Agenda Fpp 24 juin

jeudi 24 juin 2021
par  Julie agenda

Aujourd’hui on devait être au téléphone avec Nicolas de la Cie théâtrale Tout-terrain pour parler de leur pièce sur la Commune de Paris, mais on a eu un problème technique avec la ligne téléphonique
RDV Lundi dans l’agenda pour les écouter 12h-12h30 sur le 106.3 ou sur rfpp.net !

Agenda 2021-06-24

Et on commence avec cet appel lancé par l’association les bâtisseurs de cabanes qui regroupe des familles roms vivant en grande précarité de bidonvilles en bidonvilles
samedi dernier, Les habitants du bidonville de Rosny-sous-Bois ont été victimes d’une violente attaque perpétrée par une bande armée (de couteaux, barres de mine, briques…). Les agresseurs ont menacé les familles de mort, de les brûler sur place, ils ont fracassé des baraques et des véhicules et promis de revenir. Les familles affolées sont parties se cacher. Une majorité de ces familles s’est réfugiée sur un parking d’une zone commerciale proche, sans pouvoir accéder à leurs papiers, vêtements, couvertures laissés dans le platz. Le maire de Rosny a profité de cette fuite pour déclarer qu’il n’y avait plus d’habitants dans le bidonville et en condamner l’accès. Il a pris pour l’instant le seul engagement de ne pas expulser immédiatement les familles de ce parking et se décharge de toute mesure de mise à l’abri sur la préfecture qui ne donne aucune nouvelles.
Depuis trois jours, ces familles dorment donc là, sur le macadam ou dans quelques voitures, sous la pluie.
Une soixantaine de personnes ont donc besoin dans l’urgence :
- d’eau potable ;
- de nourriture qui n’a pas besoin de cuisson ou de réchauffage ;
- de matelas (imperméables) ;
- de tentes igloo autoportantes ;
- de couvertures ;
- de vêtements, chaussettes et chaussures chauds et imperméables (adultes, enfants, petit-enfants) ;
- de couches pour enfants (numéro 4 surtout, numéro 5 aussi) ;
- de biberons ;
- de bouteilles de lait ;
- de kits d’hygiène.
Vous pouvez apporter vos dons au parking du : restaurant Del Arte, qui se trouve au 27 rue Jules-Ferry, à Rosny-sous-Bois

On poursuit avec ce rassemblement en ce moment, à l’appel du collectif des sans papiers de Montreuil pour soutenir Abderamane, arrêté mardi en fin d’après midi dans son agence d’interim
Après 10 ans passés en France et après plusieurs années comme salarié de l’agence EOL intérim, il s’est rendu sur place pour faire valoir ses droits. La seule réponse de l’agence a été d’appeler la police. À la fin de sa garde à vue, il a été déféré hier soir au Tribunal de Grande Instance de Paris. Un rassemblement a donc lieu depuis 11h ce matin et si vous voulez les rejoindre, c’est au TGI de Paris, métro porte de Clichy

Depuis 8h ce matin, alternatiba Paris et les amis de la terre paris organisent un rassemblement de soutien aux activistes qui passent en procès pour avoir dénoncé le projet de terminal 4 l’aéroport de Roissy
En abandonnant le projet d’extension de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le gouvernement leur a donné raison : ce projet de Terminal 4 est une aberration écologique. C’est l’alerte qu’ils et elles avaient voulu lancer, le samedi 3 octobre 2020, lorsqu’ils et elles s’étaient introduit·es dans l’aéroport, en présence de scientifiques, de salarié·es et d’étudiant·es du secteur aérien.
Ils et elles étaient 350 ce jour-là à Roissy et ils et elles sont 5 en procès.
Alors pour les soutenir, vous pouvez encore y aller en ce moment y’a des prises de parole, bientôt une table-ronde et la sortie des prévenu.e.s est attendue vers 14h, et si vous voulez y aller c’est au tribunal de Bobigny, au 173 avenue Paul Vaillant Couturier, accessible par le T1, arrêt Jean Rostand

l’université de Nanterre et l’université Paris 8 poursuivent leur semaine de résistances visuelles : regards croisés France-Amérique du Sud, un projet qui mêle expo, conférences et ateliers autour des questions de genre et de résistances visuelles avec la participation du GeFemLat, de l’assoc Alerta Feminista et du collectif chilien LASTESIS
Voici les liens pour s’inscrire aux différentes activités :

