Agenda Fpp 27 octobre

mercredi 27 octobre 2021
par  Julie agenda

Aujourd’hui, on sera au tel avec Rachel de l’association Survie pour parler de la demande de report du référendum en Kanaky faite par le mouvement indépendantiste Kanak
Et pour en parler ce soir, à 19h, l’association Survie organise un webinaire où seront présentés et analysés les différents enjeux du référendum.
Pour en savoir plus sur cet événement : https://fb.me/e/mdZIEseFs

Agenda du 27/10/2021

ALERTE : le comité de soutien à la maison de l’Ermitage appelle à soutiens alors que les flics sont sur place pour vider la maison
Rdv au 18 rue de l’Ermitage, à Montreuil !

Et on commence avec cette pétition publiée hier par 150 associations, parmi lesquelles ACAT-France, Action contre la faim, Action droits des musulmans, Agir pour la santé des femmes, AIDES, Amnesty international France, ATD Quart-Monde, ATTAC France, Associations des Travailleurs Maghrébins de France, Avocats pour la Défense des Droits des Etrangers , CCFD–Terre Solidaire, Collectif Les Morts de la Rue, Collectif pour une autre politique migratoire, Coordination Nationale Pas Sans Nous, DAL, Emmaüs, Tous Migrants, UniR, Utopia 56, ou encore Watizat, un communiqué pour soutenir les revendications des grévistes de la faim de l’église Saint-Pierre, à Calais, et pour réclamer la fin immédiate des traitements inhumains et dégradants contre les personnes exilées dans cette zone frontalière. 
Face aux conditions de vie indignes des personnes exilées à Calais, Philippe, Anaïs et Ludovic ont entamé une grève de la faim depuis le lundi 11 octobre à l’église Saint-Pierre de Calais. 
Le père Philippe Demeestère est aumônier du Secours catholique du Pas-de-Calais. Impliqué dans le tissu associatif, il accompagne et accueille les exilé.e.s de passage dans la seule permanence de jour existante dans le Calaisis qui est tenue par le Secours Catholique. Anaïs Vogel et Ludovic Holbein sont des bénévoles engagés auprès des associations humanitaires et des personnes en exil sur la route de l’Angleterre. 
C’est La mort d’un jeune exilé soudanais, Yasser, qui a été le déclencheur de cette grève de la faim.
Depuis plusieurs années, des ONG de défense des droits ou des associations humanitaires, des militants associatifs et des personnes exilées, et aussi régulièrement la Défenseure des droits, alertent sur les violations récurrentes des droits et les traitements inhumains à l’encontre des exilé.e.s dans le Calaisis. La détermination des autorités à refuser par tous moyens la présence de personnes exilées sur le littoral rend impossible le dialogue. Par ailleurs, Les autorités s’en prennent également aux associations humanitaires et à l’aide qu’elles apportent.
Aussi, les grévistes de la faim et les 150 associations signataires qui les soutiennent, demandent :

  • Suspension des expulsions quotidiennes et des démantèlements de campements durant la trêve hivernale 
  • Durant cette même période, arrêt de la confiscation des tentes et des effets personnels des personnes exilées 
  • Ouverture d’un dialogue citoyen raisonné entre autorités publiques et associations non mandatées par l’État, portant sur l’ouverture et la localisation de points de distribution de tous les biens nécessaires au maintien de la santé des personnes exilées.
    Et si vous voulez signer cette pétition, rdv sur : pétition adressée à Emmanuel Macron

On poursuit avec cette cagnotte en ligne pour la cantine des femmes battantes
La Cantine des Femmes Battantes se donne pour objectif de permettre le démarrage d’une activité professionnelle et un accompagnement à la formation de cuisinière pour les bénévoles, en plus d’’un soutien pour les démarches administratives.
Dans cette perspective, pour que les nouvelles Femmes battantes qui vont rejoindre l’équipe puissent se former, elles ont besoin de votre soutien.
Et le 6 novembre prochain, il y aura une soirée de soutien à la flèche d’or, mais d’ici là, vous pouvez renflouer leur caisse en ligne : https://www.papayoux-solidarite.com/.../professionnalisat...

