Agenda Fpp 29 octobre

vendredi 29 octobre 2021
par  Julie agenda

On commence avec ce texte du Groupe révolutionnaire Charlatan, un collectif militant anticapitaliste, antifasciste et anti-impérialiste fondé en janvier 2019, à la croisée du mouvement des GJ et de la mobilisation étudiante contre la loi ORE, un texte publié sur Paris lutte info sous le titre : Tout le monde déteste la police du métro
La militarisation de la sûreté RATP doit nous interroger sur la banalisation de l’encadrement armé de notre vie quotidienne, et sur les manières d’y faire face. Fraude, gratuité des transports, solidarité employé·es-usager·es, autodéfense : quelles pistes explorer, quels outils développer ?
Il y a quelques jours, le Groupe révolutionnaire Charlatan a mis en ligne un projet de tract destiné aux usagers et aux usagères de la RATP que la pandémie les avait empêché de mener à bien. Intitulé « Tout le monde déteste la police du métro », le tract se proposait de fixer le contexte de son écriture et de présenter la loi Savary à l’origine de la militarisation des agents de la sécurité de la RATP et de la SNCF.
La militarisation du Groupe de protection et de sécurité des réseaux (GPSR, alias « sûreté RATP ») depuis la loi Savary de mai 2016, a nourri un processus de banalisation de l’encadrement armé de notre vie quotidienne par la police et ses supplétifs.
Aux violences policières quotidiennes, viennent désormais s’ajouter le lot d’abus et de « bavures » grandissantes des agents de sûreté de la RATP, assermentés et reconnus par le Procureur de la République.
À poste fixe ou en patrouille, ces miliciens assermentés obéissent à une mission précise : traquer les fraudeurs sans titre de transport et verbaliser les incivilités. Ils opèrent en bande, sont équipés d’armes à feu et prennent un plaisir à peine caché à parader comme des miliciens paramilitaires. Dans les bus, les tramways, les métros et les RER franciliens, ils procèdent à des contrôles au faciès, mettent des prunes pour non-port du masque avec le leur sous le nez, réalisent des plaquages ventraux, mettent des coups de gazeuse dans les couloirs du métro, intimident quiconque tente de filmer ou de surveiller leurs méthodes violentes, etc.
Flics ratés devenus supplétifs de la Police nationale, ils assurent une continuité des pratiques de terreur policière quotidienne, et constituent un instrument supplémentaire de contrôle social visant à nettoyer le réseau de transport francilien de ses éléments indésirables. Ils accomplissent leur tâche avec d’autant plus de zèle que la police se voit autoriser une plus large autonomie dans sa fonction de répression de la contestation et que la spéculation immobilière relègue les pauvres toujours plus en marge du centre et de sa proche périphérie.
Le SMIC net s’élève à 1 258€ pour une personne travaillant à temps plein. Un abonnement annuel au réseau de transport RATP varie entre 350€ pour les étudiant·es de moins de 26 ans et les élèves du primaire et du secondaire, 827€ pour les bénéficiaires d’un forfait mensualisé avec douzième mois offert, 900€ pour les bénéficiaires d’un forfait mensualisé sans douzième mois offert, et 451,2€ pour les personnes de plus de 62 ans.
À ce constat s’ajoute celui de la difficulté pour beaucoup de travailleurs et de travailleuses de faire valoir leur droit au remboursement partiel de leur titre de transport par leur employeur. Sans parler de l’insécurité de l’emploi et de la mode pour l’offre d’emploi en CDD et à temps partiel largement encouragée par les cadeaux fiscaux de l’État au patronat.
Partant de ce constat, la gratuité apparaît comme la seule revendication légitime et le seul programme de classe en matière de droit à l’accès aux transports. Une gratuité immédiate des transports publics pour toutes et pour tous, comme pratique politique légitime, et comme moyen de revendiquer le passage des réseaux de transport sous le contrôle direct des travailleurs et des travailleuses qui les font tourner.
Dans ce texte, le Groupe révolutionnaire Charlatan appelle à l’autodéfense populaire comme pratique quotidienne de lutte contre la violence de l’État, de ses polices et de ses milices. Il appelle aussi à produire une critique radicale sans concession des violences sécuritaires, de leur militarisation et de sa banalisation ; et à construire la solidarité sur le terrain : avec les travailleurs et les travailleuses de la RATP d’une part, pour développer l’illégalisme et le sabotage des portiques et des bornes de validation des titres de transport ; avec les usagers et les usagères du réseau d’autre part, pour résister aux violences du GPSR et mettre un terme au sentiment d’impunité dont ils jouissent.
Et si vous voulez contacter le Groupe Révolutionnaire Charlatan :
Twitter : https://twitter.com/GRCpaname
WordPress : https://lacharlatanerie.wordpress.com/
Contact : contact_grc@protonmail.com