à partir de 13h, Le colloque en ligne consacré à l’internationalisme et à l’éducation pendant la guerre froide se poursuit
Dans le sillage du tournant transnational et global de la recherche historique de ces dernières années, plusieurs études se sont focalisées sur l’histoire des internationalismes aux XIXe et XXe siècles. Il s’agit dans ce colloque de poser les bases pour une histoire plurielle et croisée de l’internationalisme éducatif, en retraçant ses formes, ses trajectoires, ainsi que son impact sur le cadre politique et les rapports de force déterminés par la « Guerre froide globale ». L’ambition de ce colloque est d’une part d’approfondir et de prolonger les réflexions historiographiques récentes mettant en avant la porosité du « rideau de fer », les ambiguïtés des processus d’« américanisation » et de « soviétisation » des sociétés occidentales ainsi que les intenses interactions entre les deux blocs et les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. D’autre part, cette rencontre aspire aussi à réintroduire le paradigme européen au cœur des enjeux marquant la deuxième moitié du XXe siècle.
Au programme cet aprem des discussions sur : L’internationale des républiques d’enfants : entre utopie universaliste et replis nationaux 1945-1954, sur les discusions porteront sur : Progressistes du PCF et du PCC, éducation et formation marxistes au Cameroun (1945-1971), sur La création d’instituts algériens de formation d’ingénieurs aux prises de la compétition entre acteurs de la Guerre froide globale, sur les Circulations académiques entre la Suisse et les Caraïbes , et demain les discussions porteront sur les Étudiants-athlètes ghanéens en Grande Bretagne (1936-1966) , sur la La coopération anglo-américaine dans la sphère de l’enseignement de la langue anglaise et la promotion d’un modèle « occidental » d’éducation par le biais de la langue en Birmanie durant la Guerre froide , sur le Service civique, éducation rurale & mouvements de jeunesse : dans les arcanes de l’amitié postcoloniale Israël – Côte d’Ivoire (1963-1973), et sur L’école du peuple : un projet internationaliste d’éducation populaire au Congo-Brazzaville
Et si vous voulez suivre ce colloque en ligne qui aura lieu en français et en anglais, vous devez vous inscrire en envoyant un mail auprès des organisateurs :
raphaelle.ruppencoutaz@unil.ch ou damiano.matasci@unige.ch

Depuis ce matin, le centre Émile Durkheim et le CEREP organise un colloque en ligne sur les vulnérabilités au travail, Regards croisés des sciences sociales en Europe
Depuis le tournant des années 2000, les politiques européennes du travail et de l’emploi, suivies progressivement et à des degrés divers au niveau national, prônent un double mouvement de flexibilisation et de sécurisation des parcours professionnels. Face aux mutations technologiques, aux transformations des modes d’organisation des systèmes productifs et à certains de leurs effets (chômage de masse, délocalisation, automatisation, uberisation, etc.), nous serions toutes et tous devenu·e·s « vulnérables » au travail. Davantage qu’hier, nos « vulnérabilités » individuelles et collectives seraient mises en avant. En première acception, cette notion renvoie à la potentialité d’un être ou d’une chose de se trouver dégradé. Mais alors qu’elle fait l’objet de discussions critiques, après avoir été largement investi au sein du secteur médico-sociale, elle semble aujourd’hui s’être généralisée au point de faire figure de « nouvelle catégorie d’action publique ». Dans ce contexte, il est possible de s’interroger sur sa réelle contemporanéité, son application aux mondes du travail et de l’emploi, et sa portée heuristique pour les recherches en sciences sociales.
Au programme de cet après midi, à 14h, trois sessions différentes : Mondes ouvriers, Économie numérique et de plateforme, et Temporalités et activités de service , et à 16h, trois nouvelles sessions : Mondes agricoles, Précarité de l’emploi et chômage et Management et mondes patronaux
Au programme de demain matin, à 8h30, 3 sessions : Métiers de la relation, L’indépendance et ses limites et Le soutien aux ’jeunes’
et à 10h40, 3 nouvelles session sur le Droit et les principes de justice, les Regards sur les handicaps et les Questions de santé
et si vous êtes intéressés, vous pouvez envoyer un mail à :
samuel.julhe@univ-reims.fr

