Agenda FPP 19 novembre

vendredi 19 novembre 2021
par  Julie agenda

aujourd’hui, j’ai le plaisir d’être en studio avec Olivier qui a lancé le site Manifestations Gilets Jaunes paris qui recense les manif GJ pour parler bien sur des 3 ans des GJ ce we !
pour les infos sur les manif GJ sur Paris, rdv sur : https://manifestationgiletsjaunesparis.fr
Les RDV Pour les 3 ans des GJ :
A partir de 18h30 ce soir, les GJ de Montreuil fêtent les Trois ans des GJ
Avec au programme, des concerts et auberge espagnole (ramenez ce que vous voulez à boire et manger), et atelier contes. Puis à 20h30 :manifestation aux flambeaux dans Montreuil.
Et si vous voulez fêter les 3 ans des GJ avec les GJ de Montreuil, rdv à 18h30, avec vos pancartes, banderoles, à l’AERI 57 rue Etienne Marcel, à Montreuil, métro Croix de Chavaux
Pour les Trois ans des GJ, les GJ et citoyens en colère donnent rdv demain à 12h à Bercy pour une manif qui partira à 14h en direction de la place Victor Basch, en passant par le quai d’Austerlitz > bd de l’Hôpital > rue Bobillot > rue de Tolbiac > rue d’Alésia
Et le collectif de graffeurs Black Lines proposent un cortège de tête avec des banderoles pour une fresque mobile géante

Agenda du 19/11/2021

RDV MILITANTS

A l’occasion de la Journée mondiale l’enfance, qui a lieu le 20 novembre, Amnesty International Luxembourg organise une rencontre en ligne avec Janna Jihad, jeune activiste et journaliste palestinienne
Janna Jihad est une défenseure des droits humains de 15 ans qui vit dans le petit village palestinien de Nabi Salih, situé en Cisjordanie occupée. En 2009, alors que Janna avait trois ans, sa communauté a commencé des manifestations hebdomadaires contre l’occupation militaire israélienne. Semaine après semaine, les manifestant·e·s ont été confronté·e·s à une violence excessive, parfois mortelle, de la part des forces israéliennes. Depuis qu’elle a sept ans, Janna utilise sa caméra pour documenter ces manifestations et les violations des droits humains dans son village.
Et si vous voulez en discuter avec Janna Jihad, rdv à 12h30 sur la page Facebook d’AI Luxembourg : https://www.facebook.com/amnestyluxembourg

Le squat du marbré n’est plus expulsable avec la trêve hivernale et aujourd’hui c’est journée travaux pour rendre le lieu encore plus agréable et fonctionnel, il est prévu notamment d’y installer de nouveaux radiateurs pour chauffer le lieu et d’isoler la cabane, et Pour le reste du programme, dimanche à 14h il y aura l’AG hebdomadaire ; Et si vous voulez aller au Marbré c’est au 39 rue des deux communes, à Montreuil, métro Robespierre

A partir de 16h cet aprem, le Séminaire Marx : Travaux en cours propose une séance autour du sociologue Paul Guillibert du Centre d’Études Sociales de Coimbra (Portugal) qui explore les dimensions historique, ontologique et politique du marxisme écologique.
Et si vous voulez suivre ce séminaire, rdv à 16h à l’Université Paris Nanterre Bâtiment éphémère 1 Salle M114

A 19h ce soir, Le groupe Île-de-France de l’Organisation Communiste Libertaire propose une discussion publique pour un chantier collectif d’analyse de classe
Délocalisations, restructurations, uberisation, le capital ne cesse de se renouveler et muter, tel un incroyable virus dont la mortalité est plus qu’avérée. Ces mutations s’effectuent de crise en crise à vitesse grand V et s’accompagnent actuellement d’une atmosphère politique délétère en France comme dans le monde. La précarisation du travail et la segmentation toujours plus importante du prolétariat ont des conséquences non seulement sur les conditions de vie des prolétaires, mais également sur les rapports sociaux qui en découlent et qui induisent des normes différentes à la consommation, au capital culturel, à l’urbanité ou à la vie de famille. Cette sociologie laisse l’image d’un prolétariat totalement fragmenté et trouble l’analyse de classe. Où en est le prolétariat aujourd’hui ? Comment est composée cette classe et quelles sont les conséquences de la précarisation du travail ? Comment intervenir au sein d’un prolétariat morcelé ? Qu’est-ce que la classe moyenne dont tout le monde se réclame ? Une réalité des rapports de production ou une chimère destinée à effacer le mot prolétariat ? Quelle est la place des travailleurs du service public, très attaqués en ce moment ? Comment analyser certains secteurs féminins du prolétariat comme ceux du care ?
C’est autour ces questions que Le groupe Île-de-France de l’Organisation Communiste Libertaire propose de discuter, et si vous voulez participer à la discussion rdv à 19h au CICP, 21 ter rue Voltaire, métro Rue des Boulets ou Nation.

