8_rHRoJNdZXYSbBIQLQRk1dxqCZbX6QAK93XPk17HdiNqUCzZBfp4y0XsYrfqEwuOuDXTOUtdaj8ZOtLuiXq3UErNGyMzO-ZrSXPBqXlCTZQxmCkaMAxBMv-2WxHnUfC3f5GQQ-JQ]
RER B jusqu’à Massy-Palaiseau, puis bus 91.11 ou 91.10 arrêt CEA porte nord.
En voiture : Pas de stationnement aux abords du campement, privilégiez le parking à Massy-Palaiseau puis bus 91.11 ou 91.10 arrêt CEA porte nord.

Agenda 2021-06-29

Et on commence avec cette info pour toutes celles et tous ceux qui connaissaient Michel Ferrer, qui nous a quitté jeudi dernier
samedi prochain, de 14h à 16h, Fpp proposera une émission spéciale en hommage à Michel qui a partagé de nombreux moments dans les locaux de la radio. A cette fin, Fpp propose aux gens du quartier de venir partager leurs témoignages, souvenirs et dédicaces, en signe d’amitié pour lui et de solidarité avec sa famille.
Vous pouvez donc venir samedi prochain entre 14h et 16h pour lui rendre hommage dans les locaux de la radio au 1 rue de la solidarité
et pour celles et ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas se déplacer, vous pouvez laisser votre message en appelant le : 09.72.46.82.84

on poursuit avec cette mauvaise nouvelle : après des mois d’occupations de l’usine EIF à Montreuil, le tribunal de Bobigny a décidé d’expulser les occupants sans délais
Depuis septembre, l’association “Garde la Pêche Montreuil” a investi les bâtiments d’une ancienne usine de peaux, EIF, destinée à être reconvertie après dépollution. Ca fait 100 ans que s’accumulent des contaminations industrielles sur cette parcelle des murs à pêches, et le programme de dépollutions semble dangereux pour la santé des riverains. L’agence d’état qui est propriétaire du lieu n’a pas été capable de concevoir un programme de dépollution correct, et si les occupants sont expulsés, la vigilance citoyenne et écologiste qui a permis d’éviter une catastrophe sanitaire et environnementale ne sera plus possible. Ce sont également plus de 15 persobbes qyu se trouvent menacées de se retrouver à la rue du jour au lendemain, dont des artistes précaires, des accidentés de la vie et du travail, des artisants, qui se voient privés de leur lieu de vie sans solution de relogement. Enfin, empêcher l’éxpulsion d’EIF, c’est laisser entrevoir la possibilité que, jusqu’à ce qu’un plan de dépollution-déconstruction-reconstruction acceptable soit déterminé et financé, cet endroit continue d’alimenter l’action citoyenne participative et engagée pour l’écologie, la solidarité et contre la gentrification des murs à pêches.
Alors pour les soutenir, vous pouvez adhérez en envoyant un mail à gardelapechemontreuil@gmail.com, les rejoindre pour le planton et la manif qui sera organisée bientôt, venir leur donner un coup de main pour déménager, et vous préparez à venir défendre EIF pour repousser ou au moins ralentir l’avancée des flics

depuis 10h ce matin, les TUI France sont à la cour d’appel de Versailles pour l’ANNULATION DU PSE
Pour rappel le 18 mars dernier, le tribunal administratif de Cergy Pontoise avait rejeté la requête du CSE TUIFRANCE et des salariés en annulation du plan social de TUI. Aussitôt, le CSE avait interjeté appel de cette décision.
aujourd’hui, l’avocat du CSE de TUI France est convoqué au tribunal de Versailles en vue de l’examen du dossier en annulation du plan social par la cour d’appel administrative de Versailles
et si vous voulez soutenir les TUI France, rdv en ce moment à la cour d’appel de Versailles qui se trouve au 2 esplanade du Grand Siècle

aujourd’hui, le collectif unedic propose deux actions dans la perspective du Conseil d’Administration de l’UNEDIC portant sur la revalorisation des allocations chômage.
Depuis 11h une délégation est allée porter une motion urgence sociale dans une agence pole emploi pour demander la prolongation des droits pour toutes et tous, et la revalorisation des allocations chômage et à 13h30 un rassemblement est organisé devant l’UNEDIC - 4 rue traversière (Métro Gare de Lyon)