Depuis ce matin, les universités de Bourgogne-Franche-Comté, de la Sorbonne Paris Nord, de Paris, l’Institut la personne en médecine, le Laboratoire de Psychologie de l’université de Besançon et l’Espace Éthique de Bourgogne Franche-Comté organise un colloque en ligne sur la vie psychique à l’hôpital autour de la question : Quelles cliniques et quelles recherches ?
L’hôpital est un lieu de souffrances plurielles : souffrances du corps et du psychisme ; souffrances des patients, de leurs proches, des soignants. Il est actuellement confronté à une crise sanitaire inédite qui vient réintroduire plus que jamais la question de la place des soins psychiques dans les établissements de santé. Chercheurs, psychologues, médecins, soignants, psychiatres, sociologues de différents pays porteront des regards croisés sur les expériences des dispositifs cliniques et de recherches à l’hôpital. Les enjeux de ce colloque sont de rendre visible l’importance et la spécificité des recherches et des dispositifs sur les soins psychiques à l’hôpital ; de valoriser les collaborations interdisciplinaires à l’œuvre ; d’impulser une dynamique de recherche au sein de ce champ, et d’asseoir la spécificité et la richesse de la formation en psychologie.
Au programme de cet après midi, à 14h : la Place du psychologue dans la crise sanitaire du COVID-19, la Place de la vie psychique dans la crise sanitaire du COVID-19, Les soins psychiques durant la crise sanitaire du COVID-19, les Situations extrêmes à l’hôpital et soins psychiques
et à 16h30 : une table ronde sur La place du psychologue à l’hôpital, autour de deux thèmes : les Itinéraires de la demande ? Et Qui communique et comment à propos du patient/famille ?
Au programme de demain matin : un état de la recherche avec notamment à 8h45 « Le singulier et le typique dans la recherche psychanalytique » par François Villa, à 9h45 « La précarité de l’éthique. Une recherche aux soins intensifs » par Hugues Dusausoit, à 11h « Sociologie de la santé et épidémiologie : quelle articulation possible des approches ? », par Géraldine Bloy, Laurent Rigal et Marion Thévenot et à 12h « Conceptualités et théorisations interdisciplinaires : sont-elles possibles ? » par Karl-Leo Schwering
Pour vous inscrire à ce colloque en ligne, rdv sur : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSe3lsf8qhK5zpNNCKvyT7P8mcQ71fdGM0D9t7686kE4BS0U-A/viewform

depuis 9h ce matin et jusqu’à 18h, le Centre Arabe de Recherches et d’Études Politiques de Paris et l’Institut de Recherche et d’Études Méditerranée Moyen-Orient organisent une journée d’étude en ligne sur l’eau et l’agriculture dans le monde arabe
Le développement agricole des pays arabes est intrinsèquement lié aux problématiques de la gouvernance de l’eau, car l’agriculture présente à elle seule environ 85 % des prélèvements totaux en eau au Moyen-Orient. Compte tenu de cette situation, et prenant en considération que cette région est présentée comme l’une des plus pauvres en eau d’ici 2050 (World Resource Institute, 2019), il devient urgent de repenser le modèle agricole qui se trouve à l’origine de ce déséquilibre. Un modèle agricole moins tourné vers l’export et davantage axé sur les spécificités géographiques et hydriques de chaque pays, permettrait-il de lutter efficacement contre la « pénurie d’eau » dans la région ? Quels cadres juridiques gouvernent cette ressource et comment les repenser ?
C’est autour de ces questions que reviendront les intervenant.e.s, avec en ce moment une discussion sur l’Accaparement des terres, accaparement des ressources en eau : le rôle des agrobusiness & de l’agriculture capitaliste, suivie d’une discussion sur les Agricultures paysannes et les droits de l’eau, puis d’un débat autour du documentaire « Couscous : Graines de la dignité » réalisé par Habib AYEB
et si vous voulez suivre cette journée d’étude en ligne, il faut vous inscrire sur : https://bit.ly/3vMMqDQ=AT1IzO7ly5yhKQFod5hr-WZXKB11XrZgnrIWI9nLKlH5LolzdThHuV-oNCdNlSTx_7eoZk8Isl_bVVKwCBdMesQuEzSbwaoURHbiWTpwWiKQ4lqu2HFNgB7Hn_PollUklpVTBAgG4dXcoAor0CWymEmd]
plus d’informations : https://www.carep-paris.org/.../journee-detude-eau-et.../

