Agenda Fpp 4 octobre

lundi 4 octobre 2021
par  Julie agenda

Aujourd’hui, j’ai le plaisir d’être en studio avec Jeff pour parler de la nouvelle émission qui entre sur Fpp, c’est l’émission Hors-Jeu, une émission dédiée au foot populaire
HORS JEU : Mensuel 1 heure, lundi en semaine 1 ; et pour la première rdv ce soir de 18h à 19h sur Fpp, 106.3 Fm ou sur rfpp.net

et on commence avec ce communiqué publié par le Printemps de la Psychiatrie, un communiqué intitulé La psychiatrie humaniste étouffée par la santé mentale de laboratoires
Alors que se clôturent les Assises de la santé mentale, la psychiatrie se voit refoulée de ce « moment historique ». Pour résumer : Aucune concertation des acteurs de terrain ne se sera tenu en dehors du questionnaire orientant les réponses dans le sens attendu par le gouvernement.
Par ailleurs, le gouvernement a prévu de repasser un article de loi réformant la contention-isolement dans le projet de loi de finance de la Sécurité Sociale 2022. Les patientes et patients pourront ainsi continuer à rester enfermés et attachés, du moment que les procédures sont respectées, pas besoin de remettre en question ces pratiques, ni ce qu’elles disent du degré d’abandon des personnes les plus fragiles et du degré d’irresponsabilité du gouvernement.
Le décret d’application réformant le financement de la psychiatrie doit paraître en fin de semaine pour mettre en place une tarification de l’activité psychiatrique avec une mesure d’égalité territoriale à la discrétion des Agences Régionales de Santé et du Ministère. Cette décision aura les même effets destructeurs que la T2A sur la santé publique telles qu’elles ont été révélées lors de la crise covid faisant passer la psychiatrie d’une logique de soin à une gestion de flux.
La réforme de l’irresponsabilité pénale n’aura pas été discutée alors qu’elle est une rupture majeure dans les rapports entre justice et psychiatrie.
Les promoteurs de « la santé mentale » remportent le marché avec la création de plateformes, d’applications numériques tandis que se meurent les pratiques humanistes mettant au coeur de la psychiatrie les liens thérapeutiques de confiance, la relation inter-individuelle, les droits des patients…
Ainsi, la psychiatrie se dissout d’une part dans la santé mentale positive et son bien-être de façade et d’autre part dans une cérébrologie où ce ne sont pas les interrelations humaines qui organisent les soins mais l’objectivation des cerveaux dysfonctionnels permettant de traiter des flux plutôt que des personnes.
La santé mentale telle que promue depuis dix ans par l’Institut Montaigne et FondaMental ont raflé la mise en détournant l’attention des grandes questions de société.
A l’issue de ces Assises anesthésiantes, le Printemps de la Psychiatrie en appelle au réveil des forces réellement progressistes pour donner vie à une psychiatrie et une pédopsychiatrie dignes d’une société de droit, humaine et démocratique, et exige :
– l’abolition de la contention physique
– l’arrêt de la mise en place de la tarification de l’activité en psychiatrie
– l’arrêt de la criminalisation de la maladie mentale (réforme de l’irresponsabilité pénale, fichier Hopsyweb, croisement avec les fichiers S)
- l’arrêt de la vente à la découpe du service public au profit du privé lucratif et de start-up de la santé mentale

Depuis 9h ce matin et toute la journée aujourd’hui et demain, la Maison des sciences de l’Homme Alpes, et l’université de Grenoble organisent un colloque en format hybride sur la Souveraineté et le néolibéralisme
Le concept de néolibéralisme fait l’objet, depuis au moins une dizaine d’années, d’une intense appropriation politique et militante, du fait d’un ensemble de réflexions théoriques visant à en apprécier l’intérêt et la portée, en regard notamment du libéralisme classique et de ses variantes déjà répertoriées.
L’hypothèse de travail de ce colloque n’est pas tant de se fonder sur une (nouvelle) définition univoque du néolibéralisme que de l’étudier au prisme de la notion de souveraineté en allant chercher la signification de ce concept, du côté proprement politique, d’un raidissement autoritaire du libéralisme classique. Ce qui implique la reconnaissance explicite du rôle de l’État et des institutions publiques dans la construction d’une société de marché.
Plutôt que de chercher à donner une description unique et définitive d’un courant théorique protéiforme, il s’agira d’étudier comment se regroupent sous ce label les différentes modalités par lesquelles les décisions gouvernementales ont, depuis plusieurs années ou décennies, articulé la logique du marché à une reprise en main autoritaire de la puissance publique, dont les effets se font ressentir aussi bien sur le plan intérieur que sur le plan extérieur.
La notion de souveraineté apparaît alors comme un point où se concentrent les difficultés de telles logiques contemporaines de gouvernement d’où un retour en force du concept de souveraineté dans le débat public, un concept qui se voit ainsi réapproprié par à peu près l’ensemble du spectre politique.
Ce colloque interdisciplinaire a pour objet d’étudier les modalités de ce débat autour de la souveraineté dans ses rapports avec le néolibéralisme.
Au programme d’aujourd’hui, les discussions s’intéresseront à la contestation du néolibéralisme par des modes de vie alternatifs, puis au populisme de gauche en interrogeant le concept de souveraineté national-populaire comme solution aux méfaits du néolibéralisme, et demain matin les discussions reprendront à 9h autour de la Souveraineté et du néolibéralisme : à partir du cas européen, puis elles s’intéresseront à La souveraineté à l’épreuve du social
et si vous voulez suivre ce colloque de deux jours, en visio, il faut envoyer un mail à : souveraineteetneoliberalisme@gmail.com

