agenda des luttes 24 avril

vendredi 24 avril 2020
par  Julie agenda

et on commence cet agenda des luttes par le communiqué rédigé par la Ligue Panafricaine - UMOJA concernant l’annulation de la dette africaine ou la fable du pompier-pyromane
Alors que l’affront lancé au monde par la pandémie doit nous inciter à opérer des changements substantiels de paradigme et du mode de société que nous voulons, les dirigeants du monde dominant se sont au contraire illustrés par une valse de déclarations cacophoniques et tonitruantes destinées à « aider » l’Afrique à faire face au ravage annoncé du COVID-19, en appelant, tantôt à l’annulation des intérêts de la Dette, tantôt à une annulation massive de la Dette ou pour d’autres à un moratoire sur les remboursements en cours.
D’abord, le 23 mars 2020, c’est le président de la Banque mondiale, puis le 25 mars 2020, c’est conjointement que la Banque mondiale et le FMI – deux organisations multilatérales, non démocratiques et au service des puissances occidentales – appelaient à un allègement de la Dette africaine. Mais On retiendra surtout les sorties médiatiques les 13 et 14 avril 2020 du président français, Emmanuel Macron, à la télévision française puis à RFI, canal historique par lequel s’expriment les dirigeants français aux colonies d’Afrique, appelant à l’annulation massive de la Dette africaine en accord avec la Banque mondiale, le FMI et le Club de Paris, une autre structure non démocratique.
Sous les faux airs de générosité, il s’agit en fait d’une cynique farce qui se joue au vu et au su de tous car ce sont ces organisations multilatérales et la Françafrique qui sont responsables du chaos social et sanitaire dans lequel est plongé l’Afrique et qui l’a complètement désarmé face à la pandémie du COVID-19.
Obnubilées par le remboursement des créanciers depuis les années 1980, les Institutions financières internationales ont imposé à toute l’Afrique leurs plans d’Ajustements structurels drastiques qui ont conduit à :
• une réduction brutale des financements des secteurs de santé, d’éducation, de logement et des infrastructures de base ;
• à une libéralisation de l’économie qui s’appuie sur la suppression des barrières douanières, la dérégulation nationale et la privatisation des entreprises ;
• et à l’instauration d’impôts injustes comme la TVA et à la dévaluation des monnaies locales.
Après 40 ans de mise en coupe réglée des économies africaines :
la moyenne du nombre de médecins (généralistes et spécialistes confondus) pour 10.000 habitants est de 3,4 contre une moyenne mondiale de 14,9 ; et le nombre de lits d’hôpitaux est de 12 pour 10.000 personnes, contre 28 pour 10.000 au plan international.
Avec un tel bilan, et Alors que les pays africains versent annuellement aux classes dirigeantes des pays du Nord plus de valeur qu’ils n’en reçoivent sous forme d’investissements et de crédits de coopération : l’annulation de la Dette ne relève pas de « l’aide », mais d’une réparation et d’un droit.
Aussi, à la suite du président burkinabé Thomas Sankara, la Ligue Panafricaine – UMOJA, milite pour un front uni contre la Dette. Et le premier noyau incompressible de ce front est la création d’un Etat fédéral africain !
Et si vous voulez retrouver le texte dans son intégralité, rdv sur le site internet de la Ligue Panafricaine - UMOJA : [http://lp-umoja.com/]
et pour les contacter, vous pouvez leur envoyer un mail à : [contactlpu@lp-umoja.com]

alors que la jeunesse des quartiers continue de se révolter contre la répression policière qui a déjà causé, depuis le 8 avril, 5 morts, et plus d’une dizaine de blessés dont certains grièvement, 7 personnes ont porté plainte pour violences policières.
Et Pour soutenir ces plaintes, je rappelle que le collectif Urgence notre Police Assassine a mis en ligne une cagnotte dont vous retrouverez le lien sur le site de l’agenda : [http://www.leetchi.com/fr/c/w38YMOb5]

pour infos, je rappelle que la ligue des droits de l’homme signale que lors de leurs contrôles du respect du confinement : les policiers n’ont pas le droit de :

  • demander la raison d’un rdv médical car le secret médical s’applique
  • de vous verbaliser parce que vous avez pris plus d’une heure pour faire vos courses. Cette limite de temps ne vaut que pour les activités sportives individuelles, les promenades ou les sorties d’animaux
  • de fouiller votre sac de courses, ils peuvent seulement vous demander de l’ouvrir devant eux,
  • de contester le caractère de première nécessité de vos achats puisqu’ils ont été achetés dans un magasin autorisé à ouvrir
  • enfin, ils n’ont pas le droit d’exiger que vous payez l’amende sur place car elle doit être envoyée par voie postale
  • par ailleurs : il faut savoir que Sur la forme de l’attestation, rien dans le décret n’exige un support en particulier. Vous pouvez donc présenter une attestation sur votre smartphone si vous voulez, ou sur papier en version imprimée ou manuscrite, rédigée à l’encre ou non, et peu importe la couleur. Sur le contenu de l’attestation, le fait de ne pas avoir recopié l’attestation dans son intégralité n’est en principe pas sanctionnable non plus.