A 14h, le DAL appelle à un rassemblement, contre les expulsions sans relogement devant la préfecture de police de Paris alors qu’hier encore un jeune a été tué par la police lors de son expulsion
La mort d’un locataire à Pierrelaye, dans le Val-d’Oise, tué d’un coup de ’taser’ au cours de son expulsion hier vient nous rappeler que l’expulsion locative est un acte violent, pouvant donner lieu à des actes de désespoir. En 2019, 763 expulsions forcées ont été menées par la police dans ce département, la plupart sans relogement ni hébergement, ce qui a représenté 4,6% des expulsions en France où 16 700 expulsions forcées ont été menées. Le Val-d’Oise est le 3ème département d’Ile-de-France en nombre d’expulsions. L’année 2021, et surtout cet été, s’annonce terrible avec 30 000 expulsions annoncées par le Gouvernement sur toute la France, ce qui représenterait 1 380 expulsions dans le Val-d’Oise. L’aggravation de la crise du logement, produite par la hausse des prix immobiliers, fonciers et locatifs, par la baisse des APL, par la crise sanitaire, a paupérisé de nombreux locataires.
Le DAL demande une enquête objective sur les circonstances de la mort de ce locataire mais aussi : l’Arrêt des expulsions sans relogement l’Effacement des dettes de loyers pour cause de précarité, le Relèvement des APL et la baisse des loyers, ainqi que la Mise en œuvre du droit à un logement décent, abordable, stable et accessible pour tou.te.s et l’Interdiction des tasers
et si vous voulez participer à ce rassemblement, c’est à 14h devant la Préfecture de police de Paris, métro Cité

à 14h aussi, Le comité de défense Bichat et Beaujon organise un rassemblement devant le ministère de la Santé et des solidarités pour protester contre la fermeture annoncée de lits et la suppression de plus de 1000 postes.
Et le rdv est donné à 14h devant le ministère qui se trouve avenue Duquesne

à partir de 15h, l’Iremmo et l’institut du monde arabe organisent une rencontre sur les Dix ans de révolutions, Un état des lieux post-révolutions au Moyen-Orient
avec au programme une table-ronde avec Abir Kréfa, de l’Université de Lyon 2, , Farouk Mardam-Bey, directeur de la collection Sindbad aux éditions Actes Sud, Alain Gresh, journaliste, fondateur et directeur du journal Orient XXI, et Rachida El Azzouzi, journaliste à Mediapart, suivi de projections de courts métrages égyptiens post-révolution, et d’une discussion Avec Jean-Paul Chagnollaud, président de l’iReMMO, Hind Meddeb, réalisatrice de films documentaires.
Et si vous voulez participer à cette rencontre, il faut vous inscrire avant 15h sur : https://billetterie.imarabe.org/selection/event/date?productId=101698405338

