Agenda Fpp 6 décembre

lundi 6 décembre 2021
par  Julie agenda

et on commence avec ce rappel : Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986, Malik Oussékine était assassiné par deux voltigeurs de la police
Dans la nuit du 6 au 7 décembre 1986 à Paris, en pleine répression du mouvement étudiants/lycéens, Malik Oussekine, 22 ans, était matraqué à mort dans le hall d’un immeuble parisien où il s’était réfugié, par deux policiers ’voltigeurs’ motocyclistes.
Les étudiants, et les lycéens, dénonçaient le projet de loi Devaquet instaurant la sélection à l’entrée de l’université. Le mouvement est marqué par une forte répression policière. De graves affrontements ont lieu en marge des manifestations, faisant des dizaines de blessés dont plusieurs gravement atteints.
À Paris, à la suite d’une manifestation pacifique arrivée à la Sorbonne, au quartier latin, les ’voltigeurs’ prennent en chasse les jeunes qu’ils croisent. Malik Oussekine, un étudiant marocain de 22 ans, selon toute vraisemblance qui s’était tenu à l’écart du mouvement, sort de son club de jazz favori. Il est minuit. Des ’voltigeurs’ le remarquent et se lancent à sa poursuite. Malik Oussekine se met à courir. Un témoin qui rentrait chez lui, Paul Bayzelon, fonctionnaire au ministère des Finances, habitant l’immeuble, au 20 rue Monsieur le Prince, a dit avoir voulu s’interposer mais s’être fait lui aussi matraquer jusqu’au moment où il a sorti sa carte de fonctionnaire. Puis les policiers sont partis laissant Malik Oussékine sur le carreau.
Peu après le Samu arrive sur place. Ils apportent les premiers soins à Malik Oussekine et le transportent à l’hôpital Cochin où il est mort des suites du tabassage de la police.
Les médecins d’urgence constatent un hématome péri-auriculaire, un hématome suborbital, une fracture de la cloison nasale, une abrasion du nez et de la joue droite, etc...
Et pour tenter de justifier leur assassinat, les ’voltigeurs’ policiers font courir le bruit, en s’enférant dans leur racisme, que la soeur de Malik est une prostituée et que son frère est un escroc. Le ministre de l’Intérieur Charles Pasqua et son ministre, Robert Pandraud, choquent l’opinion générale en ne condamnant pas l’action de la police ce soir-là. De nombreuses manifestations monstres ont lieu alors dans toute la France, où on compte plus d’un million de personnes. A Lyon, le pont de l’Université est rebaptisé Pont Malik Oussékine.
Le lendemain, Alain Devaquet, ministre délégué à l’Enseignement supérieur, et auteur du projet de loi dont on ne voulait pas, présentait sa démission, pendant que les étudiants et les lycéens défilaient en silence dans toutes les villes portant des pancartes ’Ils ont tué Malik’. Le lundi 8 décembre, après de nouvelles manifestations, le Premier ministre Jacques Chirac annonce le retrait du texte de la loi Devaquet. Les deux ’voltigeurs’, Jean Schmitt, et Christophe Garcia, sont passés trois ans plus tard devant la Cour d’Assises de Paris pour ’coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner’. Ils ont été condamnés en janvier 1990 à 5 ans et 2 ans de prison avec sursis.
Le 30 avril 2019, le député macroniste Jean-Michel Fauvergue, interrogé sur les violences policières lors des manifestations, déclarait qu’ ’il faut oublier l’affaire Malik Oussekine’. Mais nous n’oublierons jamais Malik Oussékine !