A 12h15, la maison des sciences de l’homme des alpes propose sa dernière conférence du cycle « avenue centrale » autour du thème :
Voltaire, Rousseau, Sade et la question animale. Trois réflexions sur le végétarisme et l’antispécisme présenté par Renan Larue

Les réflexions autour du végétarisme remontent à une époque ancienne, y compris en Occident. Dans la longue histoire du « régime de Pythagore », le Siècle des Lumières constitue sans doute la période la plus passionnante. Le végétarisme y est en effet prôné, adopté, discuté ou contesté par les médecins, écrivains, philosophes et juristes les plus brillants du temps. Lors de cette conférence, Renan Larue présentera la pensée de trois d’entre eux, en l’occurrence Voltaire (qui l’aborde sous l’angle de la métaphysique notamment), Rousseau (sous celui de l’anatomie et de la psychologie) et enfin Sade, qui tire de son matérialisme des conclusions antispécistes particulièrement audacieuses.
Pour assister à cette conférence, rdv sur la chaîne youtube de maison des sciences de l’homme des alpes : https://www.youtube.com/channel/UCIpiKAGzK9YPv4wJRNyGEEw

à 12h30, La CGT EHESS, La section EHESS de la Ligue des Droits de l’Homme, Solidaires Etudiant.es EHESS, Sud Education EHESS et g/rêve du coin organisent un rassemblement contre les répressions antisyndicales et les violences policières, pour soutenir Lassana de la CGT Filière Traitement des Déchets Nettoiement Eau Égouts Assainissement Services Publics Parisiens, qui passe en procès, au TGI de Bobigny
La répression anti-syndicale ne cesse de s’accentuer, de nombreux·ses syndicalistes en ont fait l’objet au cours des mobilisations contre la réforme des retraites, qui aggrave d’autant plus les conditions de travail des éboueurs dont l’espérance de vie est de 7 ans inférieure à l’ensemble des ouvriers. C’est le cas de Lassana, chauffeur éboueur de la Mairie de Paris, et délégué syndical CGT qui a été ciblé par les forces de l’ordre lors d’une action syndicale interprofessionnelle contre la réforme des retraites de 2019.
En février 2020 : Lassana s’est fait arrêter à l’occasion d’un rassemblement contre la réforme des retraites qui réunissait des travailleur·es, des étudiant·es et des chercheur·es dans un garage d’Aubervilliers. Les forces de police ont ciblé plus particulièrement ce délégué, provoquant aussitôt des réactions de soutien des autres personnes présentes. Le délégué s’est fait étrangler violemment par un agent, puis traîner au sol. En tentant de se réfugier au fond du garage, il a été menotté puis emmené pour être placé en garde à vue. Les personnes présentes ont protesté contre cette injustice flagrante, manifestement raciste. C’est dans le cadre de ces échanges que les personnes présentes ont alors été frappées et que le délégué syndical ainsi qu’une chargée de recherche au CNRS ont été placé en garde à vue.
Si à la suite d’une audition, la chargée de recherche a écopé d’un rappel à la loi, les discriminations systémiques qui minent le système judiciaire et policier entraînent un acharnement à l’encontre de Lassana. Selon un schéma désormais classique dans beaucoup d’affaires de violences policières un homme racisé victime de violences de la part des forces de police est inculpé pour rébellion et violence sur personne dépositaire de l’autorité publique.
L’État et le patronat attaquent les acteurs du mouvement social et la criminalisation de l’action syndicale va crescendo : à la suite de la mobilisation contre la réforme des retraites de nombreux syndicalistes ont déjà fait l’objet de licenciement ou tentative de licenciement en raison de leur activité syndicale, comme les camarades de la RATP et de la Poste notamment. L’arrogance et l’impunité des employeurs autorisent même certain d’entre eux à organiser l’assassinat de syndicalistes combatifs. Dernièrement un syndicaliste italien a aussi été assassiné sur un piquet de grève, probablement du fait de l’employeur.
La situation de Lassana n’est pas isolée. Alors Pour faire face à cette répression anti-syndicale et aux violences policières, et pour soutenir Lassana, lors de son audience, La CGT EHESS, La section EHESS de la Ligue des Droits de l’Homme, Solidaires Etudiant.es EHESS, Sud Education EHESS et g/rêve du coin appellent à un rassemblement, et le rdv est donné à 12h30 devant le Tribunal Judiciaire de Bobigny, 173 avenue Paul Vaillant Couturier, Métro Bobigny Pablo Picasso

