Agenda Fpp 16 avril

vendredi 16 avril 2021
par  Julie agenda

demain à 14h, le STE 93 et le Secrétariat International de la CNT, avec le soutien du Collectif du 17 avril et la participation de : Associu Sulidarità, Comité de solidarité avec le peuple basque, Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah, Union Générale des étudiants de Palestine en France, Collectif national pour la libération de Mumia Abu-Jamal, Comité de solidarité avec les Indiens des Amériques/ Groupe de soutien à Leonard Peltier, Terre et Liberté pour Wallmapu-Mapuche, Association des familles des prisonniers et disparus sahraouis, Conseil démocratique Kurde en France, Union syndicale des travailleurs Kanak et des exploités, Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte, Comité de soutien au mouvement Rifain, FreeKoulchi, Campagne des artistes pour la libération de Tadjadit et des prisonniers politiques en Algérie, ou encore le Collectif Libérons-les (prisonnier.e.s antifascistes) organisent un rassemblement à l’occasion de la Journée internationale des prisonnier.e.s politiques
avec au programme : des Prises de paroles, tables de presse et un hommage à Ghjuvanni (militant CNT-Education 93 / Associu Sulidarità / CSPB) qui nous a quitté…
et si vous voulez participer au rassemblement c’est demain à 14h sur la place de la Réunion, dans le 20ème

Agenda 16 04 2021

À 13h30, le syndicat Sud CT de St-Denis poursuit les vendredis de la colère à St-Denis pour protester contre la réforme de l’assurance chômage
et le rdv est donné à 13h30 devant la mairie de St Denis, métro st-Denis Basilique

les Brigades de solidarité populaire du 18ème ouvrent leur point de collecte-distrib de nourriture et produits d’hygiène aujourd’hui de 14h à 18h
et c’est au poulpe, 4 bis rue d’Oran.

Et de 18h30 à 20h, les BSP organise un ATELIER de rue d’EDUCation POPulaire auprès des exilé.es qui attendent un hébergement pour la nuit
Et si vous voulez les rejoindre, rdv à 18h30 à la porte d’Aubervilliers

à partir de 14h00, l’université de Nanterre poursuit sa journée d’étude en ligne intitulée : Des Printemps pas que « arabes » : Circulations, transferts et segmentations des mouvements révolutionnaires
Et cet aprem, les discussions porteront sur : la révolution à distance, avec un focus sur les Mobilisations soudanaises en France dans le contexte du mouvement révolutionnaire soudanais, un focus sur Le 6 avril 2012 et les Touaregs en Europe, des porte-parole en diaspora, et un focus sur La mobilisation d’artistes-peintres de la diaspora algérienne en soutien au Hirak ; puis les discussions porteront sur les Reconfiguration des réseaux (contre)révolutionnaires et la transnationalisation, avec un focus sur la fragmentation du mouvement social au Liban à partir des baltajis, et un focus sur Les nuisances industrielles tunisiennes au prisme de la climatisation du monde.
Et si vous voulez suivre cette journée d’étude en ligne, il faut vous inscrire avant 14h sur : https://www.eventbrite.fr/e/inscription-des-printemps-pas-que-arabes-126785782689?fbclid=IwAR0_V0ENKKSJ9NynRk9qsyzQ8tRjKghyUfiKRgJ7Gs-tTPuwLigTJ15yKzs

à partir de 16h le collectif de la place Sainte-Marthe qui lutte contre la gentrification du quartier propose un apéro-discussion
et la discussion portera aujourd’hui sur les formes de gentrification, à Paris et si vous voulez apéroter avec elleux, ça commence à 16h au local du H qui se trouve au 18 de la rue Jean et Marie Moinon, métro Colonel Fabien

à 16h, les Ateliers du Temps libre proposent un atelier informatique en ligne
Cet atelier s’adresse aux débutants pour apprendre à :

