Agenda Fpp 18 mars

jeudi 18 mars 2021
par  Julie agenda

Le 18 mars 1871 débute l’insurrection communaliste.
Au petit matin, craignant l’agitation montante dans la capitale où la population venait de subir un siège particulièrement difficile après l’échec face à la Prusse, Adolphe Thiers et le gouvernement envoient la troupe s’emparer des canons de la Garde nationale à Belleville et sur la butte Montmartre. Alors que les Parisiennes et les Parisiens s’y rassemblent, la troupe fraternise avec la Garde nationale.
Rapidement, des barricades sont montées dans le faubourg Saint-Antoine et à Ménilmontant et le Comité central de la Garde nationale donne l’ordre à tous les bataillons de converger sur l’hôtel de ville. En début d’après-midi : Montmartre, la gare de Sceaux, la mairie du XIVe, la gare d’Orléans, le Jardin des Plantes, le palais du Luxembourg, la mairie du Ve sont aux mains des révoltés.
Thiers décide de quitter Paris pour Versailles et ordonne l’évacuation totale des troupes et le départ de tous les fonctionnaires. Dans la soirée, l’hôtel de ville de Paris est envahi, et le comité central de la Garde nationale s’y installe.

Agenda du 2021-03-18

toute la journée plusieurs groupes de GJ dont le Peuple Révolté, Les Jeunes Gilets Jaunes et Ultimatum gilet jaune appellent à reprendre les Ronds-Points

à 14h : les ami.e.s de la Commune organisent une Manifestation entre Bastille et Hôtel de Ville
avec au programme sur le trajet : une intervention sur la Bastille et la Commune, un passage par la rue Saint-Antoine avec une halte au 17 de la rue Saint-Antoine pour une intervention sur les femmes en lutte dans le IVe arrondissement, puis direction vers la rue de Birague et la place des Vosges où se trouvait le QG de la Garde national et aujourd’hui le musée Victor Hugo, puis direction la Mairie du IVe arrondissement jusqu’à la place Saint-Gervais, le Quai de l’Hôtel-de-Ville jusqu’à la place de l’Hôtel-de-Ville.

À 15h, le groupe Opérations Spéciales GJ propose un rdv au mur des fédérés
Le mur des Fédérés est une partie de l’enceinte du cimetière du Père-Lachaise, devant laquelle 147 fédérés, combattants de la Commune, ont été fusillés par l’armée versaillaise à la fin de la Semaine sanglante, en mai 1871, et jetés dans une fosse commune ouverte au pied du mur. Depuis lors, il symbolise la lutte pour les idéaux des communards.
Alors rdv à 15h, DERRIÈRE LE CIMETIÈRE DU PÈRE LACHAISE, SQUARE SAMUEL-DE-CHAMPLAIN.

À 16h, les GJ de Montreuil et les GJ de Pantin organisent un Rassemblement festif pour célébrer aussi la Commune de Paris
et le rdv est donné à partir de 16h sur la Place Jacques Duclos, métro Croix-de Chavaux

à 17h, La Fondation Rosa Luxemburg et la Fondation Gabriel Péri organisent une rencontre en ligne pour croiser les regards français et allemands sur la Commune de Paris, une expérience et un héritage qui s’inscrivent dans l’histoire du mouvement ouvrier, et dans l’histoire nationale de ces deux pays.
Au programme de ces rencontres numériques croisées :
une Ouverture en Chanson avec Le Temps des Cerises (1871), accompagné des peintures d’Hippolyte Dubois ; suivi d’une table-ronde – La Commune : pourquoi et comment ? Avec l’historien Achim Engelberg, et l’historienne Mathilde Larrère, puis un Intermède avec une Lecture d’extraits de textes de Karl Marx et d’un discours d’August Bebel ; et une lecture de la déclaration de la Commune du 19 avril 1971.
une deuxième table-ronde sera ensuite consacrée à La Commune : premier gouvernement ouvrier Avec l’historien Florian Grams, et l’historienne Inès Ben Slama, suivi d’un Intermède : Lecture et interprétation du poème d’Arthur Rimbaud, Les mains de Jeanne-Marie (1872) ; enfin une dernière table-ronde sera consacrée à L’héritage de la Commune et les enjeux actuels
Et si vous voulez suivre cette soirée spéciale Commune proposée par la Fondation Rosa Luxembourg et la Fondation Gabriel Péri, rdv à partir de 17h sur : https://gabrielperi.fr/.../150-ans-de-la-commune-de.../

