Agenda des luttes 13 octobre

mardi 13 octobre 2020
par  Julie agenda

Aujourd’hui on sera au téléphone avec Eliott de Sud CT Saint-Denis pour parler de la grève menée par les agents de Saint-Denis depuis le 2 octobre dernier pour protester contre la remise en cause de leurs conquis sociaux et défendre le service public municipal
Pour réclamer qu’une délégation soit reçue par Monsieur Hanotin, l’intersyndicale CGT/FSU/SUD/UNSA poursuit ses rdv quotidiens devant la mairie.
pour les soutenir : rdv tous les midis devant la mairie de Saint-Denis, métro saint-Denis basilique et Jeudi 18h à la Bourse du travail de saint-denis, rue Génin.
Si vous souhaitez interpeller le maire : 01 49 33 65 23.

AGENDA 201013

De 12h30 à 14h, l’Institut de recherches et d’études sur la méditerranée et le Moyen-Orient organise un webinaire sur la tension entre la Turquie et la Grèce, du point de vue grec
Pour en discuter avec Valia Kaïmaki, journaliste et fondatrice des éditions grecque et chypriote du Monde diplomatique, rdv donc à 12h30 sur Zoom et pour avoir les codes, il faut s’inscrire sur : https://www.helloasso.com/.../la-tension-avec-ankara-vue...

à 12h30, un rassemblement est organisé devant la Cour d’appel de Versailles alors que Victor et Roga passent en audience aujourd’hui, après avoir été condamnés en première instance à respectivement 4 mois de prison avec sursis et 6 mois de prison ferme...pour avoir participé à une AG...
Au printemps 2018, les facs avaient connu un mouvement de grève massif contre Parcoursup et les présidences d’universités avaient successivement fermé les sites touchés par les blocages et les occupations, prétextant des raisons de sécurité pour affaiblir la mobilisation. Mais la contestation se généralisant, la répression s’était accentuée et c’est dans ce contexte que le 9 avril 2018, le président de l’université de Nanterre avait fait intervenir les CRS pour évacuer les étudiantes et étudiants réunis en AG ce jour là, entraînant l’arrestation brutale de plusieurs étudiants, et la poursuite en justice de Victor et Roga ! Accusés par deux policiers, l’un d’avoir tenté de donner un coup de poing au policier, l’autre de l’avoir mordu, Victor et Roga ont été condamnés à de la prison sur ces deux seuls témoignages, sans qu’aucune constatation médicale ne les confirme.
Pour exiger la relaxe de Victor et Roga, et por protester contre la répression qui s’abat sur de nombreux.euse.s militant.e.s des mouvements sociaux, un rassemblement es donc prévu aujourd’hui devant la Cour d’appel de Versailles et le rdv est donné à 12h30 au 5 rue Carnot, à Versailles.

à 13h15, le collectif La Gifle propose un départ commun depuis l’ENS Saclay vers la manifestation parisienne contre la Loi de Programmation pluri-annuelle de la recherche
le rdv est donné à 13h15, devant l’ENS Saclay, au 4 avenue des sciences à Gif-sur Yvette

à 15h, le collectif Facs et Labos en lutte appelle les personnels BIATSS, ITA, les étudiant·es, les chercheur·ses et les enseignant·es, à manifester contre la loi de programmation pluri-annuelle de la Recherche avant l’arrivée du projet de loi au Sénat
Après l’adoption de la LPPR à l’Assemblée en première lecture, le texte arrive en effet au Sénat, et ce dans un contexte maqué par une [rentrée qui se fait dans des conditions particulièrement difficiles, pour les étudiant·es comme pour les enseignant·es, enseignant·es-chercheur·ses et l’ensemble des travailleur·ses de l’ESR.
Alors pour protester contre ce projet de loi qui précarise davantage encore l’ESR, l’intersyndicale de l’enseignement supérieur et de la recherche appelle à tenir des assemblées générales dans toutes les facs et tous les labos, ainsi qu’à organiser des rassemblements locaux dans toutes les villes universitaires. Et à Paris, le collectif Facs et labos en lutte organise une manifestation depuis le campus de Jussieu vers le ministère de l’ESR. Pour y participer, rdv donc à 15h devant le site de Jussieu, métro jussieu.
plus d’infos sur : https://universiteouverte.org/.../toutes-ensemble-le-13.../

Les brigades de solidarité populaire maintiennent certaines de leurs permanences où elles distribuent encore des colis alimentaires et produits d’hygiène, des masques et du gel hydroalcoolique qu’elles produisent : alors voici les points de collecte et de distribution qui seront ouverts aujourd’hui à Paris et en banlieue :

