Agenda des luttes confinées 13 avril

lundi 13 avril 2020
par  Julie agenda

On commence cet agenda des luttes confinées par la situation dans les Centre de rétention administrative où des révoltes ont éclaté samedi soir au Mesnil-Amelot, et dimanche soir à Vincennes.
alors que le Covid-19 circule aussi dans les CRA que le conseil d’Etat refuse toujours de fermer : les retenu.e.s ne disposent ni de masques, ni de gel hydroalcoolique ; les agents d’entretien ne disposent pas de javel, les laveries ont été fermées, et le service médical n’est présent qu’une heure par jour. À Vincennes, quatre cas de Covid-19 sont recensés et hier soir les retenus se sont révoltés pour exiger l’hospitalisation de l’un des cas. Samedi soir c’était au CRA du Mesnil-Amelot, que les retenus ont protesté contre leur enfermement, après qu’un retenu se soit fait tabassé pour avoir gardé sur lui du pain en sortant du réfectoire. Dimanche matin, à 11h, une centaine de policiers a chargé : ils ont embarqué 7 personnes, ont confisqué tous les téléphones et ont ré-enfermés tous les autres retenus.
Plusieurs sites ont enregistré des témoignages à l’intérieur des deux CRA et si vous voulez retrouver ces enregistrements audio, sachez qu’ils sont dispos par exemple sur le site d’abaslescra.nosblogs.org, le site de Paria ou encore sur Paris-lutte.info

Pour soutenir celles et ceux qui sont retenus dans les CRA, je rappelle que vous pouvez rompre leur isolement et témoigner de votre solidarité en les appelant.
Pour cela, le site A Bas les CRA a dressé la liste des numéros des cabines téléphoniques des CRA sur lesquelles vous pouvez appeler : et vous pouvez donc retrouver la liste sur le site abaslescra.noblogs.org

par ailleurs, je rappelle aussi qu’une autre action a été lancée pour soutenir celles et ceux qui sont encore retenus dans les CRA en IDF, au Mesnil-Amelot et à Vincennes où au moins deux cas de covid sont suspectés. Il s’agit d’envoyer massivement des mails, tous les jours entre 11h et 12h, aux préfectures pour montrer qu’on est au courant de ce qu’il se passe à l’intérieur des CRA et pour ralentir leur sale travail en saturant leurs boites mails.
Pour retrouver le texte à envoyer, et les adresses des préfectures auxquelles l’envoyer, voir ci-dessous :
Proposition de texte à envoyer :
Au CRA du Mesnil Amelot, les retenus ont entamé une grève de la faim depuis le 30 mars pour protester contre l’enfermement et les conditions qui empirent avec le coronavirus ; les retenus de Vincennes restent également mobilisés. A l’intérieur comme à l’extérieur, on continuera à lutter contre vos politiques racistes et contre les CRA qui tuent, torturent, tabassent.
On demande la libération immédiate de tous les retenus et la fermeture du CRA.
Le communiqué des retenus :
Y a tous le bâtiment 9, 10 qui fait grève de la faim, et quelques personnes du bâtiment 11.On demande notre libération immédiate et la fermeture du centre. On a peur de la contamination du coronavirus. Il y a encore de nouvelles arrivées Ici il n’y a pas d’hygiène, donc c’est plus risqué que dans d’autre endroit.On a contacté la CIMADE, et on lui demande de faire une DML pour tout le monde (demande de remise liberté). Y a pas de vol, y a rien ici. Pourquoi on est là encore ? Y a des gens qui se coupent pour sortir d’ici. La police est encore violente avec nous. Depuis qu’on est en grève de faim les policiers n’ont toujours pas répondu.On veut que des journalistes nous contacte, et que la préfecture décide de nous libérer le plus rapidement possible.
Les retenus de Mesnil-Amelot le 30 mars 2020’
adresses :
pref-eloignement@seine-saint-denis.gouv.fr
pref-eloignement@val-de-marne.gouv.fr
pref-eloignement@hauts-de-seine.gouv.fr
pref-astreinte-eloignement@seine-et-marne.gouv.fr
Attention : Il faut envoyer le texte à chaque adresse séparément. Les envois collectifs finissent directement dans les spams. Copiez le texte dans le corps du message. Changer l’objet du mail peut être également une bonne technique.

