Agenda Fpp 1 octobre

vendredi 1er octobre 2021
par  Julie agenda

Et on commence avec ce communiqué publié par l’Association Femmes Plurielles, l’ACDA, la FTCR et l’ATMF et déjà signé par la fondation Frantz Fanon et par Europe solidaire sans frontières, un communiqué intitulé Le fond de l’air est brun ! , qui fait Suite à la décision du président Macron de réduire l’octroi des visas pour les ressortissants du Maroc, d’Algérie et de Tunisie
Décidément à chaque période électorale la même musique lancinante est orchestrée : Les migrants seraient la source des problèmes de la France ! Cette fois-ci nous atteignons un degré d’ignominie invraisemblable avec les délires d’un candidat (non déclaré pour l’instant) qui cherche la pureté de la « race française » ! Comme avant lui l’extrême droite et beaucoup de leaders de droite.
Face à ce climat nauséabond, le président de la République n’a pas trouvé mieux que de surenchérir en décidant la limitation de délivrance des visas à hauteur de 50 % aux demandeurs venant de 3 pays du Maghreb : Maroc, Algérie, Tunisie, invoquant le refus des autorités de ces 3 pays de délivrer plus de laissez-passer consulaires des migrants après une obligation à quitter le territoire.
Cette mesure met encore une fois à l’index une population stigmatisée depuis toujours, mais elle risque également de toucher gravement les échanges familiaux de français d’origine maghrébine, instaurant de fait une citoyenneté à 2 vitesses.
Il est urgent de s’élever contre une aussi grave atteinte aux droits humains qui porte, pour des raisons de chantage honteux, atteinte à la libre circulation de citoyens ayant leurs attaches, aussi bien en France qu’au Maghreb.
Cette mesure est le signe d’une grave pollution du débat public, mettant en avant les thèses les plus extrémistes, cherchant encore une fois à imposer le thème de l’immigration, pour escamoter les véritables questions liées à la justice sociale, la solidarité et l’égalité des droits.
Les associations signataires réclament donc l’arrêt de cette mesure discriminatoire et inhumaine et appellent l’ensemble des acteurs de la société civile française à se mobiliser pour empêcher de telles dérives. Et si vous voulez vous joindre à cet appel, vous pouvez envoyer vos signatures par mail à : Collectif-cedetim@reseau-ipam.org

Agenda du 01/10/2021

depuis 6h ce matin, et jusqu’à 14h aujourd’hui encore le Comité de résidents, Foyer ADEF « Amandiers-Troënes’ organise un blocage du foyer pour protester contre les menaces de contrôles et d’expulsion, dont est victime le résident, M. Idy BANNE
et si vous voulez les soutenir, le rdv est donné au 2-6 rue Eliza Borey, dans le 20ème
le comité de résidents appelle à rejoindre la manifestation à 14h organisée par la marche des solidarités et plusieurs collectifs de sans-papiers pour préparer le contre-sommet Afrique-France qui aura lieu à Montpellier du 7 au 9 octobre prochain
pour la manif le rdv est donné à14h à République pour une marche vers Père Lachaise avec plusieurs étapes devant des foyers de travailleurs migrants (Rue de la Fontaine au Roi, Rue Bisson, Rue des Amandiers et Rue Fernand Léger)

depuis 10h ce matin, le comité Justice et Vérité pour Adama organise un rassemblement de soutien à Assa Traore qui demande un rdv auprès de la juge, Françoise Foltzer, pour avoir accès au dossier
et si vous voulez la soutenir, rdv au TGI de la porte de Clichy

depuis 10h ce matin aussi, Le SUPAP-FSU et ses élue-e-s du personnel s’inscrivent dans la mobilisation des personnels des bibliothèques parisiennes en grève pour protester contre l’extension du passe sanitaires aux 12 ans et +
et ils organisent une Réunion d’Info Syndicale à la Bourse du travail de Paris, Salle Louise Michel, au 3 rue du Château d’eau, Métro République.

