Agenda des luttes 2 octobre

vendredi 2 octobre 2020
par  Julie agenda

Aujourd’hui, on sera au téléphone avec Nicolas d’Alternatiba Paris pour parler de la marche sur les aéroports organisée demain
https://alternatiba.eu/2020/07/le-3-octobre-marchons-sur-les-aeroports/

AGENDA 02102020

et pour faire écho au discours d’Emmanuel Macron, ce matin, on commence avec ce communiqué intersyndical CGT – FSU – Solidaires – Unef – UNL, au sujet du séparatisme et qui affirme le refus d’une loi de stigmatisation, de division, la considérant comme une nouvelle attaque des principes de laïcité
alors que Le ministère de l’intérieur, celui de la citoyenneté et l’Élysée ont annoncé préparer une loi sur le « séparatisme » présentée à l’automne pour un vote devant intervenir au début de l’année 2021, les organisations syndicales affirment qu’elles ne laisserons pas ainsi diviser, fracturer la société française et plus particulièrement les classes populaires par une nouvelle campagne islamophobe de stigmatisation des populations musulmanes ou perçues comme telles qui sont systématiquement visées dans les propos des ministres et au plus haut sommet de l’État.
Personne n’est dupe : ce sont nos concitoyennes et concitoyens de confession musulmane qui sont visés par ce projet de loi. Les exemples donnés dans les médias se réfèrent systématiquement à l’Islam, aux musulmanes et aux musulmans. Ce projet de loi vise à désigner un « ennemi intérieur ». Si l’on en croit les propos du ministre de l’intérieur il s’agit même de contrôler l’expression du dogme. Si des expressions religieuses contreviennent au droit, l’État dispose déjà du dispositif législatif pour agir mais il n’a pas à se mêler du dogme d’aucune religion.
Hérité du racisme colonial, ce projet est une nouvelle expression d’un débat public saturé de fantasmes xénophobes : l’usage du mot « ensauvagement » répété à l’envie par le ministre de l’intérieur, la monstrueuse mise en scène raciste de la députée Danièle Obono dans Valeurs actuelles, la « plaisanterie » d’un ancien président de la République assimilant « singe » et personnes noires, les humiliations publiques répétées de femmes qui portent le foulard… tout cela n’est pas le domaine réservé de l’extrême droite.
Récemment encore, des député·es ont exprimé, à l’égard de la Vice-Présidente de l’UNEF, des exigences qui outrepassaient les obligations légales et mettaient en cause des droits reconnus par le principe de liberté de conscience. Alors qu’elle s’exprimait au sujet des conditions étudiantes difficiles à cause de la crise sanitaire, certain·es ont préféré voir son voile avant ses valeurs et ont tenté de l’humilier.
La laïcité a pour objectif principal de garantir les libertés et l’égalité. Si l’État se doit d’être neutre et laïc, c’est justement pour permettre de pouvoir être libre d’exprimer ses idées à partir du moment ou cette expression n’empiète pas sur la liberté d’autrui. Les principes laïques ne doivent pas être dévoyés ni être appliqués à géométrie variable. Aussi, les organisations syndicales rappellent leur attachement à la laïcité qui permet l’exercice réel de la liberté d’opinion, d’expression et de conscience. Cela impose d’investir massivement dans des services publics. Modifier la loi de 1905 , comme le projette l’exécutif avec sa loi sur le prétendu « séparatisme » risque de détruire cet équilibre et de renforcer l’instrumentalisation de la laïcité. Enfin, les organisations affirment qu’elles prendront leurs responsabilités, continueront de se mobiliser pour l’égalité des droits et seront attentives aux initiatives unitaires prises dans le cadre de l’examen de ce projet de loi. Elles appellent toute la population à refuser ces divisions, à se battre ensemble contre tous les racismes, à faire face ensemble pour exiger et construire des réponses aux urgences sociales.

