Agenda 4 janvier

mardi 4 janvier 2022
par  Julie agenda

Problème technique sur le téléphone

Pour rappel :Depuis le 1er novembre, Les grévistes Sans-papiers de RSI tiennent leur piquet de grève devant l’agence pour exiger leur régularisation
Et si vous voulez les soutenir, rdv sur le piquet de grève devant l’agence RSI de Gennevilliers, 10 rue de la Sablière, dans le quartier des Grésillons.

Depuis le 3 décembre, les travailleurs sans papiers de Chronopost aussi, tiennent un piquet de grève pour obtenir leur régularisation.
Et vous pouvez aller les soutenir sur leur piquet de grève au 2 Chemin de Villeneuve Saint-Georges, à Alfortville,RER D Gare de Vert-de-Maison ou bien bus 103, arrêt Val-de-Seine.

De 17h à 20h, le collectif prenons la Ville propose sa Rencontre trimestrielle
Le collectif Prenons la ville essaie de faire un suivi local et une analyse de ce qui se passe sur Montreuil-Bagnolet concernant les luttes de logement, les ouvertures/expulsions de squats, les occupations de terrains, l’urbanisme, la gentrification, les dispositifs anti-pauvres, etc.
Il participe et organise aussi des actions, manifs, rassemblements en solidarité avec des collectifs en lutte, et il propose un zine qui s’appelleL’En-villeavecune cartographie des expulsions de squats sur Montreuil et Bagnolet.
Et une fois tous les trois mois, le collectif propose un moment pour discuter, échanger, partager des expériences et s’organiser collectivement contre la gentrification et la précarisation
Alors si vous voulez rencontrer le collectif Prenons la ville, rdv à 17hà l’AERI, 57 rue Étienne Marcel, à Montreuil,métro Croix de Chavaux

De 17h à 19h, l’Union syndicale Solidaires des Yvelines propose sa permanence hebdomadaire
Chaque semaine, l’Union syndicale Solidaires des Yvelines tient un accueil ouvert à toutes les travailleuses, et tous les travailleurs, afin de se rencontrer, s’informer, se former, partager les expériences et lutter.L’objectif n’est pas de tenir uniquement une permanence juridique avec des spécialistes du droit du travail, mais plutôt de construire collectivement de savoir-faire et des expériences sur les questions salariales, mais aussi sur des luttes féministes, écologistes, contre la société de surveillance...
Et si vous voulez vous rendre à la permanence ça ouvre à 17h et jusqu’à 19h et c’est à la Salle Auguste Delaune deLimay

Comme tous les mardis, Le collectif solidarité migrants Wilson lance un appel à bénévoles
il y a besoin de monde en cuisine et pour la distribution de ce soir
et si vous voulez y participer, le rendez-vous est donné à 14h pour la cuisine, et à 18h30 pour la distribution, au théâtre de la belle étoile qui se trouve au 14 rue Saint-Just, à Saint-Denis, RER Stade de France

à 18h30, la Coordination contre la répression et les violences policières propose sa réunion hebdomadaire pour renforcer les solidarités et les soutiens contre la répression et les violences, dans les quartiers et les manifs.
Et si vous voulez y participer, c’est à partir de 18h30dans la salle ANDRÉ TOLLÉ (au rdc, après les escaliers du hall sur la droite)à la Bourse du travail de Paris, 3 rue du Château d’eau, métro République

A 18h30 aussi, Extinction Rebellion Ile de France/Paris et Extinction Rebellion France organisent une réunion d’accueil des nouvelles militantes et nouveaux militants
Et si vous voulez rejoindre Extinction rebellion, rdv à 18h30 au métro Censier-Daubenton devant la pharmacie au niveau du 96 rue Monge
et il faut vous inscrire avant via :https://framaforms.org/reunion-accueil-nouvelles-et...