en ce moment la Legal Team Paris organise un rassemblement pour soutenir un camarade qui comparaissait ce matin devant la 28e chambre du tribunal judiciaire de Paris pour des faits de rébellion lors de la manif du 15 mai en soutien à la Palestine.
Le camarade est accusé de s’être débattu lors de l’interpellation, ce qui aurait blessé un bleu...alors qu’Il a lui-même fait l’objet de coups et blessures et s’est vu attribué plusieurs jours d’ITT (interruption temporaire de travail).
Et si vous voulez le soutenir à sa sortie, rdv au tribunal judiciaire qui se trouve métro Porte de Clichy

aujourd’hui la cantine associative La Parilla proposée par l’assoc Donde Estan ? Rouvre avec une soirée concert
Depuis 1997, l’assoc Donde Estan ? Lutte pour la vérité, la justice, la mémoire, pour connaître le sort des disparus et contre l’impunité des crimes commis pendant la dictature cívico-militaire en Uruguay, entre 1973-1985. 
et si vous voulez participer à sa cantine et au concert de ce soir, rdv à partir de 20h, au 21 ter rue Voltaire - Métro Rue des Boulets

pour les manif GJ contre le pass sanitaire prévues demain, rdv sur le site internet qui les répertorie
c’est le site : [https://manifestationgiletsjaunesparis.fr/]

demain, à 14h, plusieurs ORGANISATIONS OUÏGHOURES EUROPÉENNES & DES ORGANISATIONS DU TURKESTAN ORIENTAL parmi lesquelles : Institut ouïghour d’Europe, Congrès Mondial ouïghour, Comité ouïghour de Norvège, ou encore le Congrès de la jeunesse du Turkestan oriental organisent une MARCHE contre le génocide ouïghour
Suite à des décennies de politiques coloniales et racistes, le régime chinois a entamé une véritable politique génocidaire au Turkestan oriental (c’est-à-dire la région ouïghoure) depuis au moins 2016.
Camps de concentration, travail forcé au profit de multinationales, stérilisations massives et forcées, viols et agressions sexuelles systématisées, séparation des enfants de leur famille, lieux culturels et religieux (mosquées, cimetières) détruits, surveillance et contrôle de masse, environnement régional détruit et exploité pour les intérêts de la Chine, diaspora persécutée : voilà les violences infligées au peuple ouïghour par les autorités chinoises.
Aussi, pour exiger : une reconnaissance et une condamnation officielle du génocide ouïghour en France et dans toute l’Union européenne., et que prenne fin l’impunité des multinationales qui profitent du travail forcé des Ouïghour·e·s. Rdv demain à 14h sur la PLACE DE LA BASTILLE

demain à 14h aussi, le comité de soutien du 18, rue de l’Ermitage organise une réunion publique pour organiser la lutte contre l’expulsion de la maison de l’ermitage
en effet, le comité de soutien souhaite pérenniser ce lieu où de multiples activités sociales et culturelles se sont déroulées durant plusieurs années :

  • notamment pour la préparation de cantines : le lieu sert à récupérer, stocker et préparer des repas pour diverses actions ou pour les personnes en situation de précarité de Montreuil et d’ailleurs.
  • des maraudes ont également pu voir le jour grâce à ce lieu : distributions des repas aux sans-abris, étudiantEs précaires, migrantEs, lieux occupés ou en manifestation(s).
  • des hébergements : sorte de « 115 citoyen » la maison de l’Ermitage a permis de loger temporairement des mineurEs migrantEs, des femmes en danger, des familles expulsées, palliant ainsi à son niveau les différentes carences de l’État et des collectivités territoriales.
  • des soutiens à différents collectifs de luttes : nombre d’associations ou de militantEs trouvent en la maison de l’Ermitage un lieu ressource afin de commencer ou poursuivre les luttes. L’ermitage est un lieu de ressource pour la vie locale mais aussi un lieu de rencontres et de réflexions autour de questions internationalistes.
    Et si vous voulez soutenir la maison de l’ermitage, rdv demain à 14h à la Parole Errante, 9 rue François Debergue, Montreuil, métro Croix-de-Chavaux

