Agenda Fpp 10 novembre

mercredi 10 novembre 2021
par  Julie agenda

RDV MILITANTS POUR AUJOURD’HUI ET DEMAIN

Agenda du 10/11/2021

les grévistes de Bergams poursuivent leur grève entamée le 14 septembre dernier pour mettre fin à la modulation du temps de travail, retrouver de meilleures conditions de travail et une rémunération prenant en compte l’ancienneté, suite à l’accord de performance collective signé il y a un an
cet accord de performance collective a eu pour conséquences : une Augmentation de la charge de travail, des accidents du travail, des Horaires modulés et variables sur la journée qui ne permettent pas de concilier vie professionnelle et vie personnelle et une baisse de rémunération jusqu’à 800€ pour certaines personnes
Aussi les salariés de Bergams sont en grève et tiennent toujours leur piquet de grève, alors si vous voulez les soutenir, vous pouvez aller les retrouver au 1 rue de l’Avenir à GRIGNY
Pour les soutenir aussi, une cagnotte pour compenser les pertes de salaires des grévistes est en ligne, et si vous voulez y participer, rdv sur : https://www.cotizup.com/solidarite-grevistes?fbclid=IwAR34DZze8cx6I5UmD1BkWGVqGcQzY9taCqvJZHUusPUPLymQNR_fD3moRPs

depuis le 2 novembre, les salariés intérimaires de Bonna Sabla, qui fabriquent des pièces pour les tunnels du métro Grand Paris sont aussi e grève pour exiger de percevoir les mêmes primes et les mêmes conditions de travail que les CDI.
Et si vous voulez les soutenir sur leur piquet de grève, rdv devant Bonna Sabla, c’est au 1 rue Aimée Bonna à Conflans et c’et accessible par le RER A gare de Conflans Fin d’Oise ou Transilien J ou L depuis St-Lazare

les Brigades de solidarité populaire d’Aubervilliers poursuivent leur collecte de produits de première nécessité pour les 120 familles que les Brigades soutiennent sur Pantin et Aubervilliers, et vous pouvez déposer vos dons : à Aubervilliers dans le quartier mairie : à la librairie Les mots passants qui se trouve rue du Moutier ; et à Pantin dans le quartier Canal : au restaurant Chez Agnès qui se trouve au 21 rue Délisy

en ce moment Solidaires 92, les Grévistes Sans-papiers de la mairie de Sèvres, Sud Poste Haut-de-Seine et l’Unef-Tacle organisent un rassemblement de soutien aux travailleurs sans-papiers de la mairie de Sèvres, pour exiger leur régularisation !
et si vous voulez aller les soutenir, c’est devant la préfecture de Nanterre qui se trouve au 167 Avenue Frédéric et Irène Joliot-Curie, à Nanterre

entre 12h et 14h la Cantine des Pyrénées sera ouverte
et si vous voulez y aller c’est au 77 rue de la mare, métro Jourdain
et pour rappel la cantine a besoin d’aide pour payer son loyer et une cagnotte a été mise en ligne, le lien est sur le site de l’agenda d’hier

de 12h30 à 14h30, les GJ de Montreuil poursuivent leur cantine solidaire
et si vous voulez aller à la cantine des GJ de Montreuil, rdv de 12h30 à 14h30 à l’Aeri, c’est au 57 rue Étienne Marcel, à Montreuil, métro Croix de Chavaux

aujourd’hui, les bibliothèques en lutte contre le pass sanitaire qui restreint l’accès aux bibliothèques municipales organisent leur 3ème journée de mobilisation nationale
et un rassemblement est organisé à 14h devant Beaubourg

de 14h à 18h cet aprem, le Séminaire du Groupe transversal « Inventer le Grand Paris » organise une journée d’étude intitulée ’Résister au Grand Paris ? Planification métropolitaine et stratégies locales’
avec au programme, une intervention de la géographe Sarah Lilia Baudry qui parlera de Négocier la production de l’espace public : à partir d’observations autour des périphéries romaines sur l’Agro Romano ; Pauline Rossi (Commission du Vieux Paris) reviendra ensuite sur les différentes visions du Grand Paris qui ont été esquissées depuis l’entre-deux-guerres, puis Patrick Le Galès (SciencesPo) et Tommaso Vitale (SciencesPo) reviendront sur les dynamiques politiques et institutionnelles d’une métropolisation inachevée ; et Martine Drozdz (CNRS) sur Le désenchantement urbain, en s’intéressant à la Planification métropolitaine et aux mobilisations habitantes à Londres
rdv de 14h-18h00 dans la Salle 0.004 du Bâtiment Nord du Campus Condorcet, dont l’entrée se fait par le 14 cours des Humanités à Aubervilliers, Métro Front-Populaire
Vous pouvez aussi suivre en visio :
Lien Visio : https://zoom.univ-paris1.fr/j/95879545316?pwd=R2lnYlQzc2FSdUdHMFhRckhjeVJ4Zz09
Nº de réunion : 958 7954 5316
Code secret 472506

