Agenda Fpp 25 mai

mardi 25 mai 2021
par  Julie agenda

Aujourd’hui, on sera au téléphone avec Anthony Fouchard pour parler de son livre intitulé ’Il suffit d’un espoir’ paru aux éditions les Arènes, livre qu’il présente ce soir au Bar 61
Rdv à partir de 18h au bar le 61, 3 rue de l’Oise, dans le 19e, métro Crimée

Agenda du 25 05 2021

il n’y plus de cri du Peuple, la semaine sanglante a débuté, les troupes versaillaises sont entrées dans Paris et le 25 mai 1871 les communards sont défaits dans la bataille de a butte-aux-cailles ce qui permet aux Versaillais de s’emparer de toute la rive gauche : pour rappel le 5 juin 2021 cette fois, Fpp vous invite à venir célébrer la Commune de Paris avec au programme : du théâtre, de la musique, une expo photo, une librairrie, des débats et une antenne ouverte pour vous exprimer sur la Commune de Paris : alors rdv le 5 juin de 12h à 21h dans les locaux de Fpp au 1 rue de la solidarité !

retour en 2021 avec cette très belle victoire des femmes de chambre de l’hôtel IBIS des Batignolles qui après 23 mois de lutte dont 8 mois de grève, viennent enfin d’obtenir satisfaction
Depuis juillet 2019, une cinquantaine de femmes de chambre de l’hotel Ibis des batignolles, soutenue par la CGT-HPE, dénonçait leurs conditions de travail : les cadences infernales, les humiliations répétées et la précarité imposées par leur employeur, la société de sous-traitance STN.
Après des mois de lutte et d’actions, elles signent enfin aujourd’hui l’accord avec leur employeur qui va requalifier leur contrat précaire en CDI, et s’engage à augmenter leur salaire de 250 à 500 euros, réduire les cadences de travail et à prendre en charge le nettoyage de leur tenue professionnelle par leur entreprise.

En ce moment : les agents de la Ville de Paris en grève mènent une Action coup de poing : ils ont investi une partie de l’Hôtel de Ville, certains en montant sur le toit du bâtiment, pour protester contre la réforme de transformation de la fonction publique, qui doit mener en janvier 2022 à l’augmentation du temps de travail des agents municipaux.
Et si vous voulez les soutenir c’est en ce moment à l’hôtel de ville de Paris

en ce moment et jusqu’à 14h, l’Atelier d’Économie Politique organisé par l’université Paris 13, se poursuit avec une séance virtuelle autour de Cédric Durand, professeur associé au département d’histoire, d’économie et société de l’université de Genève qui présentera son ouvrage Technoféodalisme, technique de l’économie numérique, paru aux éditions la Découverte.
Au début des années 2020, le consensus de la Silicon Valley se délite. Inégalités folles, stagnation de la productivité, instabilité endémique… la nouvelle économie n’est pas advenue. Les algorithmes sont omniprésents, mais ce n’est pas pour autant que le capitalisme s’est civilisé. Au contraire.
La thèse de ce livre est qu’avec la digitalisation du monde se produit une grande régression. Retour des monopoles, dépendance des sujets aux plateformes, brouillage de la distinction entre l’économique et le politique : les mutations à l’œuvre transforment la qualité des processus sociaux et donnent une actualité nouvelle au féodalisme. L’ouvrage commence par proposer une généalogie du consensus de la Silicon Valley et met en évidence les cinq paradoxes qui le minent.
La thèse centrale est ensuite déroulée, rythmée par des développements sur les GAFA, les chaînes globales de valeur ou encore le système de crédit social chinois. Les grandes firmes se disputent le cyberespace pour prendre le contrôle sur des sources de données. Les sujets sont attachés à la glèbe numérique. Dans l’ordre économique qui émerge, les capitaux délaissent la production pour se concentrer sur la prédation.
Et si vous voulez en discuter avec Cédric Durand, rdv jusqu’à 14h sur : https://zoom.us/j/99735343267?pwd=UmwweHRlcG54SDg2MmxMR2J4bkl2QT09
ID de réunion : 997 3534 3267
Code secret : FUMc7X
et si vous voulez retrouver les visioconférences précédentes de l’Atelier d’économie politique, rdv sur le lien youtube : https://www.youtube.com/watch?v=xfoPp-K1Crk&list=PLY3O1be_Uox3RE4XcNOsGjTOAQyMyvEVN 