à 19h, Dubamix vous donne rdv pour la sortie de son Mini-album Communardes Communards, 4 titres qui mêlent reprises et créations originales.
Inspiré, comme de nombreux artistes avant lui, par ce moment historique qui représente encore aujourd’hui l’espoir d’une société émancipatrice, l’activiste du « dub rouge et noir » ravive les drapeaux de la Commune à coup de rythmiques électroniques et de riffs de sax affutés. Un an après son dernier opus, Dubamix retrouve les artistes de l’album « Camarades » qui naviguent entre 1871 et 2021 pour clamer que « La commune est vivante dans nos quartiers, nos cœurs, nos ZADs et nos aigreurs » sur un dub à la fois puissant et nostalgique faisant la part belle aux luttes révolutionnaires et offensives qui entendent bien créer « ici et maintenant », les bases d’une société égalitaire.
Et si vous voulez découvrir l’album rdv à 19h sur le lien YouTube : [https://youtu.be/7Z2KUtmNQHo]
téléchargement GRATUIT : [https://www.dubamix.net/albums/communardes-communards/]

19h aussi, une SOIRÉE CINÉ : VIVE LA COMMUNE est prévue avec la projection virtuelle de ’La Commune (Paris 1871)’ de Peter Watkins, précédée d’un débat avec l’historienne Ludivine Bantigny, auteure de “La Commune au présent” (2021, La Découverte).
Et si vous voulez voir ou revoir cette œuvre magistrale de Watkins, rdv à partir de 19h sur : https://framaforms.org/projection-du-film-la-commune

AUTRES RDV MILITANTS

depuis 10h30, Le Collectif contre les 168 licenciements organise un rassemblement au Westin Paris Vendôme
et vous pouvez les retrouver c’est sur la place Vendôme

à 12h, celles et ceux qui occupent le Théâtre Gérard Philippe de St-Denis depuis avant-hier organisent une AG en plein air
et le rdv est donné en ce moment sur les marches du TGP qui se trouve au 59 bvd Jules Guesdes, àç St-Denis, RER D gare de st-denis

à 12h30, Amnesty International France poursuit ses rassemblements hebdo sur la place de la République pour protester contre les ventes illégales d’armes françaises
Alors que La France n’a de cesse de mettre en avant son exemplarité en matière de ventes d’armes et déclare régulièrement qu’elle respecte scrupuleusement ses engagements internationaux, la transparence et un contrôle réel du pouvoir exécutif, qui seraient les signes de cette exemplarité, font encore cruellement défaut. En effet, en matière de vente d’armes, c’est l’omerta....et Le domaine réservé ou le Secret Défense sont régulièrement convoqués pour justifier cette opacité plus que contestable.
Alors qu’ un nombre croissant de députés et de citoyens français mettent notamment en cause les exportations d’armements français à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, principaux belligérants du conflit yéménite, Amnesty International France a décidé d’organiser ces rassemblements hebdomadaires les jeudis midis et ce jusqu’au 25 mars, triste date anniversaire du conflit au Yémen...et pour le rassemblement d’aujourd’hui encore : l’organisation Salam for Yemen rejoint Amnesty International France pour dire Stop à la guerre au Yémen et pour dire non aux exportations d’armement français à l’Arabie Saoudite et aux Émirats arabes unis qui tuent et affament les Yéménites.
Rdv donc à 12h30 sur la place de la République

alors que l’occupation du théâtre de l’odéon tient toujours et que le mouvement d’occupation des théâtres s’est étendu dans toute la France, avec une cinquantaine d’établissements culturels occupés recensés et des occupations qui s’étendent aussi, par exemple au Pôle Emploi à Alès, l’agora quotidienne de l’odéon est prévue de 14h à 15h
alors rdv à 14h au Théâtre de l’Odéon, Place de l’Odéon, Métro Odéon

