Agenda Fpp 10 janvier

lundi 10 janvier 2022
par  Julie agenda

Aujourd’hui on sera au téléphone avec Adrien de la CGT Grandpuit pour parler de la conférence de presse que la CGT Grandpuit a tenu ce matin, avec Greenpeace et Les Amis de la Terre concernant le procès contre Total
Récemment, la responsabilité de Total dans la destruction de la planète a, à nouveau, fait les titres des journaux. S’il difficile d’en douter, il est désormais confirmé que la multinationale a toujours eu conscience des dégâts qu’elle génère depuis les années 70. A l’heure où elle poursuit la construction du plus grand pipeline chauffé du continent africain en détruisant des centaines d’hectares de réserve naturelle et en procédant à des déplacements forcés de population, les salariés réaffirment leur volonté de lutter pour l’emploi et contre le Greenwashing.
Et pour cause : les conséquences du PSE se font durement sentir. A l’angoisse générée par l’incertitude, il faut ajouter les risques industriels induits par ce projet. En effet, une nouvelle expertise réalisée sur la plateforme est sans appel et dénonce, la logique abstraite d’économie financière, traduisant une dépréciation de la logique de sécurité au sein du pilotage du site. Aussi, les réductions d’effectif impactent terriblement les conditions de travail des salariés ainsi que la capacité des opérateur à réagir en cas de sinistre. Une situation d’autant plus grave que la plateforme es tun site SEVESO seuil haut, voisine de l’usine BOREALIS, petite sœur d’AZF….avec des risques d’incendie, d’explosion ou de fuite extrêmement sensibles.
C’est pourquoi la CGT Grandpuit est déterminée à poursuivre son combat contre Total et, avec le soutien de Greenpeace et des amis de la terre, elle tient une conférence de presse en ce moment et c’est au 68 rue François Miron à Paris, métro Saint Paul.

AGENDA.10.01.2022.

URGENT : DERNIÈRE MINUTE/BESOIN DE SOUTIEN
le collectif de migrants occupant le 29 rue Emile Cordon à Saint-Ouen a besoin de soutien !
et ils ont besoin aussi de : sucre, huile, thé, café, pain, liquide vaisselle, sacs poubelle, savons, shampoing etc.

Des nouvelles de la lutte des travailleurs sans-papiers
Jeudi dernier, une délégation composée des représentants des piquets Chronopost Alfortville et DPD Coudray, d’un représentant du CTSPV et d’un représentant de la Fédération SUD PTT, a été reçue par le DRH de Chronopost, filiale du Groupe La Poste, au siège de Chronopost. Mais à l’issu de cet entretien, rien de nouveau ! Ce jour-même a par ailleurs été annoncé la « Création du Comité de soutien aux travailleurs grévistes sans-papiers de RSI », une société d’interim spécialisée dans le bâtiment, dont les locaux avaient été occupés, puis rapidement évacués par la police, le 22 octobre dernier. Un piquet de grève est installé depuis le 1er novembre devant le siège de RSI, 10 rue de la Sablière à Gennevilliers (91), départ d’une lutte solidaire qui a gagné les postiers sans-papiers du 94, en piquet de grève à Alfortville (94) et à Coudray (92).
Et le collectif annonce une « première victoire de leur mobilisation qui s’est concrétisée par la satisfaction, par le groupe Belvedia propriétaire de RSI, de leur demande en leur accordant les documents nécessaires à la constitution de leurs dossiers de régularisation. ».
Pour autant, le combat et la mobilisation pour la régularisation de ces travailleurs continuent auprès de la préfecture des Hauts de Seine. Afin d’obtenir la régularisation de tous ces travailleurs, le comité de soutien a pour objectif de leur apporter le soutien nécessaire et de communiquer en ce sens. A suivre donc….

L’Association TIMMY - Soutien aux Mineurs Exilés recherche toujours des hébergements solidaires sur Paris-IDf
En 2015, la TIMMY a été la première association bénévole à organiser l’hébergement solidaire sur Paris, et son expérience est solide, avec aujourd’hui plus de 70 jeunes suivis par l’assoc.
Mais sans votre mobilisation rien n’est possible, et l’association recherche sans cesse de nouveaux hébergeurs pour se relayer. Alors si vous avez un lit, un canapé, un matelas dispo pour quelques jours au moins, vous pouvez les contacter en envoyant un mail à : chloe.prasil@gmail.com
et vous pouvez aussi faire un don pour soutenir l’assoc : https://www.helloasso.com/.../timmy-team.../formulaires/1...

l’AG Interprofessionnelle de Saint-Denis vient de lancer une cagnotte en ligne pour soutenir Damien, travailleur ratp à St Denis et délégué CGT réprimé pour son engagement syndical
et si vous voulez renflouer la caisse, rdv sur : https://www.leetchi.com/.../soutien-a-damien-pour-sa...