Enfin, a bas les CRA lance un appel à crier tous les soirs, à 20h, pour exiger la fermeture des CRA et la libération des prisonniers sans papiers, et à accrocher des banderoles avec ces slogans.
Vous pouvez leur envoyer vos photos de banderoles sur l’adresse : [anticra@riseup.net]

Virus ou pas virus, les logiques sociales qui prévalaient n’ont pas changé. Les premiers touchés par la répression policière, comme toujours, ce sont les populations dans la plus grande précarité : qu’ils s’agissent des migrants, des Roms, des SDF, ou encore des habitants et habitantes des quartiers populaires, souvent issues de l’immigration
Pour rappel : Sur la première journée 10% des amendes en France ont été dressées en Seine-Saint-Denis : c’est là, comme dans tous les quartiers populaires de France, qu’ont lieu les contrôles... et la violence qui va avec.
À Aubervilliers, Le 19 mars, Ramatoulaye, 19 ans, s’est faite insulter, taser à la poitrine puis a été mise en GAV car elle avait présentée une attestation manuscrite ;
aux Ulis, le 24 mars, Sofiane, 21 ans, s’est fait tabasser par un baqueux alors qu’il se rendait à son travail sur un site d’Amazon ;
À Chanteloup, le soir du 4 avril, la police intervient pour non respect du confinement suite à une dénonciation anonyme : ils interpellent des jeunes sur une moto soit-disant volée, en usant de 14 tirs de LBD dont l’un blesse gravement à la tête une fille de 5 ans ;
à Béziers, le 8 avril : un SDF, de 34 ans, a été interpellé après l’heure du couvre-feu, menotté par plaquage ventral, et embarqué dans le fourgon avec un policier assis sur son ventre...il est décédé au commissariat. Pour soutenir sa famille, une Cagnotte a été mise en ligne sur leetchi : [https://www.leetchi.com/fr/c/lQNMRWkw-]
à Angoulême le 9 avril, Boris, 28 ans, fuit un contrôle de police et est pris en chasse, avant de se jeter dans la Charente, où il se noie
à Cambrai, le 10 avril, un homme de 28 ans aussi, fuit un contrôle de police et décède au volant de sa voiture dont il perd le contrôle.
Le même jour, à Bruxelles, Adil 19 ans, est percuté par une voiture de police qui l’avait pris en chasse au volant de son scooter.

pour infos, sachez que la ligue des droits de l’homme rappelle que lors de leurs contrôles du respect du confinement : les policiers n’ont pas le droit de :

  • demander la raison d’un rdv médical car le secret médical s’applique
  • de vous verbaliser parce que vous avez pris plus d’une heure pour faire vos courses. Cette limite de temps ne vaut que pour les activités sportives individuelles, les promenades ou les sorties d’animaux
  • de fouiller votre sac de courses, ils peuvent seulement vous demander de l’ouvrir devant eux,
  • de contester le caractère de première nécessité de vos achats puisqu’ils ont été achetés dans un magasin autorisé à ouvrir
  • enfin, ils n’ont pas le droit d’exiger que vous payez l’amende sur place car elle doit être envoyée par voie postale
  • par ailleurs : il faut savoir que Sur la forme de l’attestation, rien dans le décret n’exige un support en particulier. Vous pouvez donc présenter une attestation sur votre smartphone si vous voulez, ou sur papier en version imprimée ou manuscrite, rédigée à l’encre ou non, et peu importe la couleur. Sur le contenu de l’attestation, le fait de ne pas avoir recopié l’attestation dans son intégralité ou de ne pas indiquer son heure de sortie n’est en principe pas sanctionnable car le décret ne mentionne pas ces exigences non plus.

