Agenda Fpp 20 septembre

lundi 20 septembre 2021
par  Julie agenda

Ccommuniqué publié par le Comité de soutien au citoyen Yassine Ayari soutenu par la Fédération des tunisiens citoyens des deux rives, le Comité pour le respect des libertés et des droits de l’homme en Tunisie, l’assoc Beity, l’Association tunisienne de défense des libertés individuelles, l’Association Citoyenneté, Développement, Cultures et Migrations, l’Association Le Pont de Genève, l’Association Nachaz et l’Association pour la promotion du droit à la différence, un communiqué qui réclame la libération immédiate du blogueur et lanceur d’alerte tunisien, Yassine Ayari
Compte tenu des évolutions récentes et inquiétantes concernant la volonté du parquet militaire d’engager de nouvelles poursuites contre Yassine Ayari et ce pour des publications sur les réseaux sociaux concernant les événements politiques du 25 juillet dernier, et eu égard à l’annonce du citoyen Ayari de sa ferme volonté de démarrer une grève de la faim face à ce qu’il considère comme une persécution judiciaire ne garantissant pas les conditions d’un procès équitable et pour des faits ne nécessitant pas sa mise en détention préventive : Le comité de soutien au citoyen Yassine Ayari appelle : Les citoyens libres, les associations nationales et internationales soucieuses des droits et des libertés fondamentales et les personnalités de la société civile à signer le présent appel soutenant la libération du citoyen Yassine Ayari et exigeant qu’il soit jugé équitablement en tant que civil pour des faits ne relevant en aucun cas des tribunaux militaires
Le comité de soutien interpelle aussi : Les services pénitenciers et le parquet judiciaire face à une éventuelle dégradation de l’état de santé de Yassine Ayari qui entame une grève de la faim pouvant nécessiter rapidement des soins spécifiques compte tenu de son dossier médical et des diverses pathologies lourdes qu’il présente ; et il interpelle enfin : Le premier responsable politique du pays, à savoir Monsieur le Président Kais Saied, en le rappelant à ses responsabilités face à cette violation manifeste des droits et des libertés fondamentaux qu’il n’a eu de cesse de promettre de défendre depuis le 25 juillet 2021 date à laquelle il est devenu le seul et unique responsable de la politique générale de la Tunisie et donc également complice de fait des éventuelles violations des droits et libertés fondamentaux qui y seraient observées
et si vous voulez signer ce communiqué publié par le comité de soutien à Yassine Ayari, vous pouvez envoyer vos signatures par mail à :comitesoutienyassineayari@gmail.com

Agenda du 20 09 2021

à 13h, l’Unvef Tacle organise un rassemblement sur le site de Nanterre pour exiger de la présidence qu’elle traite LES DOSSIERS DE SANS-FAC ET leur inscription
Alors que nous sommes déjà mi septembre, beaucoup d’étudiantes et étudiants n’ont tjr pas été inscrits à la fac. 300 dossiers ont été déposés, et seulement 6 dossiers sont aujourd’hui en cours d’examen par les commissions pédagogiques.
Pour exiger que tous les dossiers soient examinés rapidement, l’Unef-Tacle organise donc ce rassemblement et le rdv est donné à 13h DEVANT LE BÂTIMENT B !
FB : https://www.facebook.com/UNEFTACLE/videos/560599175363948 INSTAGRAM : https ://www.instagram.com/tv/CT6xmmZg6yC/ ?utm_medium=copy_linkTWITTER : https ://twitter.com/uneftacle/status/1438784998434299908 ?s=21

Depuis 10h ce matin et toute la journée aujourd’hui et demain, la maison de la recherche de Saint-Denis organise un colloque sur la Scolarisation, subjectivation, lutte contre les inégalités
avec au programme aujourd’hui, à partir de 13h30, des discussions qui porteront sur les Apprentissages et sens de l’expérience scolaire, et demain mati à partir de 9h les discussions s’intéresseront à la Normativité, les politiques et la démocratisation ou comment Lutter contre les inégalités socio-scolaires par la recherche.
Et si vous voulez participer à ce colloque de deux jours consacré à la Scolarisation, subjectivation, lutte contre les inégalités, rdv à partir de 13h30 cet aprem, et à partir de 9h demain matin, dans l’Amphi MR002 de la Maison de la Recherche, qui se trouve au 2, rue de la Liberté à Saint-Denis, métro St-Denis-Université

de 14h à 16h, Le séminaire Justice et inégalité au prisme des sciences sociales fait sa rentrée avec une séance qui sera consacrée aux ’Adolescences sous contrôle. Retour sur une enquête au tribunal pour enfants’, avec Arthur Vuattoux (Université Sorbonne Paris Nord)
et si vous voulez participer à ce séminaire proposé en format hybride, rdv à 14h au Centre de colloques sur le Campus Condorcet à Aubervilliers, dans la salle 3.11 ; et pour le suivre en visio, il faut envoyer un mail à : seminaire.justines@gmail.com.