les Brigades de solidarité populaire d’Aubervilliers poursuivent leur collecte de produits de première nécessité pour les 120 familles que les Brigades soutiennent sur Pantin et Aubervilliers, et il y a toujours besoin en particulier de couches taille 3,4 et 5, de lait maternelle n°2 et 3 et de fournitures scolaires
et vous pouvez déposer vos dons :
à Aubervilliers dans le quartier mairie : à la librairie Les mots passants qui se trouve rue du Moutier ; et à Pantin dans le quartier Canal : au restaurant Chez Agnès qui se trouve au 21 rue Délisy

Le squat du Marbré risque toujours l’expulsion, mais l’équipe maintient son programme, et depuis ce matin, un piquet est organisé devant le squat car l’audience devant le juge d’exécution se tient demain alors ils craignent la venue des flics aujourd’hui
Au reste du programme d’aujourd’hui, à 14h il y aura un atelier d’ouverture de squat
On peut imaginer beaucoup de manières de rentrer dans un bâtiment vide pour le squatter mais dans certains cas, après avoir pris le temps d’observer les différents accès possible (une fenêtre entrouverte, un accès par le jardin, etc…), on s’aperçoit que le moyen le plus simple serait finalement de passer par la porte… à condition de savoir comment venir à bout de la serrure ! Et pour cela il existe plusieurs techniques plus ou moins simples et efficaces selon le type de serrure. L’idée de cet atelier est de mettre à disposition du matériel pour pouvoir s’exercer à certaines d’entre elles et se partager des connaissances/expériences dans le même temps. Et à partir de 19h ce soir, l’équipe du squat propose de faire un Retour sur la lutte de la JAD et discussion sur les JO.
alors rvd aujourd’hui encore au Marbré, c’est au 39 rue des deux Communes à Montreuil, métro Robespierre

de 14h à 16h, l’ENS paris-Saclay propose une conférence en format hybride autour de Natacha Chetcuti Osorovitz qui reviendra sur son livre intitulé : Femmes en prison et violences de genre. Résistances à perpétuité, paru aux éditions La Dispute
Femmes déviantes, rebelles, violentes…C’est à rebours de ces stéréotypes que cet ouvrage se consacre aux femmes incarcérées pour de longues peines.
En s’appuyant sur les récits de détenues, Natacha Chetcuti-Osorovitz, reconstruit des itinéraires marqués par la violence de genre que ces femmes ont subi en amont de leur passage à l’acte et de leur condamnation. C’est à la mise en évidence de ce continuum de violences que tient d’abord l’originalité de ce livre. Dans le même esprit, l’auteure montre comment le parcours pénal est façonné par un dispositif disciplinaire où les femmes doivent se conformer à l’ordre social de genre. In fine, cette ethnographie de longue durée traite de ces questions d’actualité que sont la carcéralisation, le consentement, les violences de genre et l’émancipation. Femmes en prison et violences de genre. Résistances à perpétuité redonne et reconnaît ainsi à ces détenues leur pleine humanité.
Et si vous voulez suivre cette conférence, rdv sur place à 14h, c’est à l’ENS Paris saclay dont l’entrée se fait par le 4, avenue des Sciences, à Gif-sur-Yvette
Et vous pouvez suivre la conférence en visio, via : inscrivez-vous jusqu’au jeudi 30 septembre 2021 via le formulaire suivant

De 16h à 18h, XR Paris-IDF organise une réunion d’accueil des nouvelles militantes et nouveaux militants
Et le rdv est donné à 16h à la cantine de Belleville qui se trouve au 108 bvd de Belleville, métro Belleville ; et le lien pour vous inscrire : https://www.eventbrite.fr/.../billets-accueil-des...