Le squat du marbré n’est plus expulsable avec la trêve hivernale, alors l’équipe poursuit ses activités, et au programme, il y aura :
Aujourd’hui à 14h un atelier cuisine collective et à 19h une discussion sur la ZAD du Carnet, lieu de lutte qui a été occupé de septembre 2020 jusqu’à son expulsion en mars dernier. Elle s’opposait à un projet d’agrandissement du port de Saint-Nazaire et à la bétonisation de terres humides. Aujourd’hui la lutte au Carnet continue sous d’autres formes alors si vous voulez en discuter c’est ce soir à 19h au Marbré.
Et demain au Marbré, il y aura à 17h : le lancement d’un apéro de voisinage qui se veut mensuel, pour faire du lien dans le quartier, et à 19h il y aura la réunion mensuelle de Kaliméro, la caisse de solidarité avec les prisonnier·ère·s de la guerre sociale en cours.
Et si vous voulez participer aux activités du Marbré, ou même juste aller les rencontrer, rdv au 39 rue des deux Communes, à Montreuil, métro Robespierre

à 18h30 ce soir, le Collectif Non au SNU organise une Réunion publique pour renforcer la lutte contre le Service national universel
Avec Le SNU il s’agit d’inculquer un esprit d’obéissance aux règles, un respect absolu des normes… Règles et normes qui, pour la plupart, ne visent qu’à perpétuer les inégalités et injustices inhérentes à l’organisation actuelle de la société. Cette volonté de soumission passe aussi par un contrôle renforcé, notamment à travers la mise en fiches de tous les jeunes de 16 à 25 ans ; Volonté de soumission, aussi, car elle ne reconnaît comme « engagement » des jeunes que les dispositifs étatiques.
Le SNU remet aussi en cause les droits des travailleurs et travailleuses : les jeunes du SNU seront utilisé/es pour remplacer des emplois aujourd’hui occupés par des employé/es qui ont un salaire, une convention collective ou un statut, la possibilité de s’organiser syndicalement, des droits individuels et collectifs. Avec le SNU, chaque année, 800 000 jeunes seront exploité/es, sans aucun de ces droits, pour des durées variables ; ils et elles seront très vivement encouragé.es à poursuivre leur « engagement volontaire » par un service civique, dans les mêmes conditions de précarité.
Le SNU représente Des dépenses considérables : 6 milliards €/an, selon un rapport sénatorial de 2017. Ces milliards seraient bien plus utiles pour le service public de l’Éducation, qu’aux mains des militaires !
Enfin, le SNU induit un renforcement de la militarisation. Encadrement militaire, levée du drapeau, chant guerrier, uniforme, parcours du combattant, raid commando, etc. contribueront à l’endoctrinement des jeunes. La propagande visera à banaliser encore plus le rôle de l’armée, alors que celle-ci est en pointe dans la répression, sur le territoire français, dans les colonies et diverses régions du monde.
Pour revenir sur tous ces enjeux du SNU et organiser la lutte, le collectif Nonau SNU organise donc ce meeting ce soir, et c’est à 18h30 dans la salle Eugène Varlin à la BDT de Paris, 3 rue du château d’eau, métro république

