Agenda Fpp 6 octobre

mercredi 6 octobre 2021
par  Julie agenda

Aujourd’hui, on sera au téléphone avec Nadège, sage-femme du centre hospitalier de St-Denis pour parler de la mobilisation nationale des sages-femmes demain
Pour exiger :
- une Reconnaissance de la qualification et du statut médical
- une rémunération à la hauteur de ces responsabilités, tous modes d’exercices confondus
- et une augmentation des effectifs en maternité
les organisation nationale syndicale des sages-femmes et l’ANESF Sage-Femme organisent donc ce rassemblement demain matin, et le rdv est donné à 10h30 sur la Place du 18 juin 1940 (Montparnasse) pour une manif qui partira à 12h, vers le Ministère des Solidarités et de la Santé, via Blvd du Montparnasse, blvd des Invalides, rue d’Estrée, arrivée place Laroque.

Agenda 06/10/2021

Et on commence avec cette action menée hier soir par Les amis de la terre, youth for climate France, et XR France, une action intitulée LOUIS VUITOMBE
Les amis de la terre, youth for climate France, et XR France se sont invités au défilé Louis Vuitton, marque emblématique du groupe LVMH pour dénoncer une industrie polluante majeure : 8,5% des émissions de Gaz à effet de serre ; 30 millions de tonnes de CO2 importées en France/ an ; 11% des pesticides consommés dans le monde ; 20% de la pollution des cours d’eau
Le textile est un des secteurs les plus polluants, mais aussi un des secteurs où les conditions de travail sont les plus pénibles : salaires de misère, proche de l’esclavage au Bengladesh, en Birmanie ou en Éthiopie, travail forcé (Ouzbékistan, #Ouighours).

On poursuit avec cet appel à soutien lancé par l’association d’Index, UN LABORATOIRE D’EXPERTISE INDÉPENDANT POUR ENQUÊTER SUR LES VIOLENCES D’ÉTAT !
Les violences d’État sont perpétrées dans une impunité quasi totale. Lorsque les affaires ne sont pas étouffées, elles font l’objet d’une enquête menée par l’IGPN, organe interne à la police, dont la partialité n’est plus à démontrer.
Pour rétablir rigoureusement la réalité du déroulé de ces drames : L’association INDEX réalise des contre-expertises indépendantes.
Grâce notamment à des reconstitutions 3D ainsi que des enquêtes vidéos, INDEX a déjà permis de mettre en lumière les circonstances de la mort de plusieurs victimes de la police comme Adama Traoré, Zineb Redouane ou encore Gaye Camara.
Un travail minutieux de reconstitutions, indispensable et nécessaire face à la propagande et aux mensonges de la police.
Afin de garantir son indépendance, l’association est exclusivement financée par des dons. Elle n’accepte bien entendu ni aide de l’Etat ni celle des familles de victimes.
Et elle vient de lancer une campagne de collecte de financement participatif et si vous voulez y participer, rdv sur : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/index-ngo
et rdv sur : [https://www.index.ngo/]

les Brigades de solidarité populaire d’Aubervilliers poursuivent leur collecte de produits de première nécessité pour les 120 familles que les Brigades soutiennent sur Pantin et Aubervilliers, et il y a toujours besoin en particulier de couches taille 3,4 et 5, de lait maternelle n°2 et 3 et de fournitures scolaires
et vous pouvez déposer vos dons :
à Aubervilliers dans le quartier mairie : à la librairie Les mots passants et au café culturel La collective qui se trouvent rue du Moutier ; et à Pantin dans le quartier Canal : au restaurant Chez Agnès qui se trouve au 21 rue Délisy

entre 12h et 14h la Cantine des Pyrénées poursuit ses ateliers cantine
et si vous voulez y aller c’est au 77 rue de la mare, métro Jourdain

de 12h30 à 14h30, les GJ de Montreuil poursuivent leur cantine solidaire avec au programme des discussions sur la mobilisation pour soutenir la maison de l’Ermitage
et si vous voulez aller à la cantine des GJ de Montreuil, rdv de 12h30 à 14h30 à l’Aeri, c’est au 57 rue Étienne Marcel, à Montreuil, métro Croix de Chavaux