Pour contester une amende forfaitaire infligée abusivement pour non-respect des mesures de confinement, vous retrouverez la procédure à suivre :
D’abord, il faut demander que le motif de l’amende soit consigné sur l’avis de contravention qui vous sera envoyé ou le procès-verbal qui vous sera directement remis. Ensuite, bien sûr, Il Ne faut pas payer.
Puis : Si vous disposez d’un accès à Internet : il faut vous vous rendre sur le portail de l’Agence Nationale de Traitement Automatisé des Infractions.
Si vous ne disposez pas d’un accès à Internet, vous pouvez contester votre amende par voie postale en envoyant le formulaire de requête en exonération (que vous aurez reçu avec votre avis de contravention) : il faut y joindre l’avis de contravention original reçu par courrier, ou le procès-verbal rédigé par l’agent qui vous a verbalisé. Et vous envoyez le tout par lettre recommandée avec accusé de réception, en l’adressant à l’officier du ministère public, dont l’adresse figure en bas à droite de la première page de votre avis de contravention.

De même, En cas de violences policières survenant à l’occasion de ces contrôles, vous retrouverez la procédure à suivre :
je rappelle que vous êtes en droit d’enregistrer ou de filmer les membres des forces de l’ordre.
Si vous disposez d’un smartphone, l’application UVP (pour Urgence Violences Policières) peut être utile : elle est gratuite, elle permet votre géo-localisation lorsque vous filmez et les informations enregistrées sont stockées sur un serveur externe ce qui peut être utile Si votre téléphone est confisqué ou détruit.
Pour porter plainte : vous pouvez commencer par contacter Le Défenseur des droits dont la saisine est gratuite et confidentielle.
Vous pouvez le faire via un formulaire dont vous retrouverez le lien sur le site de l’agenda ([https://formulaire.defenseurdesdroits.fr/code/afficher.php?ETAPE=accueil_2016])
vous pouvez aussi le saisir Par téléphone au 09 69 39 00 00 ;
ou Par courrier gratuit, sans affranchissement, en écrivant à : Défenseur des droits / Libre réponse 71120 / 75342 Paris CEDEX 07
En parallèle, vous pouvez aussi vous mettre en contact avec une association comme la coordination anti-repression, le collectif Urgence Notre Police Assassine ou encore l’ACAT.
Enfin, l’Observatoire parisien des Libertés Publiques créé par la LDH et le Syndicat des Avocats de France recense toujours les abus commis par les forces de l’ordre, alors si vous avez des témoignages audio ou vidéo, vous pouvez les envoyer à l’adresse : [contact@obs-paris.org]

Et pour un point complet sur la procédure de contestation d’une amende abusive, sur le délit de violation répétée du confinement, sur vos droits en GAV, ou encore sur les demandes de mise en liberté ou d’aménagement de peines, la legual Team de Marseille a préparé un Guide d’autodéfense juridique en temps de confinement
le lien vers le Pdf : [https://mars-infos.org/IMG/pdf/guide_confinement_v1.pdf]
et si vous avez des infos à partager pour compléter ce guide, vous pouvez leur écrire à : [legalteam-marseille@riseup.net]

enfin, Des avocats volontaires s’organisent pour assurer un suivi à distance et donner des conseils pour les habitants des quartiers populaires face aux abus des forces de l’ordre.
Pour bénéficier de ces consultations juridiques gratuites, vous pouvez les contacter par téléphone : au 07.58.10.43.19 ou leur envoyer un mail sur l’adresse : deconfinement.juridique@gmail.com

Comme la repression policière, la crise sanitaire touche d’abord les populations les plus précaires mais heureusement, face à l’incurie de l’Etat, la solidarité continue de s’organiser. Ainsi, l’association Watizat qui milite pour l’accès à l’information des personnes exilées a publié un guide spécial Covid qui peut être utile à toutes et tous
disponible en français, en anglais, en arabe, et en pashto : ce guide donne toutes les adresses utiles pour se soigner, manger et se laver, il fournit aussi des conseils pratiques pour se déplacer ou encore pour trouver des accès wifi, et il propose des conseils juridiques avec les adresses des permanences juridiques encore ouvertes
Pour télécharger le guide en format pdf, c’est sur le site : [>http://www.guideasile.wordpress.com/]