Agenda du 29/10/2021

RDV MILITANTS

hier, l’association Utopia 56 occupait la place de l’hôtel de ville de Paris avec 250 personnes, dont des dizaines d’enfants à la rue, pour revendiquer leur droit à un logement digne
mais la police a repoussé les journalistes et évacué avec brutalité, seules 125 personnes ont été mises à l’abri et le vice-président de l’association a été placé en GAV jusqu’à ce matin

Depuis 9h30 ce matin, le DAL Plaine Commune organise un rassemblement de soutien aux habitants de l’immeuble du 17 rue Emile Augier, à la Plaine, qui sont sommés de quitter les lieux avant le 1er novembre, à la demande de Plaine Commune et de la préfecture !
En juillet 2017, ce collectif d’habitants vivaient au 57/59 de l’avenue du président Wilson. Ils en ont été expulsés par Plaine Commune et leur mobilisation a permis qu’ils soient hébergés dans un immeuble au 17 rue Emile Augier, propriété de Plaine Commune, mis à disposition par Patrick Braouezec, alors Président de la communauté d’agglomération.
Aujourd’hui Plaine Commune veut récupérer son immeuble. La police est venue leur annoncer l’expulsion pour le 1 novembre, le premier jour de la trêve hivernale qui devrait les protéger.
Les habitants n’ont pas occupé illégalement cet immeuble. Ils s’y sont installés avec l’autorisation de Plaine Commune et de son Président.
Aussi pour exiger qu’ils puissent y rester, le DAL Plaine commune est mobilisé depuis 9h30 ce matin, devant le 17 rue Émile Augier, à la plaine-St-Denis

En ce moment, l’UNEF Tacle Nanterre et l’Assemblée des Sans-Facs occupent à la nouveau la Fac pour exiger l’inscription des sans-facs restants
et si vous voulez les rejoindre, rdv devant le bâtiment B ou Grappin, sur le site de la Fac de Nanterre

Les 300 travailleurs sans-papiers qui ont entamé lundi un mouvement de grève coordonné avec occupation de leur entreprises sur une bonne dizaine de sites en IDF poursuivent leur grève
et si vous voulez les soutenir, vous pouvez aller les rejoindre sur leur piquet de grève :

  • devant le monoprix de Belleville : 133 rue de Belleville, métro Jourdain
  • au café Marly du Louvre : 93 rue de rivoli, métro palais royal
  • devant l’agence manpower : 2 rue parrot, métro Gare de Lyon
  • devant le targett : 22 rue Bertholet, métro Censier-Daubenton
  • face à l’hôtel de ville de Bobigny, métro Pablo Picasso
  • au planet intérim : 11 allée des cascades, à Villepinte, RER parc des expositions
  • et devant GLS : 2 rue de la tuilerie à Fleury-Mérogis, RER Grigny centre

À 15h cet aprem, la marche des solidarités et les collectifs de sans papiers organisent une nouvelle manifestation de soutien au 7 de Montpellier, 7 personnes sans papiers qui ont été interpelés par la police lors du contre sommet Afrique-France, et pour soutenir la grève menée par 50 travailleurs membres du Collectif des travailleurs sans-papiers de Vitry 94 qui ont occupé les locaux de l’agence d’intérim RSI à Paris 10eme pour exiger leur régularisation et qui ont été violemment expulsés de l’agence par la police vendredi dernier
Et si vous voulez les soutenir, rdv à 15h cet aprem sur la Place de la République, pour un Départ prévu à 16h en direction du ministère de l’Intérieur
Et si vous voulez les soutenir, vous pouvez aussi soutenir l’appel Liberté pour les 7 de Montpellier, qui a déjà été signé par 17 collectifs de sans-papiers et près de 140 collectifs de solidarités, syndicats, partis politiques et associations : https://blogs.mediapart.fr/marche-des-solidarites/blog/151021/afrique-france-liberte-pour-les-7-de-montpellier
Si votre collectif souhaite soutenir cet appel, envoyez votre signature à :marche-des-solidarites@riseup.net