à 14h aussi, SUD Rail Paris Nord organise un rassemblement à l’infrapole Paris Nord pour défendre le service public, la sécurité ferroviaire, l’emploi et les salaires...
et le rdv est donné à 14h à la gare du nord

à 14h30, l’association Astérya organise un Atelier pour les retraité.e.s qui ont ont envie de s’engager
Vous êtes retraité.e.s et vous voulez lutter contre la précarité alimentaire ? investir dans un jardin partagé ? Ou encore Lutter contre le décrochage scolaire .. ?
cet atelier propose de vous faire découvrir les actions solidaires et écologiques dans lesquelles vous pouvez vous engagez !
Et si vous voulez suivre cet atelier, il faut vous inscrire par mail en écrivant à : agir@asterya.eu // ou par tel en appelant le : 07 69 69 66 71
et l’atelier se déroulera de 14h30 à 16h30 à la Maison de la Vie Associative et Citoyenne du 15è arrondissement qui se trouve au 22 rue de la Saïda

à 17h30, le séminaire d’Actualité Critique organisé par l’ENS Ulm se poursuit avec une séance virtuelle consacrée au Rapport Stora : les deux rives de la mémoire franco-algérienne
Le 20 janvier dernier, l’historien Benjamin Stora a remis au président de la République : 22 préconisations visant à « réconcilier » les mémoires de la colonisation et de la guerre d’Algérie de part et d’autre de la Méditerranée. Mais le silence des autorités algériennes suite à sa publication et les critiques qui lui ont été
adressées montrent que les tensions et les plaies, loin d’être apaisées, restent vives. Si les uns dénoncent l’absence d’excuse de la France, d’autres regrettent un zèle excessif à l’égard des descendants du Front de libération nationale (FLN) et s’estiment oubliés (harkis, pieds noirs).
Le rapport Stora peut-il contribuer à resserrer les liens entre la France et l’Algérie ? Une mémoire unifiée de part et d’autre de la Méditerranée, et en France même, est-elle possible ? Plus largement, dans quel contexte politique ce rapport intervient-il, et quels problèmes se propose-t-il de résoudre ? Enfin, quels défis se posent pour la recherche historique en Algérie et en France ?
C’est à ces questions que tenteront de répondre : l’historienne Karima Dirèche, de l’Université d’Aix-Marseille ; et Amar Mohand Amer, directeur-adjoint au Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle d’Oran
et si vous voulez discuter avec eux, rdv à 17h30 sur : https://www.facebook.com/actualitecritique

à 17h30 aussi, l’association Humacoop - Amel France propose une visioconférence sur la place des femmes dans les Révoltes Arabes
et si vous voulez en discuter avec Sonia DAYAN-HERZBRUN, Zeina MOHANNA, Firyal MAJDI, Ihssan HIMICH, Maï NOURELHOUDA et Dalia CHAMS, rdv donc à 17h30 sur : https://zoom.us/j/96613742458...

à 18h30, la Commission de Mobilisation du Travail Social Ile-de-France organise une AG IDF exceptionnelle pour préparer l’acte 3 de la mobilisation du secteur social et médico-social prévu les 7,8 et 9 avril prochain avec une grève générale !
Et si vous voulez participer à l’AG, rdv à 18h30 sur : https://discord.gg/gqYHGGe