Alors qu’à Paris et en banlieue, L’eau des robinets publics a été coupée à plusieurs points, l’association Paris d’Exil a lancé une campagne pour interpeler la mairie de Paris.
Pour cela, l’association a préparé un texte qu’il suffit d’envoyer à plusieurs responsables au sein de la mairie de Paris. Et Pour retrouver le texte et les adresses sur lesquelles l’envoyer :
Bonjour,
Merci de votre réponse.
Il est difficile pour nous d’entendre que vous faites votre possible pour les personnes les plus démunies tant leurs accès à un logement, à l’eau, à la nourriture, aux possibilités de faire leurs besoins, de se laver et de se soigner sont restreints.
Le harcèlement policier constant depuis plusieurs années coordonné par les préfectures de Paris et de Saint-Denis n’a pas pris fin pendant le confinement. Les tentes sont toujours déchiquetées, les personnes toujours insultées et repoussées plus loin dans les espaces invisibles des villes sans que la mairie de Paris ne s’y oppose jamais.
Les fontaines ne réouvrent pas, certaines comme la fontaine Magnolia près du canal Saint-Martin ont même été refermées comme l’attestent des personnes solidaires à travers leurs vidéos.
Par ailleurs, la réouverture de seulement 19 % des sanisettes est insuffisante au regard de l’afflux de témoignages émanant des personnes concernées, de voisins, de médecins faisant état des immenses difficultés traversées par les personnes sans domicile fixe dans la capitale.
La concentration de ces réouvertures dans les quartiers qui comprennent le plus de personnes vivant à la rue est un non-sens. Elle amènerait à une concentration de 3500 à 5 000 personnes selon les sources dans quelques quartiers par l’obligation de se mouvoir pour y faire leurs besoins.
Dans les quartiers touristiques du 1er arrondissement où elles sont invisibilisées car considérées comme encore plus indésirables, les toilettes sont fermées, les contraignant à faire leurs besoins par terre. C’est humiliant. Et sur un autre plan qui alerte malheureusement souvent beaucoup plus les autorités sanitaires, c’est dangereux, le covid-19 pouvant se transmettre par les selles.
Nous enjoignons la Mairie de Paris à pousser l’entreprise JC DECAUX à rouvrir l’intégralité des sanisettes sur le territoire parisien.
Si le choix de la privatisation par une gestion entrepreneuriale de ce service est éminemment discutable en plusieurs points, les bénéfices records de 265 millions d’euros en 2019 de JC DECAUX et son chiffre d’affaire de 3,890 milliards d’euros la même année nous poussent à croire que des efforts pourraient être faits, à la fois pour revaloriser les salaires des personnels dont le travail est infiniment précieux à la communauté et pour les doter de matériel de protection.
La gestion de cette épidémie par le gouvernement est désastreuse. Il devra rendre des comptes devant la justice pour les stocks de masques asséchés par des années de politiques de restriction budgétaire. Mais nous pensons tout autant que ce n’est pas aux plus pauvres, à tous les indésirables, de payer le prix mortel de ces défaillances.
En vous remerciant de votre attention,
Cordialement.

a envoyer à :
Solidarité lutte contre exclusion / accueil réfugiés :
dominique.versini@paris.fr
lotfi.ouanezar@paris.fr
Lutte contre discrimination et droits humains :
helene.bidard@paris.fr
Environnement / eau :
celia.blauel@paris.fr
Santé :
anne.souyris@paris.fr
Espaces publics citoyenneté / environnement :
laurence.girard@paris.fr
et je rappelle que vous retrouverez aussi la carte des fontaines d’eau ouvertes à Paris, que le site eau de paris actualise tous les jours. [>http://eaudeparis.fr/carte-des-fontaines/]

Depuis plusieurs semaines, le projet des brigades de solidarité populaire s’est mis en place pour organiser une autodéfense sanitaire en IDF : Et je rappelle les différentes permanences mobiles avec des points de collecte et de distribution de produits de première nécessité que les brigades ont mis en place à Paris :

  • dans le 5ème arrondissement, le cinéma La Clef Revival ouvre un point de collecte de dons de produits de première necessité qui seront redistribués par les brigades. Le point de collecte est ouvert tous les mardis et jeudi de 17h à 19h au ciné la Clef qui se trouve au 34 rue Daubenton, métro Censier.
  • la brigade sud tient une permanence les Mardi, mercredi et Jeudi, de 14h à 18h au Jardin Denfert, qui se trouve au 1 villa Saint Jacques, Metro Denfert Rochereau, et une autre dans le 13ème : qui est ouverte les lundis et mercredis de 14h à 18h au 25 rue du Moulinet, métro Tolbiac ou place d’italie
  • la Brigade nord-est de Paris tient une permanence les dimanches et lundis de 14h30 à 18h, au 5 passage du marché, dans le 10ème.
  • la Brigade Place des Fêtes tient une permanence les mercredis et dimanches de 11h à 13h dans le bâtiment B de la Fabrik, qui se trouve au 23 rue du docteur Potain
  • et dans le nord de Paris : deux nouvelles permanences sont ouvertes : une dans le 19ème arrondissement : les MARDI et VENDREDI, de 14h à 18h – et c’est au 92 rue d’Aubervilliers, et une autre dans le 20ème arrondissement : qui est ouverte les MARDI et VENDREDI de 14h à 17h et c’est dans le Local de la CNT, au 33 rue de Vignoles
  • la Brigade de Montreuil : tient une permanence les lundis et mercredi de 10h à 14h à l’AERI, 57 rue Étienne Marcel et les lundis et jeudis de 11h à 13h chez Natalia, au 68 rue des ramenas.
  • à Pantin : le vendredi de 14h à 18h chez Agnès au 21 rue Delizy
  • enfin, quatre nouvelles permanences sont ouvertes dans la banlieue sud : à VILLEJUIF : tous les MERCREDI, de 14h à 18h, devant le 3 rue Jean Lurçat, à CACHAN : tous les MERCREDI et les SAMEDI, de 14h à 18h au 12, RUE GALLIENI, à FONTENAY-SOUS-BOIS : les MERCREDI et SAMEDI, de 14h à 17h – et c’est au Mille Plateaux, qui se trouve au 4 rue Alfred De Musset ; et enfin à IVRY, une permanence ouvre : les MARDI, VENDREDI et DIMANCHE, de 15h à 18h – et c’est à La petite pagaille, qui se trouve au 65 rue Molière.
    Pour aider les Brigades à poursuivre leurs actions, vous pouvez bien sûr tjr renflouer leurs caisses, et vous retouverez le lien vers leur cagnotte : [>https://www.lepotsolidaire.fr/pot/ebnv1fg9?fbclid=IwAR2YV5NR74MCsd_t57eWhfWgjiJCg9LNZ3dhS3c4LW84ZqGRzi2EpvJ_u4E]
    Enfin, pour rejoindre les brigades de solidarité populaires, il suffit d’envoyer un mail à : [brigadepopulaire-idf@protonmail.com]