De 17h à 19h, la permanence Santé et conditions de travail sera ouverte à la BDT de Paris
alors si vous avez besoin de conseils, et de soutien, vous pouvez vous y rendre sans rdv entre 17h et 19h, c’est au 3 rue du Château d’Eau, métro République
et vous pouvez aussi avoir un rdv en visio, en demandant par mail à : permanence@neplusperdresaviealagagner.org

à Partir de 18h30, la Recyclerie propose une soirée débat sur le thème de l’Éco-anxiété : des larmes au rire. Du rire aux armes.
S’il vous est déjà arrivé de vous sentir angoissé·e à l’idée de la crise bioclimatique, de ne pas pouvoir vous endormir après avoir confronté vos choix de vie à la réalité brutale de la 6e extinction de masse, ou d’hésiter à faire des enfants en pensant à la destruction de la planète, c’est que vous souffrez peut-être de solastalgie ou « éco-anxiété ».
Comment ne plus être paralysé·e par cette angoisse ? Où chercher les soupapes et les leviers vers une soutenable légèreté de l’être ? Quels mots mettre sur ces sujets mêlant confusément l’intime et le politique ? De nombreux acteur·icess sont parvenu·es à se saisir de cette situation de crise pour en faire une arme et aller de l’avant, certain·es ont même décidé d’en rire.
Alors si vous voulez relativiser tout ça avec Alice Desbiolles, Médecin de santé publique, épidémiologiste et auteure de l’ouvrage « Éco-anxiété, vivre sereinement dans un monde abimé » ; et Emile Bertier et Yann Girard, Auteurs de la BD humoristique intitulée « Le petit guide de l’effondrement », qui présenteront leur expo ’Le grand effondrement : vivez la fin du monde dans la joie et la bonne humeur’, rdv à partir de 18h30 : c’est à la recyclerie, 83 bvd d’Ornano, métro Porte de Clignancourt ; et il faut s’inscrire via : https://www.weezevent.com/eco-anxiete-des-larmes-au-rire...

à 20h, l’association La Paz organise un live pour présenter les amendements qu’elle propose à la loi “visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale”, en ce moment examinée au sénat
et si vous voulez suivre le live, rdv à 20h sur la page Facebook de la Paz : https://www.facebook.com/ParisAnimauxZoopolis

pour les insomniaques, à 1h du mat, heure de Paris, l’organisation Fitghback et Socialist Revolution organisent une discussion en ligne en anglais autour de la solidarité avec les militants ouvriers emprisonnés au Venezuela
et si vous voulez en discuter en ligne, en anglais avec : Elías Chacón, de l’organisation Lucha de Clases au Venezuela, Iracara Chirinos, du comité de solidarité avec Aryenis and Alfredo, Vannesa Rosales, du collectif CAYAPA, et Rosario Ríos, Dirigeant de l’Union des travailleurs du pétrole, rdv à 1h du mat sur le lien que vous retrouverez sur : https://www.marxist.com/venezuela-freedom-for-jailed...
BROADCAST ON FB LIVE : https://www.facebook.com/marxistcom/posts/10159011953130280=AZU6HdsZTiRGoEhtR8FXPScAvVSgTTtrY48-TSPH2E1anG1p-DeP1ab787lzBAfQapQMy_Hu8z3lUaCGEZZKGdUfmynF9mE75Aa-_Yv_2kAssZTzNylGW1d26KUURsDA7Qk&__tn__=q]

demain matin, à 8h30, SUD Poste 78, Postiers Postières en lutte et Sudposte Hauts de Seine organisent un rassemblement de soutien à Vincent de Sud Poste 78 qui est convoqué pour la 3ème fois au commissariat de Plaisir
alors que L’inspection du travail avait refusé son licenciement, la direction de Poste avait fini par abandonner la poursuite disciplinaire... mais cette fois-ci c’est la police qui prend le relais en convoquant Vincent demain matin, alors pour le soutenir, un rassemblement est organisé demain matin à 8h30 devant le commissariat de plaisir qui se trouve au 889 Avenue François Mitterrand, à Plaisir

