Agenda des luttes 7 septembre

lundi 7 septembre 2020
par  Julie agenda

Aujourd’hui, on sera au téléphone avec Selim de l’UNEF-Tacle pour parler du rassemblement qui avait lieu ce matin sur le site de Nanterre pour les sans facs
Pour les suivre : https://www.facebook.com/UNEFTACLE/

Agenda 07/09/2020

et on commence avec cette alerte lancée par le collectif Solidarité Migrants Wilson alors que la Mairie socialiste de St-Denis se prépare à envoyer la police pour déloger les habitants du campement de porte de Paris.
La police municipale a en effet distribué un arrêté de la mairie désormais dirigée par Monsieur Hannotin, qui ’demande’ aux 300 à 400 exilé-e-s qui survivent depuis plusieurs semaines dans des conditions indignes à la porte de Paris, sous le pont de l’autoroute A1, de quitter les lieux dans les 48h. Faute de quoi, le maire fera évacuer tout le monde par la police.
Évidemment, cet arrêté ne dit rien du sort réservé aux personnes ! Et il est à craindre que cette évacuation se fasse sans solutions d’hébergement et qu’on les laisse ainsi errer dans les rues, sans leurs biens de première nécessité qui sont généralement détruits par les forces de l’ordre.
Alors pour soutenir les exilés du campement de porte de Paris, rdv sous le pont de l’autoroute A1 au niveau du Stade de France et c’est au métro saint-Denis porte de Paris.
Et pour suivre la situation, vous pourrez retrouver la page facebook du collectif solidarité Migrants Wilson sur : https://www.facebook.com/permalink.php?story_fbid=1526300160904084&id=598228360377940

on poursuit avec cette mauvaise nouvelle : ce we, l’État grec a brutalement mis fin à seize années d’occupation libertaire auto-organisée du squat Rosa Nera, qui se trouvait sur la colline de Kastelli à Hania.
Depuis la prise du pouvoir par un gouvernement de droite, des dizaines de squats politiques anarchistes ou antiautoritaires ont été évacués par la violence policière ; au nom de l’« ordre et de la sécurité ».
À Rosa Nera, les Forces spéciales antiémeutes, soutenues par les forces de police locales, ont arrêté 16 personnes, parmi lesquelles des immigré·e·s qui étaient hébergé·e·s dans le squat ; et malgré la résistance et la solidarité des locaux, les flics ont repris le bâtiment appartenant à l’Université technique de Crète, qui après l’avoir abandonné pendant des décennies, a décidé de le louer à une entreprise israélienne pour y faire un hôtel de luxe.
Si vous voulez retrouver le communiqué de l’assemblée de Rosa Nera, rdv sur :
https://www.lavoiedujaguar.net/Solidaires-de-Rosa-Nera-en-Crete-ou-l-Etat-grec-met-brutalement-fin-a-seize
Site de Rosa Nera : https://rosanera.squat.gr/=AT3nMosFHVFqZ6y0eCOSVyqvfiIF07YlYbllEDkfSWGSuBakEyA6Ul1gdrPTrVU_WAbV6kHZtuPV-CZTJLJZRRVCXmNoA8sC1bMQUYYWXhxfVsmjWevgCh0qfJBjoiS0qG27YrZDOBJMZyEfLM8b]

On continue avec cet Appel à action lancé par le Comité de soutien de l’ avocat franco-palestinien, Salah Hamouri,pour empêcher son expulsion de Jérusalem
jeudi dernier, Salah Hamouri a été convoqué au centre d’interrogatoire de Moskobiyeh, à Jérusalem où on lui a remis une lettre du ministre de l’intérieur israélien, Aryé Deri, membre du parti ultra-orthodoxe Shas. Par cette missive, le ministre indique sa décision de retirer purement et simplement la carte de résidence permanente de Salah Hamouri, seul papier officiel lui permettant de vivre, chez lui, à Jérusalem. A cette fin, il invoque une loi de 1952 sur « l’entrée en Israël » alors que Salah est né et vit à Jérusalem depuis 1985. Pour justifier cette révocation définitive, le ministre de l’intérieur s’appuie sur des faits supposés, et jamais prouvés, pour lesquels Salah Hamouri a déjà effectué plus de 8 années de prisons. Par cette décision politique arbitraire, le ministre de l’intérieur supplante le système judiciaire, ainsi que le droit de chaque « accusé » à se défendre.
Aussi, le comité de soutien propose d’interpeler les plus hautes autorités de l’Etat, celles de l’Europe, et les défenseurs des droits humains, pour défendre cet avocat franco-palestinien, harcelé par Israël.
Et Pour cela, le comité de soutien a préparé une lettre type et repertorié les adresses sur lesquelles l’envoyer.
Et pour suivre ou rejoindre le comité de soutien à Salah Hamouri, rdv sur le lien que vous retrouverez sur le site de l’agenda : https://www.facebook.com/freesalahhamouri
Envoyez le message ci-dessous ou votre propre message aux adresses suivantes :