D’autres initiatives locales s’auto-organisent pour soutenir les personnes qui en ont besoin : ainsi, dans le 19ème, pour les habitants et habitantes du quartier Solidarité : L’Eternel Solidaire propose :

  • Un groupe d’entraide sur Facebook que vous retrouverez sur la page groupe d’entraide Danube/Solidarité 19ème
  • L’eternel solidaire met aussi en place des permanences téléphoniques pour rompre l’isolement : elles sont ouvertes du mercredi au vendredi de 10h à 18h, au 01.77.37.01.96
  • Des permanences numériques : si vous avez besoin de faire imprimer un document : vous pouvez l’envoyer à [aide-mednum@assoD2L.org] et vous pouvez ensuite venir récupérer vos documents au 1, rue de la solidarité
  • enfin le vendredi de 15h à 17h, l’éternel solidaire et l’association courte-échelle organisent une distribution solidaire de paniers de courses. Et la radi Fréquence Paris Plurielle s’associe à cette intitative en proposant une distribution de produits culturels (livre, cd et dvd) : rdv donc vendredi de 15h à 17h au 1, rue de la solidarité.
    Et si vous voulez soutenir ces distributions, l’éternel solidaire a mis en ligne une cagnotte : [>https://www.helloasso.com/associations/eternel-solidaire-association-d2l/formulaires/1/widget?fbclid=IwAR0fyacdYXwoAUhhJ2EaQe0ea9x4WSatM6PPngjYZ82ZhkU8b59nXNnFX5c]

dans le 20ème arrondissement, les Marmoulins du mesnil qui, depuis 2015, récupèrent des fruits et légumes venant de Rungis pour les redistribuer aux habitants et habitantes du quartier, voient la demande s’amplifier depuis le début du confinement.
Les Marmoulins du Mesnil se sont donc associés à la Cantine autogérée des Pyrénées et au restaurant le Quartier rouge pour distribuer plus de 250 repas/jours : le midi au gymnase de la rue des pyrénées, et le soir sur la place Saint-Marthe et à la nouvelle rôtisserie.
Et pour faire face à l’accroissement de la demande, les Mamoulins du Mesnil ont mis en ligne une cagnotte :
[>https://www.helloasso.com/associations/les-marmoulins-de-menil]

pour soutenir les familles Rroms du bidonville de Bobigny, le Ménilmontant Football Club a ouvert une cagnotte en ligne.
Alors Pour les aider à subvenir à leurs besoins alimentaires et sanitaires de première nécéssité, rdv sur le lien : [>https://www.cotizup.com/mfc1871rrom?fbclid=IwAR3djxzpeHRZpTYNGcwJT-JoU7i8-HKbNcon0VUVhv8Bsi-Z7w65R_oyJJE]

pour soutenir les 50 familles syriennes de Saint-Denis dont les enfants participent au projet Petite école du chapiteau Rajganawak, l’association les planches courbes a mis en ligne une cagnotte
Pour la renflouer, rdv sur :[>https://www.paypal.com/pools/c/8oei3HNv4A?fbclid=IwAR2WYxtQ5JENAJvU-nsxuDbIF049EraD8chjD7pdatW2Xi-I1qsPFnZ1kzw]

Pour aider les étudiants de l’université de Paris 8 Saint-Denis qui sont nombreux à ne plus pouvoir se nourrir, Solidaires étudiant-es Paris8, RUSF Paris 8, et l’antenne du Secours Populaire de Paris8 se mobilisent pour leur distribuer des colis alimentaires
Et pour faire face à la demande qui explose, ils ont ouvert une cagnotte en ligne : [>https://www.papayoux-solidarite.com/fr/collecte/aide-alimentaire-etudiant-es-paris8]