Demain matin, à partir de 11h : le centre parisien de l’Université de Chicago organise un colloque sur les Migrations climatiques : passé, présent, futur
Si les migrations environnementales font l’objet d’un intérêt croissant depuis les années 1980, l’urgence climatique a suscité, ces dernières années, de plus en plus de travaux sur le sujet, et en particulier sur les migrations climatiques. Celles-ci peuvent être définies comme les mouvements de personnes ou de groupes causés à titre principal par des facteurs liés à une modification soudaine ou progressive de l’environnement à raison du changement climatique. Cependant, quoique les sciences du climat d’un côté et les sciences humaines et sociales de l’autre s’attellent à approfondir les connaissances sur le sujet, la « consilience » transdisciplinaire entre les premières et les secondes reste rare et méthodologiquement difficile.
Au programme demain matin, les discussions s’intéresseront d’abord à “Définir les migrations climatiques”, en confrontant les points de vue anglo-saxons sur la question
et si vous voulez assister à ce colloque, rdv demain matin à 11h à l’université de Chicago à Paris, c’est au 6, rue Thomas Mann, métro BNF ; et vous pouvez le suivre en visio, via : ici.

Enfin demain midi, Solidaires Etudiant-e-s Jussieu, Union Nationale CGT Ferc Sup et Jussieu en lutte organisent un rassemblement de soutien aux personnes de nettoyage en grève !
Depuis le 14 septembre dernier, les personnels de nettoyage sur le site de Jussieu sont en grève pour protester contre les conditions de travail imposées par le sous-traitant, la société Arc En Ciel qui exploite les salarié.e.s, et use de pratiques illégales.
Ainsi, par exemple : Arc En Ciel a fait signer des contrats antidatés à des salariés comprenant mal le français pour pouvoir les virer. Ces salariés travaillaient sans contrat depuis février, ce qui est illégal. Par ailleurs, Arc En Ciel a fait travailler en août 20 salariés au lieu des 30 déclarés à l’université qui n’a rien contrôlé. Ces 20 salariés ont donc fait le travail de 30 agents pour décaper les locaux, nettoyer l’ensemble des parkings du site et nettoyer toutes les toilettes de Jussieu chaque jour et vider toutes les poubelles du site deux fois par semaine. Une salariée devait nettoyer à elle seule 160 wc par jour : elle a fini aux urgences. Des centaines d’heures complémentaires n’ont pas été payées : par exemple 164 heures complémentaires non payées pour une salariée, maîtrisant mal le français. Les heures complémentaires payées, n’ont pas été majorées comme le prévoit la convention collective. Enfin, Arc En Ciel a imposé la diminution des cotisations sociales : pour 10 euros gagné par un salarié, Arc En Ciel cotise 40 euros de moins qu’à la Sécurité Sociale. Avec ce système, les agents perdent entre 20 et 30 euros par mois lors de leur retraite.
Pour toutes ces raisons, les salariés d’Arc-en-Ciel se sont ms en grève, et demain midi, un rassemblement de soutien est doc organisé à 12h sur la place de Jussieu
et une caisse de grève est également en ligne, alors si vous voulez la renflouer, rdv sur :https://www.leetchi.com/.../solidarite-avec-les-grevistes...=AT1vXsmKrylr2R91gdivgUbgpJXrhSqqP3JGDKtoJtMq3INvzmP7XZEHYTCpEjUSaPLOQEj2M3KV3_Vfk9IxpXzUPkkKGDDqZm7a_66ut2LHQ2pGzk_vo8WlJkpuFvDt0XkBo0XHUnKgNawMkzw22j2e]