à 18h30 ce soir, l’EHESS organise un Atelier sur les Fascismes, antifascismes, néofascismes.
Le philosophe, Yohann Douet reviendra sur Le fascisme selon Gramsci et sur la capacité du fascisme, non seulement à constituer une nouvelle forme de la domination bourgeoise, mais aussi à transformer en profondeur la société italienne. Attentif aux liens sociologiques et idéologiques étroits entre le fascisme et la petite bourgeoisie dès ses écrits politiques et journalistiques du début des années 1920, c’est dans ses Cahiers de prison que Gramsci développe le plus ses réflexions sur la spécificité du fascisme. Il le fait notamment en mobilisant la notion de « césarisme », et celle de « révolution passive » qui lui permettent d’analyser différentes transformations initiées par le fascisme, dont l’exemple paradigmatique est le corporatisme. Dans l’ensemble, les pratiques et projets fascistes font signes vers la réalisation d’une hégémonie reposant sur le contrôle et l’embrigadement des masses, que Gramsci a pu subsumer sous la catégorie de « politique totalitaire ».
Ensuite, l’historien Francesco Giliani reviendra sur les régimes fascistes et « la guerre qui vient »/Continuité, mise à jour ou révision du marxisme dans les écrits de Pivert et de Trotsky. À la fin des années 1930, alors que le monde se précipite à nouveau vers un conflit à l’échelle mondiale, l’actualisation de la démarche suivie par Lénine pendant la Première Guerre mondiale est au cœur des perspectives débattues par les minorités révolutionnaires. Un certain nombre de facteurs, dont l’existence de l’Allemagne nazie et de l’Italie fasciste, modifient le cadre de la discussion qui se développe au sein des minorités révolutionnaires.. Parmi ceux qui se réclament du marxisme, la Quatrième Internationale de Léon Trotsky et les socialistes de gauche du Bureau International pour l’Unité Socialiste Révolutionnaire n’hésitent pas à dénoncer la nature impérialiste du conflit militaire qui se prépare mais ne renoncent pas à porter leurs réflexions respectives sur les éléments de nouveauté.
Il s’agira, donc, de saisir comment ces deux courants analysent le rôle des régimes fascistes au pouvoir en Europe dans le cadre de la « guerre qui vient ».
Et si vous voulez participer à cet atelier, il faut s’inscrire en envoyant un mail à : pierre.millet@ehess.fr ;
Rdv à 18h30 dans la salle 50 du bâtiment de l’EHESS sur la Campus Condorcet dont l’entrée se fait par la Cour des Humanités, à Aubervilliers, métro Front populaire

A 18h30 aussi, l’Iremmo - Institut de Recherche et d’Études Méditerranée Moyen-Orient organise une rencontre avec la politologue Camille Abescat, l’historienne Anne-Clémentine Larroque et l’historien Dominique Avon qui reviendront ensemble sur Les Frères musulmans. Comme organisation à l’épreuve du pouvoir.
Et si vous voulez e discuter avec elles et lui, rdv à 18h30 dans les locaux de l’Iremmo qui se trouvent au 7 rue des Carmes, métro Censier-Daubenton

Ce soir à partir de 19h et demain à partir de 9h30, le laboratoire du Patrimoine de l’université de Manouba, l’Association des Tunisiens en France, le Bureau de la coopération académique de la Fondation Rosa Luxemburg (Tunisie), en partenariat avec la Fondation de la Maison de Tunisie organisent une Rencontre sur la Mémoire de la Gauche Tunisienne en France (1921-2021)
Avec au programme, ce soir : une Conférence de l’historien Serge Wolikov qui parlera du Komintern- PCF et mouvement anticolonial au Maghreb (1921-1956), puis la projection de deux films, dont un en Hommage à Mohamed Ben Jannet.
demain, à partir de 9h30, il y aura une série de Témoignages avec : Jean Claude Soufir qui parlera de la section parisienne du parti communiste tunisien (1958-1968), Mohamed-Larbi Bouguerra qui reviendra sur les mutations de l’UGET et de l’AEMNA au cours des années 60, ou encore Abderrazak Bouazizi-Horchani sur L’expérience du Mouvement des travailleurs arabes, Naceur El Fahem sur son expérience dans l’organisation El Hakika, Et Mohamed Lakdhar Ellala sur le collectif du 26 janvier.
Et tout le long de la rencontre il y aura une Exposition à visiter pour le Centenaire du mouvement communiste en Tunisie 
Rdv à partir de 19h ce soir et à partir de 9h30 demain matin, à la maison de la Tunisie qui se trouve au 45 A, boulevard Jourdan, dans la Cité Internationale Universitaire de Paris, c’est au M° Porte d’Orléans ou RER B Cité Universitaire