à montreuil, dans le quartier la Boissière, le café associatif Le fait tout, les collectifs Ketanou et Récolte Urbaine, l’association Asphalte et l’Antenne Jules Verne, organisent des collectes de dons pour les redistribuer au quartier et en particulier aux baras qui sont toujours confinés dans un hangar rue de Stalingrad
pour déposer vos dons, rdv tous les mercredis et samedis de 9h30 à 11h30 au café associatif le Fait tout qui se trouve au 166 rue Edouard Branly, à Montreuil.
Et pour avoir plus d’informations, vous pouvez les contacter au : 07 83 74 92 59
ou via leur site Internet sur : [>http://www.lefait-toutboissiere.fr/]

En parallèlle, Le restaurant le ’quartier rouge’ qui distribue des repas gratuits est en train d’installer une cuisine aux Baras dans leur hangar du 138 rue de Stalingrad. Pour cela, Il manque des plans de travail de préférence en inox.
Alors si vous avez des plans de travail, de 6 à 7 mètres de long, et de préférence en inox donc, n’hésitez pas à les contatcter, et vous pouvez le faire en leur écrivant à : [cuisinebara@gmail.com]

en partenariat avec le centre communal d’action sociale, le collectif Aubervilliers Solidaire Face au Coronavirus organise des distributions alimentaires aux familles défavorisées de la commune
pour distribuer les repas préparés, ils ont besoin de contenant en plastique, type Tupperware.
Vous pouvez déposer vos dons les mardis et jeudis de 10h à 12h puis de 16h à 19h et le samedi de 10h à 12h : à la maison des langues et des cultures qui se trouve au 43 rue des Postes, à Aubervilliers.

dans la rubrique se soigner : pour prendre enfin en charge les confinés dehors, des médecins ont lancé un numéro vert
ce numéro est destiné aux sans-abris qui disposent d’un téléphone, aux travailleurs sociaux et à toutes celles et ceux qui font des maraudes pour les aider à détecter, orienter et soigner les sans-abris touchés par le Covid-19 :
le numéro c’est le 0800.94.66.90, il est gratuit, et ouvert 7j/7 de 7h à 22h

dans le 19ème : un centre dédié à la prise en charge du Covid19 a été ouvert dans les locaux de l’Hôpital Fondation Rothschild pour prendre en charge les patients n’ayant pas de médecin traitant ou dont le cabinet du médecin est fermé.
Il fonctionne uniquement sur rdv, du lundi au samedi matin. Pour les appeler : c’est au 01 88 40 29 91.

La Permanence d’Accès aux Soins de Santé de l’hôpital Avicenne organise un dépistage COVID pour les SDF ou les personnes hébergées sans possibilités d’isolement afin de pouvoir les orienter vers les centres hébergement d’urgences COVID.
Le dépistage a lieu tous les jeudis matins de 9h à 12h. Pour en bénéficier, il faut prendre rdv par téléphone, en appelant du lundi au vendredi, entre 8h30 et 17h :
il faut appeler le numéro du standard au : 01 48 95 55 55 puis demander le poste 52.783 
et le dépistage se fait face au bâtiment Mantout de l’hopital Avicennes, qui se trouve au 125 rue de Stalingrad à Bobigny.

Enfin, Le centre de soins Primo Levi qui prend en charge les réfugiés victimes de la torture et de la violence politique dans leur pays d’origine, a mis en place une permanence téléphonique
cette permanence est ouverte du lundi au vendredi de 10h à 12h, au : 06.98.86.71.88
le centre est également joignable par mail, à l’adresse : [primolevi@primolevi.org-]