A 19h aussi, Le Monte-en-l’air, Acrimed et les éditions Adespote organisent une soirée sur Les médias contre la rue
Pionnière de la critique radicale des médias, l’association Acrimed (Action-Critique-Médias) dressera le bilan de vingt-cinq ans d’observation sur son terrain de prédilection : les mobilisations sociales et les mauvais traitements que les médias dominants leur font subir. De décembre 1995 à la dernière réforme des retraites en date, en passant par le Contrat première embauche de Villepin, la loi Travail ou le mouvement des Gilets jaunes, l’ouvrage intitulé « les médias contre la rue », publié chez Adespote passe au crible un quart de siècle de morgue et de mépris, disséquant avec humour la façon dont les médias dominants s’acquittent de leur mission de maintien de l’ordre social.
Et si vous voulez rencontrer des membres d’Acrimed et revenir sur ces 25 ans d’actions, rdv à 19h au Monte-en-l’air, c’est au 71 rue de Ménilmontant, métro Ménilmontant

A 19h30 ce soir, l’assoc Saint-Denis lgbtqi+ organise sa première réunion publique d’information.
Et si vous voulez y participer il faut envoyer un mail à : saintdenis.lgbtqi@gmail.com

A 20h ce soir, l’Association Comme Vous Emoi propose la conf gesticulée intitulée ’Libérés, délivrés ! Alertez les bébés !’ de Tifen Ducharne qui y défend un droit fondamental pour les enfants : celui de rêver, la liberté d’imaginer.
Et si vous voulez découvrir cette conf gesticulée, rdv à 20h à Comme Vous Émoi, 5 rue de la Révolution, à Montreuil

dans le cadre du Festival des Solidarités, le Collectif d’organisation de la Semaine anticoloniale et antiraciste propose une journée DECOLONISONS au CICP
avec au programme : une Présentation du Festisol / du CICP et de la Semaine Anticoloniale et antiraciste, une Exposition Photos du collectif Vietnam Dioxine sur l’agent Orange, une table-ronde sur : « Impérialisme et néocolonialisme de la France au Sahel » avec Asso. Survie, Coordination Campagne internationale Justice pour Sankara, des militant.e.s tchadiens et tchadiennes ; une autre table-ronde sur : « Décolonisons les dernières colonies françaises » : avec Collectif Zéro Chlordecone Zéro Poison, Collectif Cdiscom - Mayotte, MounGwadeloup-La Team DK , Komité 13 janvié 2020 - Guadeloupe, collectif Trop Violans – Guyane, Comité de solidarité avec le peuple Basque et Corsica Internaziunalista et une discussion sur la Kanaky avec le Collectif Solidarité Kanaky
et si vous voulez y participer, rdv demain à partir de 14h au CICP, 21 ter rue Voltaire, métro Rue des Boulets ou Nation