à 13h30, le Comité national CGT Chômeurs précaires organise un hommage au camarade Robert Piot, décédé le 10 mai dernier
Robert Piot, alias Bob, militant à la CGT de longue date était engagé pour les droits des plus vulnérables, privés d’emploi, précaires, travailleurs sans-papiers…c’était un vrai militant ouvrier, engagé et désintéressé, qui ne militait ni pour la place, ni pour la gloire ou le spectacle, mais pour la « grande cause du mouvement ouvrier ». Toujours présent, toujours prêt à aider, il était au taquet pour intervenir dans l’agenda ou pour refiler les contacts utiles à solliciter. Je ne le connaissais pas vraiment, mais vu le nombre de témoignages, et d’hommages qui lui ont été rendu sur les réseaux sociaux, c’est un grand militant qui s’en est allé....et si vous voulez vous joindre à l’hommage qui lui sera rendu le rdv est donné à 13h30 sur le terrain de boules du parc des sévines, au niveau du 85 Rue des Caboeufs à Gennevilliers avant les obsèques qui auront lieu à 15h au cimetière de Gennevilliers au 43 Rue Villebois Mareuil (arrêt timbaud du T1).
Et si vous ne pouvez pas y assister, mais que vous souhaitez lui rendre hommage un espace inmemori est ouvert en ligne : https://www.inmemori.com/rpiot-e99ia

aujourd’hui et demain matin, les Brigades de solidarité populaire ouvrent plusieurs points de collectes et distribution de produits alimentaires et produits d’hygiène
jusqu’à 14h Chez Natalia au 68 rue des Ramenas à Montreuil
de 14:00 – 18:00 : au 92 rue d’Aubervilliers dans le 19ème
15h à 18h : à La Petite Pagaille, 65 rue Molière, à Ivry 
de 18:00 – 20:00 : au 102 bis rue de Bagnolet dans le 20ème
et de 18:00 – 20:00 aussi : au 249 rue de Charenton dans le 12ème
et demain matin, à partir de 10h dans les locaux de l’AERI au 57 rue Etienne Marcel
et demain aussi à partir de 11:00 : à La Fabrik, 23 rue du docteur Potain (entrée par la rue Jean Carré) dans le 19ème

de 14h à 16h, le séminaire du Groupe d’étude sur le travail et la santé au travail se poursuit avec une séance virtuelle autour de Catherine Cavalin (Université Paris Dauphine), Emmanuel Henry (Université Paris Dauphine), Jean-Noël Jouzel (Sciences Po) et Jérôme Pélisse (Sciences Po) qui présenteront leur ouvrage collectif : Cent ans de sous-reconnaissance des maladies professionnelles, paru à la presse des mines.
La sous-reconnaissance des maladies liées au travail constitue aujourd’hui, en France comme dans d’autres pays industrialisés, un fait social massif. Qu’il s’agisse de cancers provoqués par l’exposition à des produits toxiques, de troubles musculo-squelettiques induits par des postures répétitives ou par le port de charges lourdes, ou d’atteintes psychologiques associées à certains modes de management, les effets du travail sur la santé restent un problème insuffisamment pris en charge par les pouvoirs publics. Les dispositifs devant assurer leur reconnaissance et leur indemnisation ne fonctionnent pas de façon satisfaisante, rendant en grande partie invisibles les origines professionnelles de nombreuses maladies et décès. Cette situation n’est pas nouvelle. Elle perdure depuis le début du 20e siècle malgré l’adoption, dans plusieurs pays occidentaux, de législations permettant d’indemniser les pathologies engendrées par les conditions de travail. Remarquablement résistantes à l’épreuve du temps, ces lois fondatrices structurent en effet toujours aujourd’hui le soubassement légal et épistémique de la reconnaissance des maladies professionnelles, continuant à s’avérer incapables de réparer correctement les maux du travail. Cet ouvrage rassemble des contributions d’historiens et de sociologues qui étudient les raisons de cette inertie, et donnent à voir les causes de la sous-reconnaissance chronique des maladies professionnelles, depuis les débats fondateurs jusqu’aux controverses contemporaines sur les dégâts que le travail peut induire pour la santé physique et mentale. Ces recherches ouvrent des pistes de réflexion pour revoir les modalités de la réparation de ces dégâts, et sortir de l’impasse que ceux-ci, depuis plus d’un siècle, occasionnent pour la justice sociale dans nos sociétés.
Et si vous voulez en discuter avec les auteurs, il faut vous inscrire, avant 14h, sur : vous inscrire ici 