Dans la rubrique hébergement et confinement : Plusieurs collectifs, associations, syndicats et organisations, parmi lesquelles : la Marche des solidarités, avec des représentants de CSP75 et CSP20, du Collectif des Baras, des Délégués résidents des foyers Adef et Coallia, du Copaf, de la Fasti, de l’Assemblée antiraciste du 20è, ou encore de l’ Union syndicale Solidaires, appellent à des mesures immédiates contre la bombe sanitaire dans les foyers et les CRA.
Pour cela ils ont rédigé un texte par lequel ils appellent notamment à participer aux initiatives qui seront prises le 1er mai à l’occasion de la Journée Internationale des travailleurs et travailleuses, et ils envisagent l’organisation d’une manifestation le 30 mai.
D’ici là si vous voulez retrouver le texte dans son intégralité :
Foyers, Centres de rétention, Sans-papiers : Des mesures immédiates contre la bombe sanitaire !
Dans les foyers surpeuplés et abandonnés, aucune distanciation physique n’est possible. Le virus risque de se propager sans frein. C’est aussi le cas dans les Centres de rétention (CRA), et à cela s’ajoutent la violence répressive et l’angoisse. Pour les migrantEs à la rue, c’est la faim, l’insécurité sociale et sanitaire. 
Ajoutons à cela que les sans-papiers sont sans droits, sans revenus et sans espoir d’accès aux allocations proposées par l’Etat. Pour elles et pour eux, il n’y a pas d’accès gratuit aux soins et pas d’autre possibilité pour survivre que de chercher des moyens de subsistance.
Pour ces populations la crise sanitaire actuelle est en train de devenir une véritable bombe sanitaire. Pour elles-mêmes et eux-mêmes abandonnéEs à la menace du virus mais aussi pour toute la société.
La seule solution pour désamorcer cette bombe, sauver celles et ceux qui sont menacéEs et protéger ainsi toute la société, c’est la mise en place immédiate des mesures suivantes :
-  Tests systématiques effectués dans les foyers, officiels ou non, par des organismes indépendants de la préfecture et des gestionnaires assurant confiance et confidentialité pour les concernéEs
-  Isolement des personnes contaminées dans des lieux décents en concertation avec les collectifs de sans-papiers et de résidents ou associations choisies par les concernéEs
-  Distribution massive de masques, gants et de gels dans les foyers
-  Fermeture immédiate des Centres de rétention administrative (CRA)
-  Ouverture immédiate de lieux sans condition de papiers et de revenus pour permettre un hébergement et une vie collective respectant la distanciation physique.
-    Suspension des loyers pendant toute la durée de confinement (mars, avril et mai)
-  Régularisation inconditionnelle de touTEs les sans-papiers avec droit aux revenus sociaux, droit aux mesures de chômage partiel pour celles et ceux qui travaillaient et accès gratuit à la santé.
Ces exigences, hier de justice et d’égalité, sont aussi aujourd’hui d’impérieuses nécessités sanitaires hors desquelles tous les discours contre la propagation du coronavirus sont vains.
Les appels à imiter la mesure de régularisation adoptée par le Portugal vont dans le bon sens. Mais il est indispensable pour que cette mesure soit efficace qu’elle s’applique, sans conditions, à touTEs les Sans-Papiers et MigrantEs.
Nous soutiendrons à cette fin toutes les actions décidées par les résidents des foyers, les personnes retenuEs dans les CRA et les sans-papiers et migrantEs pour défendre leur droit à vie qui est aussi notre droit à la vie.
Nous appelons à participer aux initiatives qui seront prises le 1er mai à l’occasion de la Journée Internationale des travailleurs et travailleuses et à y porter ces revendications.
Nous appelons à une journée de manifestations le samedi 30 mai selon des modalités tenant compte de la situation et des mesures de distanciation physique.

et si vous voulez y apporter votre signature, il vous suffit d’envoyer un mail à : [marche.des.solidarites@gmail.com]

Par ailleurs, alors que De nombreux locataires ne travaillent plus et affrontent une baisse voire une suppression de leur revenu et que le confinement représente une charge financière supplémentaire, je rappelle que le Dal a lancé un appel pour un moratoire des loyer
Pour soutenir cette campagne, plusieurs actions sont possibles :

droit des femmes et des enfants : alors que les violences faites aux femmes et aux enfants explosent avec le confinement, je rappelle les numéros que vous pouvez joindre :

  • pour les enfants maltraités, le 119 qui est un numéro gratuit, et qui n’apparait pas sur les relevés téléphoniques fonctionne toujours : il est ouvert 7j/7 et 24h/24.
  • pour les femmes victimes de violences conjugales : le numéro 3919 continue de recevoir les appels, et vous pouvez aussi plus discrètement envoyer un texto au 114.
    Et pour information, je rappelle que la fédération Nationale des Centres d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles a édité un listing des centres d’accueil ouverts en période de confinement, dont vous retrouverez le lien sur le site de l’agenda. [>http://www.infofemmes.com/v2/p/Actualites/p/Liste-Accueil-des-CIDFF-confinement-COVID-19-300320/3266]

droit des femmes toujours : la pétition pour demander une loi d’urgence sur les avortements circule toujours même si La Haute autorité de santé a allongé le délai pour l’IVG médicamenteuse à 9 semaines.
Pour signer la pétition, et retrouver le texte dans son intégralité, rdv sur le site de l’agenda : [>https://www.change.org/p/gouvement-responsables-politiques-assemblée-nationale-sénat-covid-19-les-avortements-ne-peuvent-attendre-pour-une-loi-d-urgence?recruiter=25163084&utm_source=share_petition&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_medium=whatsapp&utm_content=washarecopy_21049489_fr-FR%3Av2&recruited_by_id=c962c830-0aef-0130-ff29-4040acce234c&use_react=false]

pour avoir des informations sur l’IVG et la contraception, je rappelle le numéro vert qui existe :
c’est le 0800 08 11 11.

et pour info : sachez que pendant le confinement le planning familial du 93 reste ouvert, sur rdv, pour les IVG médicamenteuses
Pour obtenir un rendez vous, vous pouvez les appeler au : 01 55 84 04 04 / La permanence téléphonique est ouverte le mardi de 14h à 17h, le mercredi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h et le jeudi de 14h à 17h.