Monsieur le Consul,
ou Monsieur le Ministre des affaires étrangères,
ou Monsieur le Président de la République,
Le 3 septembre 2020, notre compatriote, l’avocat franco-palestinien, défenseur des droits de l’homme, Salah Hamouri, s’est vu remettre par la police israélienne un courrier lui signifiant l’intention du ministre de l’intérieur israélien de lui retirer la carte de résidence permanente à Jérusalem.
Israël s’est doté en 1952 d’une loi, contraire au droit international, s’octroyant le « droit » d’autoriser ou non les Palestiniens de Jérusalem à vivre sur leur terre natale. Il entend l’utiliser contre Salah Hamouri alors qu’il est né et qu’il vit à Jérusalem depuis 1985.
Cet acharnement d’Israël contre notre compatriote afin qu’il ne puisse pas vivre en famille sur sa terre natale doit cesser. 
La France doit lui apporter sa protection et garantir que ses droits fondamentaux – dont celui de vivre sur sa terre natale – soient respectés.
Je vous demande d’œuvrer au nom de la France, pour que Salah Hamouri ne soit pas expulsé de sa terre natale et afin qu’il puisse vivre à Jérusalem avec sa famille.
Veuillez agréer, Monsieur, l’expression de ma haute considération.

Les brigades de solidarité populaire maintiennent certaines de leurs permanences où elles distribuent encore des colis alimentaires et produits d’hygiène, des masques et du gel hydroalcoolique qu’elles produisent : alors voici les points de collecte et de distribution qui seront ouverts aujourd’hui et demain à Paris et en banlieue :

  • dans le 11eme : une perm sera ouverte au 5 passage du marché, de 14h30 à 18h
  • dans le 13ème : une perm sera ouverte au 25 rue du moulinet de 14h à 18h
  • à Saint-Ouen : la perm de l’épicerie les 3 poireaux sera ouverte de 9h à 19h et c’est au 21 rue Saint-Denis
  • à Montreuil : la permanence du local de l’AERI sera ouverte de 10h à 18h et c’est au 57 Rue Étienne Marcel ; et la perm Chez Natalia sera ouverte de 11h à 14h au 68 rue des Ramenas
    demain matin :
  • à Montreuil, la permanence chez Natalia sera aussi ouverte à partir de 11h jusqu’à 14h
  • et demain aussi la permanence de Saint-Ouen au 3 poireaux sera ouverte à partir de 9h jusqu’à 19h

Les consultations en droit du travail à la Bourse du Travail reprennent et se font désormais sur rdv
et pour prendre rdv vous pouvez les contacter du lundi au vendredi, de 8h à 15h30, au : 01 44 84 50 21

de 12h à 14h la Cantine Syrienne de Montreuil ouvre ses portes
alors pour les rencontrer et partager un bon repas à prix libre, rdv entre 12h et 14h dans le local de l’AERI au 57 rue Étienne Marcel, à Montreuil

suite à la pollution de la Seine volontairement causée par l’entreprise de cimenterie Lafarge, l’association PAZ appelle à un rassemblement aujourd’hui à 13h
Alors que le Premier Adjoint, Emmanuel Grégoire, avait annoncé le 1er septembre que la Mairie de Paris déposerait plainte, la procédure a finalement été suspendue.
Aussi, l’association Paz qui milite pour la protection des animaux entend déposer plainte et demande aux élus parisiens :
1- de rompre les concessions accordées à LAFARGE pour atteintes aux poissons
2- et de tout mettre en œuvre pour que cela ne se reproduise plus en sanctuarisant la Seine dans l’intérêt de ses habitants : à savoir les poissons.
Et pour participer au rassemblement que l’association organise, rdv à 13h au quai de Bercy, dans le 12ème.

De 16h à 17h30, la Recyclerie organise des ateliers de conversations en langue française pour accompagner les demandeurs d’asile dans leur apprentissage du français.
Si vous voulez y participer, vous pouvez contacter la responsable de ces ateliers à l’adresse : fla.julie.boutin@gmail.com
et pour vous y rendre, rdv donc à 16h à la Recyclerie qui se trouve 83 boulevard d’Ornano, métro porte de clignancourt.