RDV Culturels

de 10h à 22h : la Maison des journalistes accueille l’expo collective ’Si près, si proche : Bélarus - un an de lutte vue par les photojournalistes’
’Si vos photos ne sont pas assez bonnes, c’est que vous n’êtes pas assez près’.
Ce principe érigé par Robert Capa est un des points cardinaux du métier de photojournaliste : Être au cœur de l’action pour témoigner. Mettre au cœur de l’image l’actualité du monde et des femmes et hommes qui y vivent.
Depuis plus d’un an, c’est cette mission que poursuivent les photojournalistes bélarusses en donnant à voir les épreuves et mouvements d’un peuple qui s’élève face à un pouvoir de plus en plus autoritaire. Au Bélarus, en Europe, si près, si proche de nous, des milliers de citoyennes et de citoyens se retrouvent, malgré les menaces, pour marcher ensemble contre le régime incarné par la figure du président Loukachenko, ’dernier dictateur d’Europe’’. Les journalistes sont les premières victimes de la répression et paient chèrement l’exercice de leur liberté d’expression. De leur droit d’informer.
Forcés à l’exil, privés de médias libres, emprisonnés ou menacés, elles et ils poursuivent leur combat pour la liberté en diffusant leurs images, en montrant ce que d’autres voudraient cacher.
’Si près, si proche : Bélarus - un an de lutte vue par les photojournalistes’ met à l’honneur la production de 7 photojournalistes bélarusses, femmes et hommes engagés pour la défense de la liberté d’expression, et si vous voulez découvrir cette expo, c’est tous les jours de 10h à 22h jusqu’au 21 octobre, à la Maison des journalistes, 35 rue Cauchy, dans le 15ème

à partir de 18h, La clef revival propose une soirée pour les deux ans d’occupation du ciné la Clef sur le thème des récits d’ouverture et d’enfermement avec deux projos :
À L’USAGE DES VIVANTS réalisé par Pauline Fonsy, en 2019, un film qui raconte l’histoire de Semira Adamu qui a fuit le Nigéria pour la Belgique en 1998. Détenue dans un centre fermé proche de l’aéroport de Bruxelles, elle meurt étouffée avec un coussin lors d’une sixième tentative de rapatriement forcé. Vingt ans après, Pauline Fonsny remet en scène cet ’assassinat d’État’ qui avait secoué le plat pays et conduit à la démission du ministre de l’Intérieur de l’époque. Le récit, mené à deux voix, est structuré par le témoignage de Semira – incarnée à l’écran par la peintre nigériane Obi Okigbo – et en voix off, l’adaptation d’un texte que la poétesse belge Maïa Chauvier a écrit après le décès de la jeune femme.
Pour contourner l’interdiction de filmer dans les centres, la cinéaste a fait appel à des maquettes qui permettent de visualiser la topographie précise des lieux où sont encore parqués les demandeurs d’asile.
À l’issue de la projo il y aura une discussion avec l’assemblée d’idf contre les CRA, puis la projo de SCUM réalisé en 79 par Alan Clarke, et qui montre toute la mise en scène froide d’un pénitencier pour jeunes. La dictature qui y règne, non seulement, installe les préjugés chez les jeunes reclus, et les maintient, mais justifie aussi tout leur débordement de pure violence comme un exutoire désespéré, et salutaire
et si vous voulez participer à cette soirée autour des récits d’ouverture et d’enfermement, rdv à partir de 18h au ciné la clef, 34 rue Daubenton, métro Censier

dans le cadre du Festival des Cinémas de Turquie à Paris, Amnesty Internationale France et la Fédération Internationale pour les droits humains proposent une Projection-débat autour du film DES LETTRES DE SILIVRI, réalisé par Adrian Figueroa en 2020
Osman Kavala, figure de proue de la société civile turque, est en détention dans la plus grande prison de haute sécurité d’Europe à Silivri depuis le 1er novembre 2017. Le film s’appuie sur ses lettres pour documenter une chronologie de son emprisonnement. En séparant la voix et l’image, le film entend créer une chambre d’écho qui permet au public d’écouter plus attentivement les lettres de Kavala.
Et si vous voulez découvrir ou redécouvrir ce film et en débattre avec Reyhan Yalçındağ, vice-présidente de la FIDH et Corentin Martiniault, Référent Turquie à Amnesty Internationale France, rdv à 18h30 au ciné le Brady qui se trouve au 39 boulevard de Strasbourg