à 18h ce soir, L’INSTITUT MEHDI BEN BARKA – MEMOIRE VIVANTE, soutenu par de nombreuses organisations parmi lesquelles l’assoc des Marocains en France ; Association des Travailleurs Maghrébins en France ; Association de Défense des Droits de l’Homme au Maroc ; Forum Marocain pour la Vérité et la Justice ; Le Comité France de soutien à Maâti Monjib ; Justice et liberté au Maroc : Association de défense des journalistes persécutés et harcelés au Maroc ; ou encore le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) ; la Ligue des Droits de l’Homme ; Le CEDETIM ; le Mouvement de la Paix ; L’Union juive française pour la paix ; et le mouvement Pour une Écologie populaire et sociale (PEPS) ; organise un rassemblement pour commémorer le cinquante-sixième anniversaire de l’enlèvement et la disparition de Mehdi Ben Barka.  
Alors si vous voulez exiger justice et vérité pour Mehdi Ben Barka, rdv à 18h devant la brasserie Lipp où il a été enlevé, et c’est au 151 bvd St-Germain, métro St-Germain-des-près

à 18h30 ce soir, le Comité de soutien à la maison de l’Ermitage à Montreuil organise un apéro solidaire pour sauver l’ermitage alors que les flics l‘ont vidé cette semaine, à quelques jours de la trêve hivernale
Depuis le printemps dernier, la Mairie de Montreuil a ordonné l’expulsion de l’Ermitage. Une décision injuste et incompréhensible au vu des initiatives d’entraides investies au sein de ce lieu voué à la solidarité . Un mouvement de soutien s’est créé très vite pour contester la décision municipale
Mais, Le 25 septembre dernier, un incendie s’est déclaré à l’Ermitage. 3 départs de feu simultanés alors que les occupan,t.e.s étaient en manif, 3 départs de feu qui ont donné suite à un obscur arrêté d’insalubrité ordonné par la mairie.
Depuis, les habitants de la maison ne sont plus autorisés à regagner leur maison.
Une plainte a été déposée pour faire la lumière sur cet incendie mais 1 mois plus tard aucune réponse sur les conditions de ces départs de feu n’a été apportée.
le 20 octobre dernier, le comité de soutien s’est invité à la mairie lors du conseil municipal pour exiger des réponses et des solutions, mais Le conseil municipal a refusé de recevoir le comité de soutien, en votant un huis clos exceptionnel au début du Conseil et en faisant intervenir la police.
Aussi, face à cette politique de l’autruche de la mairie de Montreuil devant l’urgence sociale, le comité de soutien de la maison de l’ermitage entend maintenir la mobilisation et pour cela il organise donc un apéro solidaire ce soir, et le rdv est donné à 18h30 au 18 rue de l’Ermitage, à Montreuil.

à 19h ce soir : le Collectif Intersexes et Allié.e.s organise une soirée de Lancement du discord consacré aux ’ Inters et à leurs proches’
Ce discord s’adresse aux personnes intersexes, à leurs proches, et à leurs familles. Il comprend des espaces en non-mixité intersexe et des espaces de découverte de ressources communautaires, ainsi que des espaces ouverts et mixtes.
Et si vous voulez y participer, rdv à 19h sur : https://www.facebook.com/CIA.OIIFrance

à 19h30 ce soir, La mule - le média qui s[’entête, Nantes Révoltée et le monte-en-l’air organisent une Soirée Médias alternatifs / avec Acrimed, et le mensuel dubitatif niçois, Mouais & co
Au menu des débats :
- Un réseau de la presse pas pareille ; de la reconnaissance à l’entraide, un écosystème est-il possible ?
- Parlons propagande : Être journaliste, ça veut dire quoi ? De l’indépendance à la carte de presse, quelles différences ?
- Journalisme et subjectivité, des outils venus des sciences sociales à l’activisme assumé
- Journalisme de proposition, une démarche à assumer ? De la rigueur de l’information universitaire à la temporalité de la démarche journalistique, comment gérer le temps court et la proximité ?
- Présidentielle, comment aborder ça par la lorgnette de la presse indé, sans sombrer dans le piège de la course à l’échalote ?
Et si vous voulez y participer, rdv à partir de 19h30 au monte-en-l’air, au 71 rue de Ménilmontant, métro Ménilmontant