à 15h, le collectif ’Bouge ta préfecture’ organise un nouveau dépôt collectif de référés mesure-utile : pour marquer l’événement, un rassemblement sera organisé devant la fontaine des innocents
Les dépôts de référés pour obtenir un rendez-vous sont pour l’instant un fort succès, avec environ 75% de résultats positifs. Les tribunaux condamnent en outre l’administration à verser des frais, et le coût pour les préfectures commence à devenir important...
aujourd’hui, le collectif Bouge ta préf organise donc son 6e rassemblement contre le blocage des guichets et la dématérialisation et le rdv est donné à 15h sur la place de la Fontaine des innocents au forum des halles, place Joachim du Bellay

À 15h aussi, Le DAL Plaine Commune organise un rassemblement devant l’immeuble de Mme G, harcelée et séquestrée par son propriétaire, à Stains
Parce que Madame G., mère de deux enfants, exige des quittances de loyer en échange de l’argent qu’elle verse tous les mois, le propriétaire cherche à la faire partir de force en toute illégalité ! En juillet il lui coupé l’électricité et en août il a coupé l’eau, avant En septembre de changer les serrures et vider l’appartement, y compris les papiers administratifs, le livret de famille, le carnet de santé des enfants. Et comble du comble il vient d’enlever la porte, laissant cette famille complètement démunie.
Ce propriétaire veut pouvoir continuer à exploiter ses locataires en toute illégalité. Argent du loyer de la main à la main. Pas de compteur d’eau et d’électricité individuels. Montant de loyer abusif (550 E pour 16m²).
Mais Madame G… résiste ! Face aux pratiques de voyou de ce propriétaire qui agit en toute illégalité elle ne quittera pas les lieux et entend bien faire respecter ses droits ! Elle a porté plainte. Elle a fait faire un constat d’huissier. Elle a engagé une procédure contre le propriétaire, malgré les pressions qu’elle subit.aussi pour la soutenir, la solidarité s’organise. L’association NIYA HELP a apporté du mobilier, un lit, et une porte de rechange. Des voisines et des parents d’élèves lui apportent des affaires. Et Le DAL organise ce rassemblement à 15h et le rdv est donné devant l’immeuble, au 81 bd Maxime Gorki à Stains (près du Globe)

à 16h, le Collectif 14etdemi appelle à aller soutenir Maurizio Di Marzio qui comparait aujourd’hui dans le cadre de l’extradition réclamée des exilé.e.s italien.ne.s
et le rdv est donné à 16h au Tribunal de la Cité

à 18h, le squat du marbré propose une réunion publique pour s’organiser face aux expulsions
Depuis janvier 2021, plusieurs squats d’organisation politique se sont fait expulser à Paris après seulement quelques jours d’occupation et en dehors des procédures habituelles. Récemment, c’est un squat anarcha-féministe qui s’est fait expulser à belleville par les flics en étroite collaboration avec la mairie. En moins de deux heures, près d’une centaine de flics provenant de différentes unités ont étés mobilisés pour cette occupation.
Les squats en île de France recoupent différent milieux qui, en dehors de l’affinitaire, ont du mal à communiquer et à s’organiser ensemble. Cette discussion se veut comme un moment pour créer ou renforcer des liens entre les squatteur.euses d’île de France qui ne veulent pas rester impuissant.e face aux renforcement des moyens policiers et judiciaires déployés pour expulser les squats. Et si vous voulez participer à cette discussion collective, Rendez-vous à 18h au Squat du Marbre, 39 rue des deux communes à Montreuil, métro Robespierre

à 19h, le Réseau d’Actions contre l’Antisémitisme et tous les Racismes organise un Webinaire avec Philippe Corcuff qui reviendra sur le confusionnisme
Dans son dernier ouvrage ’ La grande confusion.Comment l’extrême-droite gagne la bataille des idées“ paru aux éditions Textuel, le philosophe et sociologue Philippe Corcuff s’attaque à un phénomène marquant de la vie politique contemporaine : le confusionnisme.
Ce terme renvoie chez lui à un développement toxique de passerelles entre l’extrême-droite, la droite et les gauches modérées et radicales, conséquence de la désagrégation des repères politiques antérieurement stabilisés autour du clivage droite/ gauche.
Selon Philippe Corcuff, ce brouillage idéologique facilite dans les circonstances présentes une ’extrême droitisation’ du débat public, notamment en France. Lors de ce séminaire en ligne, après son exposé, nous discuterons avec l’auteur des effets du confusionnisme sur les luttes contemporaines contre l’antisémitisme et tous les racismes.
Et si vous voulez en discuter avec Philippe Corcuff il faut vous inscrire pour recevoir le lien du zoom, en envoyant un mail à raar.web.confusionnisme.2021@gmail.com