De 17h à 19h, la permanence Santé et conditions de travail sera ouverte à la BDT de Paris
alors si vous avez besoin de conseils, et de soutien, vous pouvez vous y rendre sans rdv entre 17h et 19h, c’est au 3 rue du Château d’Eau, métro République
et vous pouvez aussi avoir un rdv en visio, en demandant par mail à : permanence@neplusperdresaviealagagner.org

de 17h30 à 19h30, le Séminaire de psychologie politique organisé par l’université de Lorraine fait sa rentrée et recevra : Franck Fischbach qui reviendra sur l’aliénation
et si vous voulez en discuter avec l’auteur des livres sur ’Le sens du social. Les puissances de la coopération’, paru chez Lux Éditeur, 2015 ; et de ’Après la production. Travail, nature et capital’, Vrin, 2019, rdv à 17h30 sur : https://forms.gle/zstkjUvKH8D5wbrM9

de 18h à 20h, le collectif Un Ring pour tou.te.s propose deux sessions de cours de boxe anglaise à Saint-Denis
de 18h à 19h pour les enfants et ados, et de 19h à 20h pour les adultes, et ça se passe au chapiteau Raj’ganawak qui se trouve au 3 rue Ferdinand Gambon, à St-Denis c’est juste en face de la sortir de la gare de St-Denis

De 18h30 à 20h30, les Gilets Jaunes de Montreuil tiennent leur AG hebdomadaire
Et c’est tjr à l’AERI , au 57 rue Étienne Marcel, à Montreuil, métro Croix de Chavaux

A 18h30 aussi, Un lieu pour Respirer organise une RENCONTRE DE CELLES ET CEUX QUI FONT L’ECOLOGIE AUX LILAS ET A BAGNOLET
Avec au programme des discussions autour de l’Agriculture urbaine, recyclage, économie circulaire, etc...
Et si vous voulez participer à cette rencontre, rdv à 18h30 à Un lieu pour Respirer, c’est au 15 rue Chassagnolles aux Lilas

A 18h30 toujours, l’Atelier Genre, sexualités, travail fait sa rentrée et propose une 1ère séance avec Ugo Trellis qui reviendra sur la technomasculinité et le travail-passion du jeu vidéo : enjeux de pouvoir dans l’industrie du jeu vidéo
Ugo Trellis propose d’observer l’industrie du jeu vidéo française par le prisme des études genre et plus particulièrement de la masculinité. Iel déplacera la focale des problématiques de représentations et des stéréotypes de genre dans le jeu vidéo pour interroger les rapports de genre au sein des productions. Iel montrera comment la technomasculinité se construit et se matérialise par la passion du jeu vidéo, et analysera comment le caractère présenté comme ’passionnel’ du travail du jeu vidéo influe sur l’organisation du travail au sein des productions.
Et si vous voulez suivre cet atelier, il se fait en présentiel au CICP, au 21 ter rue Voltaire, métro Rue des boulets, et vous pouvez le suivre en visio, en envoyant un mail à : genresexualitestravail@gmail.com

de 19h à 21h, le réseau STOP PRECARITE propose un Cours de droit du travail sur LA FORMATION PROFESSIONNELLE
le cours sera assuré par Jean-Pierre FERRY, inspecteur du travail SUD Travail, et il aura lieu de 19h à 21h dans la salle Louise Michel de la Bourse du Travail de Paris, au 3 rue du Château d’Eau, métro République

à 19h30, le collectif Sécurité toi-même propose sa maraude dans le 19ème pour lutter ensemble contre le harcèlement policier des contrôles d’identité
et le rdv est donné à 19h30 sur le belvédère de Belleville à côté de la fontaine bleue (en face du café Moncoeur). 
Et si vous voulez les contacter vous pouvez les appeler au : 07 58 48 86 78

Enfin demain, Les organisations syndicales CGT- FO – FSU – Solidaires – FIDL – MNL – UNEF – UNL appellent à la mobilisation de l’ensemble des travailleur-ses du secteur privé et public, et la jeunesse, pour une journée de grève générale et de manifestations contre les réformes des retraites et de l’assurance chômage, contre la précarité et pour l’augmentation des salaires.
Les organisations syndicales exigent :
• L’augmentation des salaires, du SMIC, des grilles de classifications, du point d’indice de la Fonction Publique, des pensions, des minima sociaux et des bourses d’études.
• l’abandon définitif des contre-réformes des retraites et de l’assurance chômage,
• un vrai travail avec un vrai salaire pour toutes et tous et l’égalité professionnelle femmes/hommes ;
• la conditionnalité des aides publiques selon des normes sociales et environnementales permettant de préserver et de créer des emplois ;
• l’arrêt des licenciements et la fin des dérogations au Code du travail et garanties collectives.
• un coup d’arrêt à la précarisation de l’emploi et à la précarité des jeunes en formation et une réforme ambitieuse des bourses ;
• la fin des fermetures de services, des suppressions d’emplois, du démantèlement et des privatisations dans les services publics et la fonction publique et le renforcement de leurs moyens ;
• Le rétablissement de tous les droits et libertés pour la jeunesse comme pour le monde du travail.
Et pour cela, elles appellent donc à une journée de grève et de mobilisation, avec une manifestation prévue à 14h à partir de République, et la préfecture de Paris ayant refusé le parcours vers la place de la Concorde, déposé il y a 10 jours par les organisations syndicales, celles-ci exigent aussi que soit respecté le droit de manifester ! alors rdv demain pour la première journée de mobilisation nationale interprofessionnelle depuis février.