Demain à 12h, les Gilets Jaunes et Citoyens en Colère donnent rdv sur l’avenue de Choisy à l’angle du boulevard Masséna, pour une manif qui partira vers Menilmontant, en passant par Tolbiac, Picpus et Charonne

demain à 12h : le Chaud Bouillon invite le collectif de défense des jardins ouvriers d’Aubervilliers, menacés par les Jeux Olympiques.
Avec au programme : un repas de soutien, suivi à partir de 14h d’une discussion avec le collectif
Et si vous voulez y participer, rdv demain à partir de 12h à la pagaille recyclerie, 15 rue Ernest Renan, à Ivry-sur-Seine

Demain à 14h, Les collectifs « Stop aux brevets - Réquisition ! » qui regroupent de nombreuses organisations (associations, syndicats et partis politiques) appellent dans plusieurs pays d’Europe à des rassemblements et à des actions symboliques pour exiger la levée des brevets, le seul moyen de pouvoir produire des vaccins pour les pays les plus pauvres et de combattre ainsi la pandémie.
Et à Paris, le rdv est donné demain à 14h devant les locaux d’un des plus importants groupe de l’industrie pharmaceutique, le laboratoire PFIZER, et c’est au 23-25 avenue du Dr Lannelongue, métro Porte d’Orléans.

demain à 14h aussi, le conseil démocratique kurde en France organise un rassemblement pour exiger des sanctions contre la Turquie pour l’emploi d’armes chimiques au Kurdistan
Depuis le 23 avril, l’armée turque mène une opération militaire transfrontalière contre les positions du Parti des Travailleurs du Kurdistan dans le sud-Kurdistan (nord de l’Irak). Cette offensive a fait de nombreuses victimes des deux côtés. En outre, des zones d’habitation civiles ont dû être évacuées en raison des frappes aériennes quotidiennes de l’armée turque, et de nombreux civils ont perdu la vie. Avec cette invasion terrestre et aérienne, la Turquie enfreint une fois de plus le droit international et commet des crimes de guerre !
En plus du bombardement généralisé des zones d’habitation civiles, l’armée turque utilise également des armes chimiques. Au cours des cinq derniers mois, les forces turques ont mené au total 138 attaques à l’arme chimique, au cours desquelles plusieurs combattants ont perdu la vie. Selon les guérilleros, l’armée turque utilise notamment un agent chimique de guerre qui, lorsqu’il explose, produit d’abord une grande onde de choc, puis libère un produit chimique qui brûle le corps humain en un temps très court.
Aussi, pourquoi le Conseil démocratique kurde en France exige une enquête indépendante sur l’utilisation par la Turquie d’armes chimiques au Sud-Kurdistan et des sanctions contre le gouvernement d’Erdogan ; Et pour cela il organise donc une manifestation demain et le rdv est donné à 14h sur la Place de la Bourse

Demain de 14h à 16h, La Mutinerie propose des Cours d’autodéfense en non-mixité ouvert à toutes les personnes (cis ou trans) qui se reconnaissent complètement ou partiellement dans le vécu pédé
Et si vous voulez participer à ces cours, c’est à prix, et c’est demain de 14h à 16h à la Mutinerie, 176 rue Saint-Martin, métro Étienne marcel
Et il faut s’inscrire avant en envoyant un mail à : contact@lamutinerie.eu

Demain à 14h30, le Collectif des soudanais en France-Paris organise une manifestation de solidarité au peuple soudanais, suite au coup d’Etat militaire qui a eu lieu lundi dernier, sous les ordres d‘Abdel-Fattah Al-Burhan, le commandant suprême de l’armée.
Lundi dernier, après que les ministres civils du gouvernement de transition aient été violemment arrêtés et détenus par les forces armées, des milliers de Soudanais et Soudanaises sont descendus dans la rue pour protester, affrontant pacifiquement l’armée qui a tiré sur eux à balles réelles, faisant des morts et de nombreux blessés.
Les militaires ont déclaré que leur coup d’État vient aujourd’hui corriger le cours de la révolution de 2018, alors qu’il s’inscrit dans la continuité du coup d’état mené par le Comité de sécurité du Congrès national du régime et ses milices qui a débuté le 11 avril 2019 pour avorter le processus révolutionnaire démocratique de décembre 2018.
Aussi, le collectif des soudanais en France-Paris appelle toutes les forces éprises de paix et de liberté dans le monde à se joindre à lui dans le plus grand front mondial de solidarité pour vaincre ce coup d’État et le forcer à remettre le pouvoir au peuple soudanais volontairement et pacifiquement, et de réaliser enfin les mots d’ordre de la révolution de décembre en appelant à un état civil complet dans lequel règnent la liberté, la paix et la justice.
Et pour exiger : :
1. L’arrêt des opérations de répression, de terreur et d’abus
2. L’abolition de l’état d’urgence dans le pays et la passation immédiate du pouvoir aux civils.
3. La libération de tous les détenus politiques sans condition.
4. La poursuite en justice de tous ceux qui ont commis des crimes contre le peuple soudanais dans un procès équitable
Le collectif organise donc une manif demain, et le rdv est donné à 14h30 à République, et la manif sera suivie d’une conférence de presse à 19h au 58 rue de Richer.