Demain matin, à 11h : le Mouvement des Femmes kurdes en France et le Conseil démocratique kurde en France lancent un Appel à manifester pour les trois militantes kurdes assassinées à Paris
Le 9 janvier 2013, Sakine Cansiz (Sara), co-fondatrice du PKK, Fidan Dogan (Rojbîn), représentante en France du Congrès national du Kurdistan (KNK), et Leyla Saylemez (Ronahî), membre du mouvement de jeunesse kurde, étaient sauvagement assassinées à Paris. Neuf ans après ce massacre, la justice fait toujours défaut.
La première instruction ouverte au lendemain des faits allait révéler que le massacre avait été commandité et planifié par l’agence du renseignement turc (MIT). Pourtant, suite à la mort du tireur, Ömer Güney – qui serait décédé en prison d’une tumeur au cerveau en décembre 2016 –, la justice française a décidé de clore le dossier au prétexte que « l’assassin présumé étant mort, l’action publique est éteinte ». Par la suite, deux hauts fonctionnaires du MIT capturés par les forces armées du PKK ont révélé des informations cruciales sur la planification du triple assassinat, indiquant notamment que celui-ci avait été commis avec l’assentiment d’Erdogan qui était alors premier ministre.
Une autre évolution importante tient à une procédure pénale engagée en Belgique suite à une tentative d’assassinat contre des politiciens kurdes. Les investigations menées dans le cadre de cette affaire ont révélé que certaines des personnes mises en cause, ainsi que İsmail Hakkı Musa, alors ambassadeur de Turquie à Paris, étaient impliqués dans les assassinats.
Se fondant sur ces nouveaux éléments, les avocats des familles des victimes ont obtenu l’ouverture d’une nouvelle instruction qui dure maintenant depuis trois ans. Cependant, prétextant le « secret-défense », les autorités françaises refusent toujours de partager avec les juges les informations détenues par leurs services de renseignement.
Ce refus politique entrave le travail de la justice, assurant l’impunité à un crime terroriste grave commis sur le territoire français par des agents du régime d’Erdogan. Ne pas lever le Secret-défense revient à un déni de justice intolérable. Tant que la vérité et la justice seront dans l’ombre, la France restera coupable !
Aussi,Comme chaque année à la date anniversaire du massacre, le Mouvement des Femmes kurdes en France et le Conseil démocratique kurde en France organisent une marche blanche pour réclamer justice pour Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez. Et le rdv est donné demain à 11h devant le Centre démocratique du Kurdistan , au 16 rue d’Enghien pour une marche jusque devant les locaux du centre d’information du Kurdistan (au 147 rue La Fayette) où le massacre a eu lieu. Par ailleurs, samedi à 12h00, il y aura une grande marche au départ de la Gare du Nord jusqu’à la place de la République où aura lieu un meeting, et dimanche à 12h30,une cérémonie d’hommage se tiendra devant le 147 rue La Fayette.

Rdv culturels

De 13h à 19h, la Médiathèque Jean-Pierre Melville propose une exposition intitulée ’Histoires de fausses nouvelles’
Une exposition pédagogique en affiches qui propose des outils et des pistes de réflexion permettant de se repérer, de trier, d’identifier les sources et l’information pertinente pour cultiver l’exercice citoyen d’un doute méthodique.
Et si vous voulez découvrir cette expo, c’est à la médiathèque Jean-Pierre Melville, de 13h à 19h, et c’est au79, rue Nationale, métro nationale

A partir d’aujourd’hui et jusqu’au 29 janvier, le Centre lgbtqi+ Paris-ÎdF accueille l’expo intitulée « le corps des autres » proposée par David Dehaineault qui livre ici sa vision dessinée du corps des autres qu’il a produite alors que nous étions chacun dans notre isolement l’an passé.
Sa technique, entre dessin et peinture, associe aussi le collage pour une mise en scène explosive.
Et si vous voulez découvrir cette expo, rdvà partir d’aujourd’hui et jusqu’au 29 janvier, de 15h à 20h au centre LGBTQI+ de paris qui se trouve au 63 rue Beaubourg, métro Rambuteau

A 18h30, le Séminaire Jacques Rancière organisé par l’Ecole normale Supérieure se poursuit avec une séance qui sera consacrée au rapport de Rancière aux sciences sociales
Les sciences sociales apparaissent en effet comme un outil incontournable pour penser les rapports de domination qui structurent notre société. Mais la pensée de Rancière met en garde contre la tendance qu’aurait le discours sociologique à postuler l’aveuglement des sujets qu’il prend pour objet d’étude. Le sociologue, en se présentant comme un intellectuel qui sait dire le vrai des pratiques sociales et démasque les illusions, condamnerait les dominés à avoir les goûts et les pensées imposées par la domination et renforcerait leur assignation sociale. Aux yeux de Rancière, il ne faut donc pas viser, mais poser au préalable l’égalité, sans la différer par un éternel discours sur les mécanismes de la domination.
Et si vous voulez discuter de ce rapport de jacques Rancière aux sciences sociales, rdv à 18h30 dans la salle Beckett, au 45 rue d’Ulm, rez-de-chaussée, couloir AB, métro censier-Daubenton