Enfin : l’association Femmes en lutte du 93 lance un appel à témoignages des femmes des quartiers populaires
que ce soit à la maison ou au travail, A l’hôpital, dans les supermarchés, et dans tous les boulots invisibles, les femmes sont en première ligne de la crise sanitaire et de sa mauvaise gestion : c’est pourquoi Femmes en lutte du 93 leur donnent la voix.
Si vous voulez envoyer vos témoignages audio ou vidéos, vous pouvez leur écrire à l’adresse : [femmesenlutte.93@gmail.com]

dans la rubrique droit du travail : je rappelle que la CNT a préparé des fiches conseil mises à jour régulièrement
et vous pouvez les retrouver sur son site au : www.cnt-f.org

l’Union syndicale Solidaires a mis en place un numéro vert pour répondre aux questions des salarié·es sur leurs droits face à l’épidémie :
Cette permanence téléphonique est ouverte 7j/7, de 9h à 19h et le numéro c’est le :
0 805 37 21 34.
d’ailleurs, pour aider les militant-es qui tiennent les permanences du n°Vert, Solidaires ouvre 9 visio-formations dont vous retrouverez les liens ainsi que l’adresse à contacter pour s’inscrire, sur le site de l’agenda.
Pour s’inscrire a ces formations, il faut envoyer un mail à [inscriptionscefi@solidaires.org]

droit du travail toujours : L’Union régionale Île-de-France CGT a aussi mis en place un numéro vert pour répondre aux questions relatives au droit du travail :
le numéro c’est le 0805.38.48.22, et il est ouvert du lundi au vendredi : de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30.

Par ailleurs, l’Ugict-CGT, les syndicats CGT de l’inspection du travail et de la Direction Statistique du Ministère du Travail et des avocat·e·s ont aussi lancé un site qui comporte des fiches détaillées sur vos droits et sur lequel ils lancent une enquête nationale sur les conditions de travail pendant la crise sanitaire.
Pour y participer, c’est sur le site : luttevirale.fr

Durant la période de confinement, la permanence Santé et conditions de travail est maintenue de manière dématérialisée du lundi au vendredi de 10h à 17h.
Pour les contacter, il faut envoyer un mail avec l’exposé de votre situation et vos coordonnées téléphoniques à l’adresse suivante :
[permanence@neplusperdresaviealagagner.org-]

le collectif Précaires Déters 93 a mis en place une permanence téléphonique pour rompre l’isolement, et discuter des difficultées rencontrées avec la crise saniaire : que ce soit des difficultées relatives au travail, à l’hébergement, ou à la vie quotidienne.
Cette permanence téléphonique est ouverte tous les jours, de 15h à 20h et le numéro c’est le : 06 05 57 18 49

enfin, toujours dans la rubrique droit du travail : alors qu’Anthony Smith, inspecteur du travail de la Marne, ancien secrétaire général de la CGT-travail emploi formation professionnelle, membre de son bureau national et représentant des inspecteurs du travail, a été mis à pied par la Ministre du Travail Muriel Pénicaud, depuis le 15 avril, pour avoir prescrit l’utilisation de masques pour les aides à domicile, une pétition de soutien a été lancée.
Pour le soutenir et exiger l’abandon des poursuites à son encontre, rdv sur le lien que vous retrouverez sur le site de l’agenda : [>http://chng.it/5cdSFxtFsM]

Pour les quelques Rdv confinés à signaler :Tous les midis, pour soutenir les retenus dans les CRA en IDF, au Mesnil-Amelot et à Vincennes où plusieurs cas de covid-19 sont avérés : Paris-lutte info appelle à harceler les préfectures en saturant leur boîte mail entre 11 h et 12h, et la ligue des Droits de l’homme lance le même appel pour enchaîner entre 12h et 13h.
Pour cela, des textes ont été préparés et vous les retrouverez sur le site de l’agenda, avec les adresses des prefectures sur lesquelles les envoyer.
Proposition de texte de Paris-lutte.info à envoyer :
Au CRA du Mesnil Amelot, les retenus ont entamé une grève de la faim depuis le 30 mars pour protester contre l’enfermement et les conditions qui empirent avec le coronavirus ; les retenus de Vincennes restent également mobilisés. A l’intérieur comme à l’extérieur, on continuera à lutter contre vos politiques racistes et contre les CRA qui tuent, torturent, tabassent.
On demande la libération immédiate de tous les retenus et la fermeture du CRA.
Le communiqué des retenus :
Y a tous le bâtiment 9, 10 qui fait grève de la faim, et quelques personnes du bâtiment 11.On demande notre libération immédiate et la fermeture du centre. On a peur de la contamination du coronavirus. Il y a encore de nouvelles arrivées Ici il n’y a pas d’hygiène, donc c’est plus risqué que dans d’autre endroit. On a contacté la CIMADE, et on lui demande de faire une DML pour tout le monde (demande de remise liberté). Y a pas de vol, y a rien ici. Pourquoi on est là encore ? Y a des gens qui se coupent pour sortir d’ici. La police est encore violente avec nous. Depuis qu’on est en grève de faim les policiers n’ont toujours pas répondu. On veut que des journalistes nous contacte, et que la préfecture décidé de nous libérer le plus rapidement possible.