Les 200 travailleurs sans-papiers qui ont entamé lundi un mouvement de grève coordonné avec occupation de leur entreprises sur 11 sites en IDF poursuivent leur grève
et si vous voulez les soutenir, vous pouvez aller les rejoindre sur leur piquet de grève :

  • devant le monoprix de Belleville : 133 rue de Belleville, métro Jourdain
  • au café Marly du Louvre : 93 rue de rivoli, métro palais royal
  • devant l’agence manpower : 2 rue parrot, métro Gare de Lyon
  • devant le targett : 22 rue Bertholet, métro Censier-Daubenton
  • face à l’hôtel de ville de Bobigny, métro Pablo Picasso
  • au planet intérim : 11 allée des cascades, à Villepinte, RER parc des expositions
  • et devant GLS : 2 rue de la tuilerie à Fleury-Mérogis, RER Grigny centre
    si vous voulez les soutenir, vous pouvez aussi renflouer la caise de grève en envoyant un chèque, avec mention au dos „grève des travailleurs sans papiers“ , et l’envoyer à : Union régionale CGT IDF , 263 rue de Paris, case 455, 93514 Montreuil cédex

les Brigades de solidarité populaire d’Aubervilliers poursuivent leur collecte de produits de première nécessité pour les 120 familles que les Brigades soutiennent sur Pantin et Aubervilliers, et il y a toujours besoin en particulier de couches taille 3,4 et 5, de lait maternelle n°2 et 3
et vous pouvez déposer vos dons :
à Aubervilliers dans le quartier mairie : à la librairie Les mots passants qui se trouve rue du Moutier ; et à Pantin dans le quartier Canal : au restaurant Chez Agnès qui se trouve au 21 rue Délisy

entre 12h et 14h la Cantine des Pyrénées sera ouverte
et si vous voulez y aller c’est au 77 rue de la mare, métro Jourdain

de 12h30 à 14h30, les GJ de Montreuil poursuivent leur cantine solidaire
et si vous voulez aller à la cantine des GJ de Montreuil, rdv de 12h30 à 14h30 à l’Aeri, c’est au 57 rue Étienne Marcel, à Montreuil, métro Croix de Chavaux

à partir de 14h, la maison des Sciences de l’Homme de Paris Nord, l’Observatoire des libertés associatives, le GIS Démocratie et Participation et LA Coalition poursuivent leur colloque intitulé : Démocraties sous pressions. Participation, répression, émancipation
avec au programme cet aprem, des discussions qui reprendront à 14h et s’intéresseront à L’Observatoire des libertés associatives : ou comment documenter les restrictions démocratiques dans la France contemporaine, avec le sociologue Julien Talpin qui présentera l’Observatoire des libertés associatives, Adrien Roux qui reviendra sur la répression des assoc de locataires, le sociologue Thomas Chevallier sur la contrainte de l’autonomie associative par les modalités de financement. Enquête à Lille, et Antonio Delfini, Observatoire des libertés associatives qui présentera « Une nouvelle chasse aux sorcières ? Une Enquête sur le traitement institutionnel des associations dites ’séparatistes’ », puis à 17h il y aura une table-ronde sur Le monde associatif face à la loi « séparatisme » , avec des Témoignages d’associations : Alliance citoyenne, Association nouveau regard sur la jeunesse
et si vous voulez participer à ce colloque il faut envoyer un mail à : colloque.demosouspressions@gmail.com
et c’est à la maison des sciences de l’Homme de Paris Nord qui se trouve au 20, av. George Sand, à La Plaine Saint-Denis, métro Front populaire
programme complet : https://www.participation-et-democratie.fr/democraties...

à 18h30, Extinction Rebellion Ile de France/Paris et Extinction Rebellion France organisent une réunion d’accueil des nouvelles militantes et nouveaux militants
et si vous voulez y participer, c’est à partir de 18h30 à la Fondation Charles Léopold Mayer qui se trouve au 38 rue Saint-Sabin
et il faut s’inscrire avant via : https://www.eventbrite.fr/.../billets-reunion-daccueil...