à 18h30, le Centre Arabe de Recherches et d’Études Politiques de Paris organise un webinaire sur Les États-Unis en Irak : de la théorie du ’Nation Building, à la faillite généralisée
L’occupation de l’Irak par les États-Unis d’Amérique en avril 2003 constitue une rupture radicale dans l’histoire politique de l’Irak moderne, car elle met fin à une organisation politique de l’État remontant à 1921 avec la fondation de l’Irak moderne par le major-général britannique Percy Cox. C’est à ce moment que la gestion du pays passe de la main des Sunnites, à celle de la majorité chiite. Au nom de quel idéal les États-Unis ont-ils investi des moyens matériels et symboliques aussi considérables pour envahir un pays qui était déjà à genoux depuis 1991 ? C’est à partir de cette question qu’Adel Bakawan, directeur du Centre de sociologie de l’Irak (université de Soran, Irak), reviendra sur le chaos irakien qui a depuis largement débordé au MO...
et si vous voulez en discuter avce lui, rdv à 18h30 sur : https://www.carep-paris.org/.../webinaire-36-les-etats.../

à 18h30 aussi, On Est Prêt et Greenpeace France proposent une formation en ligne pour préparer la marche pour une vraie loi climat prévue le 28 mars prochain
En ce moment, le projet de loi climat est discuté par une commission spéciale à l’Assemblée Nationale. Ce projet de loi présenté par le gouvernement est loin d’être à la hauteur, aussi une marche est prévue le 28 mars prochain et pur la préparer On est prêt et Greenpeace proposent donc cette formation en ligne, et si vous voulez y participer, rdv à 18h30 sur : https://us02web.zoom.us/j/82059181392...

à 19h, le collectif Pour Nous Tout.e.s propose une visioconférence pour Penser en noir et blanc
Et si discuter de la “question raciale” - en reconnaissant toute la charge et toute l’ambiguïté de cette expression -, nous aidait à penser ensemble ?
Parler “racisation” et “racisme”, c’est déjà percer l’abcès pour ensuite, tenter de comprendre et d’apprécier la multiplicité des identités présentes sur notre territoire.
Cela dépasse donc la lutte contre les discriminations : il s’agit aussi de révéler les modes historiques de domination politique et économique à l’oeuvre ici et ailleurs et d’ouvrir la voie à de nouvelles solidarités, voire de nouveaux modèles politiques. De considérer le colonialisme, non pas seulement comme un drame, mais comme l’imposition d’une forme unique d’organisation politique et économique qui subsiste aujourd’hui et rencontre, partout, ses limites.
Et si vous voulez en discuter avec : Virginie Guiraudon, co-directrice du groupe interdisciplinaire “Migrations et diversités” à Science Po , le philosophe Achille Mbembe, qui a publié Brutalisme (La Découverte, 2020) et Rhoda Tchokokam, fondatrice de la plateforme Atoubaa, un espace de création artistique pluridisciplinaire dédié aux cultures et aux femmes noires ; rdv à 19h sur : https://www.facebook.com/PourNousTout.e.s

à partir de 20h30 ce soir et jusqu’à dimanche soir, le collectif Feminists in the City organise un sommet virtuel de la sororité
Au programme, 4 jours de tables rondes, d’ateliers, de performances artistiques et d’interviews en ligne, avec notamment :
- Caroline De Haas (fondatrice Nous Toutes)
- Ghada Hatem (fondatrice de la Maison des Femmes de Saint-Denis)
- Inna Shevchenko (fondatrice FEMEN France)
- Noémie de Lattre (autrice, actrice et metteuse en scène engagée)
- ou encore Claudine Monteil (historienne, diplomate honoraire française)...
Et si vous voulez suivre ce sommet virtuel de la sororité et recevoir le programme complet, il faut vous inscrire via : https://www.ulule.com/sommet-de-la-sororite/

à 20h30 aussi, le Festival des Libertés, La Brèche, et le journal du Genepi Belgique organisent un webinaire sur Le carcéral au-delà des murs : les peines invisibles des proches de détenu·e·s
Depuis quelques mois, elles se rassemblent devant les murs pour se faire entendre, oser se montrer, revendiquer leurs droits fondamentaux et dénoncer les effets délétères de l’incarcération. En majorité des femmes, elles sont à la fois instrumentalisées par le système pénal et perçues comme perpétuelles suspectes. Alors que la prison affecte chaque pan de leur quotidien et qu’elles assument une partie importante des coûts sociaux de la prison, leurs peines sont invisibles.
Ignorés et invisibles, les proches sont-ils confinés à un statut de citoyen diminué et dégradé ? Comment expliquer cette invisibilité même jusque dans les réflexions menées sur la pénalité ?
C’est à ces questions que tenteront de répondre : Gwenola Ricordeau (auteure de ’Les détenus et leurs proches. Solidarités et sentiments à l’ombre des murs’. Autrement, 2008), Iris Bergmans Greeven (du collectif des proches de détenu.e.s de Belgique), et Latifa Elmcabeni (du collectif des Madre)
et si vous voulez suivre cette visio-conférence, rdv à 20h30 sur : https://www.facebook.com/FestivaldesLibertes