A partir de 18h30 aussi,Dulac Distribution, AFPS - Association France Palestine Solidarité et Documentaire sur grand écran proposent une soirée-ciné sur le thème « la tête contre les murs », avec la projo de 2 films :
FIX ME,Un film de Raed Andoni qui décide de filmer sa psychothérapie… Dans les objets qui l’entourent, c’est la mémoire des souffrances du peuple palestinien qui se rejoue.
Suivi de la projo en AVANT-PREMIÈRE de LITTLE PALESTINE, JOURNAL D’UN SIÈGE,En présence du réalisateur Abdallah Al-Khatib
Suite à la révolution syrienne, le régime de Bachar Al‑Assad assiège Yarmouk (banlieue de Damas), plus grand camp de réfugiés palestiniens au monde. Le réalisateur témoigne et rend hommage au courage des enfants et des habitants du quartier.
Et si vous voulez participer à cette soirée-ciné, rdv à 18h30 au Forum des Images, métro Châtelet-Les Halles

Au cinéma la Clef revival ce soir, l’association Home Cinéma propose la projection de Loin du Vietnam, un film collectif réalisé en 1967 par le collectif SLON-ISKRA qui réunit Claude Lelouch, Marceline Loridan-Ivens, Agnès Varda, Jean-Luc Godard, Chris Marker, Alain Resnais, Joris Ivens, et William Klein
Loin du Vietnam est un film plurivoque entre fiction, documentaire et film militant, à la fois voyageur et casanier, militant et prudent, parfois bavard, sachant se taire ailleurs pour souligner l’impact de bandes d’actualités vietnamiennes. Un matériau qui agrège images d’archives et scènes jouées, convoque GI’s et Vietcong, pro et les anti, pour saisir l’événement sous tous ses angles.
Et si vous voulez découvrir ou redécouvrir ce film, rdv à 1çh30 au ciné la Clef, 34 rue daubenton, métro censier-Daubenton

A 20h, l’Espace 1789 accueille Mohammed El-Khatib et les élèves de l’école du théâtre national de Bretagne pour une représentation du spectacle collectif intitulé Mes parents
Parent : « Terme désignant la personne qui, avec plus ou moins de talent, élève l’enfant. Les compétences requises sont accessibles à tous. »
Après La Dispute (accueilli en octobre 21), Mohamed El Khatib scrute à nouveau la famille, entre intime et universel. Il invite les élèves de l’École du TNB à se confier sur les relations qu’ils·elles entretiennent avec leurs parents et questionne la façon dont on peut, ou non, s’affranchir d’un héritage familial qui nous est transmis… pour le meilleur et pour le pire !
Et si vous voulez découvrir ce spectacle collectif mis e scène par Mohammed el Khatib, rdv à 20h à l’Espace 1789, 2-4 rue Alexandre bachelet, à St-Ouen

A 20h aussi, le Centre lgbtqi+ Paris-ÎdF propose son atelier lecture mensuel, un atelier qui sera consacré aujourd’hui au livre : « La Vie Lente » de Abdellah Taïa.
Dans la France d’après les attentats de 2015, Mounir, parisien homosexuel de 40 ans d’origine marocaine, vit dans une situation précaire. Il vient d’emménager dans un appartement rue de Turenne où Mme Marty, 80 ans, survit difficilement au-dessus de chez lui. L’amitié entre ces deux exclus de la République s’intensifie jusqu’au jour où elle vire au cauchemar.
Et si vous voulez arpenter ce livre avec le centre LGBTQI+ de paris, rdv de 20h à 21h30, au 63 rue Beaubourg, métro Rambuteau

Enfin, à 20h toujours, ATTAC Val d’Orge, Les Bords de Scènes et le Cinéma Agnès Varda proposent une soirée ciné-débat autour de la projection du film Animal, réalisé en 2021 par Cyril Dion
Bella et Vipulan, 16 ans, appartiennent à une génération persuadée que son avenir est menacé. Changement climatique, 6e extinction de masse des espèces... d’ici 50 ans le monde pourrait devenir inhabitable. Alors ils décident de remonter à la source du problème :notre relation au monde vivant.
Et si vous voulez découvrir ce film, et en discuter avec la section locale d’ATTAC val d’Orge, rdv à 20h au cinéma Agnès Varda qui se trouve au 39 Grande Rue, à Juvisy-sur-Orge


Piste 344
Piste 344

Documents joints

Piste 344