Agendfa du 06/12/2021

le collectif soutien exil Pantin organise une collecte pour les exilé.e.s qui ont été refoulés dans les tunnels à Pantin et au Pré-Saint-Gervais
et ielles ont besoin en particulier de vêtements chauds, de produits d’hygiène, d’eau, de jouets et livres pour enfants, et de téléphones
si vous voulez déposer vos dons, il faut contacter Yazid au : 06.48.41.41.66

les Brigades de solidarité populaire d’Aubervilliers poursuivent leur collecte de produits de première nécessité pour les 120 familles que les Brigades soutiennent sur Pantin et Aubervilliers
et vous pouvez déposer vos dons : à Aubervilliers dans le quartier mairie : à la librairie Les mots passants qui se trouve rue du Moutier ; et à Pantin dans le quartier Canal : au restaurant Chez Agnès qui se trouve au 21 rue Délisy

l’association Paris solidarité propose des cours de soutien scolaire pour les élèves du primaire du CE1 au CM2, et des cours de français pour les étrangers
les cours se font au Hasard d’un café qui se trouve au 29 boulevard d’Algérie dans le 19ème
et si vous voulez vous inscrire il faut envoyer un mail à : adam751@live.fr ou appeler le 06.63.68.19.75

toute la journée, Science Po paris organise une journée d’étude sur les nouvelles pratiques du journalisme
avec au programme en ce moment des discussions autour de la désinformation, et cet aprem des discussions sur le rôle du journalisme après la covid 19, sur la défiance à l’égard du journalisme, ou encore sur la data et le journalisme
et si vous voulez suivre les discussions, rdv jusqu’à 15h30 à l’Amphithéâtre Chapsal de Sciences Po, c’est au 27 Rue Saint-Guillaume , métro St-Germain-des-Près

De 17h à 19h, la pemanence Santé et conditions de travail sera ouverte à la BDT de Paris
alors si vous avez besoin de conseils, et de soutien, vous pouvez vous y rendre sans rdv entre 17h et 19h, c’est au 3 rue du Château d’Eau, métro République
et vous pouvez aussi avoir un rdv en visio, en demandant par mail à : permanence@neplusperdresaviealagagner.org

de 18h à 20h, le collectif Un Ring pour tou.te.s propose deux sessions de cours de boxe anglaise à Saint-Denis
de 18h à 19h pour les enfants et ados, et de 19h à 20h pour les adultes, et ça se passe au chapiteau Raj’ganawak qui se trouve au 3 rue Ferdinand Gambon, à St-Denis c’est juste en face de la sortir de la gare de St-Denis

de 19h à 21h, le réseau salariat propose son cours de droit du travail et pour la saéance d’aujourd’hui Luc Chevallier de SUD Emploi, Pierre Garnodier de la CGT Chômeurs et Jacques Lambert de la CNT reviendront sur les droits des chômeurs et précaires
et si vous voulez assister au cours, rdv à 19h à la Bourse du travail dans la salle Louise Michel en sous-sol, 3 rue du Château d’Eau, métro Repu

à 19h, le mouvement PEPS, Pour une Écologie Populaire et Sociale propose une visioconférence sur l’Élevage industriel de volailles, où en est-on ? Comment agir ?
Grippe aviaire, bombe sanitaire, pollutions, malbouffe, maltraitance animale, agrandissement des élevages industriels, complaisance des services de l’Etat, où en est-on de l’élevage industriel de volailles ? Comment agir ?
Alors que jeudi prochain les membres du collectif de Lescout préparent une mobilisation d’ampleur contre l’élevage industriel de volailles, 3 acteurs de collectifs locaux font le point sur les enjeux liés à l’élevage industriel :
• Enjeux sanitaires : grippe aviaire, pollutions, zoonoses…
• Enjeux politiques : lobbies, complaisance de l’Etat, mobilisations…
• Enjeux sociétaux : bien-être animal, conditions de vie des paysan-n-es, des habitants, alimentation…
Et si vous voulez faire Le point sur un dossier explosif avec :
• Jean-Luc Hervé : co-porte-parole du collectif de Lescout, Occitanie
• Anne Vonesch : référente nationale bien-être animal de France Nature Environnement, Alsace
• Sylvie Colas : éleveuse de volailles bio en plein air, référente nationale volaille de la confédération paysanne, Gers
Rdv de 19h à 21h sur :
https://us02web.zoom.us/j/85117985788...
ID de réunion : 851 1798 5788
Code secret : 564273
Facebook : https://www.facebook.com/ConfederationPEPS