Solidaires Etudiant-e-s Sorbonne U lance un appel à témoignages sur les irrégularités observées quant à l’évaluation des Unités d’Enseignement
Des irrégularités ont été identifiées lors des partiels à l’université de la Sorbonne, notamment en ce qui concerne l’exercice des contrôles continus. Ainsi par exemple : des CC ont été validés par une unique évaluation, et des rattrapages n’ont pas eu lieu...
Pour rappel, d’après l’art. 5 du règlement concernant les modalités d’évaluation, les Unités d’Enseignement évaluées en Contrôle continu doivent comporter au moins 3 évaluations, les modalités d’évaluation doivent être fixées 1 mois au plus tard après le début des cours et ne peuvent être alors modifiées qu’en cas de « perturbation importante » après accord du ou de la vice-doyen.ne Formation.
Dans ce contexte, si vous avez observé des irrégularités quant à l’évaluation des UE et que vous voulez envoyer vos témoignages, rdv sur : https://docs.google.com/.../1FAIpQLSf-lHHh.../viewform...

A partir d’aujourd’hui, les AESH du Val-de-marne, qui se sont réuni.e.s en AG mardi dernier, soutenu.e.s par la CGT Educa’ction 94 et le SNUIP-FSU 94, se mettent en grève reconductible pour exiger une revalorisation des salaires, l’arrêt des temps partiels imposés, un recrutement massif d’AESH , ainsi que des masques, du gel et des auto-test
Depuis un an, elles (car ce sont souvent des femmes) ont fait entendre leur voix, notamment pour protester contre les Pial, ces pôles inclusifs d’accompagnement localisés qui transforment leur organisation du travail. C’était le cas fin août, lorsque près d’une cinquantaine de personnes ont pris part à un rassemblement de soutien aux AESH devant le rectorat. En octobre, à l’occasion d’une grève nationale de ces accompagnants. En novembre, avec un nouveau rassemblement devant l’école Octobre à Alfortville, quelques jours avant une grève au niveau du département, le 25.
Suite à cette mobilisation, la direction des services départementaux de l’Éducation nationale s’est engagée sur plusieurs choses, comme le fait de limiter les interventions des AESH sur deux établissements scolaires au maximum, mais c’est loin d’être suffisant. En effet, malgré un premier préavis de grève avec négociation préalable en décembre, la Direction académique poursuit son plan d’augmenter leur temps de travail à 22 heures, sans augmentation de salaire ». Quand le syndicat demande le passage à 24 heures, « comme c’est le cas dans les autres départements, en Seine-et-Marne et en Seine-Saint-Denis.
Aussi pour protester les AESH du 94 se mettent en grève reconductible, et à 13h, un rassemblement est organisé devant la DSDEN avant une assemblée générale « en plein air » ; alors si vous voulez les soutenir rdv à 13h devant la DSDEN du 94, c’est au 68 Av. du Général de Gaulle, à Créteil

