Agenda Fpp 1er avril

jeudi 1er avril 2021
par  Julie agenda

Aujourd’hui, on sera au téléphone avec Étienne de la FCPE pour parler de la situation dans les écoles de Saint-Denis où une conférence de presse est organisée en ce moment
Pour défendre l’école publique : RDV à 12h sur le parvis de la mairie de Saint-Denis, sur la place Victor Hugo, métro Saint-Denis basilique
et signer la pétition : https://www.change.org/.../jean-michel-blanquer-stop-au...

Agenda 01.4.21

Comme tous les jours, l’agora de l’odéon est prévue à partir de 14h
alors rdv à 14h au Théâtre de l’Odéon, Place de l’Odéon, Métro Odéon

de 14h à 16h, l’atelier des sciences sociales du droit se poursuit avec une séance virtuelle autour de Yasmine Berriane (CNRS) et Fadma Aït Mous (Université Hassan II, Casablanca) qui reviendront sur le : « Droit à la terre et lutte pour l’égalité au Maroc : du mouvement des Soulaliyates à la réforme de la loi régissant les terres collectives ».
et si vous voulez en discuter avec elles, rdv à 14h sur : https://bit.ly/2PzANjA

de 14h à 15h30, le séminaire du Centre Internet et Société se poursuit avec une séance virtuelle autour de Paola Tubaro (CNRS) qui se demandera Qui travaille derrière l’intelligence artificielle ? Et reviendra sur les Enjeux éthiques et sociétaux d’une nouvelle forme de production
Paola Tubaro propose de porter le regard sur le « back-office » de l’intelligence artificielle (IA), et appréhende les impacts économiques et sociétaux de celle-ci, à partir de ses conditions de production et des humains qui y participent. À l’ombre des algorithmes, on découvre des multitudes de « micro-travailleurs » et « micro-travailleuses » qui exécutent des tâches courtes et standardisées, rémunérées à la pièce pour des montants faibles, pouvant descendre jusqu’à quelques centimes. Elles consistent par exemple à enregistrer sa voix afin de fournir des exemples à des modèles de reconnaissance vocale, ou à contrôler la qualité des transcriptions effectuées automatiquement.
Cette présentation prendra appui sur les premiers résultats d’une étude en cours du micro-travail dans les pays hispanophones, marqués par la centralité de l’Espagne et en même temps, par la présence massive de micro-travailleurs et micro-travailleuses du Venezuela suite à la crise économique et politique qui touche ce pays. Ainsi, Il s’agira de faire apparaître de grandes tendances et des tensions qui ouvrent sur des questions sociétales plus vastes en termes de transformations du travail, mondialisation, éthique et gouvernance du numérique.
Elle montrera que, si le marché du micro-travail pour l’IA dépasse les frontières nationales, il maintient une dimension locale et surtout, s’agence selon des lignes de division linguistiques – un aspect peu exploré dans la (toujours naissante) littérature existante, focalisée sur le monde anglophone. Elle montrera aussi qu’il y a des formes d’auto-organisation de la part des travailleurs, de création et de partage de connaissances, qui se définissent également selon des lignes linguistiques et qui constituent, pour ainsi dire, un marché autour d’un marché – un ensemble d’activités dérivées, mi-sociales et mi-marchandes, qui vivent autour des plateformes de micro-travail et à leur tour, les font vivre. Pour finir, elle reviendra sur les enjeux éthiques du micro-travail et de leurs implications pour l’IA, allant de la « juste » rémunération aux contenus des micro-tâches et à l’opacité quant à leurs usages potentiellement malveillants. Et si vous voulez suivre cette séance autour de la Sociologue et économiste, Paola Tubaro, il faut vous inscrire sur : https://cis.cnrs.fr/extras/inscriptions/sem_cis.php

de 14h30 à 16h30, le séminaire ’Autour de l’écologie politique’ se poursuit avec une séance virtuelle autour de Caroline Lejeune (Université de Lausanne) qui proposera un ’Point de vue écoféministe sur la justice environnementale’.
Et si vous voulez suivre ce séminaire en ligne il faut envoyer un mail à collectifgoupil@gmail.com