à 19h, Les communaux et Théâtre L’échangeur Cie Public Chéri organisent une conférence autour du biologiste Olivier Hamant qui proposera de S’INSPIRER DES COMMUNAUTÉS DU VIVANT : HALTE À LA PERFORMANCE /
La redondance, l’aléatoire, la lenteur… Autant de notions perçues négativement dans une société qui privilégie l’optimisation, le contrôle et la vitesse à tous les niveaux et dans tous les secteurs. Pourtant, nous avons bien le sentiment confus d’une inadéquation, contre-nature, de ce dogme de la performance.
Que nous apprennent les sciences de la vie en la matière ? S’il existe bien des mécanismes biologiques d’une efficacité redoutable, des progrès récents mettent surtout en avant le rôle fondamental des erreurs, des lenteurs, des incohérences dans la construction et la résilience des organismes vivants. Notre vraie nature serait-elle dès lors sous-optimale ? En quoi une sous-optimalité d’inspiration biologique peut-elle constituer un contre-modèle, pour les communautés du vivant dont nous sommes, au credo de la performance et du contrôle pour faire commun dans l’Anthropocène ?
C’est à ces questions que tentera de répondre Olivier Hamant , et si vous voulez en discuter avec lui, rdv à 19h au théâtre l’échangeur, qui se trouve au 59 boulevard du général de Gaulle, à Bagnolet

à 19h30, le DOC organise une rencontre avec le Cercle Interprofessionnel de Démission
Le Cercle Interprofessionnel de Démission entend aborder la démission comme une action de choix pour découvrir ou inventer d’autres lieux pour développer son travail.
Dans cette perspective, il ne s’agit pas uniquement de quitter un emploi, mais de définir par là-même ses propres conditions éthiques, sociales, économiques ou politiques pour développer sa pratique.
La démission devient ici un point commun entre des situations totalement différentes.
Le cercle s’ouvre ainsi à des employé·es de n’importe quel secteur d’activité, mais aussi aux chômeureuses et retraité·es, artistes ou non.
Il invite également différentes personnes à penser avec les membres du cercle les différentes étapes de leurs démissions.
Les rendez-vous du CID constituent ainsi une série permettant de concevoir tous les aspects de la démission, de sa conception à son devenir.
Dans le cadre de l’Université Libre de DOC !, le CID se réunira chaque dernier mercredi du mois pendant 2 heures, jusqu’à janvier 2022.
et si vous les rencontrer, rdv à 19h30 au Doc, 26 rue du docteur Potain, métro télégraphe ou place des fêtes ; et il faut s’inscrire avant via : https://www.globalscreenshot.com/pil.../cid/inscription-cid/

à 19h30, Médecins Sans Frontières organise une soirée-débat autour du film docu Libye, les centres de la honte, réalisé par Sara Creta
Qui contrôle les centres de détention des migrants en Libye ? Quel est le rôle des milices dans la gestion du transit de ces hommes et femmes qui se retrouvent pris au piège dans un pays déchiré par des années de guerre ? Entièrement filmé en Libye, ce documentaire décrypte l’ensemble du système de détention, son fonctionnement et montre les liens directs des milices avec les passeurs et les autorités. Un système bien huilé qui tire profit des politiques européennes et du laxisme de certains pays comme l’Italie, allant même jusqu’a impliquer les Nations Unies. En donnant avant tout la parole aux migrants, Sara Creta documente les violations des droits humains qui perdurent de l’autre côté de la Méditerranée et la façon dont l’Europe cautionne un système d’abus extrêmes.
Et si vous voulez voir ou revoir ce film-documentaire et en discuter avec des représentants de MSF, rdv à 19h30 au Ground Control, qui se trouve au 81 rue du Charolais, métro Gare de Lyon

rdv culturels

de 14h à 20h, La galerie Lumière des Roses, propose toujours l’Exposition photo intitulée « La Zone », dédiée à l’Histoire des bidonvilles aux portes de Paris
Il aura fallu pas moins de 10 ans à la galerie Lumière des Roses à Montreuil pour monter ’La Zone’, une exposition qui s’appuie sur 150 photographies anonymes et amateurs d’époque pour raconter l’histoire de de ces 40.000 personnes refoulées aux portes de Paris qui construisirent les premiers bidonvilles de la région parisienne.
Et si vous voulez découvrir cette expo photo, rdv du mercredi au samedi de 14h00 à 20h00, jusqu’au 8 décembre, à la Galerie Lumière des Roses qui se trouve au 12-14 rue Jean-Jacques Rousseau, à Montreuil, Métro Robespierre