Demain, c’est la marche annuelle contre les violences sexistes et sexuelles et les militantes féministes anticarcérales, appellent à la formation d’un cortège anticarcéral au sein de cette marche.
Cette année, la date retenue par Nous Toutes est le 20 novembre, jour du souvenir trans. De nombreuses personnes et organisations ont demandé un report de la marche, afin de respecter l’importance de cette journée et d’y laisser la place au deuil et aux revendications des personnes trans. Mais malgré ces appels, Nous Toutes n’a pas déplacé sa marche. Face à ce maintien, le collectif pour un féminisme anticarcéral fait tout de même le choix d’investir cette marche pour s’opposer à un féminisme institutionnel. Par la constitution d’un cortège anticarcéral, il s’agira d’aller à l’encontre de certains discours féministes qui demandent toujours plus de répression, toujours plus de judiciarisation et toujours plus de peines de prisons. Ce discours est par exemple à l’origine de la loi contre le harcèlement de rue qui renforce et légitime la présence policière dans les quartiers populaires. Le collectif pour un féminisme anticarcéral milite pour l’abolition et non pour la réforme du système police/justice/prison. car la justice et la taule sont des outils foncièrement antiféministes, racistes et classistes qui ne pourront jamais servir l’intérêt et l’émancipation des femmes. Aussi pour faire entendre nos voix contre les violences misogynes, transmisogynes et lesbophobes, Face aux revendications de Nous Toutes qui s’en remettent à l’Etat pour demander plus de répression et de judiciarisation, et pour porter un féminisme anticarcéral, un cortège du collectif pour un féminisme anticarcéral se formera au sein de la marche contre les violences sexistes et sexuelles organisée à 14h à République par Nous toutes, et le rdv est donné à 14h au croisement entre le boulevard Magenta et la rue Léon Jouaux.

A 14h30, Le FLIRT Front de libération Trans-fem et Act Up-Paris soutenues par de nombreuses organisations parmi lesquelles : Cases Rebelles, CLE Autiste, Collectif Compas, Gras Politique, le SNJMG Syndicat national des jeunes médecins généralistes, Les Dévalideuses, Objectif Autonomie, ou encore le Collectif Paris Queer Antifa appellent à un Marche commémorative et revendicative pour le TDOR, le Trans Day Of Remembrance
Devant le silence assourdissant et complice des pouvoirs publics et des institutions, devant la violence quotidienne que vivent les personnes trans, intersexes, racisées travailleur,se,s du sexe, handies, grosses, séropositives, pour commémorer les mortes, revendiquer et exiger :
-une plus grande accessibilité des démarches de transition pour les personnes trans et intersexes.
- l’arrêt des mutilations des personnes intersexes.
- la fin de la psychiatrisation et des violences médicales envers les personnes trans et intersexes, racisées, handies, grosses.
- exiger une réelle lutte contre les discriminations à l’embauche et au travail pour toutes les personnes trans, intersexes, racisées et handies, grosses, séropositives.
- des moyens concrets pour la formation des personnels enseignants, administratifs, sociaux et médicaux à l’accueil des personnes trans et intersexes pour une prise en charge humaine et digne au quotidien.
- la reconnaissance du travail du sexe sous toutes ses formes dans le droit commun et la suppression de la loi de pénalisation des clients, laquelle pénalise et précarise avant tout et principalement les travailleur,se,s du sexe.
- et une hausse des contributions et des budgets alloués aux associations de santé communautaires présentes sur le terrain auprès des personne trans, intersexes, racisé·e·s, psychiatrisé·e·s et travailleurSEs du sexe.
Rdv donc à 14h30 demain au départ de Gare du Nord pour rejoindre le rassemblement organisé par Acceptess-T à 18h30 sur la Place Saint Gervais derrière Hôtel de Ville.

Et pour info, la Legal team Paris signale les noms des avocates dispo samedi, et dont il faut retenir les noms en cas d’interpellation : ce sera Servane Meyniard du Barreau de Paris et Camille Vannier du Barreau de Bobigny
Et je rappelle le numéro de la Légal Team : 07.52.95.71.11

Demain à partir de 17h, La Flèche d’Or organise une soirée intitulée Les statues meurent aussi, à l’occasion du lancement de la maison d’édition Shed publishing et de la sortie de son premier livre De la violence coloniale dans l’espace public, co-signé par Françoise Vergès et Seumboy Vrainom
Avec au Programme : un retour sur les actions dans le monde visant des statues et monuments par Françoise Vergès, une présentation du livre De la violence coloniale dans l’espace public et de la maison d’édition Shed publishing par l’éditrice Lydia Amarouche, avec Seumboy Vrainom et Françoise Vergès, une table ronde avec la Brigade Anti-Négrophobie, collectif Filles de blédards, et Olivier Marboeuf, qui reviendront sur les actions artistiques/poétiques/politiques dans l’espace public autour des statues.
Puis à partir de 21h : concerts & dj set avec la Chorale afroféministe Maré Mananga et Numin : un projet musical qui oscille entre poésie, performance in situ et opéra de l’espace
Et si vous voulez participer à cette rencontre intitulée Les statues meurent aussi, en référence au documentaire réalisé en 1953, par Chris Marker, Alain Resnais et Christian Cloquet, à la demande des éditions Présence africaine qui dénonçait le colonialisme et le racisme structurel des musées français vis-à-vis des arts africains, rdv à partir de 17h demain à La Flèche d’Or, c’est au 102bis rue de Bagnolet, métro Alexandre Dumas