à partir de 15h aujourd’hui, Science Conf poursuit son Colloque en ligne sur les ’Violences sexistes après #MeToo’
cet aprem, il s’agira de revenir sur METOO ET LES POLITIQUES PUBLIQUES avec Gwenaëlle PERRIER (Université Paris 13) qui reviendra sur l’« Après #MeToo, et proposera une analyse « par le bas » de la prise en charge de plaintes pour violences sexuelles », avec Chloé MOUR (EHESS) et Linda SEHILI (EHESS) qui reviendront sur la necessité de « Changer les mentalités après #MeToo : à travers La sensibilisation au harcèlement à l’école aux Pays-Bas et en France » et avec Misha DEKKER ( EHESS ) qui reviendra sur « l’effet #MeToo sur le monde judiciaire » ; et si vous voulez suivre ce colloque en ligne et retrouver le programme complet, rdv sur : https://metoo.sciencesconf.org/resource/page/id/3 .

à 16h30, Le séminaire « Raison(s) pratique(s) » organisé par Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne se poursuit avec une séance virtuelle autour d’Isabelle AUBERT (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) qui reviendra sur la « Rationalité et solidarité dans la Théorie critique ».
et si vous voulez suivre cette séance en ligne, il faut vous inscrire sur :
https://evento.univ-paris1.fr/survey/seminaire-raison-s-p...-7xcuaor6

À 17h, le webinaire de la revue Lusotopie sera consacré à la présentation du numéro 2020/1 intitulé : Amílcar Cabral et l’idée de révolution anticoloniale.  
Et si vous voulez suivre ce webinaire qui se fera en portugais, il faut envoyer un mail à : ju.lvcpm@gmail.com
Et si vous voulez consulter ce numéro de la revue Lusotopie, avant la séance : accès libre ici.

À partir de 18h, Solidaires Etudiant-e-s Grands Moulins, Université populaire des Grands Moulins et la Cimade proposent une Formation en ligne sur les droits des étudiant-e-s étranger-e-s
En France tout-e étudiant-e étranger-e (ressortissant d’un pays hors de l’UE) devrait obtenir un titre de séjour étudiant dès lors qu’il ou elle a obtenu une inscription dans un établissement de l’enseignement supérieur. Or ce n’est pas le cas. Les étudiant-e-s étranger-e-s reçoivent des titres de séjour au bon vouloir des préfectures dont ils et elles dépendent administrativement.
L’attribution des titres de séjour se fait selon des critères toujours plus opaques. Les étudiant-e-s étranger-e-s peuvent se voir refuser un titre de séjour car ils ou elles ont le ’mauvais’ visa, se sont ’mal’ ou ré-orienté-e-s, parce qu’ils ou elles ont dû redoubler, quand les refus sont ’motivés’ et non purement arbitraires. Et pour cela il faut avoir réussi à déposer un dossier, alors que le système administratif dans les préfectures est structurellement engorgé et que décrocher un rendez-vous tient du miracle. Tout cela alors que les étudiant-e-s étranger-e-s, sont bien inscrit-e-s, vont en cours, passent leurs examens, comme tous les étudiant-e-s et devraient en conséquence bénéficier des mêmes droits !
Il y a quelques années la préfecture de Paris a commencé à refuser des titres de séjour à des étudiant-e-s étranger-e-s en L1, puis en L2, L3 et même maintenant en master. Ces décisions imposent aux étudiant-e-s étranger-e-s de résider ’illégalement’ en France pour pouvoir continuer leurs études, et espérer être régularisé-e-s ensuite. Privé-e-s de droits sociaux et du système habituel de bourses, il leur est de plus impossible de trouver un contrat de travail sans titre de séjour ; ces décisions les obligent donc à travailler ’au noir’, sans protection légale, pour simplement pouvoir se loger et se nourrir.
Enfin, la dématérialisation des demandes de titre de séjour n’a fait qu’aggraver la situation : les étudiant-e-s étranger-e-s n’ont plus qu’une ’confirmation de dépôt de dossier ’ au lieu d’un récépissé lorsqu’ils et elles attendent la réponse de la préfecture.
La formation proposée vise à présenter plus en détail les difficultés administratives auxquelles les étudiant-e-s étranger-e-s sont confronté-e-s, en se concentrant surtout sur la questions des papiers et de la régularisation, en évoquant aussi le fonctionnement des préfectures pour l’attribution de titres de séjour et les possibilités qu’il y a actuellement pour être régularisé-e-s.
Et si vous voulez suivre cette formation en ligne, rdv donc à partir de 18h sur : https://www.facebook.com/SolidairesGM