Demain à partir de 10h30, et toute la journée : le collectif se fédérer qui réunit : l’AdeROC (Objection de Croissance), l’Association des communistes unitaires, Cerises la coopérative, l’Émancipation collective, Émanciper, L’offensive, la Maison commune de la décroissance, le mouvement PEPS (Pour une écologie populaire et sociale), Plein le dos, Rejoignons-nous, le Réseau 3AEF (Autogestion, Alternatives, Altermondialisme, Écologie, Féminisme), organise une assemblée anticapitaliste, alternative et écologiste
On sait combien l’heure est grave : des attaques sociales au bulldozer, une extrême-droitisation mortifère, une banalisation du racisme entérinée et relayée par certains grands médias privés et publics, des inégalités qui ne cessent de se creuser pendant que les dividendes aux actionnaires continuent d’atteindre des sommets indécents et insensés... Le capitalisme est parvenu à un stade d’expansion tel que l’imposition de la logique marchande, l’exploitation et la compétition affectent désormais chaque sphère de nos existences.
Face à nous, extrême droite et extrême centre qui rivalisent de surenchère sont bien organisées et avancent, non sans contradictions et divergences, mais en rangs serrés pour frapper le monde du travail, les plus défavorisé·es, les plus fragiles, les « minorités » et pour saccager la planète. 
Et nous ? Depuis plusieurs années, nous constatons que le capitalisme est de plus en plus interrogé, mis en cause et critiqué. De plus en plus de personnes tentent d’échapper à sa logique en produisant, en consommant ou en vivant autrement, par l’auto-organisation et diverses formes d’autogestion.
Il n’est plus possible d’affirmer qu’il n’y a pas d’alternative. Mais pour arriver à la nécessaire rupture avec le système capitaliste, nos forces sont dispersées, nos luttes trop souvent cloisonnées, nos collectifs émiettés.
C’est précisément le sens de l’appel se fédérer qui réunit de nombreux collectifs et mouvements que de rassembler pour travailler ensemble, lutter ensemble, pour former une « maison commune », un espace commun, coopératif et pluraliste qui préserverait absolument l’autonomie de chaque collectif et organisation mais qui pourrait constituer une force décuplée, et attirer bien au-delà des organisations existantes, pour parler d’une même voix en popularisant et médiatisant non seulement l’anticapitalisme et les luttes locales, nationales, internationales.
C’est pourquoi l’appel se fédérer organise cette assemblée anticapitaliste, alternative et écologiste ; et si vous voulez y participer, c’est demain à partir de 10h30 sur zoom
Voici le lien : https://us06web.zoom.us/j/84850038756
ID de réunion : 848 5003 8756

Demain à 19h, « Un Lieu pour respirer » organise son apéro citoyen
et si vous voulez y participer c’est demain à partir de 19h au 15 rue Chassagnolles, aux Lilas, métro Mairie des Lilas

demain à 20h, la plateforme Enquetecritique.org lancée par Mathieu Rigouste organise un débat sur Twitch pour ’S’ORGANISER FACE A LA POLICE ET A LA PRISON’, avec des membres du Réseau Entraide Vérité & Justice, des membres du Collectif Matsuda (auteur du livre ’Abolir la police’) et des membres d’enquetecritique.org
et si vous voulez discuter avec eux de :
- la construction du mvmt contre violences policières &carcérales en France
- la lutte contre les mitards
- le mvmt pour l’abolition de police &prison aux USA
- des moyens de s’organiser suite à crime policier
- de 12choses à faire plutôt qu’appeler la police
Rdv demain soir à 20h sur la chaine Twitch d’enquêtecritique.org : http://www.twitch.tv/enquetecritique
et pour info, la plateforme enquetecritique.org a mis en ligne une enquête menée par des cantinier-es d’aujourd’hui sur les cantinières de la Commune ;
Le lien vers le premier épisode de cette enquête : Episode 1 : https://enquetecritique.org/.../hommage-aux-cantinieres...

enfin, vendredi matin à 10h, le Snam Idf - Sdamp Cgt et le Snam Cgt organisent une Réunion D’information en format hybride à l’intention des musicien.ne.s d’Idf syndiqué.es
Pour les musiciennes et les musiciens, la sortie de crise n’est toujours pas d’actualité. Pourtant des dispositifs d’aide à l’emploi direct et de prolongation des droits ont été obtenu par leurs luttes. Mais, leurs mises en œuvre posent encore de multiples problèmes et questions…Aussi, pour revenir sur l’année blanche et les renouvellements anticipés, sur les dispositifs d’aide à l’emploi (gip, guso, fonpeps), et sur l’Articulation entre les aides temporaires et les aides pérennes, le Snam Idf – Sdamp CGT et le Snam CGT organisent cette réunion d’information dédiées aux muscien.ne.s, et si vous voulez y participer, rdv vendredi à 10h, en présentiel au 14/ 16 rue des Lilas, métro Pré-St-Gervais, ou en visio, et il faut demander le lien en envoyant un mail à : contact@sdamp-cgt.org