Toute la journée, l’Université Paris-Saclay et l’Hôpital Saint-Louis organisent une journée d’étude intitulée : Quand le soin est facteur d’inégalités. L’accès aux soins entre universalisme et particularisme
Le système de soin au sens large (préventif et curatif) est souvent perçu comme un facteur d’égalisation entre individus. Il l’est certes en partie au sens où il assure, dans la plupart des pays européens, un égal accès de tous aux soins. La visée universaliste suppose bien de garantir, par la mutualisation des risques, que - riches ou pauvres, malades ou bien-portants - les citoyens puissent accéder aux dispositifs préventifs et curatifs que requièrent leurs besoins tout au long de leur vie. Toutefois, comme on le sait, les soins prodigués ne sont pas identiques d’un patient à un autre. Par ailleurs, comme on le sait aussi, un fossé existe entre l’accès aux ressources et l’usage réel de ces dernières de sorte que, paradoxalement, en même temps qu’il contribue à égaliser les conditions de vie, le système de soin nourrit les inégalités. Le soin, facteur d’inégalités : tel est donc le constat paradoxal que cette journée d’étude prendra pour point de départ. Plus précisément, il s’agira de distinguer deux modalités d’aggravation des inégalités :Le traitement indifférencié de situations qui pourtant nécessiteraient des traitements distincts d’une part/ Le traitement différencié de situations qui pourtant nécessiteraient des traitements identiques d’autre part
Après une matinée de discussions autour de la première modalité d’aggravation des inégalités, il s’agira de revenir cet aprem sur le traitement différencié de situations qui nécessiteraient des traitements identiques.
Avec au programme, cet aprem à partir de 14h, une première table-ronde intitulée : Soigner en pratique, faire une différence ? Alors que de nombreuses études tentent aujourd’hui d’établir l’existence de « soins différenciés », autrement dit de différences dans la prise en charge, qu’aucune raison médicale ne justifie et qui s’expliquent essentiellement par les préjugés des soignants. La mise en évidence de ces différences, et en particulier la traque des biais cognitifs des soignants, pour légitimes qu’elles soient et essentielles dans la lutte contre les inégalités sociales de santé, n’en posent pas moins des questions épistémologiques et éthiques importantes. Dans la mesure où tout soin est toujours particulier par définition, un soin sans biais, impartial en quelque sorte, est-il possible ? Ce que nous pourrions gagner en impartialité ou en neutralité du soin, ne se perdrait-il pas en capacité d’adaptation ou d’écoute ? Enfin de quoi témoignent ces différences dans les soins ? Révèlent-elles une hiérarchie implicite des valeurs attribuées aux existences ?
Puis à 15h30, il y aura une seconde table-ronde sur l’Accessibilité, l’équité et la continuité des soins psychiatriques en milieu carcéral : comme enjeu majeur de santé publique.
Dans les prisons françaises, la prévalence des troubles psychiatriques est particulièrement élevée et le taux de suicide, sept fois supérieur à celui observé en population générale, est parmi les plus hauts retrouvés en Europe. Par ailleurs, un accès insuffisant aux soins psychiatriques dans cette population a été plusieurs fois dénoncé. Il s’agira, à partir d’un cas clinique, d’interroger la tension à l’œuvre entre, d’une part, une logique de réduction des inégalités d’accès aux soins en prison basée sur le respect d’un principe d’équivalence entre les soins accessibles aux populations carcérale et générale et, d’autre part, la nécessité de prendre en considération certaines spécificités propres aux troubles psychiatriques en prison afin de proposer des prises en charge adaptées.
Et si vous voulez suivre cette journée d’étude consacrée aux inégalités dans le soin, rdv à partir de 14h dans la Salle Jaune, de l’Hôpital Saint-Louis dont l’entrée se fait par le 1 avenue Claude Vellefaux, métro Goncourt

de 14h à 17h, le Séminaire Salariat organisé par l’Université de Nanterre, se poursuit avec une séance autour de Laure Camaji, de l’Université Paris-Saclay, qui parlera de La personne privée d’emploi : un sujet de droits sociaux en recomposition(s) au fil des réformes (2001-2021)
et si vous voulez suivre ce séminaire, rdv de 14h à 17h dans la salle 2 du bât Max Weber de l’université de Nanterre, ou sur ZOOM via : https://cnrs.zoom.us/j/92539551971?pwd=OS94a1FhUzgwUnVXMHl3em1KTEtpdz09

De 17h à 19h, la Permanence Santé et conditions de travail sera ouverte à la BDT de Paris
alors si vous avez besoin de conseils, et de soutien, vous pouvez vous y rendre sans rdv entre 17h et 19h, c’est au 3 rue du Château d’Eau, métro République
et vous pouvez aussi avoir un rdv en visio, en demandant par mail à : permanence@neplusperdresaviealagagner.org

de 18h à 20h, le collectif Un Ring pour tou.te.s propose ses sessions de cours de boxe anglaise d’autodéfense pour ados et adultes à Saint-Denis
et ça se passe de 18h à 19h pour les enfants/ados et de 19h à 20h pour les adultes, au chapiteau Raj’ganawak qui se trouve au 3 rue Ferdinand Gambon, à St-Denis c’est juste en face de la sortir de la gare de St-Denis

De 19h à 21h, le réseau Stop Précarité propose ses Cours mensuels de droit du travail sur les prudhommes
Et pour la séance d’aujourd’hui, deux juristes du travail, Hélène Meynaud et Rachel Spire, reviendront sur les prudhommes, et comment les saisir contre son employeur.
Et si vous voulez y participer, rdv de 19h à 21h, à la BDT, 3 rue du Château d’Eau, métro République

à 19h30, le collectif Sécurité toi-même organise sa maraude pour lutter ensemble contre le harcèlement policier dans le quartier. 
Et si vous voulez y participer, le rdv est donné à 19h30 sur le belvédère de Belleville à côté de la fontaine bleue (en face du café Moncoeur)
Et vous pouvez les contacter au 07 58 48 86 78 ou par mail, en écrivant à : securitetoimeme@protonmail.com