aujourd’hui et demain, l’université Paris 8 organise un colloque sur la Commune de paris au prisme du droit
avec au programme, cet aprem des discussions sur : les Institutions et administrations avec un focus sur La quintessence de l’état d’exception. L’état de siège politique pendant la Commune, une discussion sur La province et l’expérience communale, une autre sur les Procès d’hommes et procès de femmes sous la Commune de Paris : l’émancipation des femmes, ou encore sur La justice pénale sous la Commune : par le peuple, et pour le peuple , puis des discussions autour de la Culture et de la musique avec un focus sur Le Conservatoire de Paris pendant la Commune : itinéraires d’une utopie à travers l’œuvre et la réflexion de Francisco Salvador-Daniel, et un focus sur Le ’temps des cerises’ de J.-B. Clément
demain matin, les discussions reprendront à partir de 9h30 et reviendront sur La Commune dans la pensée de Proudhon. La pensée de Proudhon dans la Commune ou encore sur la Surveillance et répression des subversifs et Les communards en prison ; et si vous voulez suivre ce colloque il se fait en présentiel, aujourd’hui à partir de 14h et demain matin à partir de 9h30, et ça se passe dans l’amphithéâtre MR 002 de la maison de la Recherche de l’université paris 8, dont l’entrée se fait par la rue Guynemer, juste en face de la sortie de métro Saint-Denis-Université

de 15h à 17h, la permanence santé et conditions de travail sera ouverte à la Bourse du Travail de Paris
Vous êtes confronté.e.s à des conditions de travail intenables, dangereuses, injustes, sous pression, des violences, du harcèlement, des problèmes de santé, la précarité et l’incertitude du lendemain,
Vous voulez trouver des conseils, des outils pour vous défendre, des idées pour vous en sortir, La Permanence conditions de travail et santé est ouverte à tou-te-s, travailleuses et travailleurs de tous statuts
et elle sera ouverte de 15h à 17h, sans rdv au 3 rue du Château d’eau, métro République
et si vous préférez un rdv en visio, vous pouvez les contacter en envoyant un mail à : permanence@neplusperdresaviealagagner.org

Le collectif Solidarités migrants Wilson lance un appel à bénévoles pour ses maraudes mobiles d’aujourd’hui 
et si vous pouvez y participer, le rdv est donné à 18h au Théâtre de la Belle Étoile, 14 rue Saint-Just, à Saint-Denis

A 18h30, l’IREMMO organise une rencontre en ligne autour des 10 ans de guerre en Syrie
Cette rencontre aura lieu avec Ziad Majed, politiste franco-libanais, professeur et directeur du programme des études du Moyen-Orient à l’Université américaine de Paris (AUP), membre de l’iReMMO et avec Patrick Haenni, chercheur à l’Institut Universitaire européen de Florence, conseiller principal pour la Syrie, Centre pour le dialogue humanitaire à Genève
Vous retrouverez le lien d’inscription et celui pour suivre la rencontre sur :
https://bit.ly/3uIDbUP
https://www.youtube.com/watch?v=Dmv8N4mxHwM

à partir de 19h30, Alternatiba Paris et La base propose la deuxième session de débat public en ligne de leur cycle : Nous ne respirons pas le même air ! - pour Comprendre la ville d’hier pour inventer la ville de demain
Comment l’île-de-France en est-elle arrivée à représenter cette métropole dans laquelle nous vivons aujourd’hui ? Nous savons que l’histoire des villes actuelles est étroitement liée à celle de l’urbanisme. Mais comment cette histoire nous permet-elle de mieux comprendre l’agencement des villes et les contraintes qui ralentissent leurs transformations ? Comment les politiques publiques et mouvements citoyens peuvent nous permettre de penser la ville autrement ? Mais surtout quelle ville voulons-nous pour demain ?
C’est à toutes ces questions que tenteront de répondre : Vincent Bezaguet et Barbara Meyers de La Rue Est À Nous*, Armelle Gautier : Psychologue et activiste Alternatiba Paris, Frédéric Héran : Economiste des transports et urbaniste à l’Université de Lille, membre du Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques associé au CNRS, et Victoria Chabran : Présidente de l’Union des associations des riverains du Stade de France et membre du Comité de vigilance JOP 2024 de Saint-Denis.
Et si vous voulez suivre ce débat en ligne, rdv à partir de 19h30 sur le live Facebook de la Base : https://www.facebook.com/labase.paris