  • Dans le 10ème, les Brigades maintiennent leur permanence à la Nouvelle Rôtisserie : aujourd’hui de 17h à 20h et c’est au 4 rue Jean et Marie Moinon
  • à Montreuil, la permanence chez Natalia sera ouverte jusqu’à 14h et c’est au 68 rue des Ramenas
  • et de 12h à 14h, les Brigades de solidarité populaire de Montreuil organisent leur cantine solidaire : ça se passe dans les locaux de l’AERI au 57 rue Etienne Marcel, à Montreuil, métro Croix de Chavaux
  • la permanence de Saint-Ouen sera ouverte jusqu’à 19h et c’est à l’épicerie les 3 poireaux qui se trouve au 21 rue Saint-Denis
  • à Ivry : La permanence sera ouverte de 15h à 18h à la Petite Pagaille, qui se trouve au 65 rue Molière

Le collectif Solidarité migrants Wilson qui vient en aide aux exilés du campement de la porte de Paris à Saint-Denis, lance un appel à bénévoles pour aujourd’hui, à 15h pour aider à la cuisine collective, et à 19h pour aider à la distribution
Si vous voulez les rejoindre, rdv au théâtre la Belle étoile, 14 rue saint Just à Saint Denis

de 17h à 19h, le Séminaire sur les Approches Postcoloniales organisé par le Centre d’Etudes sur les Relations Internationales de Sciences Po Paris fait sa rentrée.}
Et pour cette première séance, Hourya Bentouhami-Molino présentera une Phénoménologie politique du voile.
Pour en discuter avec elle et Fatiha Kaoues, rdv donc à 17h dans la Salle de conférences du CERI de Science Po qui se trouve 45 rue des Saints-Pères, dans le 6e.

De 18h à 20h, le collectif féministe La Vulva, qui a pour vocation de partager le savoir autour des plantes médicinales, propose un atelier d’échange de savoirs sur le syndrome prémenstruel ou trouble dysphorique prémenstruel
Le but de l’atelier est de comprendre les causes de ce syndrome et d’échanger des conseils pour palier à ces symptômes à travers la connaissance des plantes et de son corps.
Pour y participer, il faut s’inscrire en envoyant un mail à : lavulva@protonmail.com
puis rdv à 18h30 au poulpe qui se trouve au 4 bis rue d’Oran, dans le 18ème.

de 18h30 à 20h30, le Modatima et le Dialogue Global pour une Alternative Systémique organisent une conférence virtuelle, en espagnol avec traduction simultanée, avec des activistes chiliens, sur les perspectives et défis du soulèvement populaire et du changement de Constitution, deux semaines avant le référendum.
Un an après le début de « l’estallido social », et après six mois de gestion de crise sanitaire, un nouveau soulèvement populaire est en cours au Chili. Quels sont les enjeux du référendum constitutionnel du 25 octobre prochain ? Comment les différentes composantes du mouvement au Chili se rapportent à ce processus constituant ? Peut-on y voir une opportunité de rupture avec le modèle néolibéral ?Et Quels sont les enjeux environnementaux, et la place pour les luttes des peuples autochtones dans ce processus constituant ?
C’est à ces questions que tenteront de répondre Rodrigo Mundaca et Manuela Royo, du mouvement Modatima ; l’activiste mapuche Suyay Necualqueo, et Francisca Fernandez, du comité socio-environnemental de la Coordination Féministe du 8 mars
Pour suivre la conférence en ligne, en direct, rdv donc à 18h30, sur le lien zoom : https://zoom.us/j/99372775023