Pour contester une amende forfaitaire infligée abusivement pour non-respect des mesures de confinement.
Le premier réflexe à avoir est de demander que le motif de l’amende soit consigné sur l’avis de contravention qui vous sera envoyé ou le procès-verbal qui vous sera directement remis.
Ensuite, Il Ne faut pas payer.
Si vous disposez d’un accès à Internet : il faut vous vous rendre sur le portail de l’Agence Nationale de Traitement Automatisé des Infractions.
Si vous ne disposez pas d’un accès à Internet, vous pouvez contester votre amende par voie postale en envoyant le formulaire de requête en exonération (que vous aurez alors reçu avec votre avis de contravention) : il faut y joindre l’avis de contravention original reçu par courrier, ou le procès-verbal rédigé par l’agent qui vous a verbalisé. Et vous envoyez le tout par lettre recommandée avec accusé de réception, en l’adressant à l’officier du ministère public, dont l’adresse figure en bas à droite de la première page de votre avis de contravention.

En cas de violences policières survenant à l’occasion de ces contrôles, je rappelle que vous êtes en droit d’enregistrer ou de filmer les membres des forces de l’ordre.
Si vous disposez d’un smartphone, l’application UVP (pour Urgence Violences Policières) peut être utile : elle est gratuite, elle permet votre géolocalisation lorsque vous filmez et les informations enregistrées sont stockées sur un serveur externe ce qui peut être utile Si votre téléphone est confisqué ou détruit.
Si vous êtes placé.e en garde-à-vue suite aux violences ou que celles-ci surviennent pendant la garde-à-vue, Il est essentiel de faire constater ses blessures si elles existent, par un professionnel de santé, de préférence à l’hôpital.
Pour porter plainte : il est recommandé de contacter Le Défenseur des droits dont la saisine est gratuite et confidentielle.
Vous pouvez le faire via un formulaire sur le site : [https://formulaire.defenseurdesdroits.fr/code/afficher.php?ETAPE=accueil_2016-]
vous pouvez aussi le saisir Par téléphone au 09 69 39 00 00 ;
ou Par courrier gratuit, sans affranchissement, en écrivant à : Défenseur des droits / Libre réponse 71120 / 75342 Paris CEDEX 07
En parallèle, vous pouvez également vous mettre en contact avec une association comme la coordination anti-répression, le collectif Urgence Notre Police Assassine ou encore l’ACAT.
Enfin, l’Observatoire parisien des Libertés Publiques créé par la LDH et le Syndicat des Avocats de France recense toujours les abus commis par les forces de l’ordre, alors si vous avez des témoignages audio ou vidéo, vous pouvez les envoyer à l’adresse : [contact@obs-paris.org]

Comme la répression policière, la crise sanitaire touche d’abord les populations les plus précaires mais, face à l’incurie de l’Etat, la solidarité est plus forte que jamais.

pour prendre enfin en charge les confinés dehors, des médecins lancent un numéro vert
ce numéro est destiné aux sans-abris qui disposent d’un téléphone, aux travailleurs sociaux et à toutes celles et ceux qui font des maraudes pour les aider à détecter, orienter et soigner les sans-abris touchés par le Covid-19 :
le numéro c’est le 0800.94.66.90, il est gratuit, et ouvert 7j/7 de 7h à 22h

La Permanence d’Accès aux Soins de Santé de l’hôpital Avicenne organise un dépistage COVID pour les SDF ou les personnes hébergées sans possibilités d’isolement afin de pouvoir les orienter vers les centres hébergement d’urgences COVID.
Le dépistage a lieu tous les jeudis matins de 9h à 12h. Pour en bénéficier, il faut prendre rdv par téléphone, en appelant du lundi au vendredi, entre 8h30 et 17h :
il faut appeler le numéro du standard au : 01 48 95 55 55 puis demander le poste 52.783 
et le dépistage se fait face au bâtiment Mantout de l’hôpital Avicenne, qui se trouve au 125 rue de Stalingrad à Bobigny.