demain, à partir de 14h30, le collectif Non au naufrage scolaire, un collectif d’enseignant·es, d’élèves, de parents d’élèves, et d’étudiant·es, organise une rencontre nationale pour s’organiser face aux réformes Blanquer
Les contre-réformes s’attaquant à l’école ont été nombreuses ces dernières décennies, mais avec les réformes conjointes de la sélection à l’entrée à l’université et de la réforme du bac détruisant cette clé de voûte, un pas qualitatif majeur est franchi : c’est tout l’édifice de l’école publique qui s’effondre sous les coups du gouvernement qui utilise largement le covid 19 comme accélérateur.
Cette destruction a des effets immédiats à tous les niveaux de l’école publique. Les effets délétères de l’introduction du contrôle continu au bac – que Blanquer a décidé de renforcer – modifient en profondeur les relations entre enseignant·es et élèves fondées jusqu’alors principalement sur la transmission des connaissances inscrites dans les programmes nationaux. Même en primaire, selon les enseignant·es, les différences entre les notions enseignées se sont considérablement accentuées du fait du chaos orchestré par le ministère. Les élèves arrivent en sixième sans avoir vu la totalité du programme et sans avoir tous abordé les mêmes notions.
Le cadre national du bac détruit, sa qualité de premier grade universitaire supprimée, l’État s’est libéré de son obligation d’affecter les moyens pour garantir à chaque élève, à chaque classe d’âge, l’égalité de tous les enfants devant l’instruction. Ainsi, les remplaçant·es font partout défaut : en Seine-Saint-Denis par exemple, des enseignant·es absent·es sont remplacé·es par des animateur·trices qui n’ont pas et ne peuvent pas avoir une mission d’instruction. Dans le Val-de- Marne et ailleurs, le ministre n’hésite pas à laisser jusqu’à 9 classes sans maître dans une seule école. Dans les écoles maternelles, sur impulsion du ministère, des parents sont sollicités pour remplacer des ATSEM. L’an prochain, des AESH pourraient être chargées de fonctions pédagogiques… Bref, Le maître mot du gouvernement est de placer devant chaque classe un·e adulte, enseignant·e ou non… Pire encore : dans son Grenelle, Blanquer prétend généraliser ce qu’il appelle « la continuité pédagogique », c’est-à-dire le non-remplacement des professeurs absents et l’utilisation des cours en « distanciel ».
Les classes sont surchargées et les fermetures de classe s’accélèrent, conséquences de choix budgétaires du gouvernement. Les enfants handicapé·es sont abandonné·es faute d’établissements spécialisés correspondant à leur handicap, faute d’AESH en nombre suffisant, ceux-ci et celles-ci étant elles-mêmes victimes d’une précarité inacceptable accentuée par la mise en place des Pôles inclusifs d’accompagnement localisés.
En instaurant la sélection à l’entrée à l’université, en instaurant les « capacités d’accueil », l’État s’est également affranchi de son obligation d’allouer aux universités le budget nécessaire pour permettre l’inscription de tou·tes les bachelier·es dans la filière et l’université de leur choix.
Cette avalanche de mesures destructrices de l’école ne procède pas du hasard, elle est le fait de choix politiques gouvernementaux tournant délibérément le dos aux besoins de la jeune génération pour satisfaire les exigences patronales.
Aussi le Collectif Non au Naufrage exige :