à 13h, Sud Santé sociaux organise une manif des personnels techniciens de laboratoire et préparateurs en pharmacie pour exiger la reconnaissance de leurs diplômes avec la gradation au niveau licence et la rémunération qui coïncide
et le rdv et donné à 13h sur la place Saint-Michel pour une manif en direction du ministère de la Santé

de 14h à 16h, Le séminaire démocratie du laboratoire MAAD de l’ENS Lyon, tient sa dernière séance de séminaire, avec une séance virtuelle qui sera consacrée aux « Mobilisations politiques dans les quartiers populaires : démobilisations institutionnelles et pratiques de résistance »
Marie Zegierman-Gouzou, de l’Université Lumière Lyon II, reviendra sur l’impact de la contrainte participative sur les espaces locaux des mouvements sociaux, sur la manière dont elle influe sur les conditions de production des luttes, sur l’organisation du travail militant et sur la grammaire des relations entre les collectifs et les institutions.
Et si vous voulez en discuter avec elle, rdv à 14h sur le lien zoom que vous retrouverez, avec les codes, sur :
https://us02web.zoom.us/j/85140839746?pwd=N051TURhajI0U2tocjJpd0V0bzFCdz09
Meeting ID : 851 4083 9746
Passcode : 556877

De 16 à 18h, la base propose un atelier d’auto-réparation vélo
Si vous voulez régler et réparer vous même votre vélo, avec l’aide des bénévoles, rdv aujourd’hui et demain de 16 à 18h à la base, au 31 rue Bichat, métro goncourt

A 18h, les gilets de jaunes de Montreuil font leur AG.
A l’ordre du jour : les relations entre les GJ et le collectif de l’AERI, la marche gilet jaune zapatiste, la coopération avec les GJ IDF, le soutien à EIF expulsé, etc. Alors pour participer cette AG, rdv à 18h à l’AERI, 57 rue Etienne marcel, métro croix de chavaux

Comme tous les mardis à 18h30, la Coordination contre la répression et les violences policières organisent vous invite à sa réunion.
L’objectif est de renforcer les solidarités et les soutiens contre la répression et les violences, dans les quartiers et les manifs.
Alors pour participer à cette réunion, rdv à 18h30 à la BDT, annexe Turbigot, dans la salle Jouhaut, et c’est au 67 rue de turbigo, métro arts et métiers

A 18h30, le centre arabe de recherches et d’études politiques de Paris propose un webinaire autour du thème : « Trajectoires comparées en milieu carcéral : questionner le lien entre radicalisation et prison »
Présentée dans le débat public comme l’un des lieux privilégiés de la radicalisation islamiste, voire comme l’« incubateur » du djihadisme français, la prison est devenue l’une des cibles privilégiées de la lutte contre la radicalisation. Si cette image de la prison est aujourd’hui largement acceptée, au point de ne plus être remise en cause, on peut se demander si ce n’est pas aussi une conséquence du fait que l’on s’est surtout focalisé sur les lieux de concentration de la radicalisation et sur une catégorie issue avant tout du judiciaire et du renseignement : celle des « radicaux ». Et si on décentrait le regard sur les prisons dites « périphériques » et sur les trajectoires de « non-radicalisation » ? C’est par ce détournement du regard, à partir d’une recherche ethnographique réalisée durant trois ans dans une prison française, que le chercheur Bartolomeo Conti se propose, à l’occasion de ce webinaire, de montrer comment l’expérience carcérale peut donner lieu à des issues très variées, qui se manifestent le plus souvent par un refus du récit de l’islam radical.
Pour suivre ce webinaire, vous devez vous inscrire sur : https://bit.ly/3zPWwXa