Demain à partir de 15h, la CNT, le Collectif Solidarité Kanaky et le Mouvement des Jeunes Kanak en France organise une Journée de solidarité avec la Kanaky intitulée : Crise sanitaire, Luttes sociales et politiques - enjeux du 3ème référendum en Kanaky
Toutes les organisations indépendantistes en Kanaky (FLNKS, UC, Palika, UNI, Parti travailliste, USTKE... ) demandent le report du 3e référendum prévu unilatéralement par le pouvoir français le 12 décembre prochain (au lieu de 2022) et appellent à la non-participation si celui était maintenu.
Vu la crise sanitaire en Kanaky, le confinement qui empêche une véritable campagne dans les tribus, les quartiers, les squats, il est en effet impensable d’envisager un référendum dans ces conditions.
La période de deuil difficile à laquelle doit faire face le peuple kanak, les décès quotidiens et le taux d’incidence très élevé à moins de 50 jours de la consultation plaident pour un report.
D’autant que Les enjeux du référendum sont bien trop importants pour brader ce dernier rendez-vous crucial pour l’avenir du peuple kanak. Et c’est précisément sur ces enjeux que reviendra cette journée de solidarité, et si vous voulez y participer, rdv à partir de 15h demain, dans les locaux de la CNT qui se trouvent au 33 rue des Vignoles, métro Avron

Dimanche à partir de 11h, un tournoi de foot est organisé en hommage à Zyed et Bouna, morts électrocutés dans un transfo EDF où ils s’étaient réfugiés pour échapper à la police, il y a 16 ans
Et le rdv est donné à 11h au stade Henri Barbusse à Clichy-sous-Bois

Dimanche à 14h, le squat du Marbré organise son AG hebdomadaire
Et si vous voulez y participer, c’est au 39 rue des deux communes, à Montreuil, métro Robespierre

RDV CULTURELS

à 15h, le Documentaire sur grand écran et la Bibliothèque du cinéma François-Truffau, soutenus par Mediapart, Revue Débordements, Cinémathèque du documentaire, et le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir proposent une rencontre autour de projections intitulée Femmes d’Iran, devant et derrière la caméra
Avec au programme une TABLE RONDE sur les ’Femmes et cinéma documentaire en Iran aujourdhui’, avec Sahar Salahshoor, Mina Keshavarz (cinéastes) et Nicole Fernandez Ferrer (Centre Simone de Beauvoir)
La table ronde sera précédée de la projection du film ’Peuple de l’eau ’ d’Azadeh Bizargiti (2018, 30’) puis suivie d’une PROJECTION-RENCONTRE : autour du film ’Profession : documentariste’ de Shirin Barghnavard, Firouzeh Khosrovani, Farahnaz Sharifi, Mina Keshavarz, Sepideh Abtahi, Sahar Salahshoor et Nahid Rezaei
À la lumière des récentes crises politiques, sociales et économiques en Iran, sept réalisatrices de documentaires indépendantes témoignent de leurs vies personnelles et professionnelles, de leurs préoccupations et de leurs défis.
Et si vous voulez participer à cette rencontre, rdv à 15h à la Bibliothèque du cinéma François-Truffaut 4 rue du cinéma niveau -3 du forum des Halles, à Châtelet