  • l’abrogation des réformes du bac et du lycée, ainsi que la loi ORE qui instaure Parcoursup et la sélection à l’université
  • le rétablissement du bac comme 1er grade universitaire, comme diplôme national avec des épreuves nationales, anonymes, terminales, ponctuelles, identiques pour tous, ouvrant droit à tou·tes les bachelier·es à la filière universitaire de leur choix
  • une réponse aux revendications en termes de remplacements, de créations de classes, de constructions d’établissements scolaires, de création de véritables structures spécialisées pour les enfants en situation de handicap…
  • et le recrutement immédiat de tous les personnels nécessaires, en finir avec la précarité qui s’accroît (AESH, AED, enseignant·es…) et former des enseignant·es spécialisé·es à hauteur des besoins.
    Et pour organiser la riposte, le collectif organise donc une Rencontre nationale demain à partir de 14h30 à l’Université de Paris , dans Amphi 2A à la Halle aux Farines, 75013 PARIS
    Les signatures et inscriptions pour la rencontre sont à envoyer à : non.au.naufrage.scolaire@gmail.com

à partir de 15h DEMAIN, la Place des fêtes en lutte propose comme tous les premiers samedis du mois, ses rencontres sur la place des fêtes avec au programme
une Zone de gratuité où Chacun, chacune amène les affaires dont il n’a plus l’utilité et/ou peut se servir dans celles des autres, un stand d’Entraide administrative entre habitantes et habitants, un atelier de Fabrication collective des affiches de la prochaine Gratiféria
et c’est demain à partir de 15h sur la place des fêtes

demain à partir de 15h, le Squat du Marbré organise une journée de rencontres et discussions autour de la lutte contre les CRA en Europe avec des collectifs belges, allemands et italiens
Le système des frontières, des expulsions et de l’enfermement des personnes sans-papiers n’est pas qu’une affaire d’état, mais est de plus en plus régi par le cadre européen. La montée en puissance de Frontex, le financement de charters et de nouveaux centres de rétention administrative par les fonds européens et le perfectionnement du fichage biométrique des personnes non-européennes sont des signaux éclairants de cette européanisation grandissante.
Pour penser les évolutions et lutter contre l’enfermement raciste, fondé sur la domination et l’exploitation de celles et ceux qui n’ont pas les »bons papiers », il est important de tisser des liens transnationaux, avec des groupes d’autres pays qui cherchent aussi à soutenir les luttes des enfermé.e.s et en finir avec les CRA.
Dans cette perspective, demain donc, l’assemblée contre les CRA Ile-de-France organise cette rencontre publique avec des camarades qui s’organisent contre les centres de rétention en Belgique, Allemagne et Italie. D’autres collectifs anti-CRA français seront aussi présents, pour discuter de la situation dans les différents pays et pour raconter les luttes qui se développent à l’intérieur et à l’extérieur des centres de rétention.
Et à partir de 19h il y aura une cantine en solidarité avec la lutte contre les CRA en Italie alors que 7 octobre prochain débutera à Turin le procès de l’opération Scintilla, déclenchée le 7 février 2019, jour de l’expulsion du squat de l’Asilo Occupato.
Et pour le reste du programme au Marbré, dimanche à 14h il y aura l’AG hebdo, alors rdv ce we encore tant que tient et pour que tienne le squat du Marbré, c’est au 39 rue des deux Communes, à Montreuil, métro Robespierre

RDV Culturels

à partir de 18h ce soir, Sur/Mesure, dérives studio et l’assoc remem’beur proposent une soirée vernissage et concerts à Mains d’Œuvres.
À 18h il y aura le vernissage de l’expo Médiation tous publics proposée par Ali Guessoum et produite par l’association Remem’beur , Une expo pour mieux comprendre la construction des préjugés dans les imaginaires. Grâce au détournement d’affiches ou d’objets publicitaires détournés, cette exposition décompose et éclaire les mécanismes des stéréotypes, et explore les relations de la France avec ses populations immigrées et étrangères, en soulignant leur apport culturel.
Et le vernissage sera suivi d’une soirée concert avec Jundi Majhul, Ghoula, et Zeid Hamdan et si vous voulez participer à cette soirée, rdv aux mains d’oeuvres qui se trouve au 1 rue Charles Garnier, à St-Ouen, métro Garibaldi