A 19h15, les ressources alternatives et la maison ouverte proposent une conférence gesticulée intitulée « Mes jolies Colonies, une histoire du métissage post-colonial »
C’est en voulant trouver la formation qui la mènera à son futur métier que la conférencière découvre qu’elle ne connaît pas toute son histoire. Se mettant à sa recherche, elle nous emmène avec elle, au travers de ses différentes identités. On parlera racisme-qui-s’ignore, culture(s), colonisation, capitalisme.. Une chose semble se dessiner cependant, être ’issue de l’immigration’ ne semble pas être une de ces identités...
Alors pour assister à cette conférence gesticulée, rdv à 19h15 à la maison ouverte, 17 rue Hoche, métro mairie de Montreuil, et vous devez réservez sur le lien que vous retrouverez sur : https://www.helloasso.com/associations/ressources-alternatives/evenements/conferences-gesticulees-a-la-maison-ouverte ?fbclid=IwAR2zCyuflma2OQyOt-u-uDg3-p4Ue0222ca5ZOc3gX90rSq_jESn6ybzJ8s

RDV CULTURELS

A partir de 19h, le monte en l’air accueille la présentation du numéro 26 de la revue « les mondes du travail » consacré au thème « travailler en temps de pandémie »
Alors pour assister à cette présentation, rdv à partir de 19h au monte en l’air, 2 rue de la mare, métro ménilmontant

A 19h30, le cinéma la clef propose la séance de « the Trap » de Peter Watkins sorti en 1975
« Il faut exalter la volonté de travailler pour la mère patrie dans un esprit de sacrifice et de foi envers ses dirigeants. En janvier les ravitaillements supplémentaires se poursuivront en ville mais le pays doit réaliser l’importance de faire des économies. »
C’est surtout la télévision qui parle, et presque exclusivement, dans cette dystopie que Peter Watkins situe aux alentours de l’an 2000. Les États-Unis et l’URSS se sont alliés et écrasent le monde de leur autoritarisme, arme nucléaire à la main.
Dans un bunker, à 30m sous la terre, deux parties d’une même famille sont en passe d’être réunies pour le Nouvel An. Mais si l’une accepte l’autoritarisme, s’y résout et le soutient, l’autre s’en révolte, dans un huis-clos visionnaire reposant sur la doctrine enfermement = protection = sécurité.
Critique acerbe du système capitaliste, de la télévision, du nucléaire, et de l’asservissement volontaire, Peter Watkins signe avec cette œuvre un cri de colère contre son siècle et d’espoir pour le millénaire qui arrive.
Pour assister à cette séance, rdv à 19h30 à la clef, au 34 rue Daubenton, métro censier

à partir de 20h, la librairie Le genre urbain, Les Éditions sociales et la Grande édition Marx-Engels organisent une rencontre en format hybride autour d’Engels
La proche collaboration théorique et politique entre Marx et Engels et la postérité du premier a souvent conduit à ce que l’apport spécifique d’Engels se retrouve minimisé. Pourtant, Engels a joué un rôle décisif, non seulement dans la popularisation du travail de Marx, mais aussi par sa propre élaboration théorique.
Cette « rencontre Engels » (qui intervient peu de temps après le bicentenaire de sa naissance, passé malheureusement inaperçu du fait de la situation sanitaire) est l’occasion de discuter de cette singularité du travail d’Engels, à travers la présentation de deux de ses ouvrages qui ont fait postérité et qui occupent une place décisive dans le corpus engelsien à savoir : La Guerre des Paysans en Allemagne qui revient sur les conflits sociaux du XVIe siècle et sur les révoltes populaires de l’Ancien Régime ; et Socialisme utopique et socialisme scientifique, sorte de Manuel synthétique de présentation d’aspects essentiels du socialisme marxiste exposant ses spécificités par rapport aux autres formes existantes de socialisme au XIXe siècle.
Pour en parler, la librairie le genre urbain recevra :
Jean-Numa Ducange, historien et spécialiste de l’histoire des marxismes
Jean Quétier, philosophe, spécialiste de Marx et Engels
Rachel Renault, historienne, spécialiste de l’Allemagne à l’époque moderne
Éric Vuillard, romancier, auteur de La Guerre des pauvres (2019)
et si vous voulez assister à cette rencontre, rdv à 20h à la librairie Le genre urbain, 60 Rue de Belleville, dans le 20ème, ou sur le Live Facebook : https://www.facebook.com/legenreurbain

parutions :