l’association Watizat qui milite pour l’accès à l’information des personnes exilées a publié un guide spécial Covid qui peut être utile à toutes et tous
disponible en français, en anglais, en arabe, et en pashto : ce guide donne toutes les adresses utiles pour se soigner, manger et se laver, il fournit aussi des conseils pratiques pour se déplacer ou encore pour trouver des accès wifi, et il propose des conseils juridiques avec les adresses des permanences juridiques encore ouvertes
Pour télécharger le guide en format pdf, c’est sur le site : [www.guideasile.wordpress.com/]

Plusieurs structures proposent des distributions alimentaires à Paris et en banlieue en période de confinement.
Vous retrouverez bien sûr toutes ces adresses sur le site de l’agenda, et je rappelle que certaines de ces adresses sont aussi dispo sur le site [www.solinum.org/] et la plupart figurent aussi dans le guide édité par Watizat.

Alors qu’à Paris et en banlieue, l’eau des robinets publics a été coupée à plusieurs points, le collectif la chapelle en lutte propose de rouvrir nous-même les points d’eau pour rétablir le droit fondamental et d’autant plus important en ce moment de l’accès à l’eau !
et pour retrouver la carte des fontaines d’eau ouvertes à Paris, rdv sur le site d’eau de paris qui actualise tous les jours sa cartographie : [http://eaudeparis.fr/carte-des-fontaines/]

Depuis maintenant 3 semaines, le projet des brigades de solidarité populaire s’est mis en place pour organiser une autodéfense sanitaire en IDF :
les brigades comptent aujourd’hui plus de 200 personnes réparties en 13 brigades à l’échelle du territoire métropolitain, plusieurs centaines de panier-repas sont préparés et distribués chaque jour, des dizaines de permanence sont tenues par semaine pour aider le personnel soignant, les travailleurs en première ligne, et les gilets noirs qui s’auto-organisent dans leurs foyers.
Pour poursuivre leurs actions, les Brigades lance un appel aux dons alors si vous voulez renflouer leur caisse, rdv sur : [https://www.lepotsolidaire.fr/pot/ebnv1fg9?fbclid=IwAR2YV5NR74MCsd_t57eWhfWgjiJCg9LNZ3dhS3c4LW84ZqGRzi2EpvJ_u4E-]

Et je rappelle les différentes permanences mobiles avec des points de collecte et de distribution de produits de première nécessité que les brigades ont mises en place à Paris :

  • la Brigade nord-est de Paris tient une permanence les dimanches et lundis de 14h30 à 18h, au 5 passage du marché, dans le 10ème.
  • la Brigade Place des Fêtes tient une permanence les mercredis et dimanches de 11h à 13h dans le bâtiment B de la Fabrik, qui se trouve au 23 rue du docteur Potain
  • la brigade sud tient une permanence les Mardi, mercredi et Jeudi, de 14h à 18h au Jardin Denfert, qui se trouve au 1 villa Saint Jacques, Metro Denfert Rochereau
  • la Brigade de Montreuil : tient une permanence les lundis et mercredi de 10h à 14h à l’AERI, 57 rue Étienne Marcel et les lundis et jeudis de 11h à 13h chez Natalia, au 68 rue des ramenas.
  • Et une nouvelle permanence ouvre dans le 13ème : elle sera ouverte les lundis et mercredis de 14h à 18h au 25 rue du Moulinet, métro Tolbiac ou place d’Italie
    Enfin, pour rejoindre les brigades de solidarité populaires, il suffit d’envoyer un mail à : [brigadepopulaire-idf@protonmail.com]