A 18h, l’institut transnational et Rosa Luxembourg Stiftung organise le 3e webinaire de la série « les soulèvements arabes depuis une décennie : faire le point, regarder vers l’avenir »
Au cours de la dernière décennie, la région de l’Afrique du Nord a été témoin d’événements importants, allant des luttes et mobilisations pour la justice sociale aux soulèvements et révolutions massifs. La région est toujours un chaudron de résistance faisant avancer les revendications de dignité, de justice sociale, de liberté et de souveraineté.
Dans ce 3e webinaire les intervenant.es couvriront certains des soulèvements de la deuxième vague (2018-2021) en Algérie et au Soudan et reviendront sur certaines des luttes sociales et politiques au Maroc au cours de la dernière décennie. Ils et elles aborderons également la lutte pour la décolonisation du Sahara occidental.
Plusieurs intervenant.es seront présents :
- Malia Bouattia est une militante algérienne, ancienne présidente de l’Union nationale des étudiants du Royaume-Uni et co-fondatrice du réseau Students not Suspects/Educators not Informants Network.
- Sara Abbas est une militante soudanaise, féministe et politologue.
- Jalihenna Mohamed est un militant sahraouie. Il est le co-fondateur de la Campagne sahraouie contre le pillage des ressources naturelles.
- Meriam Mabrouk est une militante et traductrice marocaine.
Pour assister à ce webinaire en anglais et traduit en arabe, rdv à 18h sur : https://us02web.zoom.us/webinar/register/5216185628822/WN_zFfrGJDNQTScGFvOfD3tHQ?fbclid=IwAR2mWH7ubDtXfFRtJO_P2kPn4DWpD6Im9lEHMW8BaO95gLeIM06Yo2olwIE

A 19h, la librairie La brêche et les éditions Grévis proposent une rencontre avec Gwenola Ricordeau autour du thème « Lutter pour l’abolition de la prison »
Gwenola Ricordeau est l’autrice de Pour elles toutes - Femmes contre la prison, un essai dans lequel elle défend l’abolition de la prison, de la police et des tribunaux depuis une perspective féministe. La fuite en avant sécuritaire ne produit aucune avancée pour les droits et la sécurité des femmes, tout en renforçant la légitimité d’un système punitif injuste et arbitraire.
Pour remédier à la méconnaissance française des textes fondamentaux de l’abolitionnisme pénal, Gwenola Ricordeau a sorti un second livre aux éditions Grévis : Crimes & Peines. C’est un recueil de textes fondamentaux de l’abolitionnisme, inédits en français et écrits par Nils Christie, Louk Hulsman et Ruth Morris.
C’est principalement autour de cet ouvrage que les discussions porteront.
Pour participer à cette rencontre-débat, rdv à 19h à la librairie la Brêche, 27 rue Taine, métro Dugommier ou Daumesnil

À 19h, heure de Paris, le Forum Social Maghrébin propose un Webinaire - Spécial Algérie
- Sanhaja Akrouf : Militante des droits des femmes : qui présentera son Livre intitulé ’Algérie la seconde Révolution’
- Majid Bencheikh : , professeur de droit Ancien doyen de la faculté de droit d’Alger : qui proposera son Analyse de la situation politique après les dernières élections et un état des lieux du Hirak
suivi de Témoignages du vécu du Hirak et de la repression avec : Abdelwaheb Fersaoui de RAJ, Kadour Chouicha du SNAPPAP, et Ali Aït Djoudi,deRiposte Internationale
et si vous voulez suivre ce webinaire, rdv à 19h heure de Paris, sur :
https://us06web.zoom.us/j/88589746596?pwd=TFVHbWU2UDlpSnNCcml5NjRFSUlkdz09
ID de réunion : 885 8974 6596
Code secret : 991417

A 19h30, la Cimade IDF propose une conférence autour de la question : OQTF et IRTF : Comment réagir en urgence ?
Il existe principalement deux décisions utilisées par les préfectures pour expulser les personnes étrangères : L’obligation de quitter le territoire français (OQTF) et l’interdiction de retour sur le territoire français (IRTF).
Comment les reconnaître ? Quelles sont les conséquences ? Comment réagir si vous en recevez une ? Quels conseils pour l’avenir ?
C’est à ces questions que répondront les intervenant.es de la Cimade, à 19h30 en ligne sur : [https://www.facebook.com/events/486598812422221/?acontext=%7B%22event_action_history%22%3A%7B%22extra_data%22%3A%22%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22surface%22%3A%7D][%22bookmark_calendar%22%7D%2C%7B%22extra_data%22%3A%22%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_interested_events_unit%22%2C%22surface%22%3A%22bookmark_calendar%22%7D]%7D->https://www.facebook.com/events/486598812422221/?acontext=%7B%22event_action_history%22%3A[%7B%22extra_data%22%3A%22%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22surface%22%3A%22bookmark_calendar%22%7D%2C%7B%22extra_data%22%3A%22%22%2C%22mechanism%22%3A%22calendar_interested_events_unit%22%2C%22surface%22%3A%22bookmark_calendar%22%7D]%7D]