à partir de 19h30, Le Monte-en-l’air organise une rencontre avec Juliet Drouar autour de son livre Sortir de l’hétérosexualité paru aux éditions Binge Audio
Et si nous étions des personnes plutôt que des femmes ou des hommes ? Notre société trie les enfants à la naissance en fonction de leurs organes génitaux et en déduit leur rôle : homme ou femme, dominant ou dominée. Mais la société ne s’arrête pas à cette différenciation arbitraire. Vient ensuite la mise en relation obligatoire : chaque dominée devra vivre en couple avec un dominant. Le tout, paraît-il, pour assurer la reproduction, et par là la survie de l’espèce.
Bien plus qu’une préférence amoureuse ou une nature, l’hétérosexualité n’est-elle pas une contrainte sexiste ? Sortir de l’hétérosexualité est un manifeste pour une société égalitaire qui produit des personnes plutôt que des hommes et des femmes. Pour une société qui repense la manière de faire communauté, d’aimer, et de baiser sans sexisme.
Et si vous voulez en discuter avec Juliet Drouar, qui après avoir été assigné·e femme le 18 novembre 1986 , a décidé de tenter autre chose, rdv donc à 19h30 au monte-en-l’air, 71 rue de Ménilmontant, métro Ménilmontant

à 20h30, la Mutinerie organise une soirée Scène ouverte pour Meufs et/ou Queers
Chaque participant-e aura un temps de passage de maximum 10 mn. Tous les styles et les niveaux sont les bienvenus. Mais il faut prévenir si vous voulez lire un texte ou faire un sketch dont le sujet est sensible (violences transphobes, homophobes, féminicide, violences sexuelles, pédocriminalité...).
Et si vous voulez y participer, ça commence à 20h30 à la Mutinerie, et c’est au 176 rue Saint-Martin, métro Étienne Marcel

enfin, si vous avez loupé l’exposition consacrée aux femmes de la Commune de Paris qui était proposée à la médiathèque Marguerite Durand, vous pouvez la retrouver en ligne
et pour la visite virtuelle, rdv sur : https://www.artsteps.com/embed/60e44c89d42a9629501954a4/560/315?fbclid=IwAR0Kcknz5RdxW77-DvI09GbSxa5V_e-ZxhZEaaPIJs-KNtj5PjjmGOR—2I

parutions :

le nouveau numéro de Panthère Première est sorti !
Dans ce 6ème numéro : Mues par un impérieux besoin d’échapper à un quotidien poisseux dominé par une gestion sanitaire aussi erratique que libérale, Camille Potte et Eleonore Jasseny court-circuitent le monopole d’Enedis pour s’intéresser à l’autonomie énergétique, elles s’installent dans les services des urgences pour y suivre la lutte méprisée des soignantes, elles emboitent intrigues religieuses et questions de genre en compagnie d’une messie dans le Milan médiéval, elles montrent par la pratique du foot que c’est pas parce qu’on le dit qu’on est féministe, elles se connectent sur des forums d’entraide pour atténuer l’isolement et la souffrance qui peuvent survenir suite à la naissance d’un·e enfant, elles briguent la présidence des États-Unis pour proposer un nouvel ordre mondial lesbien et poétique, et proposent un dossier sur le travail invisible et non reconnu comme tel.
Et pour allez zyeuter et commander le 6ème numéro de Panthère première, rdv sur le site : https://pantherepremiere.org/numero/numero-6-hiver-2021/

Enfin, le dernier numéro de la revue du Centre d’études de l’emploi et du travail la revue Connaissance de l’emploi, vient de sortir et il est consacré à La crise du covid-19 en Europe, fragilités et inégalités sur le marché du travail
Les réductions d’activité liée à la pandémie de Covid-19 ont eu des effets très importants sur l’emploi. Cette crise sanitaire et économique a conduit à des pertes d’emploi et des réductions de temps de travail de grande ampleur, mais aussi à la généralisation de nouvelles pratiques de travail à distance. À cela s’est ajouté un facteur d’exposition aux risques pandémiques pour nombres de travailleurs. En s’appuyant sur les données issues d’une enquête européenne réalisée au début de la crise sanitaire, ce numéro de Connaissance de l’emploi se penche sur les effets contrastés qu’a produits cette crise sur la qualité de l’emploi et du travail, et montre que les travailleurs européens ont été confrontés à des changements de modalités et de contenu du travail, tels que le travail à distance, la variation des heures effectives de travail et l’exposition aux risques pandémiques.
Et si vous voulez consulter ce dernier numéro de la revue Connaissance de l’emploi, rdv sur : cliquez ici.

Musique : Αντίποινα & Social Waste - Θα ‘τανε δε θα ‘ταν 15 (ft Manu Chao, DJ Magnum)

Agenda du 20 09 2021

Documents joints

Salut a toutes et a tous, vous écoutez (...)