à 19h30, le collectif Sécurité toi-même organise sa maraude pour lutter ensemble contre le harcèlement policier dans le quartier. 
Et si vous voulez y participer, le rdv est donné à 19h30 sur le belvédère de Belleville à côté de la fontaine bleue (en face du café Moncoeur)
Et vous pouvez les contacter au 07 58 48 86 78 ou par mail, en écrivant à : securitetoimeme@protonmail.com

vendredi dernier : 70 travailleurs sans-papiers du Collectif des travailleurs sans-papiers de Vitry, soutenus par l’UD Solidaires 94 et la Fédération SUD PTT, ont réinstallé un piquet de grève devant l’agence Chronopost Alfortville.
Cette action a été décidée suite aux ruptures de contrats imposées par le sous-traitant Derichebourg sur le site de l’agence. 
Alors que l’emploi de travailleurs sans-papiers n’a jamais cessé à Chronopost Alfortville, comme dans toutes les agences, malgré leur lutte victorieuse de 2019/2020 qui a permis 73 régularisations, la Poste, la direction de Chronopost et leurs complices sous-traitants Derichebourg ont été pris de panique suite à la lutte engagée à l’agence DPD du Coudray-Monceaux depuis le 15 novembre.
Ces patrons ont fait procéder à de pseudos ’contrôles de papiers’ au sein des agences, faisant semblant de se ’couvrir’ contre l’emploi de sans-papiers...qu’ils exploitent pourtant éhontément en permanence et en toute connaissance de cause.
De nombreux sans-papiers se trouvent donc mis à la porte et renvoyés à la misère depuis mi-novembre.
Aussi, pour soutenir et exiger le maintien dans l’emploi et la régularisation de ceux qui ont été mis dehors à Alfortville (comme ailleurs), ainsi que de tous ceux qui ont été exploités ces derniers mois dans cette agence (et d’autres), le piquet de grève a été rétabli, une action qui avait aussi comme objectif de rappeler à la Préfecture du Val de Marne le passif de la lutte de 2019/2020. En effet, La commission de suivi qui devait à la fois suivre la situation des non régularisés, au nombre de 83, et les problèmes éventuels posés lors des renouvellements des cartes des régularisés, n’a jamais été réunie. 
Sur 73 régularisations obtenues, plusieurs camarades se heurtent à des difficultés pour les renouvellements des cartes.
Il est clair que le système de sous-traitance en cascade sur le dos des sans-papiers, mis en place par la Poste et ses filiales Colis pour faire baisser en permanence les coûts de production et augmenter les profits se perpétue et s’amplifie plus que jamais !
Tout cela avec le soutien indéfectible de l’Etat, seul véritable actionnaire, totalement hypocrite, qui ’en même temps’ mène la chasse aux immigrés et travailleurs sans-papiers, et de l’autre couvre totalement le système d’exploitation des entreprises dont il détient en réalité la totalité du capital ! Rappelons que l’Etat a empêché toute enquête sérieuse sur la situation à Chronopost Alfortville, la préfecture s’étant même permis d’interdire à la DIRECTE de recevoir une délégation des organisations syndicales soutenant la lutte et des grévistes en juillet 2019 !
Le piquet installé vendredi matin devant l’agence, a été délogé par les forces de police mobilisées en nombre le midi, mais Qu’à cela ne tienne : le piquet de grève se réinstalle demain matin à partir de 10H.
Aussi pour les soutenir, rdv demain matin dès 10h devant l’agence Chronopost, 2 chemin de Villeneuve St-Georges, à Alfortville, RER D Gare de Vert-de-Maison ou bien Bus 103, arrêt Val-de-Seine.