à 19h, Dans le cadre de son festival Sciences à domicile, l’Université populaire de Bagnolet vous invite à rencontrer Anouk Colombani, Jean-François Dupeyron et Bérengère Kolly. Trois philosophes qui proposeront des regards croisés sur les engagements des communardes autour de l’intime, du travail et de l’éducation.
Il y a 150 ans, La Commune fut une insurrection populaire où travailleurs et travailleuses se saisirent du pouvoir de produire, du pouvoir d’instruire, du pouvoir de diriger la cité. Parmi ces insurgés, on trouve de nombreuses femmes, souvent racontées comme les « compagnes de ». Si l’intime joue dans tout mouvement politique, elles étaient aussi couturières, blanchisseuses, modistes, fleuristes ou institutrices. Nombre d’entre elles prirent d’ailleurs en main l’éducation des jeunes filles, repensèrent l’enseignement, imaginèrent des crèches… Toutes ces femmes mettaient en œuvre leur émancipation.
Et si vous voulez en discuter avec Anouk Colombani, Jean-François Dupeyron et Bérengère Kolly, rvd à 19h à la librairie de Beaux Lendemains qui se trouve au 8 allée Rosa Parks, à Bagnolet

à 21h, L’Anticapitaliste propose une émission spéciale avec les organisateurs du Contre-Sommet Afrique-France qui s’ouvre demain à Montpellier
et si vous voulez suivre l’émission en direct, rdv à 21h sur : https://www.facebook.com/anticapitaliste.presse

Enfin, demain à 12h, le REPI organise une rencontre avec Marieke LOUIS et Lucile MAERTENS à l’occasion de la publication de leur ouvrage intitulé en français
POURQUOI LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES DÉTESTENT LA POLITIQUE - DÉPOLITISER LE MONDE, mais publié en anglais chez Routledge

Cet ouvrage s’intéresse à une revendication très répandue dans le monde des organisations internationales : celle de « ne pas faire de politique ». S’appuyant sur le concept de dépolitisation, il propose une première analyse systématique des revendications apolitiques des organisations internationales. Il montre comment les activités quotidiennes des organisations internationales participent à « dépolitiser le monde » tout en leur permettant de rester engagées dans la politique, même lorsqu’elles prétendent ne pas l’être.
En se penchant sur les dynamiques internes de la gouvernance mondiale, ce livre développe un cadre analytique sur les raisons pour lesquelles les organisations internationales « détestent » la politique décryptant les pratiques et les logiques de dépolitisation dans une grande variété de contextes historiques, géographiques et organisationnels.
Et si vous voulez en discuter avec Marieke Louis de Sciences Po Grenoble et Lucile Maertens de l’Université de Lausanne, rdv demain à 12h sur zoom, et pour avoir le lien et les codes il faut vous inscrire avant demain sur : [via ce lien].

Rdv culturels

de 14h à 20h, La galerie Lumière des Roses, propose une Exposition photo intitulée « La Zone », dédiée à l’Histoire des bidonvilles aux portes de Paris
Il aura fallu pas moins de 10 ans à la galerie Lumière des Roses à Montreuil pour monter ’La Zone’, remarquable exposition qui s’appuie sur 150 photographies anonymes et amateurs d’époque pour raconter l’histoire de la banlieue et des bidonvilles construits aux portes de Paris.
Les petits formats de la galerie Lumière des Roses racontent de grandes histoires vues par de petites gens, l’histoire de ces 40.000 personnes refoulées aux portes de Paris qui construisirent les premiers bidonvilles de la région parisienne.
Et si vous voulez découvrir cette expo photo, rdv du mercredi au samedi de 14h00 à 20h00, jusqu’au 8 décembre, à la Galerie Lumière des Roses qui se trouve au 12-14 rue Jean-Jacques Rousseau, à Montreuil, Métro Robespierre

à 14h30, Dans le cadre du festival de littérature jeunesse #DesHistoiresPourLhistoire, le Festival des cinémas différents et expérimentaux de Paris débute à la Halle des Épinettes sa 23ème édition pour faire découvrir aux plus jeunes un cinéma hors-les-normes.
Le cinéma qu’on dit expérimental a une longue histoire : le Collectif Jeune Cinéma vous invite à découvrir des films originaux de son catalogue, pleins de couleur et projetés en 16 mm !
Et si vous voulez y participer, c’est à partir de 6 ans, et ça se passe à 14h30 à la Halle des épinettes qui se trouve au 47 rue de l’égalité, à Issy-les-Moulineaux

de 18h à 20h, le Verdragon, le Maison de l’Écologie Populaire propose un atelier d’initiation à la création radio et podcast
et si vous voulez vous lancer, c’est de 18h à 20h au Verdragon qui se trouve au 14 rue de l’épine prolongée, à Bagnolet