Demain à 18h30, l’UL CGT Paris 18 propose la conférence gesticulée intitulée L236-9 COULISSES DE L’ENTREPRISE, Une conférence gesticulée de et par Selma REGGUI
Selma Reggui est une L236-9. Ça veut dire une consultante en santé au travail, mais d’un genre un peu particulier : les employeurs ne l’aiment pas. Elle intervient à la demande des syndicats, plus précisément des représentants du personnel au CHSCT, devenu le CSE…Selma REGGUI intervient depuis 20 ans sur les conditions de travail, la santé et la sécurité au travail, dans le cadre d’expertises légales décidées par les représentants du personnel. Sa conférence gesticulée est un récit de cette expérience. Un récit qui mêle connaissances, humour et émotion. Un récit qui nous rappelle que la résistance est toujours possible pour ne pas perdre sa vie à la gagner.
Et si vous voulez découvrir cette conf gesticulée, rdv à 18h30 demain dans les locaux de l’UL CGT Paris 18, c’est au 42 rue de Clignancourt, et c’est mieux de réserver votre lace en envoyant un mail à : ulcgtparis18@gmail.com

dimanche de 13h à 18h, l’organisation Akira Paris propose une session de deux formations
une première de 13h à 15h sur le déplacement collectif en manifestation ; et une deuxième de 15h à 18h sur l’extrême droite et le fascisme
et si vous voulez y participer c’est dimanche à partir de 13h au Sample qui se trouve au 18 avenue de la république à Bagnolet

Dimanche à 15h, La Cimade, le collectif Solidarité migrants Wilson, l’association Utopia 56, Paris d’Exil, l’assoc Tous Migrants et Faim aux frontières organisent une Manifestation en soutien aux personnes exilées
Face à l’absence de réponses cohérentes et adaptées à la situation actuelle des personnes exilées, les grévistes de la faim de Calais, les associations humanitaires et les citoyens continuent de se mobiliser et une manifestation pacifique est organisée dimanche pour exiger la fin des traitements inhumains et dégradants infligés quotidiennement aux populations déplacées.
Et le Rendez-vous est donné dimanche à 15h place de la bataille de Stalingrad, métro Stalingrad

RDV CULTURELS

A partir de 17h, cet aprem, la Galerie Derniers Jourspropose le vernissage de l’expo Niña : une peinture de genre proposée par Maria Barrio
L’exposition présente 21 peintures autobiographiques chargées de leurs paysages micro-social et affectif d’enfance où l’artiste veut mettre en exergue l’importance des questions de genre dans un récit individuel mais aussi collectif sur l’être fille dans une société qui perpétue les rapports de pouvoir et la violence exercée sur les femmes.
Les textes de cette exposition ont été écrits par : l’historienne Maria Elvira Alvarez Gimenez, Spécialiste de l’histoire des femmes et des féminismes en Bolivie et en Amérique Latine ; Lea Nicolas, Artiste visuelle et membre du collectif LASTESIS ; et Irene, Militante féministe et autrice de ’La Terreur Féministe : petit éloge du féminisme extrémiste’, Editions Divergences, et si vous voulez participer au vernissage de cette expo, ça commence à 17h à la galerie les derniers jours, c’est au 5 rue Saint-Blaise, et l’expo y sera jusqu’au 9 janvier

à 19h, La Cassette propose le vernissage de l’expo photo de Camille Millerand sur la Cote d’Ivoire
Dans cette expo, Camille Millerand, photographe albertivillarien raconte son travail en Côte d’Ivoire sur les logements à Adjamé, un quartier populaire d’Abidjan.
Et si vous voulez découvrir son travail, rdv à 19h à la Cassette, c’est au 4 Rue Lécuyer, à Aubervilliers