D’autres initiatives locales s’auto-organisent pour soutenir les personnes qui en ont besoin : en proposant de rompre l’isolement, de faire les courses, de garder les enfants des personnes qui doivent travailler etc..
Pour suivre ces initiatives de solidarité, pour partager vos propositions, ou poster vos besoins : vous pouvez vous rendre sur la page facebook « solidarité face au coronavirus-Paris »
Vous pouvez aussi suivre les appels relayés sur la page facebook « le lien social au temps du virus »

Pour les habitants et habitantes du 19ème : l’association Esprit Savoir Sport Équité propose de livrer aux personnes isolées du quartier, des produits de première nécessité
pour les solliciter, il faut les contacter via leur page Facebook : Esprit Savoir Sport Équité.

toujours dans le 19ème, pour les habitants et habitantes du quartier Solidarité : L’Eternel Solidaire propose aussi :

  • Un groupe d’entraide sur Facebook que vous retrouverez sur la page groupe d’entraide Danube/Solidarité 19ème
  • L’eternel solidaire met aussi en place des permanences téléphoniques pour rompre l’isolement : elles sont ouvertes du mercredi au vendredi de 10h à 18h, au 01.77.37.01.96
  • Des permanences numériques : si vous avez besoin de faire imprimer un document : vous pouvez l’envoyer à [aide-mednum@assoD2L.org] et vous pouvez ensuite venir récupérer vos documents au 1, rue de la solidarité
  • enfin le vendredi de 15h à 17h, l’éternel solidaire et l’association courte-échelle organisent une distribution solidaire de paniers de courses. Pour avoir plus d’infos et vous inscrire, vous pouvez appeler Robin au 01.77.37.01.96 ou lui envoyer un mail sur l’adresse : [robin.girard@assoD2L.org]

un espace réservé au dépôt de produits de première nécessité a aussi été créé devant la Gare expérimentale :
vous pouvez déposer vos dons non périssables, tous les jours, de 14h à 20h et c’est donc devant la gare expérimentale qui se trouve au 18 bvd Serrurier, dans le 19ème.

dans le 19ème toujours : un centre dédié à la prise en charge du Covid19 a été ouvert dans les locaux de l’Hôpital Fondation Rothschild mercredi dernier, pour prendre en charge les patients n’ayant pas de médecin traitant ou dont le cabinet du médecin est fermé.
Il fonctionne uniquement sur rdv, du lundi au samedi matin.
Pour les appeler : c’est au 01 88 40 29 91.

Dans le quartier Saint-Blaise/porte de Bagnolet, une chaîne de solidarité s’est aussi mise en place.
Si vous avez besoin, vous pouvez appeler au 06.12.39.94.76

le collectif Précaires Déters 93 a mis en place une permanence téléphonique pour rompre l’isolement, et discuter des difficultés rencontrées avec la crise sanitaire : que ce soit des difficultés relatives au travail, à l’hébergement, ou à la vie quotidienne.
Cette permanence téléphonique est ouverte tous les jours, de 15h à 20h et le numéro c’est le : 06 05 57 18 49

pour soutenir les familles Rroms du bidonville de Bobigny, le Ménilmontant Football Club qui les soutient depuis leurs violentes agressions de 2019, a ouvert une cagnotte en ligne.
Les bidonvilles sont privés d’eau courante et de sanitaires, et représentent des foyers de contagion où s’entassent des enfants en bas âge et des personnes âgées, sans autre solution d’hébergement. Ces derniers jours, les conséquences directes de l’épidémie de COVID-19 et du confinement généralisé les ont privé·e·s de leurs faibles moyens de subsistance et la plupart des ces familles n’a pas accès aux prestations sociales et se retrouve sans la moindre ressource.
Alors Pour les aider à subvenir à leurs besoins alimentaires et sanitaires de première nécessité, le MFC a donc lancé une cagnotte en ligne : [https://www.cotizup.com/mfc1871rrom?fbclid=IwAR3djxzpeHRZpTYNGcwJT-JoU7i8-HKbNcon0VUVhv8Bsi-Z7w65R_oyJJE-]