à 20h30, le collectif féminist in the city propose une visioconférence sur l’Histoire féministe de la maternité
Avoir un utérus a toujours renvoyé à l’obligation d’enfanter, et cette spécificité biologique a souvent entravé les femmes dans leurs projets d’émancipation. Dans cette visioconférence, Bettina Zourli proposera de revenir sur la façon dont les utérus façonnent les destins de celles qui en possèdent pour déconstruire les injonctions et normes sociétales
et si vous voulez en discuter avec l’autrice de ’Childfree, je ne veux pas d’enfant’, publié en 2019, rdv à 20h30 sur le site : https://www.feministsinthecity.com

RDV CULTURELS

depuis 9h ce matin et toute la journée aujourd’hui et demain, l’unversité de la sorbonne organise un colloque en ligne sur La réception, perspectives contemporaines
Ce colloque aura pour objectif d’explorer la notion de réception en rapport avec le champ esthétique dans toute sa diversité (réception de l’oeuvre théâtrale, de l’oeuvre littéraire, des arts visuels y compris l’art de la performance). La réception sera interrogée également dans le contexte de la didactique, et de l’histoire des idées politiques, soumises à un processus interprétatif inscrit dans les chaînes de la réception.
Au programme aujourd’hui, les discussions porteront sur la Réception et les plate-formes numériques, ou encore sur la reception comme intéraction et performance à travers le théâtre et demain matin les discussions porteront sur a reception comme interaction et performance à travers les arts visuels, sur les nouveaux paradigmes de reception ou encore sur la reception dans la sphère sociale, politique et didactique
et si vous voulez suivre ce colloque en ligne, qui se fera en français et anglais, il faut demander le lien zom et le codes en envoyant un mail à : receptionvale2021@gmail.com

depuis 10h ce matin et jusqu’à 19h ce soir, les Éditions Le monde à l’envers et la Librairie Le Rideau Rouge proposent l’Exposition De tout bois, une Exposition de photos et d’affiches liées à la lutte de Roybon contre le Center Parcs de Roybon (Isère)
et si vous voulez découvrir cette expo c’est jusqu’à 19h à la librairie le rideau rouge qui se trouve au 42 rue de torcy, métro Marx Dormoy

à partir de 13h, l’univerité Paul Valéry de Montpellier organise un colloque en ligne sur La fabrique de l’opinion-Communication, propagande, médias
Ce colloque se propose d’explorer les dimensions de la fabrique de l’opinion et la multiplicité des enjeux qu’elle ouvre. Dans cette perspective, étudier l’opinion reviendrait finalement à décrire le rôle de l’image, du son, de la parole et de la langue dans la création de l’opinion, suivi de discussions autour de Textes, points de vues et illustrations, avec notamment un focus sur la Diversité raciale et sexuelle : la normalisation par l’image, à travers L’exemple des Comics et de leurs adaptations à l’écran. Et demain matin, les discussions porteront sur Le pouvoir et la rue : entre manipulation et mobilisation et L’instrumentalisation politique : un discours sur mesure, avec un focus notamment sur la Doxa et contre-doxa dans le discours du Front National.
Et si vous voulez suivre ce colloque en ligne, il faut demander les liens et les codes en envoyant un mail à : yacine.boulaghmen@univ-montp3.fr

à partir de 18h, l’Initial Labo organise une rencontre avec Fred Laban autour de son livre de photos intitulé : ’Entre aujourd’hui et demain , une révolution Made in Tunisia’
En janvier 2011, le peuple tunisien renversait le président Ben Ali. En février 2011, Frédéric Laban, photographe marseillais, était à Tunis pendant les « settings » de Kasbah II. Qu’a amené au quotidien ce soulèvement populaire, qu’en reste-t-il après dix années ? Ce sont ces interrogations qui ont amené Frédéric Laban à revenir pour réaliser ce travail photographique. Grâce à ces images profondément humanistes et à ces textes sans concession, auxquels les journalistes Rim Mathlouthi et Hédi Doukhar apportent en contrepoint des données économiques ou juridiques, on peut déambuler dans les rues de Tunis et tenter de décrypter ce qui se joue aujourd’hui. Elles rendent également compte de la complexité de la Tunisie, un pays incertain et tiraillé par des forces opposées entre tradition/modernité ; entre laïcité/Islam ;et nomadisme /sédentarité.
Et si vous voulez rencontrer Fred Laban et discuter de son ouvrage photographique, rdv à 18h à l’Initial Labo qui se trouve au 62 avenue Jean-Baptiste Clément à Boulogne-Billancourt , métro Boulogne-Jaurès