Enfin demain : c’est journée de grève et de mobilisation nationale dans le secteur social et médico-social
et le rdv pour la manif ce sera à 13h au métro St-Jacques

RDV CULTURELS

A 18h30, le Département de philosophie de l’Université de Lorraine - Nancy poursuit son Séminaire de psychologie politique avec une séance autour de Pierre Crétois qui reviendra sur la psychologie du droit de propriété
Pour parler Du phénomène de la possessivité au droit de propriété, Pierre Cretois évoquera notamment ces derniers ouvrages ’Etat social, propriété publique et biens communs’ (Le Bord de l’Eau. 2015) et ’Le renversement de l’individualisme possessif. De Hobbes à l’Etat social’ (Garnier, 2015) ; et si vous voulez suivre cette séance, rdv à 18h30 sur :https://forms.gle/zstkjUvKH8D5wbrM9

Au ciné La clef revival ce soir, l’assoc Home Cinema poursuit son cycle MONDE VIVANT avec la projection du film Le Champ d’Igor, de Rodolphe Viémont (en sa présence !)
Igor a 33 ans, il vit depuis 5 ans dans un camion aménagé, dans ses Vosges natales. Il ambitionne l’autosuffisance grâce à son potager et les quelques resquilles qu’il fait la nuit dans les poubelles des hypermarchés de bricolage. Anticonsumériste, respectueux de la nature et des gens qu’il côtoie, Igor est un cœur pur. Très attaché à sa liberté, il ne milite pas. Mais parfois, il aimerait bien partager son existence avec d’autres ; parfois il pense à l’avenir…
Et si vous voulez découvrir ce film, et en discuter avec son réalisateur Rodolphe Viémont, rdv à 19h30 au ciné la Clef, c’est au 34 rue daubenton, métro Censier-Daubenton

à l’occasion de la Journée mondiale contre la peine de mort 2021, la FIDH et la LDDHI en partenariat avec l’EHESS et l’université paris 1 , proposent la projection du film de Mohammad Rasoulof, Le diable n’existe pas
tourné clandestinement afin de contourner la censure iranienne, ce film tresse une réflexion sur l’application de la peine de mort et la culpabilité collective qui en découle et montre la façon dont les systèmes autoritaires - en l’espèce le système iranien- s’introduisent dans la vie intime de chacun. En quatre histoires indépendantes, mais faisant thématiquement écho les unes aux autres, le cinéaste brosse un panorama étendu de la société iranienne, depuis la capitale, Téhéran, jusqu’à la campagne, en passant par les villages reculés de la province du Guilan, dans le Nord. Quatre récits de la prise ou de l’objection de conscience, où chacun, du père de famille le plus banal, jusqu’à de jeunes fiancés se retrouvant à l’occasion d’une permission, est susceptible d’avoir du sang sur les mains, peut se révéler tour à tour bourreau ou victime.
Et si vous voulez découvrir ce film et en discuter avec Nader Vahabi (Université Toulouse - Jean Jaurès ; LDDHI), rdv à 19h45 au Cinéma Le Louxor, 170 bd de Magenta, Métro Barbès-Rochechouart

A 20h, le cin’hoche de Bagnolet propose la Projection du Documentaire ’Voyage en tutti’, réalisé en 2019 par Josselin Carré
Le cinéaste a filmé le ’Surnatural Orchestra’ au long cours durant 3 ans, entre concerts, répétitions, spectacle, créations et moments intimes du grand orchestre/collectif...est-ce une famille ? Une fratrie ? Une utopie ? C’est en tous cas plus qu’un orchestre, un engagement quotidien pour chacun des membres de cette organisation horizontale.
Et si vous voulez découvrir ce film et en discuter avec l’équipe du film, rdv à 20h au Cin’hoche, 6 rue Hoche, bagnolet