à 19h ce soir, Éditions du commun et Le Monte-en-l’air organisent une rencontre avec Xavier Calais autour de son livre La Mélancolie de la nasse / Éditions du commun
La nasse est une technique policière bien connue qui consiste à encercler une foule lors d’une manifestation. Sur fond du mouvement de lutte contre la réforme des retraites, fin 2019 et début 2020, l’auteur dresse le tableau d’une contestation, mais aussi des villes prisent en étau par une politique sécuritaire, des manifestations qui tournent en rond, littéralement, sur un circuit tout tracé, des compagnies d’intervention, des charges, des nasses.
Dans ce court récit, l’auteur raconte l’expérience singulière d’une de ces nasses, son arrestation et sa confrontation avec la police dans ce qui s’apparente à un interrogatoire burlesque. Une écriture précise et un personnage pince-sans-rire qui donnent à la scène un ton comique rafraîchissant, tout en saissant un moment politique.
Et si vous voulez en discuter avec Xavier Calais, rdv à 19h au monte-en-l’air, 71 rue de Ménilmontant, métro Ménilmontant

ce soir à 20h et demain à 18h, l’Espace 1789 propose la représentation de LA DISPUTE de Mohamed El Khatib
Le metteur en scène du réel et de l’intime donne la parole à six enfants de 9 ans. Ils racontent avec espièglerie la séparation de leurs parents. Un sujet universel, traité à hauteur d’enfants.
Et si vous voulez découvrir cette pièce, accessible à partir de 8 ans, rdv ce soir et demain à l’espace 1789 qui se trouve au 2 rue Alexandre Bachelet, à St-Ouen

à 20h aussi ce soir, la Festival Cinéma du réel, festival international de films documentaires proposé par la cinémathèque de la BPI propose la projo de ’L’État des lieux sera dressé à onze heures en présence de la femme du poète’ réalisé en 2021 par Martin Verdet
Le bureau de Franck Venaille, poète et homme de radio, est progressivement vidé. Micha Venaille et Martin Verdet y trouvent une foule d’enregistrements de sa voix. La pièce devient alors le théâtre de tout ce qu’on ne fait pas dans la chambre d’un mort.
Et si vous voulez découvrir ce film, et en discuter avec son réalisateur, rdv à 20h à la BPI et il faut réserver avant sur : https://billetterie.centrepompidou.fr/selec.../event/date...

à 20h30 ce soir, le Festival Ciné-Palestine et L’Alimentation Générale organisent une soirée concert en soutien à la 8ème édition du Festival Ciné-Palestine
avec notamment Mohamed Lamouri que les habitué.e de la ligne 2 connaissent bien, Madou MC ou encore Yalla Sawa
et si vou voulez y participer et soutenir la 8ème édition du festival ciné-palestine, rdv à 20h30 ce soir à l’alimentation générale qui se trouve 64 rue Jean-Pierre Timbaud

a partir de ce soir, s’ouvre la 17ème édition du Festival Brésil en Mouvements, le festival de films documentaires brésiliens d’Europe proposé par l’assoc Autres Brésils
Au programme, 3 jours de projection avec ; sept long-métrages, dont 5 en avant-première française, 2 soirées-débats avec des intervenant.e.s et chercheur.s.euse.s venu.e.s d’Europe et du Brésil, et des rencontres avec des réalisateur.rice.s.
Et si vous voulez découvrir la programmation complète, rdv sur le lien site agenda : https://cutt.ly/FElFTGs=AT23YDyqL5i9dr154OjXw3JQE2PZvnZ7oNa70a9zSZ2h3nnuqE7N4vshl8rlxNeUZvu2SdHblYcnUafb-Wthy2IhvZDaGpekdksxtRh_9iGIN7I5CXhZT5EWqpOY8Itx_ninNmLWUONNnKY2uZWUn1Ur]
et ça se passe aujourd’hui et ce we au Cinéma Les 7 Parnassiens, 98 Boulevard du Montparnasse, métro Montparnasse