à partir de 19h, le Doc Comm propose une séance de lecture collective de Mille Plateaux de Deleuze et Guattari.
Et si vous voulez y participer, rdv à 19h au Doc, 26 rue du docteur potain, métro Télégraphe ou place des fêtes

à 19h aussi, le squat du Marbré propose un soirée Projection et discussion sur l’écoféminisme
L’idée c’est de regarder un documentaire sur la lutte menée dans les années 70 contre l’installation d’une centrale nucléaire dans leur village par les habitant.es de Plogoff en Bretagne. S’en suivra un temps d’échange autour du film et de la place majeure des femmes lors de ce combat contre EDF qui a pris bien des formes, virulentes, festives et très inspirantes !
Ce sera aussi l’occasion de discuter de l’ecofeminisme et de ses perspectives en matière de lutte pour l’autonomie.
Et si vous voulez y participer, RDV à 19h au squat le Marbré , 39 rue des deux communes, à Montreuil, métro Robespierre

à 19h aussi, la librairie petite Égypte organise une rencontre autour de Laure Limongi à l’occasion de la parution de son livre Ton coeur a la forme d’une île aux éditions Grasset.
Ce sentiment d’appartenance comme un joyau et une blessure, de celles qui viennent de loin. De générations humiliées, de populations déplacées, massacrées. Je suis corse, sò corsa, je le clame, je le chante, je le soupire. Je le porte en étendard, en œillères, parfois, en mot d’amour, toujours.
Être ou ne pas être Corse, telle est la question posée dans cet objet littéraire pluriel comme peut l’être la définition d’une identité. Après On ne peut pas tenir la mer entre ses mains, Laure Limongi aborde son lien avec cette île à la culture si singulière, en mêlant histoire, entretiens, fiction et passages autobiographiques.
Enquêtes personnelle et collective se superposent pour illustrer le ressenti des Corses insulaires et de ceux de la diaspora quant à leurs racines, leur langue, leur culture, leur perception des poncifs sur l’île  : ils sont à double tranchant, entre le rejet méprisant des insulaires tenant d’une forme de racisme et la fascination pour un ailleurs si proche et sa beauté sauvage, ainsi transformé en exclusif lieu de loisirs. Revenant sur l’histoire contemporaine, Laure Limongi explique la constitution du stéréotype du Corse fraudeur et violent après la Seconde Guerre mondiale, sur fond de désastre écologique, de bouleversements politiques et de revendications sociales. Et l’on retrouve Laví Benedetti, personnage fort en gueule et attachant du précédent livre, dont le destin est ici éclairé par les dérives des combats de son époque.
Ton cœur a la forme d’une île nous emporte dans une traversée qui lève nos préjugés à mesure que l’on découvre une histoire méconnue. Une magnifique réflexion sur la notion d’identité comme un feuilletage mouvant, ouvert à l’altérité, et non un carcan sclérosant fermé sur ses traditions.
Et si vous voulez en discuter avec Laure Limongi, rdv à 19h à la librairie Petite Égypte, qui se trouve au 35 rue des petits carreaux, métro Sentier.

À 19h30, le Monte-en-l’air organise une rencontre avec Mathieu Rigouste autour de la nouvelle version de son ouvrage La domination policière, publié aux éditions La Fabrique
La violence policière n’a rien d’accidentel, elle est rationnellement produite et régulée par le dispositif étatique. La théorie et les pratiques de la police française sont profondément enracinées dans le système colonial : entre les brigades nord-­africaines dans les bidonvilles de l’entre-deux-guerres et les brigades anti-criminalité (les BAC) dans les « cités » actuelles, une même mécanique se reproduit en se restructurant. Il s’agit toujours de maintenir l’ordre chez les colonisés de l’intérieur, de contenir les territoires du socio-apartheid. Le développement des armes « non létales » – Flash-Ball, Taser et autres joyeuseté... – propulse aussi une véritable industrie privée de la coercition.
Dans ce livre, Mathieu Rigouste montre comment l’expansion du marché international de la violence encadre la diffusion des doctrines de la contre-insurrection et permet de les appliquer à l’intérieur des métropoles impériales.
Cette enquête, fondée sur l’observation des techniques et des pratiques d’encadrement et de ségrégation depuis ceux qui les subissent et les combattent, montre comment le pouvoir policier assure la reproduction des dominations capitalistes, racistes et patriarcales dans la France contemporaine.
Et si vous voulez en discuter avec Mathieu Rigouste, rdv à 19h30 au Monte-en-l’air, 71 rue de Ménilmontant, métro Ménilmontant