Dans le cadre de la commémoration du 60ème anniversaire du 17 octobre 1961, le collectif 17 octobre 1961-Banlieue Nord/Ouest et l’association Zy’Va proposent une soirée-ciné, avec la projection du film : « Vivre au Paradis » de Bourlem Guerdjou, adapté du roman de Brahim Benaïcha, qui sera présent
et si vous voulez découvrir ou redécouvrir ce film et en discuter avec Brahim Benaïcha, rdv à 18h30 à la salle des tulipes, qui se trouve au 2 résidence des tulipes à NANTERRE

À 19h, Le Monte-en-l’air organise une rencontre avec Arno Calleja et Antoine Brea /autour de leurs ouvrage respectifs parus chez Vanloo et Le Quartanier éditeurs
Arno Calleja présentera „La rivière draguée“, édition Vanloo
21 juin 1985 à Taipei, un promeneur découvre sur une berge le corps sans vie d’une enfant que la rivière vient de rejeter. Sans nom, sans passé, sans histoire, ’’la petite inconnue de la rivière’’ sera, pendant trente ans, l’objet d’une enquête qui n’aboutira jamais.
Le souvenir de ce meurtre hante la ville et modifie ses habitants. En l’absence de causes, les effets se détachent, s’autonomisent et se déchaînent. L’ordre des jours se dérègle. Des légendes urbaines naissent. De la neige tombe en été. Le cours de la rivière s’inverse. Des fantômes, jusqu’alors invisibles, se manifestent. Des forces, jusqu’à présent silencieuses, se mettent à parler.
Et Antoine Brea présentera „L’enfer de Dante mis en vulgaire parlure“, éditions Le Quartanier
Qu’on se rassure, ceci n’est pas vraiment une traduction. Plutôt une variation, une révision. Un hommage et un éclat de rire. Où l’invention langagière, mâtinée d’archaïsmes et d’antépositions loufoques, puise dans l’argot pour composer la « vulgaire parlure », sorte de miroir renversé du « vulgaire illustre » théorisé ailleurs par l’auteur de la Comédie. Une mutation grotesque s’opère ainsi au cœur du texte, qui n’en respecte pas moins la rime tierce et une métrique régulière, et qui au fond, peut-être, ne fait que pousser à son paroxysme le comique de style, sinon de contenu, de l’original.
Et si vous voulez les rencontrer, rdv à 19h au monte-en-l’air, 71 rue de Ménilmontant, métro Ménilmontant

à 20h, la librairie l’Atelier organise une rencontre avec le collectif de la revue L’Envolée et les Éditions du bout de la ville pour une discussion autour du livre la peine de mort n’a jamais été abolie
Le 9 octobre 1981, l’État français a pris de grands airs de modernité humaniste en abolissant la peine de mort. Depuis des prisonniers et des prisonnières prennent la parole pour dénoncer cette mascarade : des dizaines de personnes meurent chaque année derrière les murs dans l’indifférence générale.
Les lettres et communiqués rassemblés dans ce livre ont tous paru dans le journal L’Envolée.
Pour en finir avec les mythes de l’abolition de la peine de mort, du laxisme de la justice et du prétendu confort quatre étoiles des prisons modernes, il faut entendre les paroles interdites, d’une lucidité impitoyable, de prisonniers et prisonnières qui remettent en cause les bases même d’un ordre social fondé sur l’enfermement.
L’Envolée (radio et journal) se veut, depuis 2001, le porte-voix des prisonniers et prisonnières qui luttent contre le sort qui leur est fait.
Et si vous voulez participer à cette rencontre, rdv à 20h, à la librairie l’Atelier, 2 BIS RUE JOURDAIN, métro Jourdain