A 20h30, Feminists in the city organise une visioconférence sur les femmes artistes au XIXème siècle
De Rosa Bonheur à Suzanne Valadon, en passant par Camille Claudel, Elles retraceront les vies de femmes emblématiques qui ont marqué le XIXème siècle, en tant qu’artistes et modèles.
La rencontre sera présentée par Cécile Fara, co-fondatrice de Feminists in the City et diplômée de Sciences Po Paris.
Pour vous inscrire, rdv sur le site internet https://www.feministsinthecity.com

RDV CULTURELS

Ce matin commençait un colloque organisé par l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne sur les Étudiants, intellectuels et artistes étrangers et post-coloniaux en France dans les années 1968
L’historiographie « des années 68 » a récemment privilégié une approche globale des mouvements sociaux, mettant l’accent sur les circulations et les échanges d’un pays ou d’un continent à l’autre. Cette historiographie est très riche, comme l’est aussi celle concernant plus spécifiquement le Mai français. Il demeure néanmoins quelques angles morts, ou quelques terrains qui n’ont pas été explorés. L’un de ceux-ci est l’objet de ce colloque : Il s’agit du rôle des étudiants étrangers voire plus largement des intellectuels et artistes étrangers (écrivains, artistes, musiciens, enseignants etc) et/ou postcoloniaux en France durant ces « années 68 ».
et si vous voulez suivre ce colloque et retrouver le programme complet rdv sur : https://calenda.org/874275

a partir de 14h30, le collège de France poursuit son colloque en présentiel consacré au ’ travail des artistes. Marchés, réputations, rémunérations’
avec au programme, cet aprem, des discussions autour de la théorie de la consécration. Révolution, hiérarchies et inégalités sur le marché de l’art moderne, des discussions autour du travail artistique au prisme des contrats à partir du cas du cinéma français, et des discussions autour d’Hollywood gouverné par les algorithmes - Ascension de nouveaux professionnels et transformation des choix de production
et si vous voulez suivre ce colloque, ça reprend à 14h30 au Collège de France dans l’amphithéâtre Maurice Halbwachs, 11 place Marcelin Berthelot

à 15h, la compagnie Hoc Momento vous invite à participer à la tournée 2021 du spectacle collectif : MONTJOIE ! SAINT-DENIS !
’Montjoie ! Saint-Denis !’ : C’est une pièce satirique, joyeuse et surréaliste mêlant théâtre, musique et machinerie scénographique...qui pose des questions universelles en faisant un pont entre le passé et le présent, depuis le tombeau des Rois de France jusqu’aux Jeux Olympiques. La distribution se renouvelle à chaque représentation. Ainsi, le spectacle se fabrique avec toutes les personnes qui le traversent. Plus qu’un spectacle, c’est une expérience collective.
Et si vous voulez y participer, rdv à 15h au 15 avenue Waldeck Rochet à Saint-Denis

A 17h30, la clef revival projette le film « les trois frères chiens fous », de Kinji Fukasaku
A propos du film : « Un yakuza, Gondo (joué par Bunta Sugawara), sort de prison six ans après l’assassinat du chef de bande. Son clan est désormais réconcilié avec l’ancienne bande de l’homme qu’il a assassiné. Isolé, Gondo commence à tenir une maison de prostitution… »
Chez Fukasaku, la société pervertit et corrompt à l’image des yakusas et de leur système hiérarchique implacable, grotesque et souvent risible. Cette société élitiste – autant les yakusas d’un clan que les fonctionnaires d’une entreprise en plein essor – appauvrit les âmes tandis que la misère affûte les tripes.
Pour assister à cette séance, à la clef revival, rdv à partir de 17h30 au 34 Rue Daubenton, dans le 5e