Au ciné la Clef ce soir et ce we, il y aura :
Ce soir : la projection de plusieurs courts-métrages sélectionnés par Les étudiants du Master cinéma documentaire et anthropologie visuelle de l’université Paris Nanterre, parmi lesquels : COMME UNE REINE de Nick Tyson, qui nous plonge Au cœur d’un petit appartement à l’extérieur de Paris, pour observer la transformation d’Adam en Aïcha, une transformation évoquée par les souvenirs, le travail, les gestes et les sons au sein de l’intimité domestique d’un paysage queer ; ou encore la projo de LA MAISON EN L’AIR de Dominique Jeanneret, qui filme un groupe de migrants colombiens qui, après avoir occupé une maison dans la banlieue nord de Paris, cherche à appartenir à un nouveau lieu, en construisant des significations différentes du mot « chez-soi ».
Demain : il y aura la projection de plusieurs courts-métrages sélectionnés par le collectif brésilien MÍDIA NINJA et les projections seront suivies d’une rencontre avec des militants du collectif autour des média libres et indépendants, des collectifs et des organisations de la société civile qui s’opposent à Bolsonaro
Enfin dimanche il y aura la projection d’Il Fattore Umano de Francesco Rossi et Matteo Alemanno Suivi d’une rencontre avec le co-réalisateur Francesco Rossi
Á l’aube des manifestations de ‘68, un jeune homme, considérant comme injuste la représentation de tous ses opposants par le pouvoir, décide de devenir photographe pour remettre les choses en ordre. Prendre une bonne photo est un grand acte de foi. Tano D’Amico entame ainsi un parcours qui le conduira à être à l’avant-garde des batailles sociales des années ‘70 : la naissance de nouveaux mouvements, l’apparition au seuil de l’histoire d’un peuple qui n’y était jamais entré, les espoirs, les illusions et les trahisons. Tano continue de photographier les travailleurs, les sans-abri, les migrants, les dernières personnes et tous ceux qui font descendre la protestation dans la rue.
Les projections commencent à 19h30 au ciné la Clef, et c’est au 34 rue Daubenton, métro Censier-Daubenton

à 20h ce soir, la Librairie l’Atelier propose une rencontre autour du livre de Joanna Maso, intitulé : Soigner les institutions et paru chez l’Arachnéen
Dans ce livre, elle propose de faire un Retour sur l’œuvre de François Tosquelles (1912-1994), inventeur de la psychothérapie institutionnelle, un courant né à l’hôpital de Saint-Alban, en Lozère, pendant la Seconde Guerre mondiale. L’auteure y décrit les origines et le contexte d’apparition de cette révolution dans la manière d’envisager les troubles mentaux, qui aboutit notamment à une redéfinition du rôle des institutions psychiatriques.
Et si vous voulez en discuter avec Joanna Maso, rdv à 20h à la librairie l’Atelier, c’est au 71 rue de Ménilmontant, métro Ménilmontant

Dans le cadre des 45 ans du CICP et du Festisol, l’association Donde Estan et la librairie Quilombo proposent une discussion ce soir à 20h30 autour de Fils de voleur de Manuel Rojas avec Daniel Muñoz Rojas, suivi d’une adaptation théâtrale de Wladimir Beltran pendant la Parilla
Et si vous voulez y participer, rdv à 20h30 ce soir dans la grande salle Al-Feneiq au CICP, 21 ter rue Voltaire, métro Rue des Boulets ou Nation

Demain à 11h, le collectif d’artistes Voix Machine propose le vernissage de son exposition intitulée ’Locutorio Migrante VS Traversées’.
Une exposition qui met en lumière le récit de trajectoires d’exil pour l’ancrer dans la mémoire de Fontenay-sous-Bois.
Et si vous voulez participer au vernissage de l’exposition ’Locutorio Migrante VS Traversées’ c’est à partir de 11h demain et jusqu’à 22h, sur la Place du 8 Mai 1945, à Fontenay-sous-Bois