droit du travail

je rappelle que la CNT a préparé des fiches conseil mises à jour régulièrement
Pour les retrouver, rdv sur le site du syndicat unifié du bâtiment : [www.cnt-f.org-]

l’Union syndicale Solidaires a mis en place un numéro vert, accessible à toutes et tous, syndiqué·es ou non, pour répondre aux questions des salarié·es sur leurs droits face à l’épidémie :
Cette permanence téléphonique est ouverte 7j/7, de 9h à 19h et le numéro c’est le :
0 805 37 21 34.
par ailleurs, Solidaires propose :

droit du travail toujours : L’Union régionale Île-de-France CGT a aussi mis en place un numéro vert pour les travailleurs et travailleuses qui ont des questions relatives au droit du travail :
le numéro c’est le 0805.38.48.22, c’est un numéro gratuit et il est ouvert du lundi au vendredi : de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30.

Par ailleurs, l’Ugict-CGT, les syndicats CGT de l’inspection du travail et de la Direction Statistique du Ministère du Travail et des avocat·e·s militant·e·s ont aussi lancé un site qui comporte des fiches détaillées sur vos droits et à travers lequel ils lancent une enquête nationale sur les conditions de travail pendant la crise sanitaire en cours.
Pour y participer, c’est sur le site : luttevirale.fr

enfin, Durant la période de confinement, la permanence Santé et conditions de travail est maintenue de manière dématérialisée du lundi au vendredi de 10h à 17h.
Pour les contacter, il faut envoyer un mail avec l’exposé de votre situation et vos coordonnées téléphoniques à l’adresse suivante :
[permanence@neplusperdresaviealagagner.org-]

droit des femmes et des enfants

pour les enfants maltraités, le 119 qui est un numéro gratuit, et qui n’apparaît pas sur les relevés téléphoniques fonctionne toujours
il est ouvert 7j/7 et 24h/24.

pour les femmes victimes de violences conjugales : le numéro 3919 continue de recevoir les appels, et vous pouvez aussi plus discrètement envoyer un texto au 114.

la fédération Nationale des Centres d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles a édité un listing des centres d’accueil ouverts en période de confinement.
[http://www.infofemmes.com/v2/p/Actualites/p/Liste-Accueil-des-CIDFF-confinement-COVID-19-300320/3266-]

droit des femmes toujours : la pétition pour demander une loi d’urgence sur les avortements circule toujours même si La Haute autorité de santé a allongé le délai pour l’IVG médicamenteuse à domicile à 9 semaines.
alors que Certains établissements hospitaliers et certains centres de planification n’assurent plus cette mission, soit pour prioriser les soins aux personnes atteintes gravement par le coronavirus, soit par manque de matériel de protection pour le personnel d’accueil et soignant : Le Collectif « Avortement en Europe les femmes décident », qui regroupe de nombreuses associations féministes, syndicats et partis politiques, réclame Des mesures d’urgence pour garantir l’accès au droit à l’avortement.
Pour signer la pétition, et retrouver le texte dans son intégralité, rdv sur : [https://www.change.org/p/gouvement-responsables-politiques-assembl%C3%A9e-nationale-s%C3%A9nat-covid-19-les-avortements-ne-peuvent-attendre-pour-une-loi-d-urgence?recruiter=25163084&utm_source=share_petition&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_medium=whatsapp&utm_content=washarecopy_21049489_fr-]

pour avoir des informations sur l’IVG et la contraception, je rappelle le numéro vert qui existe :
c’est le 0800 08 11 11.

et pour info : sachez que pendant le confinement le planning familial du 93 reste ouvert, sur rdv, pour les IVG médicamenteuses
Pour obtenir un rendez vous, pour discuter d’une inquiétude ou pour demander un conseil, vous pouvez les appeler au : 01 55 84 04 04
La permanence téléphonique est ouverte le mardi de 14h à 17h, le mercredi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h et le jeudi de 14h à 17h.