à 17h, le Comité de résidents du foyer Adef de Vitry organise un rassemblement pour exiger le Relogement de TOUS les habitants du foyer actuel
Depuis le 6 avril dernier, les résidents du foyer du 12 avenue du Groupe Manouchian à Vitry-sur-Seine font le piquet devant leur foyer pour marquer leur refus de déménager dans une nouvelle « résidence anti-sociale » construite sur l’avenue Louis Blériot à côté.
Tel qu’il est organisé par leur gestionnaire, ADEF, ce déménagement signifie l’exclusion de tous les habitants hébergés du foyer, soit 300 à 400 personnes, un encasernement dans des logements individualisés dont les titulaires et habitants hébergés ont toutes les chances d’être expulsés très rapidement, et la liquidation de toute leur vie collective et solidaire.
La direction de l’ADEF refuse toute modification de sa politique.
elle refuse la contractualisation de tous les remplaçants qui paient les lits des membres de leurs familles partis à la retraite, de toutes les personnes ayant été récemment et injustement expulsées pour diminuer le nombre de personnes à reloger – de 516 « résidents officiels », en un an on est passé à 454, sans que personne ne soit relogé !
Elle refuse le déménagement des personnes hébergées en même temps que les titulaires des chambres ;
Elle refuse la reconnaissance du droit à une vie privée et familiale entière, l’attribution de deux badges et deux clefs pour chaque logement, la reconnaissance du fait que ce qui se passe à l’intérieur du logement privé des résidents relève de la protection de la vie privée et familiale au sein d’un domicile privé ;
Elle refuse toute négociation sur les tarifs : pour un travailleur immigré qui paie 412€ pour 15m² dans une résidence « sociale » où il est privé de tous ses droits, le loyer par mètre carré est près de 30€, trois fois celui qu’il payerait dans un logement social où il bénéficierait de tous les droits des locataires !
ADEF refuse toute modification du contrat et du règlement intérieur pour qu’il soit acceptable pour les habitants travailleurs immigrés de la future résidence.
enfin, ADEF refuse toute discussion sur les conditions de gestion de la vie collective, comité de résidents, salles collectives.
Depuis le 6 avril, les résidents ont reçu la visite et le soutien de l’équipe municipale ;
Aujourd’hui il s’agit de renforcer ce soutien et pour cela le rdv est donné à 17h devant les grilles du foyer de Vitry qui se trouve au 12 avenue du Groupe Manouchian, RER C – Les Ardoines, Bus 182 – arrêt « Jean-Pierre Timbaud ».

à 20h, la section locale de la Ligue des Droits de l’Homme Poitiers organise un débat public en ligne autour de la liberté de manifester et de la répression policière et judiciaire des manifestant.e.s
si vous voulez en débattre avec avec Jérôme Lambert, rapporteur de la commission d’enquête relative à l’état des lieux, la déontologie, les pratiques et les doctrines de maintien de l’ordre et Pierre-Antoine Cazau, Président de la section de la LDH de Bordeaux et membre de l’Observatoire Girondin des Libertés Publiques, rdv donc à 20h sur : https://www.facebook.com/LDHPOITIERS

Dans le cadre du printemps culturel tunisien, la Fédération des tunisiens citoyens des deux rives, avec le soutien de l’ Association Démocratique des Tunisiens en France, le Cinéma Tunisien, le Collectif 3C et le Comité pour le Respect des Libertés et des Droits de l’Homme en Tunisie, organise un hommage à Hédi Guella et Mohamed Sghaier Ouled Ahmed.
Et si vous voulez participer à cet hommage numérique à ces deux figures emblématiques de l’art engagé tunisien, rdv à 21h30, sur la page facebook de la [
Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives : https://www.facebook.com/FTCRFRANCE

demain à partir de 10h30, les collectifs Sauvons les jardins ouvriers d’Aubervilliers et Saccage 2024 organisent une Manifestation contre la ré-intoxication du monde
avec au programme : Pique-nique et ateliers d’information sur la menace imminente qui pèse sur les jardins.
Et si vous voulez y participer, c’est demain à 10h30 sur la place de la Mairie à Aubervilliers qui se trouve au 2 rue de la Commune de Paris, pour une manifestation jusqu’aux Jardins Ouvriers des Vertus.

demain de 12h à 14h, le point de collecte des brigades de solidarité populaire de Montreuil sera ouvert
et c’est dans le local de l’AERI au 57 rue Etienne Marcel, à montreuil

demain l’association la PAZ organise deux rassemblements de défense des animaux :
- à 13h30, elle organise un rassemblement devant la ménagerie du jardin des plantes pour demander sa fermeture , et le rdv est donné à 13h30 sur la Place Valhubert
- et à 15h, un rasemblement devant l’animalerie ANIMALIS pour protester contre la marchandisation des animaux et le rdv est donné à 15h au 47 Rue des Pirogues-de-Bercy