RDV CULTURELS

de 14h à 20h, La galerie Lumière des Roses, propose toujours l’Exposition photo intitulée « La Zone », dédiée à l’Histoire des bidonvilles aux portes de Paris
Il aura fallu pas moins de 10 ans à la galerie Lumière des Roses à Montreuil pour monter ’La Zone’, une exposition qui s’appuie sur 150 photographies anonymes et amateurs d’époque pour raconter l’histoire de de ces 40.000 personnes refoulées aux portes de Paris qui construisirent les premiers bidonvilles de la région parisienne.
Et si vous voulez découvrir cette expo photo, rdv du mercredi au samedi de 14h00 à 20h00, jusqu’au 8 décembre, à la Galerie Lumière des Roses qui se trouve au 12-14 rue Jean-Jacques Rousseau, à Montreuil, Métro Robespierre

A 18h, la librairie cave à vin Rerenga Wines recevra le Collectif Cases Rebelles pour présenter son dernier ouvrage intitulé Le feu qui craque - PanAfroRévolutionnaire, un recueil de textes puissants autour de l’afroanarchisme, la prison, la santé mentale et la société du spectacle.
Et si vous voulez y participer et rencontrer des membres des éditions Cases Rebelles à l’origine de ce recueil, rdv à 18h à la librairie-Cave à vin Rerenga Wines qui se trouve au 3 Rue de la Fidélité, métro Château d’Eau

Ce soir à 18h, le CETRI, et les assoc Entraide & Fraternité, Gresea, et Tout va bien organisent un Ciné-débat sur le thème du Libre-échange, tous gagnants ? autour du documentaire Welcome Alibaba : les dessous du géant chinois du web média Tout va bien.
La discussion partira du cas d’Alibaba, qui compte s’installer à l’aéroport de Liège, pour aborder l’impact climatique, l’impact sur l’emploi, la justice fiscale indirectement, l’impact local et les traités de libre-échange qui favorisent des projets de ce type.
Et si vous voulez découvrir ce film et en discuter avec Cédric Leterme (CETRI & GRESEA, membre du collectif Stop Alibaba & Co) et Isabelle Franck (Entraide & Fraternité), rdv à 18h ce soir, sur la plateforme LiveStorm : https://app.livestorm.co/ef-7/cine-debat-libre-echange-tous-gagnants?type=detailed

A 19h, la Librairie Petite Égypte organise une rencontre avec Jean-Frédéric Schaub et Silvia Sebastiani autour de leur livre Race et histoire dans les sociétés occidentales (XVe-XVIIIe siècles), paru aux éditions Albin Michel.
Ce livre présente les processus de racialisation qui ont ponctué la transformation de l’Europe et de ses colonies de la fin du Moyen Âge à l’âge des révolutions. Cette histoire éclaire l’évolution des sociétés, des institutions, des cultures et des théories. Elle décrit la volonté de catégoriser les individus et les groupes, de les enclore dans des identités présentées comme intangibles, de discriminer les collectifs dominés, voire d’organiser l’oppression à grand échelle contre des populations définies par leur race.
Et si vous en discuter avec les auteurs, rdv à 19h à la librairie La petite Égypte, qui se trouve au 35 rue des petits carreaux, métro Sentier

A 20h ce soir, la Librairie l’Atelier organise une Présentation croisée de deux ouvrages à paraître autour des objets et du consumérisme : Le consumérisme à travers ses objets : gobelets, vitrines, mouchoirs, smartphones et déodorants, de Jeanne Guien, paru aux éditions divergences ; et L’étrange et folle aventure du grille-pain, de la machine à coudre et des gens qui s’en servent de Gil Bartholeyns et Manuel Charpy, paru aux éditions Premier Parallèle
Et si vous voulez participer à cette rencontre, rdv à 20h à la librairie l’Atelier, c’est au 2 bis rue du Jourdain, métro Jourdain