A partir de 18h, une série de webinaires consacrés aux féminismes en Amérique latine et dans le monde arabe commence avec un premier webinaire intitulé
« Imaginer un futur féministe radical »

Cette série de webinaires cherche à explorer ce que signifie lutter collectivement pour un avenir féministe radical dans le contexte où les systèmes de pouvoir et d’oppression sont mis en exergue par la pandémie mondiale actuelle.
Car si les puissants profitent de cette pandémie, elle peut aussi présenter une opportunité de rompre avec les frontières coloniales, capitalistes et hétéropatriarcales et d’imaginer de nouveaux rapports.
Pour rejoindre la discussion en ligne, rdv à partir de 18h sur : https://www.facebook.com/events/278342916921778

A partir de 19h ce soir, la plateforme Samidoun et le groupe du 16 octobre qui rassemble des journalistes militants pour la levée du blocus à Gaza organisent un rassemblement de protestation en ligne pour exiger la fin immédiate et permanente du blocus de Gaza.
Pour y participer, rdv donc à partir de 19h sur le lien zoom : https://us02web.zoom.us/j/89357099768

A partir de 19h ce soir, la Fresque du Climat relance son atelier de création collective, en version dématérialisée
L’objectif de cet atelier est de former le plus grand nombre de personnes aux enjeux climatiques pour que chacun puisse décrypter les informations et agir efficacement sur le plan individuel et collectif.
L’atelier qui dure 3heures avec un groupe de 8 personnes max, fait appel à la créativité et à l’intelligence collective du groupe pour reconstituer les liens de cause à effet composant la fresque.
Pour y participer, rdv donc à 19h, sur : https://www.facebook.com/la.fresque.du.climat

demain matin, à partir de 9h, l’union départementale de la CGT 92 organise une journée d’étude sur le télétravail et ses enjeux
Alors que depuis le confinement, le télétravail se développe massivement dans les entreprises et les services, cette journée d’étude en ligne intéressera aux implications que cela peut avoir pour les salariés, leurs conditions de travail, et leur cadre de vie, et sur les stratégies d’entreprises. Il s’agira de revenir sur les instruments à mettre en place pour l’encadrer et faire respecter le droit à la déconnexion.
Pour participer à cette journée d’étude, rdv donc en ligne demain, à partir de 9h sur : https://www.facebook.com/events/1109556449438917

demain à 12h30, la CGT Hôtellerie organise un rassemblement devant le siège du groupe ACCOR pour protester contre les licenciements dans le secteur hôtelier
Après le groupe ACCOR qui a annoncé la suppression de 1000 postes, puis la direction de l’UES Constellation qui veut en supprimer 247 dans ses 3 hôtels de luxe, c’est aujourd’hui le W OPERA, un hôtel 5étoiles parisien, géré par le groupe Marriott qui annonce sa fermeture et une cessation d’activité !
Une centaine de salarié-e-s (femmes de chambre, équipiers et gouvernantes) parmi lesquel.le.s une trentaine sont sous-traités vont ainsi être licencié.e.s alors que le groupe bénéficie des mesures de prise en charge à 100% de l’indemnité d’activité partielle pour les heures non travaillées jusqu’au 31 décembre 2020 voire jusqu’au 31 mars 2021. Par ailleurs, ces grands groupes hôteliers pourraient également, si les réservations ne repartent pas, bénéficier du dispositif du chômage partiel de longue durée annoncé jusqu’en 2022. Dans ce contexte, rien ne justifie la destruction d’emplois !
Alors pour protester contre ces licenciements, la CGT HPE appelle à un rassemblement demain à 12h30 devant le siège du groupe Accor qui se trouve au 82 rue Henri Farmin, à Issy les Moulineaux

demain à 13h, une AG est organisée à l’Hôpital Delafontaine pour revenir sur le Segur de la Santé et les conditions de travail qui restent catastrophiques à l’hôpital public
pour y participer, rdv donc à 13h devant le bâtiment A de l’hôpital Delafontaine qui se trouve rue du Docteur Delafontaine, à Saint-Denis, métro Saint-Denis basilique puis Tram jusqu’à Delafontaine.