au ciné la clef, l’assoc Home Cinema propose plusieurs projection ce soir et ce we
au programme, ce soir il y aura la projo de : Frauenfragmente : Gini und Risi, de Sophie Gmeiner qui traite de la quête d’autonomie d’une jeune fille handicapée mentale
demain il y aura deux projo pour le CYCLE OCCUPATION / EXPULSION, d’abord : le droit à la vile réalisé en 1974 par Jean-Louis Bertuccelli qui y fait le procès de l’urbanisation mercantile à l’intérieur de Paris, et appelle à la prise de conscience, et de pouvoir, les habitants.
Puis il y aura la projo d’Ainsi squattent-ils de Marie Maffre qui raconte l’action et la lutte du collectif Jeudi noir.
Et dimanche il y aura la projo de THE NICKEL RIDE réalisé en 73 par Robert Mulligan, un film qui parle de la mort d’un homme ou plutôt de la façon dont l’opinion des autres peut le tuer.
Alors rdv ce soir et ce we, à 1çh30, au ciné la Clef, 34 rue Daubenton, métro Censier

demain matin, à partir de 10h30, la librairie el Ghorba Mon Amour propose une lecture publique pour les marmottes et marmots, autour d’Estelle Vonfeldt et de son premier album FRACASSANTE RENCONTRE, paru aux éditions A2MIMO
Un album qui nous plonge dans un monde peuplé de gens qui vivent avec des plantes sur la tête, et où le protagoniste est un vendeur d’oiseaux...
et c’est demain matin à 10h30 à la librairie el-Ghorba mon Amour, au 148-152 bvd des provinces françaises, à Nanterre

demain toute la journée, le collectif Pop-Part organise une journée d’échanges et de bilan autour de la recherche ’Les quartiers populaires au prisme de la jeunesse’ et de la sortie du livre ’Jeunes de quartier’
Qu’est-ce qu’être jeune dans un quartier populaire ? À quelle expérience sociale, urbaine, familiale, à quelles visions de sa place dans la société et dans le territoire cela renvoie-t-il ? Les médias et nombre de déclarations politico-médiatiques pointent bien souvent d’abord la délinquance, la violence, les trafics, l’islamisme, le communautarisme, la domination masculine, tout cela concentré dans un paysage triste et uniforme de barres d’immeubles grises et décrépies. Les jeunes sont ceux dont on parle, plus que ceux que l’on écoute, ceux que l’on montre plus que ceux qui montrent comment ils vivent.
La recherche POP-PART a tenté de relever ce défi : construire avec des jeunes, des professionnels de la jeunesse et des chercheurs une représentation « plus juste et plus étoffée du monde », prenant en compte la diversité des trajectoires et des situations. Elle a essayé de dépasser le double écueil auquel sont confrontées les recherches sur les classes populaires ou sur les subalternes : d’un côté une vision d’en haut, contribuant parfois à la stigmatisation, de l’autre une forme de romantisme naïf. Associant 120 jeunes, une quinzaine de professionnels ou responsables associatifs et une quinzaine de chercheurs, elle a développé une méthodologie participative s’appuyant sur des ateliers, sur la production de vidéos et de textes, sur la mise en discussion d’analyses.
Cette journée présentera l’achèvement de ce travail, en particulier l’ouvrage collectif, co-écrit par des jeunes, des professionnels et des chercheurs, ainsi que différentes productions réalisées pendant et dans le prolongement de la recherche.
Et si vous voulez y participer c’est demain à l’université de Nanterre et il faut vous inscrire au préalable en envoyant un mail à : recherchepoppart@gmail.com