De 18h à 22h aujourd’hui et demain, l’atelier des artistes en exil propose l’exposition « Déflagration », dans le cadre du mois des fiertés.
l’atelier des artistes en exil s’efforce de garantir un espace sûr pour ses artistes queer et LGBTIQA+ et de soutenir leurs mouvements de lutte et de les visibiliser.
L’exposition accueille les œuvres de Hamza Abuhamdia (Jordanie), Khaled Alwarea (Syrie), Maral Bolouri (Iran), Sara Farid (Pakistan), Tickson Mbuyi (RD Congo), Mous (Liban), Ilyes Messaoudi (Tunisie), Pierre-Louis Herold (Haïti).
Durant l’exposition, il y aura aussi la préparation de pancartes et de banderole pour le défilé de la Gay Pride de ce week end.
Pour aller voir cette expo, rdv aujourd’hui et demain, de 18h à 22h à l’atelier des artistes en exil, au 6 rue d’Aboukir, métro sentier

A 18h, le monte en l’air accueille Elise Gruau et Aurélie Castex pour une séance de dédicace du livre terre ferme, paru aux éditions Marabulles
À la mort de son frère qui avait repris la ferme familiale, Xavier revient dans sa Normandie natale. Il vient prêter main forte à sa soeur Emmanuelle qui doit gérer, désormais seule, l’exploitation. Alors que la seule issue possible à leurs difficultés semble être de vendre la ferme, ils découvrent qu’ils peuvent passer de l’élevage conventionnel à une production de lait bio. Ensemble, ils se lancent dans cette révolution qui les motive pour tout repenser, réinventer leur métier et retrouver l’équilibre.Ces deux personnages attachants et inspirants racontent l’histoire de leur ferme et les sentiments indéfectibles qui les lient à leurs bêtes et à la terre de leur parents.À travers leurs récits croisés et souvent drôles, le lecteur s’aventure dans les questions environnementales et économiques qui traversent notre société.Changer nos modes de production et préserver l’environnement est-il à portée de main ?
Si vous voulez vous rendre à cette séance dédidace – rencontre, rdv à la librairie le monte en l’air, au 2 rue de la mare, métro ménilmontant

A 18h30, la librairie petite Egypte propose une rencontre avec avec les historiens de l’art Cédric Vincent et Dagara Dakin autour du livre ’Art contemporain africain. Histoire(s) d’une notion par celles et ceux qui l’ont faite’, paru aux éditions Jrp
Si vous souhaitez participer à cette rencontre, rdv à 18h30 à la librairie petite Egypte, au 35 rue des Petits Carreaux, métro sentier

à 19h, le Saint-Sauveur accueille des membres du Collectif des Combattantes et Combattants Francophones du Rojava et des Éditions Libertalia pour une discussion autour du livre collectif HOMMAGE AU ROJAVA qui regroupe des témoignages de combattantes et combattants kurdes
et si vous voulez y participer, c’est à 19h au Saint-Sau, 11 rue des Panoyaux, métro Ménilmontant

à 19h, la médiathèque Françoise Sagan accueillera Dora Djann pour une présentation-dédicace de son livre intitulé “Ouverture à la française”, paru chez Actes Sud
Originaire de Turquie, Ziné n’a pas revu son père depuis quinze ans, depuis qu’elle s’est mariée avec un Français et sans le consentement de sa famille. Maintenant qu’elle a divorcé, elle voudrait renouer avec lui mais elle craint d’être la cible d’un crime d’honneur. Ziné se met à fréquenter le milieu kurde dans le quartier où vit son père, le dixième arrondissement parisien. Elle se confronte alors à l’histoire de son pays natal, le Kurdistan exploration de la mémoire, terrain d’une lutte contre l’oubli et les violences de l’histoire cachée.
Et si vous voulez en discuter avec Dora Djann, rdv à 19h à la Médiathèque Françoise Sagan qui se trouve au 8 rue Léon Schwartzenberg, 75010 Paris