Alors que La direction de TUI France a annoncé la suppression de 583 postes sur 904, l’intersyndicale appelle à une grève et à un rassemblement devant le siège du voyagiste demain.
Dans le contexte de crise sanitaire, le secteur du tourisme a été particulièrement impacté : pour y faire face, l’entreprise de tourisme en France a reçu en juin une aide publique de 10 millions d’euros dans le cadre du CICE et elle bénéficie également du plan de relance de 18 milliards d’euros que le gouvernement a avancé pour le secteur du tourisme. Malgré cela, le 17 juin dernier, la direction ne s’est pas privée d’annoncer, par visioconférence, le licenciement de 583 de ses salariés qui avaient été mis au chômage partiel avec une baisse de salaire de 16% depuis mars.
Dans la foulée, L’intersyndicale regroupant l’ensemble des syndicats présents dans l’entreprise (CFDT, CGT, CFE-CGC) a organisé plusieurs AG virtuelles en juin, puis des rassemblements devant le siège de TUI France à Levallois, et devant le siège régional de l’entreprise à Bruxelles, en juillet. Mais la direction ne réagissant pas, l’intersyndicale a décidé d’engager une grève à compter de demain et appelle à un nouveau rassemblement devant le siège de Levallois.
Pour les soutenir, rdv donc demain au 32 rue Jacques Ibert, à Levallois-Perret, métro Louise Michel.

on finit avec quelques rdv et infos culturels

jusqu’à ce soir, au Palais de Tokyo, les élèves de l’école Kourtrajmé présentent leur expo intitulée ’Jusqu’ici tout va bien’
cette expo rassemble les travaux d’une trentaine d’élèves formés dans cette école qui a été fondée en 2018 par JR et le réalisateur des Misérables, Ladj Ly, pour offrir un enseignement alternatif et gratuit à Clichy-sous-Bois. A travers différents formats, qu’il s’agisse de courts métrages, performances, sculptures ou encore des installations, ces travaux « créent un pont entre deux films cultes de deux générations », à savoir La Haine réalisé par Mathieu Kassovitz en 1995 et les Misérables de Ladj Ly, sortis en 2019.
pour découvrir ces travaux et en discuter avec elles et eux, rdv donc jusqu’à ce soir au Palais de Tokyo, c’est au 13, avenue du Président Wilson, Métro Iéna ou Alma Marceau

parutions :

l’historienne Mathilde Larrère a publié Rage against the Machism aux EDITIONS DU DETOUR
Dans cet ouvrage, elle reprend en douze étapes clés les luttes féministes depuis la Révolution française, depuis les sans-culotte jusqu’aux no-bra* !
À l’histoire, le livre mêle des récits, des documents d’époque, des chansons, des slogans ou des citations bien senties des féministes, reflétant l’ardeur et la détermination de celles et ceux qui n’acceptent pas l’inégalité des sexes.
Vous retrouverez dans ce livre les plus connues des féministes, comme Louise Michel ou Gisèle Halimi, mais aussi celles et ceux qui ont lutté dans leur sillage, escamotées par le machisme du temps ou avalées par le collectif : les suffragettes, Hubertine Auclert, Madeleine Pelletier, ou encore Pauline Léon. Le suffrage universel, le code civil, le droit à prendre les armes, à l’instruction, à gouverner son propre corps, la lutte contre les violences sexuelles : autant de sujets à propos desquels la liberté des femmes a été bafouée, autant de droits à conquérir et à défendre aujourd’hui et demain.

un collectif d’historiennes et d’historiens, dirigé.e.s par Véronique Fau-Vincenti, Frédérick Genevée et Éric Lafon, vient de signer un ouvrage consacré au Congès de Tours, publié par le Musée d’Histoire vivante
Il y a maintenant cent ans, le 25 décembre 1920 s’ouvrait à Tours, le XVIIIe congrès de la section Française de l’internationale ouvrière. La majorité des délégué.e.s décidait que leur parti devait adhérer à l’internationale communiste. Mais cette décision très majoritaire ne fondait pas seulement un parti communiste, elle divisait en deux le socialisme en France car se maintenait aussi un parti socialiste. Cette scission irrémédiable et définitive de la gauche politique et du mouvement ouvrier marqua l’histoire du XXe siècle.
Pour retracer l’histoire des dix années qui conduisirent de la première guerre mondiale aux premières conséquences de ce congrès historique, une trentaine de chercheur.e.s a donc été réunie. Par des textes courts et incisifs, le collectif retrace ce processus à partir d’archives inédites et le met en lumière à travers une riche iconographie. Documents connus et méconnus, d’autres inédits donnent toute sa force au récit et à sa compréhension. Ils rendent vivants femmes et hommes aux prises avec l’Histoire et avec sa mémoire.
Le livre est disponible en souscription au musée d’Histoire Vivante qui est ouvert du lundi au vendredi de 9h30 à 17h jusqu’à la date d’inauguration de l’exposition qui sera consacrée à cet ouvrage, à partir du 1er octobre prochain.
Musée de l’Histoire vivante, Parc Montreau dont l’entrée se fait par le 31 bd Théophile Sueur à Montreuil

Musique : KOKOKO - Tokoliana

Agenda 07/09/2020

Documents joints

Aujourd'hui, on sera au téléphone avec Selim de (...)