demain à 17h, l’assoc france palestine solidarité propose une Conférence-débat avec Saïd Bouamama autour de : ’L’affaire Georges Ibrahim Abdallah’
Comme il y a eu une « affaire Dreyfus » ou une « affaire Audin », il y a aujourd’hui une « affaire Abdallah ». Arrêté le 24 octobre 1984, Georges Ibrahim Abdallah, militant de la résistance palestinienne au sein du Front Populaire pour la Libération de la Palestine puis de l’organisation marxiste anti-impérialiste Fractions armées révolutionnaires libanaises, est non seulement le plus ancien prisonnier politique d’Europe mais aussi le plus ancien de l’histoire de France depuis la révolution française. Dans cet ouvrage, Said Bouamama propose de faire un retour sur l’homme et son combat, la longue chronique judiciaire qui conduira à sa condamnation, une grille d’analyse de la justice française et de la fabrique médiatique de l’opinion
et si vous voulez e discuter avec lui, rdv à 17h sur : https://www.facebook.com/AFPS-5962-1646967182194184

demain à 19h, l’assoc Amitié Palestine Solidarité propose une discussion en ligne autour des Résistances Chroniques Palestiniennes et des Prisonniers politiques palestiniens :
La question des prisonniers politiques en Palestine est centrale. Israël institue un système politique répressif, d’arrestations massives pour briser la résistance palestinienne : 5 000 palestiniens sont détenus illégalement dans les geôles israéliennes : quelle est la stratégie d’Israël ?
C’est à cette question que tenteront de répondre : Moncef CHAHED, du conseil national de l’AFPS et membre du groupe de travail des prisonniers, l’avocat franco-palestinien Salah HAMOURI, et Jean-François CHEVALLIER, membre du conseil d’administration d’Amnesty International France
et si vous voulez en discuter avec eux, rdv à 19h sur :
https://www.facebook.com/amitiepalestinesolidarite

dimanche à partir de 10h, le collectif Se Fédérer organise une discussion collective en ligne autour de 2022 : QUELS ENJEUX, QUELLE STRATÉGIE POUR LES ANTICAPITALISTES ?’
Comment penser collectivement un modèle alternatif à ce système institutionnel et électoral, biaisé par la concentration du pouvoir, la personnalisation, l’effrayante logique médiatique qui abîment considérablement la démocratie ? Qu’est-ce qui serait imaginable, dans un puissant élan collectif, appuyé sur des luttes sociales, pour forger cette alternative ?
C’est autour de ces questions que le collectif se fédérer propose de lancer le débat et si vous voulez y participer, il faut vous inscrire ene envoyant un mail à : appelsefederer@riseup.net

dimanche à 13h, le Marbré poursuit ses AG publique hebdo
rdv donc ce dimanche encore à 13h pour l’AG, au 39 rue des deux communes à Montreuil.

Dimanche à 14h, le Réseau d’Actions contre l’Antisémitisme et tous les Racismes organise un rassemblement en Hommage aux insurgé·es du Ghetto de Varsovie
Lorsque les nazis entrent dans le ghetto de Varsovie le 19 Avril 1943, ils ne s’attendent pas a trouver 750 combattant.e.s juifs et juives armé·es derrière des barricades, prêt·s à les combattre.
Enfermé·e depuis novembre 1940, la population du ghetto a déjà chuté de 450 000 à 70 000 personnes en moins de trois ans, en raison des déportations quotidiennes vers le camp de mise à mort de Treblinka, débutées le juillet 1942 .
La date de l’attaque choisie par les nazis correspondait cyniquement au premier jour de Pessah (Pâques juive), célébration de la liberté par le souvenir de la sortie d’Égypte du peuple hébreu.
Les insurgé·es n’eurent pas de doute sur ce qui les attendait, comme le montre l’écrit d’un combattant du ghetto : « Nous ne voulons pas sauver notre vie. Personne ne sortira vivant d’ici. Nous voulons sauver la dignité humaine ».
L’organisation juive de combat - initiée par les mouvements de jeunesse présents dans le ghetto dont les figures les plus connues étaient Mordechai Anielewicz, Mira Fuchrer et Marek Edelman - planifie et organise l’insurrection du ghetto. Ce combat inclut également l’installation de caches et d’abris, la fabrication des armes, des barricades, le stock des provisions et la cuisine, le soin des blessé·es et la communication. C’est tout le ghetto de Varsovie qui s’est soulevé et a soutenu les 750 combattant·es.
Malgré les conditions dramatiques de leur lutte, les milliers de personnes acculées se sont dressées et organisées contre les nazis. Ces femmes et ces hommes se sont aussi battu·e·s pour que leur mémoire nous parvienne et nous inspire. Leur rendre hommage est également un appel aux combats d’aujourd’hui face à la montée des droites extrêmes et des idées fascisantes, et plus particulièrement de l’antisémitisme.
Comme l’écrivait Mordehaï Anilewicz dans son dernier message du 23 avril 1943 : « Grâce à notre radio, nous avons entendu une merveilleuse émission relatant notre lutte. Le fait que l’on parle de nous hors du ghetto nous donne du courage.’
et pour rendre hommage A toutes et tous les insurgé·es du ghetto, le réseau d’actions contre l’antisémitisme et tous les racismes organise donc ce rassemblement dimanche à 14h sur la place de l’Hôtel de Ville de Paris, et le rassemblement est autorisé par la préfecture de Paris