et c’est aujourd’hui qu’a lieu l’audience de Vincenzo Vecchi devant la Cour d’appel d’Angers
Vincenzo Vecchi, militant anticapitaliste et antifasciste italien, a été condamné à 13 ans de prison par la justice italienne sous le chef d’inculpation « dévastation et pillage » issu du régime fasciste italien des années 1930, qui permet de le condamner pour avoir uniquement participé à des manifestations contre le G8 de Gênes en 2001.
Victime d’une terrible répression judiciaire, il s’est alors exilé en France, et s’est installé à Rochefort-en-terre où il vit et travaille comme peintre-charpentier depuis 9 ans. Mais l’année dernière, il s’y est fait arrêté et depuis il est menacé d’être remis aux autorités italiennes en vertu d’un mandat d’arrêt européen émis par Rome qui permet depuis 2004, une procédure simplifiée d’extradition.
La justice française doit décider aujourd’hui de son extradition ou non vers l’Italie. Aussi le comité de soutien à Vincenzo Vecchi appelle à un rassemblement de soutien devant le Palais de justice d’Angers.
Et pour celles et ceux qui ne peuvent pas être à Angers aujourd’hui pour le soutenir, vous pouvez suivre le déroulé de la journée avec le comité de soutien, via sa page Facebook : https://www.facebook.com/soutienvincenzo/
vous pouvez aussi suivre le comité sur sa page internet : https://www.comite-soutien-vincenzo.org/
vous pouvez renflouer la cagnotte pour aider le comité de soutien à financer la procédure judiciaire : https://www.comite-soutien-vincenzo.org/actualites/soutien-financier/
et vous pouvez encore, si ce n’est pas déjà fait, signer la pétition de soutien : https://www.change.org/p/soci%C3%A9t%C3%A9-civile-libert%C3%A9-pour-vincenzo-vecchi

à 15h30, aujourd’hui, l’Institut français du Proche-Orient à Beyrouth poursuit son cycle de webinaires intitulé « Après le 4 août : réflexions sur les quartiers endommagés de Beyrouth et leurs habitants » qui propose d’analyser les enjeux historiques, patrimoniaux, urbains et socio-économiques de cette catastrophe
et pour la séance d’aujourd’hui, intitulée ’sans toi ni loi’, Khaled Rifai reviendra sur les Enjeux juridiques de la protection du patrimoine beyrouthin’
pour rejoindre la discussion en ligne, il faut s’inscrire en envoyant un mail à : contact@ifporient.org ; puis rdv sur le lien que vous retrouverez sur le site de l’agenda : https://www.ifporient.org/webinaire-apres-le-4-aout-2/

à 16h, le retour à la grève, soutenu par le collectif de soignants Bas les Masques, le syndicat étudiant le poing levé et la boulangerie autogérée la conquête du pain organisent un rassemblement de soutien à Malek, salarié de Biocoop qui est mis à pied pour faute grave et convoqué à un entretien préalable à licenciement
Alors que les salariés des magasins d’alimentation biologique parisiens ’Biocoop-Le Retour à la Terre’, sont en grève depuis le 9 juillet pour protester contre la mise en vente des deux magasins, et contre l’instauration du travail du dimanche, et réclamer de meilleures conditions de travail et de salaires, la répression patronale s’exerce de plus en plus en plein jour. Ainsi, Aux chantages aux jours de congés, se sont ajoutées les menaces de plaintes pour diffamation pour faire taire les grévistes, et la menace de licenciement pure et simple.
Ainsi Malek, Laetitia et Sébastien se retrouvent dans le viseur de la direction pour .avoir défendu leurs collègues et avoir pris la parole sur le piquet de grève pour dénoncer l’exploitation qui se cache derrière l’étiquette ’bio’, solidaire et humaine de l’entreprise.
C’est aujourd’hui que Malek est convoqué, alors pour le soutenir, un rassemblement est organisé à 16h sur le piquet de grève qui se trouve au 1 rue le Goff, dans le 5ème.