Arthur Quesnay vient de publier La guerre civile irakienne. Ordres partisans et politiques identitaires à Kirkouk, aux éditions Karthala
Basé sur huit années d’enquête et d’observations entre 2010 et 2019, cet ouvrage dépasse les lectures communautaristes ou géologiques du conflit irakien et apporte une contribution originale au débat sur le rôle de la guerre dans la formation de l’État. Il étudie notamment la manière dont le passage à la violence en Irak découle de dynamiques politiques, en particulier le rôle des partis politiques, à la fois producteurs de violence et intermédiaires obligés entre la population et les institutions étatiques. Ces derniers mettent en œuvre des politiques d’ingénierie démographique et imposent de nouvelles hiérarchies identitaires, s’appuyant sur les ressources de l’État, lequel reste l’enjeu majeur des affrontements. Par ailleurs, à partir de juin 2014, la guerre contre l’État islamique radicalise les projets partisans et pose la question du retour de l’État par le biais des milices. A travers le gouvernorat de Kirkouk, l’une des provinces les plus touchée par la violence, ce livre offre ainsi une analyse approfondie des transformations de la société irakienne dans la guerre.

Dans le cadre de la journée d’étude du Carep consacrée aux villes dans le monde arabe, Rouba Wehbe de Sciences Po a rédigé un papier de recherche sur le fait d’être propriétaire et palestinien au Liban
Le manque de considération des droits civils des Palestiniens dans les lois libanaises les renvoie systématiquement vers l’informalité dans les différents secteurs de l ’économie et de la vie sociale et urbaine. Le logement n’en est pas une exception. Cette informalité est évidente et bien visible dans les camps et les regroupements illégaux abritant les Palestiniens au Liban. Cependant, celle du marché formel reste invisible, se manifestant plutôt dans un continuum formel-informel des pratiques et des mécanismes visant, justement, à sécuriser la tenure foncière et immobilière affaiblie par le cadre légal d’accès à la propriété. Cette insécurité foncière forgée par la loi n° 11614/1969 et confirmée par son amendement 296/2001 est alors à l’origine d’une logique marchande, d’un sous-marché caractérisé par ses propres mécanismes et acteurs.
Et si vous voulez lire ce papier, rdv sur : https://bit.ly/3gadrfc

Les éditions du détour proposent deux nouvelles rééditions de livres de maurice Rajsfus
Le premier : « La Rafle du Vél’ d’Hiv »
La grande rafle des 16 et 17 juillet 1942 (dite rafle du Vél’ d’Hiv) n’a été ni la première ni la dernière de ces opérations raciales conduites par la police française. Ce fut néanmoins la plus importante, la plus emblématique de ces actions répressives. Il y a d’abord le nombre des personnes arrêtées (13 152) ; le fait aussi que, pour la première fois, des femmes et des enfants étaient concernés.
Pourtant, du 14 mai 1941 à la fin du printemps 1944, les rafles ont été nombreuses, sans pour autant laisser le même souvenir. Cette opération, entièrement conduite par la police française, laisse une trace indélébile, car elle fut surtout la démonstration du pouvoir de nuisance d’un corps de fonctionnaires ayant perdu tous ses repères. L’analyse de ce sombre épisode a pour fonction d’alerter les citoyens d’un pays libre sur les dérives d’un pouvoir fort.
La deuxième réédition est celle de « 1953, un 14 juillet sanglant »
Ce livre constitue la première enquête sur ce crime d’État. Il s’efforce de reconstituer minutieusement le déroulement des événements qui ont abouti à la mort par balles de six jeunes ouvriers algériens et d’un métallurgiste français, syndicaliste CGT, à l’issue du traditionnel défilé populaire du 14 juillet.
Maurice Rajsfus s’appuie sur un vaste corpus de sources, qui comprend les récits de témoins, de journalistes, d’hommes politiques ou d’interventions au Parlement. Sur fond de racisme d’État, il pointe aussi la responsabilité d’un des acteurs de cette funeste journée qui deviendra, quelques années plus tard, le donneur d’ordre principal des massacres du 17 octobre 1961 et du 8 février 1962, au métro Charonne : Maurice Papon, alors secrétaire général de la Préfecture de police.
Cette réédition a été préfacé par l’historienne Ludovine Bantigny-Pour commander ces ouvrages, rdv sur le site des éditions du détour.