Demain à 19h30, la librairie le Merle Moqueur organise une rencontre avec Phœbe Hadjimarkos Clarke autour de son premier roman ’Tabor’ publié aux éditions du Sabot.
Mona et Pauli ont survécu à d’étranges et immenses inondations. Elles vivent et s’aiment à Tabor, un nouveau monde bricolé et agreste. Mais de mystérieux visiteurs, sorciers ou fonctionnaires, viennent en troubler l’équilibre, jusqu’à l’ensauvagement définitif. Comment faire face ?
et si vous voulez discuter avec l’autrice Phoebe Hajimarkos Clarke de ce récit d’Anticipation queer qui explore la possibilité de l’amour et de l’action dans un monde en ruines, rdv demain à 19h30 à la librairie Le merle Moqueur qui se trouve au 51 rue de Bagnolet, métro Alexandre Dumas

Demain à 19h30, Éditions Libertalia et Editions La Découverte organisent une rencontre autour de Fatima Ouassak qui présentera ’La Puissance des mères. Pour un nouveau sujet révolutionnaire’ (La Découverte).
Depuis la naissance de la Ve République, l’État français mène une guerre larvée contre une partie de sa population. Les jeunes des quartiers populaires descendants de l’immigration postcoloniale subissent une opération, quotidiennement répétée, de « désenfantisation » : ils ne sont pas traités comme des enfants mais comme des menaces pour la survie du système. Combien d’entre eux sont morts à cause de cette désenfantisation ? Combien ont été tués par la police en toute impunité ? Combien de mères ont pleuré leurs enfants victimes de crimes racistes devant les tribunaux ? En s’appuyant sur les luttes menées par les Folles de la place Vendôme, dans les années 1980, comme sur les combats du Front de mères aujourd’hui, Fatima Ouassak montre, dans ce livre combatif et plein d’espoir, le potentiel politique stratégique des mères. En se solidarisant systématiquement avec leurs enfants, en refusant de jouer un rôle de tampon entre eux et la violence des institutions, bref, en cessant d’être une force d’apaisement social et des relais du système inégalitaire, elles se feront à leur tour menaces pour l’ordre établi.
Et si vous voulez en discuter avec Fatima Ouassak, rdv demain à 19h30 dans les locaux des éditions Libertalia qui se trouvent au 12 rue Marcelin Berthelot, à Montreuil

Dimanche de 13h à 20h, le Café-librairie Michèle Firk propose sa grande braderie du Turfu
Alors si vous voulez choper plein de livre d’occaz à prix libre, rdv de 13h à 20h dimanche, au 9 rue François Debergue, à Montreuil, métro Croix de Chavaux

dimanche à 15h, dans le cadre du festival des solidarités toujours, le Collectif Solidarité internationale et développement local à Ivry propose des projections, expo-photo, et discussions autour des Actions de résistance du peuple colombien face aux dérives autoritaires et aux assassinats d’activistes et des manifestantes.
Pour retrouver le programme complet, rdv sur le site internet du Festival des solidarités : https://www.festivaldessolidarites.org/evenements/actions-de-resistance-du-peuple-en-colombie-19857
Et si vous voulez y participer rdv dimanche à 15h Au Forum Social à Ivry , C’est à l’intérieur du Centre commercial Jeanne Hachette, rez de chaussée Entrée par le porche « Gérard Philippe » sur le trottoir de droite de l’avenue Georges Gosnat en venant du métro Mairie d’Ivry

Enfin dimanche à 17h30, le Centre lgbtqi+ Paris-ÎdF organise une rencontre à l’occasion de la sortie de l’ouvrage « Matérialismes Trans » aux éditions Hystériques et associé.es, avec Pauline Clochec, codirectrice de l’ouvrage
Refusant la réduction des réalités trans à des questions d’identité, cet ouvrage assume une perspective féministe matérialiste : il s’agit d’aborder les conditions sociales des personnes trans, leurs positions dans les rapports sociaux de sexe, de race et de classe, ainsi que leurs inscriptions dans les mouvements féministes.
Et si vous voulez participer à cette rencontre, rdv dimanche à 17h30 au Centre LGBTQI+ de Paris IDF qui se trouve au 63 rue de Beaubourg, métro Rambuteau

Musique : Ossama - Fumigène éternel

Agenda du 19/11/2021

Documents joints

ITW : 3 ans des GJ