Demain à 18h, le cinéma Luminor Hôtel de Ville et le Festival Ciné-Palestine propose une soirée Queer Cinema for Palestine, avec la Projection de 3 courts métrages
Congress of Idling Persons, réalisé en 2021 par Bassem Saad
Cinq personnes interagissent dans ce film et se représentent elles-mêmes tout en s’inscrivant dans de plus larges fictions. En échos aux événements historiques mondiaux récents, l’artiste et écrivain Bassem Saad, le DJ et traducteur Rayyan Abdel Khalek, la chanteuse Sandy Chamoun, l’écrivaine Islam Khatib et l’activiste Mekdes Yilma se penchent sur une cartographie des manifestations, de l’aide humanitaire et de l’entraide, du statut d’étranger des travailleurs migrants et des Palestiniens. Ponctué par le discours et les actes de ses interprètes, par la fin des révolutions arabes et le mouvement Black Lives Matter de 2020 ainsi que par l’explosion du port de Beyrouth, le film se faufile entre des constantes transhistoriques entrelacées – de la rage et du deuil à la spontanéité et au siège.
The White Elephant, réalisé par Shuruq Harb en 2018
En mobilisant des images partagées sur Internet par des Israéliens pendant la guerre du Golfe, la Première Intifada et durant des rassemblements de musique trance, ce film compose le portrait déformé par la culture pop israélienne d’un adolescent palestinien des années 1990.
Et O, Persecuted, réalisé en 2014 par Basma Alsharif, qui transforme le film de la révolution palestinienne Our Small Houses réalisé par Kassem Hawal en 1974, et en propose une performance, impliquant la vitesse, les corps, et le mouvement du passé dans un avenir où l’idéologie entre en collision avec l’évasion.
Et si vous voulez découvrir ces trois films, rdv à 18h demain au ciné Luminor qui se trouve 20 rue du Temple, métro Hôtel de Ville

Demain soir au ciné la Clef, l’assoc Home Cinema propose une soirée Togo - la nuit est longue mais le jour vient, avec la projo de :
Ce soir mon coeur bat ; un film documentaire de Rémi Jennequi, réalisé en 2017/Ce film esquisse le chemin accidenté d’une adolescence qui cherche à ne pas perdre pied. C’est le portrait d’Espoir 18 ans, jeune habitant de Lomé, capitale du Togo. Caméra à la main, je le suis là où il veut bien m’emmener. Son corps rythme mes cadres dans une ville qui semble insaisissable. Espoir y serpente entre les amis, les filles et la fête. Il s’éprouve comme il se cherche, en quête de désirs et de sens.
Et la projo de : Un lieu nommé Wahala, réalisé par Jürgen Ellinghaus en 2021/Chaque année, le cimetière-mémorial de Wahala / Chra (Togo) qui honore la mémoire des soldats africains tombés ici en août 1914, accueille la cérémonie du 11 novembre. En effet, la première capitulation allemande de la Grande Guerre de 14-18 s’est produite sur le sol de la colonie modèle du Reich, peu après la bataille de Chra. Elle signait de facto la fin du Togoland allemand. Mais l’histoire de Wahala ainsi que son nom renvoient à un passé autrement douloureux... Wahala : un lieu où les voix des anciens résonnent avec les images du présent.
Et si vous voulez découvrir ces films et en discuter avec leurs réalisateurs, rdv demain à 19h30 au ciné la Clef, 34 rue Daubenton, métro Censier-Daubenton

les Plateaux sauvages accueillent l’expo de photo et poésie intitulée Ménil et une nuit et proposée par Valauren, une variation contemporaine sur le quartier populaire de Ménilmontant, 67 ans après Willy Ronis sur le pittoresque Belleville-Ménilmontant de l’après-guerre.
Cette œuvre transpose 10 années d’observation, entre 2011 et 2021, en poèmes et en chanson, composés par la poète Hassiba Hô, pour faire découvrir ou redécouvrir le quartier de Ménilmontant et témoigner de ces évolutions sociétales, de la condition féminine et des combats culturels qui s’y jouent.
Et si vous voulez découvrir cette expo, rdv à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 20 novembre aux Plateaux Sauvages , 5 rue des Plâtrières, 75020 Paris

Musique : Roycer – Esto va por Carlos !

Agenda du 10/11/2021