demain à 17h, Le collectif Sirènes propose une représentation en plein-air du spectacle ALICE AU PAYS DU FUTUR réalisé dans le cadre du projet VILLES DU FUTUR
Villes Du Futur est un projet franco-allemand lancé par le centre de recherche berlinois Polis180, développé par le collectif Sirènes à Bagnolet et par le théâtre de la Tafelhalle à Nuremberg.
L’idée était de créer en parallèle et en échange avec des habitant.e.s allemand.e.s et français.e.s, une visite guidée théâtralisée de la ville - Bagnolet ou Nuremberg - comme si nous étions projeté.e.s en 2030. En France, Sirènes a développé Villes du Futur sous la forme du spectacle ALICE AU PAYS DU FUTUR avec un chœur d’habitant.e.s bagnoletais.e.s de 10 à 80 ans. Veilleurs de la ville, ils se transforment au gré du voyage de la jeune Alice au Pays du Futur de Bagnolet.
Et si vous voulez découvrir ce spectacle, rdv demain à 17h, au Parc Jean-Moulin - Les Guilands DEVANT LA MAISON DU PARC et c’est à Bagnolet

ce we, le collectif franco-syrien Al-Beyt fait sa rentrée et propose deux jours d’expositions et concerts
Avec au programme : des expo photos de Zineb el Gharbi qui fixe la banalité du quotidien en France et au Maroc, Sara Kontar qui présentera sa série ’Maison Inaccessible’, ou encore Samy Jeune photographe afghan, qui documente son pays à travers ses voyages dans la vallée du Panshir dont il est originaire.
Et pour la musique il y aura notamment le Trio 208, un groupe de musiciens franco-gréco-tunisiens qui revisite le rebetiko, cette musique née de guerres et d’exil des populations grecques de l’Empire Ottoman
et si vous voulez passer le we avec le collectif al-Beyt, rdv à partir de 14h demain à l’espace artistique Le Gallo qui se trouve au 49 Quai Alphonse le Gallo, à Boulogne-Billancourt

demain et dimanche, c’est la 13ème édition du peti salon du livre politique avec notamment les éditions : Amsterdam, Anamosa, L’Arche, Blast, Divergences, Eterotopia France, La Dispute, La Fabrique, Grévis, La Tempête, L’échappée, Le Détour, Le Passager Clandestin, Les éditions du Croquant, Libertalia, Lux, Monte-en-l’air (librairie), Nada, Raisons d’agir, Rue des Cascades, Syllepse, Ypsilon et Zones
au programme de ce we du livre politique, il y aura demain à 17h : une rencontre avec Pierre Douillard-Lefèvre et Paul Rocher autour de la question : Qui nous protège de la police ?
Et dimanche à 17h30 : une rencontre Transmettre le féminisme avec Françoise Vergès, Irene, Aurélie Olivier et Claire Finch (RERQ)
alors rdv ce we pour la 13ème édition du petit salon du livre politique, ça se passe au Lieu-Dit, 6 rue Sorbier, métro Ménil

dimanche de 9h à 18h, un grand vide-grenier auquel participera Fpp est organisé dans la cour du 1 rue de la solidarité
alors venez nombreuses et nomreux pour remplir les caisses, c’est de 9h à 18h dimanche au 1 rue de la solidarité

dimanche à 15h, Le Monte-en-l’air organise une Rencontre avec Phoebe Hadjimarkos Clarke pour une discussion autour de son roman ’Tabor’, paru aux éditions du Sabot
Anticipation queer pessimiste, dystopie magique ou rêverie révolutionnaire gothique, ce récit explore la possibilité de l’amour et de l’action dans un monde en ruines, et si vous voulez en discuter, rdv dimanche à 15h au Monte-en-l’Air, 71 rue de Ménilmontant, métro Ménilmontant

Musique : Les Cafards - Chômage pour tous !

Agenda du 01/10/2021

Documents joints

Salut à toutes et à tous, et bienvenue dans (...)