À 19h, la Société Louise Michel et la Section EHESS de la Ligue des Droits de l’Homme organisent un débat intitulé : De Lesbos à Calais : causes et conséquences de l’exclusion par l’UE des personnes contraintes à la migration
Dans la nuit du 8 au 9 septembre derniers, le camp de réfugiés de Moria sur l’île de Lesbos en Grèce était en proie à un important incendie. Prévu pour l’ « accueil » de moins de 3 000 personne exilées, le campement en abritait plus de 12 000 dans des conditions indescriptibles de promiscuité, de sous-alimentation et de conflits latents. Cette catastrophe humanitaire est en fait un drame politique. Elle est la conséquence de la politique conduite par l’Union européenne à l’égard des personnes contraintes à la migration : blocage, rejet, exclusion. Sous la dénomination trompeuse de « hotspot » le camp de Moria n’est rien d’autre qu’un centre de tri : d’un côté les personnes susceptibles de formuler une demande d’asile, de l’autre les exilés considérés comme migrants économiques et par conséquent passibles d’une expulsion immédiate. Censé remplacer les accords de Dublin III, le « Pacte sur la migration et l’asile » que vient de proposer la Commission européenne reprend exactement la même logique, mais avec des procédures accélérées... 
en réalité, Il s’avère que l’UE refuse l’accueil et le droit au refuge des personnes qu’elle a elle-même contribué à précariser par une politique de mondialisation économique et financière, entraînant un creusement abyssal des inégalités, des conflits armés, une urbanisation sauvage, une exploitation sans merci des matières premières avec les pollutions qu’impliquent l’extractivisme et le productivisme, et surtout une exploitation raciste de la force de travail, digne du pire des colonialismes, dans un négation généralisée et des droits de la personne et des droits sociaux de tout être humain.
Pour en parler avec Danièle Lochak, ancienne Présidente du GISTI, Henri Lefebvre, du Centre de Recherche et d’Information pour le Développement, et Claude Calame, qui vient de signer un ouvrage sur les Migrations forcées, les discriminations et exclusions et Les enjeux de politiques néocoloniales, aux, Éditions du Croquant, rdv donc à 19h dans la salle Lombard de l’EHESS qui se trouve au 96 Bd Raspail, métro Saint-Placide ou Notre-Dame-des-Champs

comme tous les mardis, de 19h30 à 22h, la Coordination contre la répression et les violences policières organise sa réunion pour renforcer les solidarités et les soutiens contre la répression et les violences, dans les quartiers et les manifs.
Pour y participer, rdv donc ce soir à partir de 19h30, dans le local de l’AERI qui se trouve au 57 rue Etienne Marcel à Montreuil, métro Croix de Chavaux.

À partir de 20h30, le collectif feminist in the City organise un webinaire sur la chasse aux sorcières du Moyen-Âge à nos jours
et pour suivre le webinaire, rdv à 20h30 sur le site internet du collectif : www.feministsinthecity.com

enfin, demain matin, de 10h à 12h, Le GAB IdF, le Réseau des Amap IdF, Terres de Liens et les Champs des possibles, réunis au sein de l’association Abiosol, pour accompagner les futures installations d’agriculteurs et d’agricultrices biologiques en Île de France organisent sa réunion mensuelle pour les porteurs de projets en agriculture.
Alors si vous avez un projet d’installation en agriculture biologique et que vous avez besoin de conseils, rdv de 10h à 12h demain, dans les locaux d’Abiosol qui se trouvent au 47 avenue Pasteur, à Montreuil

Infos et rdv culturels

de 18h30 à 20h, le Centre Arabe de Recherches et d’Etudes Politiques de Paris organise un webinaire sur la culture pop égyptienne
Alors que la décennie qui a suivi la révolution de Tahrir s’achève sur un constat de désenchantement, la fécondité de la culture populaire égyptienne reste intacte, voire aiguisée par le retour de bâton autoritaire. En Analysant un corpus musical, audiovisuel, littéraire ou numérique très contemporain, et en s’appuyant sur les concepts des ’cultural studies’ au sens large, Richard Jacquemond propose une promenade jouissive dans la culture populaire égyptienne d’aujourd’hui et son regard sur hier et demain.
Et pour suivre le webinaire en direct, rdv à 18h30 sur : https://www.carep-paris.org/evenements/webinaire-17-promenade-dans-la-culture-pop-egyptienne/

à partir de 19h, la librairie de beaux lendemains accueille Julia Montfort pour une discussion autour de ses ’Carnets de solidarité’, parus aux éditions Payot.
L’histoire a démarré à Bagnolet, sous le toit de la journaliste et réalisatrice Julia Montfort, lorsqu’en juin 2017, elle ouvre sa porte à un jeune exilé tchadien nommé Abdelhaq, et filme au fil des mois cette cohabitation singulière. De cette websérie documentaire en six épisodes, à la version papier publié chez Payot, Julia Montfort montre que cette cohabitation est avant tout une histoire de solidarité.
Pour en parler avec elle et José Benavente, co-fondateur de l’ONG Pilotes Volontaires qui repère les embarcations en détresse en mer Méditerranée, rdv donc à 19h à la librairie de beaux lendemains, 8 allée rosa parks, à bagnolet