De 17h à 19h aujourd’hui, Rights International Espagne organise un webinaire, en espagnol, à l’occasion de la sortie de son rapport consacré à la crise sanitaire du Covid- 19 et à son impact sur l’augmentation du racisme et de la xénophobie en Espagne
Pour en parler avec les auteurs du rapport, et avec un représentant de l’Union syndicale andalouse des travailleurs qui reviendra sur la situation des travailleurs saisonniers migrants, avec une représentante de la campagne # RegularizaciónYa qui reviendra Sur le travail domestique et l’économie informelle, ou encore avec un représentant de l’association Gypsy Lawyers qui reviendra sur la recrudescence des crimes anti-tziganes ; rdv donc à 17h sur : https://us02web.zoom.us/.../reg.../WN_2FuW3HzNTtKBhbKQeDcRxw

de 18:00 à 20:00, la campagne unitaire Pour la Libération de Georges Abdallah organise un rassemblement dans le cadre du mois international d’actions qui se conclura avec une manifestation devant la prison de Lannemezan le 24 octobre prochain
pour participer au rassemblement de ce soir, rdv à 18h sur la place de Ménilmontant, métro Ménilmontant.

de 18:30 à 20:30, l’Institut de Recherche et d’Études Méditerranée Moyen-Orient organise un webinaire sur les décolonisations françaises avec les historiens Sandrine Lemaire et Pascal Blanchard
Pour suivre la conférence sur Zoom et poser vos questions : https://www.linscription.com/activite.php?P1=50956
Pour suivre la conférence en direct sur notre chaîne Youtube : https://www.youtube.com/user/upiremmo

de 19:00 à 21:00, le syndicat étudiant de l’université paris 1, Le Poing Levé organise une réunion pour préparer la riposte face à la mauvaise gestion sanitaire, à la casse de l’université et à la précarité étudiante
ça se passe sur le centre Pierre Mendès France de l’université paris 1 qui se trouve au 90 rue de Tolbiac

demain, à partir de 12:00 et jusqu’à 17:00, les groupes GJ Citoyens En Colère Et Gilets Jaunes Unis se donnent rdv sur la place d’Armes devant le château de Versailles
le rassemblement sera suivi à 14h d’une manifestation jusqu’à la place ÉDOUARD de la BOULAYE, avec une pause sur le marché notre-dame pour des prises de parole, puis retour vers la place d’Armes.

À partir de 13:30, c’est le groupe des GJ en colère contre les médias qui se donnent rdv devant la maison de la Radio
le rdv est donné à 13h30 devant Radio France, pour une manifestation qui passera devant les sièges des grands médias audiovisuels : TF1, C8/CNews, France 24/RFI, BFM, et France Télévisions

à 14:00, demain, la Coordination RATP-SNCF organise une Réunion des agents des transports publics pour préparer la riposte
ça se passe demain à partir de 14h, au Théâtre de L’Échangeur, qui se trouve au 59 av. du Gal de Gaulle, à Bagnolet

samedi et dimanche, la commission de mobilisation du travail social IDF et de nombreux collectifs de travailleurs du secteur social se retrouvent autour des 5èmes rencontres nationales du travail social en lutte !
Le secteur social subit depuis plusieurs années des attaques menées par les gouvernements successifs : austérité budgétaire et mise en concurrence via les appels à projets des financeurs, marchandisation via les contrats à impact social, tarification à l’acte, déqualification avec les réformes des diplômes et retour en force du bénévolat. Sans parler du démantèlement des conventions collectives et du statut de fonctionnaires. Des dérives qui renforcent la perte de sens et la souffrance des professionnel·les, au détriment des personnes accompagnées.
Et bien sûr, La catastrophe sanitaire, sociale et économique actuelle ne fait qu’accroitre, dans la grande majorité des établissements, les problématiques existantes et elle en créée même de nouvelles comme : mise en danger des publics et des salarié·es par l’absence de matériel de protection, risque de pérennisation du télétravail nous éloignant du terrain et nous isolant les un·es des autres, développement d’outils de contrôle et de quantification de l’activité, « réserve sociale » favorisant le travail gratuit… Par voie d’ordonnance, le gouvernement permet de nouvelles attaques sur le droit du travail : vol de congés payés, chômage partiel… Et la prime COVID a crée une scandaleuse disparité dans le secteur alors qu’il faudrait une réelle augmentation de salaire pour toutes et tous.
Face à la violence de ces attaques, les luttes se multiplient, et des collectifs et syndicats se mobilisent, mais pour gagner en visibilité et se généraliser, ces luttes gagneraient à se coordonner. alors pour cela, sont organisée ce we les 5ème rencontres nationales.
Ça se passe donc samedi et dimanche, à partir de 9h au Cemea Ile de France, 65 Rue des Cités, à Aubervilliers