à 19h, le Collectif 12 propose la représentation du spectacle de danse contemporaine proposé par Pol Pi et la Compagnie No Drama, intitulé Les Densités - daté·e·s 
Les pièces chorégraphiques de Pol Pi ont toujours comme point de départ une archive. Avec daté·e·s , cette fois c’est le corps lui même qui sera interrogé comme archive. Le corps comme constitué de couches de mémoire sensible, faites d’aller-retour entre mémoire intime et mémoire collective.
Pour élargir le champ d’expérience et de sensibilité, Pol Pi a construit ce trio avec deux interprètes non seulement d’autres générations, mais aussi venant d’autres parcours de danse que le sien (c’est-à-dire une formation basée surtout sur le théâtre physique) : Solen Athanassopoulos (danseuse de hip hop free style) et Jean- Christophe Paré ( ancien danseur de l’Opéra de Paris).
Et si vous voulez découvrir ce spectacle de danse contemporaine, il faut réserver votre place par téléphone : au 01 30 33 22 65 ou par mail à contact@collectif12.org
et le spectacle commence à 19h, à la Fabrique d’Art et de Culture, le Collectif 12, qui se trouve au 174 bvd du Maréchal Juin, à Mantes-la-Jolie

A 20h, le PointCulture Bruxelles organise une soirée débat qui sera retransmis en ligne sur la Culture et la numérisation : de la recommandation à l’algorithme
Les plateformes et le numérique en général bouleversent notre rapport à la culture, rendant des œuvres accessibles à un plus large public … ou mettant à la portée des consommateur.rices une masse infinie de contenus. Quel est l’impact de ce nouveau paradigme sur la liberté d’expérimentation et de création ? Qu’en est-il du droit d’auteur.rice et donc des conditions de vie des créateur.rices lorsque le fruit de leur travail semble gratuit et librement accessible ? Qu’est-ce que l’arrivée de ces acteur.rices et de leurs algorithmes change en termes de politique éditoriale, de prescription et de rapport au public ? Quelle règlementation devrait être mise en place, et par qui ? ’
C’est à ces questions que tenteront de répondre Renaud Maes, chercheur et président du Comité belge de la Scam, Isabelle Rey, cinéaste et membre du Comité belge de la Scam et Éva Tourrent, Responsable artistique de TËNK
Pour assister à de débat en ligne, rdv ce soir à 20h sur : https://www.facebook.com/events/355049179274522

demain matin, de 11h à 13h, L’Observatoire des Mondes Arabes et Musulmans organise la dernière séance de son cycle annuel de séminaires et propose une séance virtuelle autour de Cécile BOEX (EHESS) &Agnès DEVICTOR (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) qui reviendront sur « Le front des images en Syrie. Usages, circulations, enjeux ».
Cécile Boëx et Agnès Devictor, coordinatrices de l’ouvrage Syrie une nouvelle ère des images. De la révolte au conflit international (paru aux Éditions du CNRS, 2021), exposeront les manières dont le vaste territoire audiovisuel issu de ce conflit, disséminé sur Internet mais aussi dans les cartes mémoires des téléphones portables des preneurs d’image, permet d’éclairer certains aspects de l’engagement, du combat et de la violence extrême. Il s’agira d’interroger les usages, les temporalités et les imaginaires qui se déploient dans les images et les sons à partir de différents acteurs et espaces du conflit. Qui filme, comment et pourquoi ? Comment la recherche peut-elle appréhender ces gestes d’images, leurs grammaires et leurs circulations ? Cécile Boëx analysera plus spécifiquement des modalités différentes de l’enrôlement des images dans la violence à partir de deux acteurs de la terreur qui ont particulièrement mobilisé la vidéo pour torturer et tuer : les soldats de l’armée syrienne et l’organisation de l’État Islamique. Agnès Devictor examinera, quant à elle, la façon dont les images numériques circulent sur le front à partir de photos et de vidéos produites, diffusées et reçues dans le « camp iranien ». Elle traitera également des nouvelles formes de circulation d’images de propagande entre camps ennemis.
Et si vous voulez en discuter avec elles, il faut vous inscrire avant demain matin sur :https://zoom.us/meeting/register/tJEvc-morz8iHtWwSCDaCZWIpu17NjUuz2QC.

enfin, demain matin à 11h, le collectif Black Lines propose un rdv pour réaliser une grande fresque de soutien à la Palestine
et le rdv est donné demain matin à 11h dans la Rue de la Poterne des Peupliers, dans le 13ème

Musique : Les Ogres de Barback - Le Daron

Agenda du 25 05 2021

Documents joints

Aujourd'hui, on sera au téléphone avec Anthony (...)