à 18h30, l’Association Culturelle Joseph Jacquemotte et le Collectif 1886-Charleroi-Roux proposent une visioconférence intitulée : 1886 : nouvelles technologies et résistance ouvrière
Un des éléments déclencheurs de la révolte de 1886, en Belgique, a été l’introduction de nouvelles technologies dans l’industrie verrière. Ces évolutions ont contribué à la destruction d’emplois et ont plongé de nombreuses familles dans la misère. Et aujourd’hui encore, l’introduction de nouvelles technologies dans le monde du travail entraine toujours de profonds changement dan le monde du travail ; alors si vous voulez discuter avec Marc Van Campen, du Collectif 1886 qui reviendra sur les événements de cette année là en Belgique, et Guéric Bosmans qui évoquera les réponses du mouvement ouvrier à ce problème qui reste d’actualité, rdv donc à 18h30 sur : https://www.facebook.com/Collectif1886CharleroiRoux

à 18h30 aussi, l’Iremmo - Institut de Recherche et d’Études Méditerranée Moyen-Orient propose un webinaire sur la Géopolitique des ressources naturelles en Méditerranée et au Moyen-Orient
L’objectif de ce séminaire est d’explorer les soubassements géopolitiques de la gestion des ressources naturelles qui cristallisent les jeux de pouvoir et les rivalités dans l’espace méditerranéen et au Moyen Orient. Cette question occupe une place centrale dans les bouleversements politiques, économiques et sociaux ainsi que dans la fabrique politique des identités et des États de cette région depuis le milieu du XXe siècle. Par ailleurs, la rareté des ressources naturelles, l’essor démographique et l’évolution des modes de consommation ainsi que le changement climatique accroissent les pressions sur les écosystèmes et exacerbent les tensions.
Alors pour mieux comprendre les stratégies de puissances à la lumière des questions alimentaires, agraires, énergétiques et hydrauliques ; et en discuter avec le géographe Pierre Blanc spécialiste de la gestion de l’eau au MO ; et avec le politologue Matthieu Brun, spécialiste de l’agriculture et de l’alimentation au MO ; il faut vous inscrire sur :
https://bit.ly/2YSkoYK=AT2Gf2F6zG8SGZZdOl3WwUu6cc9OVbj3pi0KaiGOn2AohLKUgAb10OmbPOx6_fSEm-gFR5SA73wM9TsfmGCuyTLqB3CiWvtBXA_JWarpAJr0GlYR0V728IOz9Kxyzgy6xc-Pj9yJbrAGAuqHbAI-OlU0]

à 19h, le séminaire Apprendre la Palestine se poursuit avec une séance virtuelle autour de Xavier Guignard qui reviendra sur L’Autorité Palestinienne aujourd’hui
Les travaux sur L’Autorité nationale palestinienne se sont longtemps intéressés à sa légitimité ou sa nature – ce qu’elle est ou devrait être, la perception de son rôle – plus qu’à sa pratique. Elle apparaissait comme un objet d’exception ou une parenthèse historique, qui n’avait nullement rempli son mandat : à savoir faire État. L’étudier dans son exercice permet pourtant de mieux saisir les transformations profondes qui ont affecté l’ensemble des espaces sociaux et politiques palestiniens. Où, comment, et sur qui agit le pouvoir palestinien ? De quoi est-il fait ? Près de trois décennies après son édification, qu’est-ce que l’Autorité a fait à la question et à la lutte palestiniennes ? C’est à ces questions que tentera de répondre le politiste Xavier Guignard, et si vous voulez en discuter avec lui, rdv à 19h sur : https://www.facebook.com/ApprendrelaPalestine