Dimanche à partir de 13h, le garage Mecasolid squatté à Montreuil ouvre ses portes
avec au programme : un repas solidaire, un atelier d’initiation à la mécanique, et à 16h une table-ronde avec le collectif Prnons la ville qui présentera le 3ème numéro du fanzine ’l’En-Ville’ qui parlent dees transformations et des luttes urbaines à Montreuil et Bagnolet
Rdv donc dimanche à 14h au garage Mecasolid qui se trouve au 161 rue Étienne Marcel, à Montreuil.

dimanche à 14h, le Marbré organise une AG publique
le Marbré c’est ce nouveau squat montreuillois qui s’est ouvert le 15 septembre dernier, et malgré la visite des flics et du gestionnaire immobilier le lendemain, le lieu tient !
Dans cette ancienne marbrerie vidée de ses ouvriers et laissée à l’abandon depuis 4 ans, le propriétaire, Raphaël Dary voudrait en faire de jolis appartements à revendre participant ainsi à la gentrification du Bas-Montreuil. Mais c’était sans compter, l’ouverture collective du lieu rebaptisé le marbré : moelleux comme le gâteau et solide comme la pierre..
Cette occupation repose sur un refus : celui de galérer et travailler pour se payer un loyer dans ce bas-Montreuil en constante gentrification, que ce soit pour habiter ou pour s’organiser.
Le Marbré se veut un lieu non-marchand, auto-géré, avec un fonctionnement inclusif, et justement pour discuter collectivement de ce fonctionnement à mettre en place, une AG publique est donc organisée dimanche à partir de 14h, au 39 rue des deux communes à Montreuil.

rdv culturels pour aujourd’hui et ce we
aujourd’hui, et ce we encore, de 13:00 à 15:00, la section française de l’Observatoire international des prisons et la section locale de la Ligue des Droits de l’Homme du 14ème proposent une projection-débat autour du film documentaire ’AI-JE LE DROIT D’AVOIR DES DROITS ?’, réalisé par Catherine Rechard
De prison en prison, plusieurs fois par semaine, des avocats se rendent au parloir pour rencontrer les clients qu’ils accompagnent dans leur détention. Présents à leurs cotés après le procès et tout au long de leur peine, ils assurent ainsi une forme de « service après vente ». Le droit n’est entré en prison que dans le milieu des années 90 et les avocats sont encore peu nombreux à exercer dans cette spécialité.
Alors, à l’intérieur des murs, des détenus s’emparent du droit et entreprennent seuls des procédures juridiques et contentieuses ouvrant pour certains de nouvelles perspectives.
Pour découvrir ce film et en discuter avec sa réalisatrice et des représentants de la section française de l’observatoire international des prisons et de la ligue des droits de l’homme, rdv donc à 13h, aujourd’hui, samedi ou dimanche, au cinéma le Saint-André des Arts qui se trouve au 30 de la rue Saint-André des Arts, métro Saint-Michel.

A partir d’aujourd’hui et tout le we, l’association Autres Brésils organise la 16ème édition de son Festival Brésil en Mouvements
Le plus grand festival de films documentaires brésiliens d’Europe propose cette année : des projections-débats autour de 12 films, dont 9 inédits en France, sur le thème : des peuples autochtones, des racines et du racisme, des violences d’Etat des luttes LGBT et de la jeunesse dans les favelas
et Pour consulter la programmation complète, rdv sur le site internet :
http://www.autresbresils.net/Edition-2020
et ça se passe aujourd’hui et ce we, au Cinéma Les 7 Parnassiens qui se trouve au 98 Boulevard du Montparnasse, métro Montparnasse.