dimanche aussi à 14h pour l’agora quotidienne de l’Odéon , la brigade de la Bad’j viendra mettre l’ambiance en musique
alors rdv dimanche de 14h à 15h30 pour l’Agora de l’Odéon devant le théâtre de l’Odéon

dimanche à 17h, la Campagne pour la libération des enfants palestiniens prisonniers d’Israël, l’Association France Palestine Solidarité, le ‎Forum Palestine Citoyenneté et l’Association de Palestiniens en Ile de France‎ proposent un Webinaire sur la situation des enfants palestiniens emprisonnés par Israël à l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec les prisonniers politiques
et si vous voulez en discuter avec : Muamar Orabi Nakhleh, père de Amal Orabi Nakhleh, 17 ans , Sahar Francis d’Addameer, l’Association de défense des prisonniers palestiniens, et Khaled Quzmar de Defense for Children International - Palestine, rdv dimanche à 17h sur : https://zoom.us/j/99396182615=AT0p5L7cYES2xZcXT1BFKjTBY9QlybCzKSsxyUl6Ae8uGvCAetJ77N9icBk1HLGKAv4Gqd4t2MRpIHjC9MiNP2qwdUxxk5rCPIpVde2IX8T-h3EUYrhhLQfkQlm8DHFwVM0vkj9wZuFD-CAfMjOgpvln]
Nº du webinaire : 993 9618 2615
téléphone en secours : +33 1 7037 2246 or +33 1 7037 9729 or +33 1 7095 0103 or +33 1 7095 0350 or +33 1 8699 5831

enfin dimanche à 17h aussi, une Assemblée Générale est organisée pour le lancement de l’Association des Ami.es de Maurice Rajsfus
et si vous voulez suivre cette AG, rdv dimanche de 17h00 à 19h00, sur : https://zoom.us/j/95781928619?pwd=RS9UemFpRi9udEo1SGJrUkhCY1BHUT09

RDV Culturels
ce soir à 20h, l’Institut des Cultures d’Islam et le PCMMO - Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient proposent la Projection en ligne du film : ’Amussu’ de Nadir Bouhmouch
En 2011, les habitants amazighs de l’oasis d’Imider, au sud du Maroc, se lancent dans une manifestation pacifique contre la plus grande mine d’argent d’Afrique. Sept ans plus tard, le combat continue. Nadir Bouhmouch suit la lutte acharnée des populations locales pour défendre leurs terres, et empêcher que l’extraction minière ne pollue les nappes phréatiques et assèche leurs plantations.
Et si vous voulez voir ou revoir ce film, rdv ce soir à 20h sur : https://www.institut-cultures-islam.org/.../amussu-de.../=AT37rQQRI-svQ2pXApeqC8kp4-SXqgDfx2kWJOueswsYMcDtZOe7xRcQk6HX92k2K6N1Z757FGFQ7c8nnuVL6g2xMS0-zJlqRWcqMtPNqYPROxMlVJtcN1pC-Zflm_dtNKja14_5DsS1cjHCeCfRBZ_m]