à 20h, la Librairie Quilombo accueille Thierry Ribault qui présentera Contre la résilience. À Fukushima et ailleurs, paru aux éditions L’échappée
Funeste chimère promue au rang de technique thérapeutique face aux désastres en cours et à venir, la résilience érige leurs victimes en cogestionnaires de la dévastation. Ses prescripteurs en appellent même à une catastrophe dont les dégâts nourrissent notre aptitude à les dépasser. C’est pourquoi, désormais, dernier obstacle à l’accommodation intégrale, l’« élément humain » encombre. Tout concourt à le transformer en une matière malléable, capable de « rebondir » à chaque embûche, de faire de sa destruction une source de reconstruction et de son malheur l’origine de son bonheur, l’assujettissant ainsi à sa condition de survivant.
À la fois idéologie de l’adaptation et technologie du consentement à la réalité existante, aussi désastreuse soit-elle, la résilience constitue l’une des nombreuses impostures solutionnistes à la critique de laquelle cet essai, fruit d’un travail théorique et d’une enquête approfondie menés durant les dix années qui ont suivi l’accident nucléaire de Fukushima, entend prendre part.
La résilience est despotique car elle contribue à la falsification du monde en se nourrissant d’une ignorance organisée. Elle prétend faire de la perte une voie vers de nouvelles formes de vies insufflées par la raison catastrophique. Elle relève d’un mode de gouvernement par la peur de la peur, exhortant à faire du malheur un mérite. Autant d’impasses et de dangers appelant à être, partout et toujours, intraitablement contre elle.
Et si vous voulez en discuter avec lui, rdv dès 20h à la librairie Quilombo, 23 rue Voltaire, m° Rue des boulets ou Nation

à 20h aussi, les Mains d’Œuvres et Sur/Mesure organisent un CINÉ CLUB – AFROFUTURISTIK, une Sélection de courts-métrages proposée par Quartiers Lointains
Avec l’avènement du film Black Panther, les spectateur.ice.s du monde entier se sont interrogé.e.s sur la notion d’afrofuturisme. L’Afrique peut-elle se projeter dans le futur ? Narrer sa propre histoire d’une manière plus expérimentale et décalée que les images humanitaires et/ou de désespoir trop longtemps véhiculées sur les écrans ?
Quartiers Lointains est un programme itinérant de courts-métrages circulant depuis 2013 du Sud au Nord de l’hémisphère. Alternant une programmation africaine ou française, chaque saison mélange fiction, documentaire ou films animés autour d’une thématique. L’objectif de ce programme itinérant est d’aller à la rencontre des spectateurs afin de leur faire découvrir de nouveaux talents primés à l’international, d’échanger autour des thématiques abordées, et de “révéler les points communs plus que les différences”. Et au programme de ce soir il y aura la porjo de : Qu’importe si les bêtes meurent, de Sofia Alaoui - 23mn ; We Need Prayers : This One went to market, de Jim Chuchu - 4mn ; Ethereaality, de Kantarama Gahigiri - 14mn ; Hello Rain, de C.J. Obasi - 30mn ; ou encore Zombies, de Baloji - 14mn
et si vous voulez découvrir ces courts-métrages, rdv aux mains d’œuvres, c’est au 1 rue Charles Garnier, à St-Ouen, métro Garibaldi

à 20h30, le PCMMO - Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient,Festival Ciné-Palestine et Cinéma l’ECRAN proposent la projection en avant-première du film Gaza, mon amour réalisé par Arab et Tarzan Nasser, en présence des réalisateurs
Issa, un pêcheur de soixante ans, est secrètement amoureux de Siham, une femme qui travaille comme couturière au marché. Il souhaite la demander en mariage. C’est alors qu’il découvre une statue antique du dieu Apollon dans son filet de pêche, qu’il décide de cacher chez lui. Quand les autorités locales découvrent l’existence de ce mystérieux trésor, les ennuis commencent pour Issa.
Gaza mon amour est bel et bien un film politique, qui n’hésite pas à critiquer le Hamas, mais à sa manière, poétique, naïve et romantique. L’irruption d’une statue d’Apollon, dans une position ’avantageuse’, sert de lien comique et symbolique aux frères cinéastes qui s’en donnent à cœur joie dans le transgressif pour fustiger la morale ambiante.
Et si vous voulez découvrir ce film en avant-première et en discuter avc les réalisateurs, rdv à 20h au ciné l’Écran qui se trouve au 14 passage de l’Aqueduc, à St-Denis, métro St-Denis-Basilique

Musique : Anonyme - ce slam sur l’air de ’Mesdames’ de Grand Corps Malade, un morceau qui vient de sortir en soutien à la profession des Sages-Femmes

Agenda 06/10/2021

Documents joints

Salut à toutes et à tous, et bienvenue dan (...)