à 19h aussi, le théâtre Victor Hugo de Bagneux accueille la représentation du spectacle Les Frustrées proposé par la Cie Le Chant des rives, À PARTIR DE L’OEUVRE DE CLAIRE BRÉTÉCHER
Claire Bretécher était une figure majeure de la bande dessinée, selon Roland Barthes « la meilleure sociologue de l’année ». Les Frustrés est une série de planches créée dans Le Nouvel Observateur entre 1973 et 1981.
Heïdi-Éva Clavier est une jeune metteuse en scène dont nous suivons le travail depuis ses débuts. Dans cette adaptation, elle nous restitue avec subtilité, humour et intelligence cet inventaire de façons de vivre, propre à l’auteur et aux années soixante-dix. Deux comédiennes, un tulle, des projections graphiques dessinent les espaces et interrogent, aujourd’hui comme hier, un monde où l’avortement, la répartition des tâches, le questionnement entre maternité et carrière, sont des questions concrètes en pleine résonance.
Et si vous voulez découvrir cette adaptation de l’ouevre de claire brétécher, rdv à 19h au théâtre Victor Hugo qui se trouve au 14 avenue Victor Hugo à Bagneux, et il faut réserver avant en appelant le : 01 46 63 96 66 ou le 06 49 63 20 28

A 19h30, le cinéma la clef propose l’avant-première du documentaire « une vie parallèle(s) » avec la réalisatrice Xanaé Bove et d’une partie de l’équipe
Plongée dans l’underground français à travers ses librairies et par extension, sa presse, ses éditions. Depuis 1972, la librairie Parallèles a vu passer plusieurs générations de têtes chercheuses. Elle est le fil rouge de cet hommage à des lieux d’initiés. Ou, comment mener une vie Parallèle(s) et relayer une pensée et une esthétique autre que le courant dominant ?
Pour assister à cette avant-première, rdv au cinéma la clef à 18h30, au 34 rue Daubenton, métro censier

A 19h30, le cinéma les 3 luxembourg et Critikat propose la projection de « SEULS LES ANGES ONT DES AILES », suivie d’une discussion animée par Sylvain Blandy et Marin Gérard de Critikat.
Au cours d’une escale à Barranca, un petit port bananier d’Amérique du Sud, Bonnie Lee, une danseuse de music-hall, rencontre Joe Souther et Les Peters, deux pilotes d’une compagnie assurant le transport du courrier. Joe doit accomplir une mission. Mais durant son vol, le temps s’aggrave et ce dernier refuse de revenir à la base.
Pour assister à cette séance et discuter avec les intervenants, rdv à 19h30 au cinéma les 3 luxembourg, au 67 rue Monsieur le Prince, métro Odéon

A partir de ce soir et jusqu’à dimanche, le cinéma les 7 batignolles organise le festival 7e lune.
Quatre jours de cinéma, des courts et longs métrages venus du monde entier.
Au programme de ce soir 19h30, la cérémonie d’ouverture et la première séance de la compétition officielle de courts métrages, avec Coma de Danil Kolotov, en caso de fogo de Tomas Paula Marquez, le jour du seigneur de Simon Weizineau, Ventral de Juan Lorenzo Loureiro et les étoiles de nina Orliange
Pour participer à ce festival, rdv à 19h30 au cinéma les 7 batignolles, 25 allée Colette Heilbronner, métro porte de Clichy

à 20h, l’AFPS, le collectif Trop c’est trop et le cinéma Saint-André des Arts proposent une projection-débat autour du film Pas en mon nom, en présence de son réalisateur Daniel Kupferstein
Et si vous voulez y participer c’est à 20h, au ciné le Saint-André, 30 rue Saint-André des Arts, Métro St Michel

MUSIQUE : Salmian - Ishkodè

Agenda 2021-06-24

Documents joints

Aujourd'hui on sera au téléphone avce Nicolas (...)