Demain matin, à 6h, la CGT organise un Rassemblement de soutien à Ylias El Afghani, délégué syndical CGT sur un centre de stockage de déchets
Depuis quelques mois, le Délégué Syndical de la Routière de l’Est Parisien, filiale de VEOLIA, fait l’objet d’une procédure de licenciement abusive.
Aussi pour le soutenir, la CGT de la REP Veolia organise un rassemblement demain matin, et le rdv et donné à 6h, devant les portes de la REP VEOLIA de Bouqueval, Route D’Ecouen au Plessis Gassot ; et pour info, il y aura des navettes ou cars à partir de 6h au départ de la gare de Goussainville

Demain matin de 8h30 à 10h30, le séminaire Sociologie de l’articulation travail famille et des temps sociaux organisé par l’EHESS, se poursuit avec une séance autour dAlizée Delpierre (Sciences Po) et Hélène Malarmey (Université Paris-Dauphine), qui proposeront de réfléchir à la possibilité de « Déléguer pour (mieux ?) articuler ».
et si vous voulez suivre ce séminaire, rdv demain matin de 8h30 à 10h30, dans la salle 3.07 au Centre des Colloques, sur le Campus Condorcet, à Aubervilliers, métro Front populaire, ou en visio, via : Participations 

Face à la situation chaotique observée dans les écoles et les établissements, la CGT Educ’action 95, SUD Education 95 et la FNEC FC-FO 95 appellent les enseignants à faire grève demain, en convergence avec les soignants et à participer à plusieurs AG organisées demain matin dans l’Oise :
– AG à St Ouen l’Aumône à 8h45 au 38 rue d’Eragny –Puis rassemblement à 11H avec les soignants en grève devant l’ARS Ile-de France – 2, av. de la Palette à Cergy
– AG à Argenteuil à 9h30 – école élém. Anatole France – 5 mail Stendhal
– AG à Sarcelles dans la salle des Vignes Blanches à Sarcelles

à 9h30 demain matin, SUD Education 91 organise une Assemblée générale
Et si vous voulez y participer, rdv demain matin à 9h30 dan le local de Solidaires 91 qui se trouve au sous-sol de la Poste d’Evry, sur la Place du Général De Gaulle, à Evry Village

Demain matin, à partir de 10h, Le Syndicat Gilets Jaunes propose une permanence sans rendez-vous
Et si vous voulez y aller c’est ouvert demain à partir de 10h au 21 Bd Haussmann, dans l’immeuble actualis 2ème étage.

Demain matin à 11h, le DAL organise une conférence de presse de lancement de la plateforme logement pour toustes
Constatant l’aggravation de la crise du logement dans tout le pays, des associations de terrain, de défense des locataires, et des organisations syndicales se sont réunies au sein d’une plateforme Logement 2022 pour toustes
et pour expliquer le projet, une conférence de presse se tiendra donc demain matin, à 11h, et ça se passe dans la salle Jouhaux de ’annexe de la BDT de Paris, dont l’entrée se fait par le 67 rue Turbigo, métro République
et vous pouvez aussi la suivre en visio, via :
LIEN ZOOM : https://zoom.us/j/98886114853 ?pwd=d2ZpY3dNL0U2cWswcXRHT3Q5Z20yUT09
ID de réunion : 988 8611 4853
Code secret : 657134

Demain matin, à partir de 11h30, l’ENS organise une conférence autour de Frédéric Keck qui viendra présenter son livre : Les Sentinelles des pandémies : chasseurs de virus et observateurs d’oiseaux aux frontières de la Chine (Seuil, 2021)
À partir d’une recherche ethnographique menée à Hong Kong, Taïwan et Singapour, aux frontières de la Chine, cet ouvrage montre comment les « chasseurs de virus » et les responsables de la santé publique s’allient avec les vétérinaires et les observateurs d’oiseaux pour suivre les mutations des virus de grippe entre les oiseaux sauvages, les volailles domestiques et les humains. Les sentinelles animales, placées sur la ligne de front des « guerres contre les virus », sont valorisées parce qu’elles détectent l’apparition des maladies infectieuses émergentes à travers des signaux d’alerte précoce. Par les méthodes de l’anthropologie sociale, Frédéric Keck décrit la manière dont les techniques de préparation en vue d’une pandémie transforment les relations entre humains et non-humains dans le temps long de l’anthropocène.
Et si vous voulez suivre cette conférence, il faut vous inscrire sur : https://framaforms.org/inscription-seminaire-general-cmh-1603703916
puis rdv demain, à 11h30 dans la salle R2-02 sur le Campus Jourdan de l’ENS, 48 Boulevard Jourdan.