PARUTIONS

Françoise Blum, Héloïse Kiriakou,Martin Mourre,Maria-Benedita Basto, Pierre Guidi, Céline Pauthier, Ophélie Rillon, Alexis Roy et Elena Vezzadini (dir.) viennent de signer Socialismes en Afrique, aux éditions de la Maison des sciences de l’Homme
Cet ouvrage collectif propose un état de la recherche internationale sur les socialismes africains. Y sont rassemblés des articles traitant de débats théoriques autour de ce thème et de ses sources intellectuelles mais aussi d’expériences très concrètes de socialisme, tant dans les villes que dans les campagnes : coopératives, comités de quartier, camps de rééducation… La situation de l’Afrique lusophone, parent pauvre des études africaines en France, et dont l’ensemble des pays ont justement fait l’expérience de régimes socialistes, a fait l’objet d’une attention particulière. Les rapports de l’Afrique avec l’URSS, les démocraties populaires, Cuba, la Chine, ou encore Israël sont également abordés. Les communications faites dans les colloques ont été repensées, avec pour résultat un fructueux dialogue avec les auteur.e.s et des articles complémentaires. Les auteurs espèrent ainsi donner à l’étude des socialismes africains une légitimité dans le champ plus général de l’histoire des socialismes, de même que dans celui de celle de la guerre froide.
Et vous pouvez retrouver tous les articles de cet ouvrage collectif en open access via : https://books.openedition.org/editionsmsh/51060

Kevin Vacher vient de publier un rapport intitulé Les David s’organisent contre Goliath. État des lieux des mobilisations locales contre les projets inutiles et imposés, qui vient conclure une étude menée pour les associations écologistes ZEA, Notre Affaire à Tous et Terres de Luttes.
Cette étude est la première publiée par le Groupe de Diffusion, de Recherche et de Veille citoyenne avec un objectif simple : mieux comprendre l’espace des mobilisations formé par ces centaines de conflits d’aménagement territoriaux contre les projets polluants à travers la France. Connaître leurs compositions, leurs adversaires, leurs fonctionnements et leurs motivations permet de dresser le portrait d’un mouvement social, cohérent, décentralisé et déterminé qui est peut-être un des meilleurs atouts pour enrayer l’offensive contre le vivant et les espaces.
Fruit d’une enquête qualitative et quantitative menée ces six derniers mois dans une démarche collaborative, avec les associations et collectifs directement concernés, ce rapport s’inscrit dans la continuité directe des travaux réalisés par le journal Reporterre et par le collectif scientifique Des Plumes Dans le Goudron.
Il montre ainsi que les collectifs forment plus qu’une somme de conflits d’aménagement mais bel et un bien un mouvement social qui s’ignore de moins en moins, proposant un contre-discours cohérent, qualifié d’écologie de proximité, face à un capitalisme prédateur qui ne cesse de s’étendre. Ce mouvement social décentralisé dispose d’atouts majeurs en l’espèce de son inventivité, de ses réseaux, de sa pluralité stratégique et sociologique, de la profondeur de son discours. Des atouts qui lui permettent d’engranger de plus en plus de victoires : la cartographie de Reporterre comptabilise 52 victoires totales ou partielles rien que ces 2 dernières années. Et qui nous donnent autant de raisons d’espérer et de travailler collectivement à le renforcer.
Et si vous voulez télécharger ce rapport, rdv sur en ligne ici. Vous pouvez également retrouver la synthèse ici ou sur le site dédié luttes-locales.fr.

Enfin, la revue The Funambulist met en libre accès quatre de ces numéros :
- 21 (janvier-fév 2019) : Espace et activisme : https://thefunambulist.net/magazine/21-space-activism
- 22 (mars-avr 2019) : Publier la lutte : https://thefunambulist.net/magazine/22-publishing-struggle
- 23 (mai-juin 2019) : Architectures insurgées : https://thefunambulist.net/mag.../23-insurgent-architectures
- 36 (juil-août 2021) : ils ont des horloges, nous avons le temps : https://thefunambulist.net/.../they-have-clocks-we-have-time

Musique : Assassin - l’État assassine

Agendfa du 06/12/2021