rdv culturels

de 10h à 22h : la Maison des journalistes accueille toujours l’expo collective ’Si près, si proche : Bélarus - un an de lutte vue par les photojournalistes’
Cette exposition met à l’honneur la production de 7 photojournalistes bélarusses, femmes et hommes engagés pour la défense de la liberté d’expression, qui donnent à voir les épreuves et mouvements d’un peuple qui s’élève face à un pouvoir de plus en plus autoritaire. Au Bélarus, en Europe, si près, si proche de nous, des milliers de citoyennes et de citoyens se retrouvent, malgré les menaces, pour marcher ensemble contre le régime incarné par la figure du président Loukachenko, ’dernier dictateur d’Europe’’. Les journalistes sont les premières victimes de la répression et paient chèrement l’exercice de leur liberté d’expression. De leur droit d’informer.
Forcés à l’exil, privés de médias libres, emprisonnés ou menacés, elles et ils poursuivent leur combat pour la liberté en diffusant leurs images, en montrant ce que d’autres voudraient cacher.
et si vous voulez découvrir cette expo, c’est tous les jours de 10h à 22h jusqu’au 21 octobre, à la Maison des journalistes, s, 35 rue Cauchy, dans le 15ème

au ciné la Clef ce soir, l’association Home cinéma propose un cycle transmédialité avec la projections de deux films de Chloé Galibert-Laîné :
WATCHING THE PAIN OF OTHERS, qu’elle a réalisé en 2018
Dans ce film entre journal intime et essai cinématographique, une jeune chercheuse s’efforce de comprendre sa fascination pour le film The Pain of Others de Penny Lane où des femmes américaines se confient sur une étrange maladie de peau. Une plongée dans le monde dérangeant de YouTube et des théories du complot, qui invite à repenser en profondeur ce que le cinéma documentaire peut (ou ne peut pas) être
Suivi de la projo de FORENSICKNESS qu’elle a réalisé en 2020
“Après avoir vu le film Watching the Detectives de Chris Kennedy, une jeune chercheuse retrace la chasse à l’homme menée sur le forum reddit.com après les attentats terroristes de 2013 à Boston. Examinant des extraits de journaux de l’époque ainsi que des réinterprétations fictionnelles des événements, elle compare les manières dont agents du FBI, journalistes et internautes ont analysé la masse d’images amateurs qui ont mené à l’identification des terroristes. À mesure qu’elle se laisse fasciner par le spectacle de l’affrontement entre leurs différentes formes d’expertise et d’autorité, elle-même perd progressivement de vue l’écart entre ce que les images montrent véritablement, et ce qu’elle veut voir en elles
Et si vous voulez découvrir ces films et en discuter avec la réalisatrice, rdv à 19h30 au ciné la Clef, 34 rue Daubenton, métro Censier

A 20h30, le Cinéma Le Méliès propose la projection en avant-première du film Gaza, mon amour réalisé par Arab et Tarzan Nasser, en présence de l’équipe du film
Issa, un pêcheur de soixante ans, est secrètement amoureux de Siham, une femme qui travaille comme couturière au marché. Il souhaite la demander en mariage. C’est alors qu’il découvre une statue antique du dieu Apollon dans son filet de pêche, qu’il décide de cacher chez lui. Quand les autorités locales découvrent l’existence de ce mystérieux trésor, les ennuis commencent pour Issa.
Gaza mon amour est bel et bien un film politique, qui n’hésite pas à critiquer le Hamas, mais à sa manière, poétique, naïve et romantique. L’irruption d’une statue d’Apollon, dans une position ’avantageuse’, sert de lien comique et symbolique aux frères cinéastes qui s’en donnent à cœur joie dans le transgressif pour fustiger la morale ambiante.
Et si vous voulez découvrir ce film en avant-première et en discuter avec l’équipe du film, rdv à 20h30 au Cinéma Le Méliès qui se trouve au 12 place Jean Jaurès, à Montreuil, métro Croix de Chavaux

Musique :
Ouled El Bahdja - La casa del Mouradia
Ricardo Diaz Gomez - Dream Love


Documents joints

Enfin demain, Les organisations syndicales (...)