à 20h30, le collectif Feminists in the City propose un webinaire sur Les féminismes en Amérique du Sud
et si vous voulez discuter de ces différents combats qui animent aujourd’hui les courants féministes d’Argentine, du Chili ou du Brésil , avec Justine Haye, activiste féministe, metteuse en scène de la compagnie féministe La Biche Volante, rdv à 20h30 sur le site : [https://www.feministsinthecity.com/]

enfin, à minuit, heure de Paris,Amnistie Internationale Canada Francophone propose une visioconférence sur le racisme dans les médias au Québec
En tant que diffuseurs des informations et des perspectives, les médias ont un rôle extrêmement important à jouer dans la lutte contre le racisme systémique. Pourtant, plusieurs éléments font en sorte que les médias ne jouent pas toujours ce rôle au maximum de leur potentiel.
La sous-représentation des personnes noires, autochtones et racisées, et la domination des personnes blanches sur la scène médiatique signifie que les voix de ces personnes ont souvent du mal à faire entendre leurs propres histoires, opinions et identités.
Même si les discussions sur le racisme ont récemment occupé une place centrale dans le débat public, les voix des commentateurs et commentatrices blanc.he.s sont restées les plus entendues et se sont vu accorder le plus d’espace.
Et si vous voulez discuter du racisme systémique dans les médias québécois, des impacts du manque de représentation dans la tribune publique et de leur rôle dans ce contexte, avec plusieurs journalistes québécois, il faut vous inscrire sur : https://bit.ly/30T9Vxi=AT01GCnEWZLwXytWQ4u5OgjiNreF7hlS1-9sadGt3gtk-5JjCOBLyWExiguXNXYEmi8hid_6v5wwIAiiuuOCoItW_ww5WaRAPEs-1dWKlB3vcqT8XevAqAyrUhvpD2lX38dyK3UqQwAw-lnSHuVijD1S]

RDV CULTURELS

Les Marmites Artistiques présentent toujours l’exposition de photographies Afro-Colombiennes proposée par Solène Retourné
si vous voulez découvrir ce travail d’observation effectué au sein de divers espaces urbains qui a pour but de participer à la visibilité des femmes noires en Colombie, rdv à la Librairie Le Merle Moqueur au 51 Rue de Bagnolet, 75020 Paris.

à partir de 13h, la Librairie Publico vous ouvre ses portes encore aujourd’hui pour présenter l’expo proposée par Coline Picaud et intitulée « Personne ne sais qui je suis »
si vous voulez découvrir cette exposition de planches sérigraphiées tirées du dernier roman graphique de Coline Picaud, paru au éditions le monde à l’envers, rdv donc à la librairie Publico c’est au 145 rue Amelot.

A partir d’aujourd’hui, le collectif artistique Dugudus présente son expo ’NOUS LA COMMUNE’ sur les Grilles de l’Hôtel de Ville
et si vous voulez découvrir cette expo qui présente 50 communards et communardes à taille réelle, accompagnée des textes de l’historien Hugo Rousselle, rdv donc à l’hôtel de ville de paris.

À 20h ce soir, La 25e Heure, Les Oiseaux et le Festival Diversité proposent la projection virtuelle du film ’Chris the swiss’ de Anja Kofmel
Croatie, janvier 1992. En plein conflit yougoslave, Chris, jeune journaliste suisse, est retrouvé assassiné dans de mystérieuses circonstances. Il était vêtu de l’uniforme d’une milice étrangère. Anja Kofmel était sa cousine. Petite, elle admirait ce jeune homme ténébreux. Devenue adulte, elle décide d’enquêter pour découvrir ce qui s’est passé et comprendre l’implication réelle de Chris dans un conflit manipulé par des intérêts souvent inavoués.
Et si vous voulez découvrir ce film, rdv à 20h sur : https://sallevirtuelle.25eheure.com/e/diversite

Musique : Sexy Sushi – On devient fou ici !

Agenda 01.4.21

Documents joints

Aujourd'hui, on sera au téléphone avec Etienne (...)