Enfin, demain 5 organisations syndicales et 5 collectifs de professionel·les et d’usager·es de la Santé appellent à une journée d’action et de manifestation pour qu’enfin la santé et l’action sociale bénéficient de moyens à la hauteur des besoins de la population.
Et le rdv pour la manif parisienne est donné à 12h à Cochin départ 13H en passant par Cochin-Montparnasse- Necker en direction de Matignon fin 17H

rdv culturels

et cet appel à souscription d’abord lancé par Sandra Barrère, qui a besoin de soutien financier pour la publication d’un livre sur le massacre de Sabra et Chatila dans l’art et la littérature
Publier un ouvrage sur la Palestine, y compris par le détour de l’art et de la littérature, est un véritable défi aujourd’hui. Après 5 ans d’une recherche présentée en juin 2019 devant un jury et couronné par l’obtention de son doctorat pour sa thèse intitulée ’Écrire une histoire tue. Le massacre de Sabra et Chatila
dans la littérature et l’art’, Sandra Barrère veut publier sa thèse, mais dans l’univers impitoyable de l’édition, elle doit pour cela assumer les frais relatifs aux droits d’auteur et de reproduction des 40 illustrations incluses dans l’ouvrage, en plus des frais liés à l’impression de 30 de ces illustrations (l’éditeur prenant à sa charge la production de 10 images). Or, ces illustrations font partie intégrante de la démonstration. Sans elles, le projet éditorial n’a pas de sens.
C’est pourquoi la jeune chercheuse lance cette campagne de crowdfunding pour participer aux frais d’illustration de l’ouvrage dont la publication est programmée pour août-septembre 2022, soit 40 ans après le massacre.
Et si vous voulez soutenir la publication de cet ouvrage, rdv sur : https://www.gofundme.com/f/publication-sur-sabra-et-chatila ?

de 14h30 à 16h30, le Séminaire DREAM 2022 ’Le script de la révolte. Écritures, consignations, transcriptions dans des mondes en révolution’, se poursuit, avec une séance en ligne autour de Chowra Makaremi qui parlera des Traces écrites de la révolution iranienne (1979-1990).
et si vous voulez en discuter avec l’anthropologue qui a notamment publier sur la révolution iranienne, Le cahier d’Aziz. Au cœur de la révolution iranienne (Gallimard, 2011) et avec Hannah Darabi Rue Enghelab, Une révolution par les livres 1979-83 (Le Bal/Spector, 2019), et réalisé le film Hitch. Une histoire iranienne (2019, Alter Ego, France, 78 min.), il faut vous inscrire en envoyant un mail à : dream@cmb.hu-berlin.de

au ciné la Clef ce soir, l’assoc Home Cinema propose la projection de Surname Viet Given Name Nam, Réalisé en 1989 par Trinh T. Minh-ha
Trinh Minh-ha est une penseuse et réalisatrice féministe postcoloniale née à Hà Nội, et professeure universitaire en Californie. Son documentaire Surname Viet Given Name Nam explore le rôle des femmes vietnamiennes historiquement et dans la société contemporaine. Utilisant danse, textes imprimés, poésie populaire et les mots et expériences de femmes vietnamiennes au Việt Nam - du Nord et du Sud - et aux Etats-Unis, son film s’oppose à la culture officielle par leurs voix. Surname Viet Given Name Nam explore les thèmes du déplacement et de l’exil, critiquant à la fois des aspects de la société traditionnelle et la vie depuis la guerre.
Et si vous voulez découvrir ce docu, rdv à 19h30, au ciné la Clef, 34 rue Daubenton, métro Censier-Daubenton

Parutions
Mathilde Blézat vient de signer Pour l’autodéfense féministe, à paraitre, le 4 février, aux éditions de la dernière lettre
Cette enquête menée auprès de formatrices et de participantes à des stages d’autodéfense féministe démontre le caractère indispensable d’une pratique encore méconnue. Nourri de nombreux témoignages, cet ouvrage est aussi un véritable plaidoyer. Les corps se déplient, les gorges se dénouent, la colère enfle et les sourires s’épanouissent. Apprendre à se défendre ensemble, entre femmes, c’est reprendre du pouvoir sur les violences passées et se donner le droit de riposter face aux agressions à venir. Comment un simple stage, le plus souvent le temps d’un week-end, peut-il faire un tel effet ? Ni sport de combat ni technique de développement personnel, l’autodéfense féministe est une pratique de prévention efficace et une arme pour lutter contre la domination patriarcale. Un enseignement puissant et émancipateur auquel toutes les femmes devraient avoir accès.

Musique : Davodka - Chute Libre

AGENDA.10.01.2022.