En solidarité avec les parents d’enfants ayant des difficultés d’apprentissage, l’association école pour tous offre ses services de soutien scolaire pendant les 2 prochaines semaines de confinement
pour en bénéficier, il faut leur envoyer un mail à : [contact@ecolepourtous.fr-]

Dans la rubrique militer en temps de confinement : Paris-lutte Info a mis en ligne un guide pour s’organiser en ligne que vous retrouverez sur leur site : paris-lutte.info
et si vous voulez l’étoffer, vous pouvez envoyer vos propositions par mail à :
[paris-luttes-infos@riseup.net-]

le secours rouge a aussi publié un petit guide des militantes et militants confinés pour aider les organisations à poursuivre leur travail politique dans la crise.
pour retrouver le lien du pdf, rdv sur : [https://secoursrouge.org/dev/wp-content/uploads/2020/03/petitguidedesconfinees.pdf-]

en ces temps de confinement, si vous voulez affiner votre art de la navigation dans les eaux troubles du monde numérique, un autre guide peut être utile à lire ou relire, et à pratiquer en solitaire ou à plusieurs :
c’est le guide d’autodéfense numérique que vous retrouverez sur : guide.boum.org

Pour les quelques Rdv confinés à signaler :

Il y a le rdv quotidien A 20h tous les soirs à vos fenêtres ou vos balcons pour applaudir et remercier les personnels hospitaliers qui risquent leur vie à nous soigner…mais aussi pour remercier toutes celles et ceux qui sont sur le pont !

et pour lundi soir, de nombreux appels proposent de huer Macron après son allocution télévisée...

Lundi aussi, de 18h30 à 21h30, la commission de mobilisation du Travail social en IDF tient une AG dématérialisée
Pour participer à cette réunion, rdv sur l’appli discord : [https://discord.gg/vB6ypK-]

lundi encore, à partir de 21h, les Gilets jaunes de Décla ta Manif poursuivent leurs réunions téléphoniques de coordination en IDF :
pour y participer, il faut contactez le groupe par mail à l’adresse : [signataires@coordinationgiletsjaunes.fr-]

Mardi, de 18h30 à 20h30, l’AG interpro du 92 organise une AG dématérialisée pour maintenir la mobilisation
pour y participer, il faut vous rendre sur la page Facebook : AG Interpro 92.

À la suite de la tribune « Plus jamais ça, préparons le jour d’après », seize organisations ont lancé une pétition nationale pour défendre des mesures d’urgence et de long terme, porteuses de profonds changements politiques.
Dans l’urgence, elles exigent :

  1. L’arrêt immédiat des activités non indispensables pour faire face à l’épidémie.
  2. Les réquisitions des établissements médicaux privés et des entreprises pour produire dans l’urgence des masques, des respirateurs et tout le matériel nécessaire pour sauver des vies.
  3. La suspension immédiate du versement par les entreprises de dividendes, rachats d’actions et bonus aux PDG.
  4. La décision de ne pas utiliser les 750 milliards d’euros de la BCE pour alimenter les marchés financiers mais uniquement pour financer les besoins sociaux et écologiques des populations.
    A plus long terme, elles demandent :
  5. Un plan de développement de tous les services publics  
  6. Une fiscalité bien plus juste et redistributive, un impôt sur les grandes fortunes, une taxe sur les transactions financières et une véritable lutte contre l’évasion fiscale. 
  7. Et Un plan de réorientation et de relocalisation solidaire de l’agriculture, de l’industrie et des services, pour les rendre plus justes socialement, en mesure de satisfaire les besoins essentiels des populations, de répondre à la crise écologique.
  8. Pour signer la pétition, rdv sur : [https://www.policat.org/p/8915-]

Documents joints

Agenda des luttes confinées 13 avril