à 20h aussi ce soir, La Cinémathèque du documentaire à la Bpi propose le premier volet de son cycle intitulé : Nous est un autre - Éthique et poétique du documentaire en Pologne (1), un cycle proposé parallèlement au colloque international « Marges en images. Périphéries, minorités et tabous dans les films de Marcel Łoziński, Pál Schiffer et Želimir Žilnik »
Au milieu des années 1960, le cinéma polonais se tourne vers une appréhension fidèle de la réalité sociale, s’opposant radicalement aux visions fabriquées, détournées, et ré-écrites par les instances de propagande d’État. Ce phénomène suit, à sa façon, la poussée vers une représentation du réel promue par le « cinéma vérité » à l’Ouest. Des interrogations élémentaires font surface : Qu’est-ce que le réel ? Comment le filmer ? Comment en respecter la richesse et l’intégrité, dans un contexte où le régime communiste décuple ses forces pour offrir du monde une vue à son image, c’est-à-dire conformément à la ligne définie par le Parti unique ? Les institutions cinématographiques, bien que nationalisées, garantissent depuis 1948 une semi-autonomie aux cinéastes, à l’appui par exemple de l’école supérieure de cinéma installée à Łódź ainsi que d’une organisation en « ensembles de production » relativement indépendantes du pouvoir. Si de nombreux films se voient finalement rangés sur les étagères ou totalement censurés, l’émulation propre à cette période permet de voir éclore une génération de cinéastes très talentueux, dont font partie Krzysztof Kieślowski, Marcel Łoziński, Irena Kamieńska, Krystyna Gryczełowska, Bogdan Dziworski et Wojciech Wiszniewski.
et pour ce premier volet, plusieurs court-métrages seront en projection virtuelle ce soir dont : Les roulottes passent de Władysław Ślesicki qui constitue un témoignage visuel unique de la culture rom polonaise réalisée au milieu des années cinquante ; Le paragraphe zéro de Włodzimierz Borowik, Un film sur la prostitution, Le seuil de Danuta Halladin sur le tabou du handicap mental, Le puits de Krystyna Gryczełowska qui plonge avec pudeur dans la vie des personnages âgées habitant une campagne reculée, ou encore Les Témoins de Marcel Łoziński qui propose un Récit saisissant par des témoins polonais du pogrom de Kielce perpétré le 4 juillet 1946, contre des rescapés juifs de la Shoah accusés du « meurtre rituel » d’un enfant chrétien.
Et si vous voulez découvrir ou redécouvrir ces films et en discuter avec le réalisateur
Marcel Łoziński, rdv donc ce soir à 20h sur : https://www.facebook.com/cinemathequedocBpi

et pour les Fans de Marcel Lozinski, La Cinémathèque du documentaire à la Bpi et le Kino Visegrad proposent aussi une rencontre en ligne avec le réalisateur samedi à 17h
rdv demain à 17h sur : https://eastmarginsconference.wordpress.com/

et toujours autour de Marcel Lozinskin : le deuxième volet du cycle Nous est un autre • Éthique et poétique du documentaire en Pologne c’est samedi à 19h30, avec la projection en ligne de plusieurs court-métrages aussi dont :
Comme tous les jours... de Kazimierz Karabasz qui propose Une étude sociologique filmique sur les problèmes relatifs au transport pour les personnes habitant dans la banlieue de Varsovie dans les années 1950.
En février 1971 de Krystyna Gryczełowska qui propose Un reportage exceptionnel sur les rapports entre les autorités politiques et les habitants d’un village reculé dans le contexte de la Druga Polska (« Deuxième Pologne »).
Essai de microphone de Marcel Łoziński où il filme Un journaliste qui anime une radio dans une usine, et réalise une étude sociologique parmi les ouvriers, pour comprendre dans quelle mesure ils se sentent responsables de ce qui se fait dans leur usine.
Ou encore La gare de Krzysztof Kieślowski qui montre la vie de la gare centrale de Varsovie sous l’œil troublant d’une caméra de surveillance.
Et pour voir ou revoir ces films et en dicuter avce le réalisateur Marcel Lozinski, c’est samedi à 19h30 sur : https://www.facebook.com/cinemathequedocBpi

sinon demain à 14h, la Librairie Violette and Co recevra MATHILDE FORGET pour une discussion autour de son roman ’De mon plein gré’, publié chez Grasset
Un dimanche matin, une femme se présente au commissariat pour porter plainte car un homme vient de la violer. La narration nous place dans la tête de cette femme, juste à ce moment-là, dans cette sorte de temps suspendu, interminable où elle va être confrontée aux questions des policiers, de la psychologue. ’Vous avez décidé de faire quoi concernant votre consommation d’alcool ? Pourquoi avoir invité un homme chez vous si vous êtes lesbienne ? S’il avait la main dans votre bouche, il ne vous tenait pas...’ Mais qui est coupable ? Ne serait-ce pas cette femme qui en le révélant a fait exister le crime ?
si vous voulez discuter de ce roman avec son autrice, rdv donc demain à 14h à la librairie Violette and Co, 102 rue de Charonne

Dimanche à 16h, le Monte-en-l’air organise une rencontre-dédicace avec Dav Guedin autour de sa BD ’Une vie d’huissier’, publiée chez Actes Sud
Dans sa BD, Dav Guedin Raconte l’histoire d’un huissier de justice des années 1980, le portrait au vitriol de toute une époque.
Rdv donc dimanche à 16h au monte-en-l’air, 71 rue de Ménilmontant

Musique : KRS One – Free Mumia

Agenda 16 04 2021

Documents joints

OpenDocument Text - 38.5 ko