samedi à 16:00, la Librairie coopérative Envie de Lire organise une rencontre-dédicace avec Victoria Dorche autour de son livre pour enfant « Calamity Jeanne », publié aux éditions Helium.
Calamity Jeanne n’est pas comme les autres petites filles. Elle déteste les barbies et le rose, mais grimper aux arbres, patasser dans la boue et faire le yéti, ça, c’est son affaire ! Et quand il faut se mettre sur son trente et un, elle enfile ses bottes de cow-boy sous sa jolie robe ! Mais aujourd’hui, c’est son anniversaire, et pour sa nouvelle amie Lily-Rose, qui est habillée comme une fée, Jeanne va devoir se surpasser.
Pour découvrir avec son autrice, ce livre jeunesse qui déconstruit les stéréotypes de genre, rdv pour le gouter samedi, à la librairie coopérative Envie de lire qui se trouve au 16 avenue Gabriel Péri, à Ivry-sur-Seine

samedi, à partir de 19:00, pour soutenir l’équipe de la Clef Revival, le collectif L’Abominable propose une projection-débat autour du film Les Soviets plus l’électricité, réalisé par Nicolas Rey en 2001
L’abominable a travaillé avec le cinéma associatif feu-la-clef, notamment lors des programmations du Collectif Jeune Cinéma, c’est donc tout naturellement que l’équipe de l’abominable soutient aujourd’hui le projet porté par l’association Home Cinéma pur faire revivre le dernier cinéma associatif de paris.
Pour cela, l’Abominable propose ce soir de sortir de sa collection LES SOVIETS PLUS L’ÉLÉCRICITÉ de Nicolas REY, en Super 8 sur 16mm, couleur, son optique pour vous proposer Un cinévoyage au pays qui n’existe plus. Trois heures de transports en commun pour Parcourir la Russie comme on fait le tour d’une maison qui n’est pas la sienne.
Pour découvrir ce film et rencontrer son réalisateur et l’équipe de l’abominable, rdv donc samedi soir à la Clef Revival, 34 rue Daubenton, métro Censier.

samedi et dimanche, le culturé organise une rencontre entre deux collectifs, Mechta et Echoracli : qui regroupe des artistes femmes, illustratrices et photographes, qui feront dialoguer leur travail.
MECHTA est un collectif d’illustratrices qui s’organise en mixité choisie pour réaliser des affiches militantes et en assurer l’impression en risographie. ÉCHORACLI est un collectif de photographes issues du collectif Échobanlieues, qui ont décidé de former un groupe non mixte afin de permettre la mise en lumière des femmes dans les quartiers.
Et donc pour découvrir les travaux de ces deux collectifs, et discuter avec elles de la création en non-mixité, rdv samedi et dimanche au Culturé qui se trouve au 24 rue Benjamin Delessert, à Pantin

enfin, autour du film Un pays qui se tient sage de David Dufresne, plusieurs projections-débats, sont organisées aujourd’hui et ce we :

  • ce soir à 19h30 avec Aude Lancelin et Taha Bouhafs au 7 parnassiens qui se trouve au 98 bvd du Montparnasse
  • ce soir à 20h avec le Syndicat des Avocats de France & le Bondy Blog au MK2 Beaubourg, 50 rue Rambuteau
  • ce soir à 20h avec Serge D’Ignazio (photographe collaborateur de Basta ! et auteur de l’ouvrage-photo, récit de la lutte des gilets jaunes « On est là ! ») et Yannick Kergoat (des Editions Adespote, et co-réalisateur du film Les Nouveaux Chiens de garde avec Gilles Balbastre) : ca sera au ciné les 3 luxembourg qui se trouve au 67 rue Monsieur le Prince
  • ce soir, à 20h30 avec Laura Vallès, coordinatrice fédérale du Mouvement pour une Alternative Non-Violente (MAN) au cinéma Jean Vigo, à Genevilliers
  • et dimanche à 16h avec Vanessa Langard du collectif les Mutilés pour l’exemple, et un représentant du collectif Plein le Dos, au Reflet médicis, 3 rue Champollion

Musique : Gilles Servat - La blanche hermine

AGENDA 02102020

Documents joints

Aujourd'hui, on sera au téléphone avec Nicolas (...)