Les retenus de Mesnil-Amelot le 30 mars 2020
proposition de texte de la LDH à envoyer :
Au CRA du Mesnil Amelot, les retenus ont entamé une grève de la faim depuis le 30 mars pour protester contre l’enfermement et les conditions qui empirent avec le coronavirus ; les retenus de Vincennes restent également mobilisés. A l’intérieur comme à l’extérieur, on continuera à lutter contre vos politiques racistes et contre les CRA qui tuent, torturent, tabassent.
On demande la libération immédiate de tous les retenus et la fermeture du CRA.

adresses :
pref-eloignement@seine-saint-denis.gouv.fr
pref-eloignement@val-de-marne.gouv.fr
pref-eloignement@hauts-de-seine.gouv.fr
pref-astreinte-eloignement@seine-et-marne.gouv.fr
Attention : Il faut envoyer le texte à chaque adresse séparément. Les envois collectifs finissent directement dans les spams. Copiez le texte dans le corps du message. Changer l’objet du mail peut être également une bonne technique.

Toujours pour soutenir les retenus des CRA : a bas les CRA a lancé un appel à crier tous les soirs, à 20h, pour exiger la fermeture des CRA et la libération des prisonniers sans papiers, et à accrocher des banderoles avec ces slogans.
Vous pouvez leur envoyer vos photos de banderoles sur l’adresse : [anticra@riseup.net]

a 20h aussi, il y a tjr le rdv quotidien à vos fenêtres ou vos balcons pour applaudir et remercier les personnels hospitaliers qui risquent leur vie à nous soigner…mais aussi pour remercier toutes celles et ceux qui sont sur le pont !

Vendredi à 17h, le mouvement écologiste Colibris et l’Université du domaine du possible organisent une conéence virtuelle sur la permaculture
Pour expliquer comment démarrer sa micro-ferme en pemraculture, deux intervenantes de la ferme du Bec Hellouin et de la ferme spiruline arc-en-ciel, interviendront en direct.
Pour en discuter avec elles, rdv sur le lien youtube que vous retrouverez sur la page facebook de l’événement intitulé : web-conférence : démarrer sa micro-ferme en permaculture

Samedi à partir de 13h30, la 11ème coordination nationale des AG interpro, comités et coordination de secteur se fera sous la forme d’une réunion téléphonique.
Si vous vous voulez y participer, il faut envoyer un mail avec votre nom, votre AG, coordination et/ou votre organisation syndicale en précisant si vous participerez à la coordination avec ou sans mandat : et l’adresse mail c’est : [contact.coordnationaleinterpro@gmail.com]

samedi à 18h, un appel est lancé à faire du bruit pour les prisonnières et prisonniers
un mois après l’arrêt des parloirs et la privation des visites et alors que le confinement aggrave d’autant plus les conditions de vie déjà inhumaines dans les prisons et les centres de rétention, un appel est lancé à faire du bruit aux fenêtres et balcons pour témoigner de notre solidarité.
Rdv donc samedi à 18h à vos fenêtres et balcons

samedi de 19h à 20h30, le club social le Barricade de Montpellier organise un café-philo dématérialisé sur le thème des rapports ambivalents entre spiritualité et luttes sociales.
Pour y participer, rdv sur le lien du discord que vous retrouverez sur le site de l’agenda : https://discord.gg/w6SE42N

Dimanche, à 14h, la coordination nationale du travail social en lutte organise une AG dématérialisée
Pour y participer, rdv sur le lien de connexion à Discord : [>https://discord.gg/4P7GvFc]
et d’ici là : vous pouvez aussi signer la pétition mise en ligne par la coordination nationale du travail social en lutte pour dénoncer l’état d’urgence sanitaire : [>http://chng.it/vg5ds6hx]

et on finit avec quelques infos culturelles : Suite à une clarification des consignes du gouvernement concernant le retrait de commandes dans les commerces, la librairie le Monte en l’air et la librairie Quilombo ont mis en place un système de reservation et retrait de bouquins.

  • Pour commander un livre à la librairie le Monte-en-l’air :
    Vous pouvez vérifier sa disponiblité sur le site [>https://www.librairiesindependantes.com/], puis vous passer commande en envoyant un mail à l’adresse : [commandes.montenlair@gmail.com]
    Et une fois que vous avez reçu confirmation, vous pouvez venir récupérer vos bouquins à la porte de la librairie : du lundi au samedi de 15h à 17h et c’est au 71 rue de Ménilmontant.
  • Pour passer commande à la librairie Quilombo, il faut aller sur leur site internet à l’adresse : [>http://www.librairie-quilombo.org/], vous passez votre commande en choisissant l’option ’le retirer à la librairie’, et une fois que vous avez reçu votre confirmation, vous pouvez venir récupérer votre commande à la porte de la librairie : du jeudi au samedi, de 15h à 18h, et c’est au 23 rue Voltaire.

Culture toujours : L’UNESCO offre un accès gratuit à sa bibliothèque numérique mondiale sur Internet.
Pour les amateurs d’estampes, de vieilles cartes, de photos, de films ou encore d’enregistrements sonores, vous pouvez naviguer dans toute la collection qui rassemble des archives de toutes les époques, et issues de tous les continents.
Pour le site en francais, rdv sur : [>https://www.wdl.org/fr]


Documents joints

et on commence cet agenda des luttes par le (...)