Quelques jours avant l’arrivée de la marche des sans-papiers à Paris, la librairie La brèche accueille Olivier Le Cour Grandmaison et Omar Slaouti pour une discussion autour de l’ouvrage ’Racismes de France’ qu’ils ont co-dirigé.
Aujourd’hui en France, des personnalités médiatiques et politiques de premier plan, jusqu’au plus haut niveau de l’État, attisent les haines et les peurs, agitant le spectre du « séparatisme » et l’épouvantail du « grand remplacement » qui menaceraient la République française « une et indivisible ». De là, la stigmatisation des Arabes, des Noirs, des musulmans, des Asiatiques, des Rroms…Qu’elles soient françaises ou étrangères, les personnes non blanches sont toujours construites comme de potentielles ennemies de l’intérieur, d’autant plus lorsqu’elles tentent de résister à ces discriminations. Cet ouvrage collectif entend déconstruire les mécanismes de racialisation qui sont aux fondements mêmes de l’État-nation et du fonctionnement de ses institutions afin de mettre au jour les liens entre les hiérarchies raciale, religieuse et culturelle établies à l’époque coloniale et celles d’aujourd’hui, à l’origine de discriminations structurelles multiples.
Pour en parler avec Omar Slaouti et Olivier Le Cour Grandmaison, rdv à partir de 19h, à la librairie la Brèche, 27 rue Taine, métro Daumesnil ou Dugommier

à 19h aussi, la librairie Boréalia organise une rencontre avec SYLVIE LASSERRE autour de son livre « Voyage au pays des Ouïghours » qui décrit les méthodes de la Chine pour réduire ce peuple au silence en pratiquant une assimilation forcée, la destruction de leur patrimoine, la discrimination et l’enfermement
pour en parler avec elle, rdv donc à 19h à la librairie BOREALIA, 33 rue de la Villette, M° Jourdain ou Buttes Chaumont
Inscriptions sur https://borealia.eu/categorie-produit/evenement/

à 19h, La librairie le merle moqueur accueille Ray Clid (Cyril Da) pour une discussion autour son roman ’L’entreprise de l’angoisse’, publié aux éditions Velvet.
Pour découvrir ce livre-jeu parodique dont vous êtes l’héroïne ou le héros plongé.e dans les bureaux d’une multinationale, rdv donc ce soir à la librairie le merle moqueur qui se trouve au 51 rue de Bagnolet.
Pour participer, il faut s’inscrire en envoyant un mail à l’adresse merlemoqueur75020@gmail.com, par téléphone au 01.40.09.08.80

ce soir le cinéma la Clef propose la projection de MAMAÏA réalisé par José Varela en 1967 qui propose une plongée loufoque dans une station balnéaire roumaine l’année de l’accession au pouvoir de Ceaucescu.  
Pour le découvrir ou le redécouvrir, rdv au ciné la Clef, 34 rue daubenton, métro Censier

à partir de 19h30, la Librairie Quilombo invite Quentin Deluermoz pour une discussion autour de son livre sur la commune, qui sort bientôt aux éditions du Seuil.
A partir d’une enquête archivistique minutieuse, l’auteur revient sur la force de cet événement et retrace l’histoire transnationale des échos, entre l’espérance révolutionnaire française et les trajectoires insurrectionnelles mondiales.
Pour discuter avec lui des traces de cet événement dans notre présent, rdv donc ce soir à côté de la librairie, au CICP, 21 ter rue Voltaire

à partir de 19:30, la Librairie coopérative Envie de Lire propose une rencontre autour de la BD "Mille vies de plus” de Pepe Galvez et Alfonso Lopez, paru aux éditions Otium, qui retrace la vie d’un résistant au franquisme, Miguel Nuñez.
Ça se passe à la librairie envie de lire, 16 rue gabriel Péri, Ivry-sur-Seine

enfin, à 20:00, le mk2 Beaubourg propose une projection en avant-première du film Première Marche réalisé par Hakim Atoui et Baptiste Etchegaray, en présence de l’équipe du film.
Le 9 juin 2019, quatre étudiants organisent à Saint-Denis, la première Marche des fiertés en banlieue. 50 ans après Stonewall, Youssef, Yanis, Annabelle et Luca imposent le combat LGBT là où personne n’avait voulu l’imaginer. Une immersion trépidante parmi les organisateur.rice.s de la pride, banlieusard.e.s et fier.e.s.
Pour découvrir le film en avant-première, rdv donc à 20 au MK2 Beaubourg, 50 rue rambuteau, métro rambuteau.

AGENDA 201013

Documents joints

OpenDocument Text - 36.1 ko