au ciné la Clef ce soir, l’assoc Home Cinéma propose la projection de plusieurs courts-métrages sur le thème : SURVEILLER L’ÉTAT
Une sélection de court-métrages ayant pour objectif de proposer des pistes de réflexions sur les violences commises par l’État, comment entrer en résistance, se défendre, et contrer l’impunité ? Chaque film propose sa perspective intime et sensible sur ces questions.
Au programme, il y aura :
Scum mutation : Ce film est une mémoire traumatique, un témoignage. Ce cri d’une blessure individuelle et sociétale expose à nos yeux spectateurs une autre façon d’envisager notre réalité, atomisée, étouffée, qu’on ne se figure plus. Ce film nous confronte, nous met face à nos responsabilités, ou sous un autre angle, nous invite à renverser notre condition de victime. Nous y sommes pris, témoin(s) et sujet(s), à questionner notre rapport tentaculaire, intime et collectif à la violence. Ce film est une pulsion de survie. Ce film est aussi un hommage aux êtres qui ont, sont ou seront un jour dépossédés d’eux-même.
Le Transformateur de Pierre Edouard Dumora - 2021 qui raconte l’errance d’un jeune homme en Novembre 2009, depuis le 16ème arrondissement de Paris au transformateur électrique de Clichy-sous- Bois où sont morts brûlés Zyed Benna et Bouna Traoré le 27 octobre 2005, poursuivis par la police.
Embedded d’Alain Declercq – 2009 : un Document filmé en caméra cachée, aux côtés des forces de l’ordre, lors de manifestations étudiantes organisées Place d’Italie à Paris en 2006. Ce film montre, davantage qu’une manifestation houleuse, une progressive infiltration de l’artiste au sein des forces de l’ordre qui se termine brutalement, par un coup de matraque porté sur le caméraman démasqué.
Alain Declercq a, pour les besoins de ce film, étudié les manœuvres policières lors de tels évènements, et notamment le mouvement des policiers en civils infiltrant d’abord les manifestants et se retrouvant ensuite auprès des CRS lors des charges finales.
Et enfin : Contraindre de FleuryFontaine – un film qui raconte la répression policière en France, et la place qu’elle tient dans la société, croisant témoignage fictif et discours analytique. Il apparaît tout le long du film dans de multiples situations, se débattant seul contre des forces invisibles.
Et à l’issue de la projo il y aura une discussion autour du projet Index, un laboratoire d’enquête et d’expertise indépendant sur des affaires de violences policières.
Et si vous voulez participer à cette soirée projection-débat, rdv à 19h30, au ciné la Clef, 34 rue Daubenton, métro Censier

à 20h, dans le cadre des Rencontres d’Images documentaires/Voir grand avec La Lucarne, la Bibliothèque publique d’information et La Cinémathèque du documentaire à la Bpi proposent la projection d’Arguments réalisé par Olivier Zabat en 2019
Ron Coleman et sa femme Karen Taylor réunissent chez eux des personnes venues de toute l’Europe. Toutes entendent des voix envahissantes qui commentent leurs pensées et leurs gestes au quotidien.
Ensemble, ils débattent de l’impact de ces voix sur leur vie et leur identité sociale, et sont également amenés à affronter les voix elles-mêmes, écho à toutes leurs souffrances secrètes.
Et si vous voulez découvrir ou redécouvrir ce film-docu et en discuter avec son réalisateur Olivier Zabat, rdv à 20h à la cinémathèque de la BPI, c’est au centre Pompidou, métro Rambuteau

à 20h aussi, La Passerelle et la Nouvelle Acropole France proposent la projection du film-docu NOTRE CREATIVITE OUBLIEE , un film qui évoque l’importance de mettre la créativité au coeur des pratiques éducatives pour l’épanouissement des enfants et des plus grands.
Et si vous voulez le voir, rdv à 20h à l’espace La Passerelle , 26 rue de Crussol, M° Oberkampf - République

Musique : Rohff, Kerry James etc... - Morts pour rien - hommage à Zied et Bouna

Agenda du 27/10/2021