Gérard Vindt vient de signer une Histoire des révoltes populaires en France du XIIIe-XXIe siècle, aux éditions La Découverte
Les révoltes populaires du passé peuvent-elles contribuer à éclairer celles d’aujourd’hui ? La question s’est posée lors du mouvement des Gilets jaunes, qui n’entrait dans aucune grille d’analyse préétablie. Les Gilets jaunes sont-ils des Jacques, des sans-culottes, des poujadistes ? Aller au-delà de ces raccourcis, étudier les apports de l’historiographie des révoltes sur huit cents ans, au fil de l’affermissement et des transformations de l’État moderne, ont paru nécessaire.
Des grandes études fondatrices aux recherches récentes des historiens et des sociologues, les approches ont été renouvelées avec l’apparition de mouvements sociaux de milieux populaires en marge ou en rupture avec les corps intermédiaires tels que les syndicats.
Contre qui et contre quoi se lèvent les révoltés ? Qui sont-ils, qui sont-elles ? Comment s’exprime leur révolte ? Face à la révolte, quelles sont les réactions de la société, des autorités ? Les révoltes des Gilets jaunes comme celles des jeunes des quartiers populaires s’inscrivent, avec leurs spécificités, dans une histoire longue des révoltes en France.
Et si vous voulez vous procurer ce livre, il est dispo sur le site de la librairie publico : https://www.librairie-publico.com/spip.php ?article3178

Marv Waterstone et Noam Chomsky viennent de signer Les conséquences du capitalisme | Du mécontentement à la résistance, chez Lux éditeur
La COVID-19 a révélé des défaillances flagrantes et de terribles injustices dans le système capitaliste actuel. Cette situation représente à la fois une crise et une possibilité. Tout dépend des actions que les gens choisiront de mener. Si nous voulons ébranler, voire abolir, les structures capitalistes qui menacent aujourd’hui toute vie sur la planète, Noam Chomsky et Marv Waterstone affirment avec force qu’il faut commencer par réévaluer les outils que nous utilisons pour interpréter le monde. C’est ce qu’ils démontrent dans ce livre tiré d’un cours qu’ils ont donné ensemble à l’université de l’Arizona, en faisant ressortir les liens souvent imperceptibles entre la fabrique du sens commun et le pouvoir. Et si vous voulez vous procurer ce livre, rdv sur : https://www.librairie-publico.com/spip.php ?article3179

Jacqueline Triguel vient de signer : Étincelles pédagogiques | Paroles d’élèves, pratiques de profs, aux éditions Libertalia
De l’agitation, des heurts, des cris, des enthousiasmes, des impatiences, des émotions vives, mais aussi des découvertes, des étonnements, des doutes et des contestations : voilà ce qui se passe dans nos classes, bien loin des représentations qui voudraient que les enseignant·e·s fassent cours, transmettent, gardent le contrôle de séances bien programmées et que les élèves écoutent, récitent, obéissent en bougeant le moins possible.
La confrontation de ces rôles, que nous attribuent l’école et la société, et des réalités de la classe crée inévitablement des étincelles. Étincelles de colère et de désarroi, étincelles de joie et de vie, mais peut-être aussi étincelles d’émancipation.
Ces récits d’expériences, qui partent des paroles d’élèves, dans ce qu’elles disent et contestent de l’école, comme de la société et du monde, tentent ainsi d’illustrer la possibilité d’une autre classe et d’une autre école, de celles qui permettent l’expression de la vie et esquissent un chemin vers l’émancipation de tou·te·s.
Et si vous voulez vous le procurer, rdv sur le site des éditions libertalia : https://www.librairie-publico.com/spip.php?article3182

Musique : Jon Hassel - brigantes (psychogeography)

Agenda 2021-06-29

Documents joints

OpenDocument Text - 43.9 ko