à partir de 18h ce soir, Sur/Mesure et les Mains d’Œuvres proposent le vernissage de l’expo “Les limites de mon langage signifient les limites de mon propre monde”
un expo qui interroge le langage dans ses multiples aspects et la manière dont il façonne notre expérience du monde ; d’autant plus que la langue n’est pas statique, ni son usage. Les nouvelles écritures inclusives reflètent l’évolution de la société ; l’auto-correction automatique s’émancipe pour anticiper ou transformer le cours de nos idées à tel point qu’on se demande parfois qui écrit ; la place de la voix évolue face à la prolifération d’échanges à l’écrit ; les technologies subversives ou pirates permettent de contourner le contrôle sur qui peut s’exprimer et dans quel but.
Et si vous voulez la découvrir, rdv à partir de 18h aux mains-d’œuvre, c’est au 1 rue Charles Garnier à St-Ouen, métro Garibaldi ligne ou Mairie de Saint-Ouen

À partir de 20h ce soir, le Tamanoir et le Cinéma Jean-Vigo proposent une soirée ciné-concert dans le cadre de la thématique autour du cinéma maghrébins et libanais durant le mois d’octobre
Avec au programme :
GLORY AND TEARS avec Love & Revenge, un concert de musique et vidéo. Un mélange de chansons et de cinéma arabes du XXe siècle, mêlant d’anciennes mélodies à des films de genre. Le tout imprégné de l’esthétique électronique contemporaine et d’un thème récurrent : l’hybridité, mélange de deux cultures et identités. L’hybridité ouvre un espace, au sens figuré, où la construction d’un nouvel objet politique, ni le colonisateur ni l’Autre, défie proprement nos attentes politiques.
Glory and Tears est un hommage aux chanteuses et chanteurs, danseuses et danseurs, actrices et acteurs du monde arabe d’une époque révolue.
Suivi de : MENFI (L’Exilé) avec KASBAH
Créée dans le cadre de la résidence « Frontières » en 2019 au Musée de l’Histoire de l’Immigration, Menfi (L’exilé) associe le compositeur KasbaH au réalisateur Nabil Djedouani dans une performance audiovisuelle où les images des luttes de l’immigration rencontrent les sons des machines de KasbaH et tentent un dialogue entre musique et cinéma, entre passé et présent.
Une performance vivante engagée dans un combat d’images, plongée dans l’imagerie des luttes du mouvement Rock Against Police de Nabil Djedouani aux rythmes des platines électro-orientales de KasbaH.
Et si vous voulez participer à cette soirée ciné-concert, rdv à partir de 20h ce soir, au Cinéma Jean Vigo, 1 rue Pierre et Marie Curie, à Gennevilliers

Demain à 14h30, la Lucarne des écrivains organisent une rencontre avec les auteurs Arthur Quesnay et Gilles Dorronsoro qui présenterons leurs ouvrages respectifs, récemment publiés aux éditions Karthala : ’Le gouvernement transnational en Afghanistan. Une si prévisible défaite’ et ’La guerre civile irakienne. Ordres partisans et politiques identitaires à Kirkouk’.
Et si vous voulez discuter avec eux de la situation en Afghanistan et en Irak après 20 ans d’interventions américaines, rdv donc demain à 14h30 à la librairie la Lucarne des écrivains qui se trouve au 115 rue de l’Ourcq

Demain à 18h30, le Monte-en-l’air organise une rencontre autour de l’ouvrage collectif intitulé Dires de sommation. Qui gardera ces gardiens ?, un ouvrage, entre fiction et réalité, sur les violences d’Etat.
Et si vous voulez y participer, rdv demain à 18h30 au Monte-en-l’air, 71 rue de Ménilmontant, métro Ménilmontant

Dimanche, à partir de 11h30, le monte-en-l’air organise une rencontre avec François Durif dont le premier récit intitulé Vide sanitaire vient de paraître aux éditions Verticales.
avec au programme : une traversée du cimetière du Père-Lachaise, pour une immersion réelle dans le récit du livre qui raconte comment un jeune plasticien passe du milieu de l’art à celui des pompes funèbres avec un détour par les backrooms, la performance artistique se poursuivra sur le plateau de Charonne, avec une dernière halte dans l’ancien carré musulman, pour arriver au Monte-en-l’air en début d’après-midi où une lecture-performance sera proposée
et si vous voulez y participer, rdv dimanche à 11h30 au café L’Ami Justin – 28 boulevard de Ménilmontant pour participer à la performance dans le cimetière du père lachaise, ou alors rdv à 15h au monte-en-l’air pour la rencontre avec l’auteur, et c’est au 71 rue de Ménilmontant, métro Ménilmontant

Musique : les Marteaux Pikettes - Disco Bibi

Agenda du 29/10/2021