Demain matin, de 10h30 à 12h30, le séminaire sur ’les terrains de l’international’, organisé par le Laboratoire des Sciences Sociales du Politique de Toulouse propose une séance virtuelle consacrée aux usages des catégories en politique comparée, à partir de l’ouvrage coordonné par Isil Erdinç et Benjamin Gourisse, La domination politique en Turquie. Une analyse relationnelle du régime politique turc (à paraître, Karthala, coll. Meydan, 2021), en présence des deux auteur.e.s.
Et si vous voulez en discuter avec eux, il faut vous inscrire avant demain matin sur : https://forms.gle/KqsM7rwydmu94r7U8

RDV Culturels

à 13h, le Groupe d’études transglobales de l’univ paris 8 poursuit son séminaire en ligne intitulé : « Rêves - l’archive entre poétique, politique et violence de l’histoire » autour de Marie Bardet et Valentin Schaepelynck qui reviendront sur les Archives de Georges Lapassade et Jean-Jacques Cadet (de l’Université d’État d’Haïti) qui reviendra sur La question coloniale dans la pensée marxiste haïtienne
et si vous voulez suivre ce séminaire en ligne, rdv à 13h sur : [https://us02web.zoom.us/j/87640749490]
ID de réunion : 876 4074 9490

à 19h, le séminaire Apprendre la Palestine se poursuit avec une séance virtuelle consacrée à L’artiste Palestinien dans un ’entre-deux’ avec Taysir Batniji
L’identité, l’existence, l’absence et la disparition sont des thèmes récurrents dans l’œuvre de l’artiste Taysir Batniji. Né à Gaza, il vit et travaille pendant de nombreuses années entre la France et la Palestine. Dans cet « entre-deux » géographique et culturel, il développe une pratique artistique pluridisciplinaire (dessin, installation, sculpture, performance, vidéo, etc.). Son travail est souvent teinté d’impermanence et de fragilité. Il rend compte d’une réalité, d’un vécu, d’un présent, proposant une alternative à l’imagerie médiatique spectaculaire. L’artiste détourne, étire, joue avec son sujet initial, de manière à proposer un regard poétique, parfois grinçant, sur la réalité.
Lors de cette séance, l’artiste Taysir Batniji sera en dialogue avec l’anthropologue Marion Slitine, pour présenter son œuvre et son parcours, ainsi que les enjeux liés à la pratique artistique en exil et les liens entre art et engagement.
Et si vous voulez en discuter avec eux, rdv à 19h sur : https://www.facebook.com/ApprendrelaPalestine

à 20h, le CSIA-Nitassinanpropose une projection-débat virtuelle autour du film Warrior Women qui dresse Le portrait de Madonna Thunder Hawk (née en 1940)
à travers ses combats pour les droits des peuples amérindiens : de son éveil politique à la fin des années 1960 à San Francisco, à l’occupation de l’Île d’Alcatraz, puis au violent conflit à Wounded Knee en 1973, jusqu’à l’opposition farouche contre l’oléoduc Dakota Access Pipe Line (DAPL) à Standing Rock en 2016 : Le film retrace ses nombreuses luttes en soutien à l’écologie pour défendre les droits de la Terre Mère, ainsi que la formidable transmission de son engagement à sa fille Marcy.
Warrior Women montre non seulement une perspective de l’histoire à travers le regard de femmes, mais examine aussi l’impact politique que ces combats ont eu sur leurs enfants, qui en ont été les premiers témoins.
Avec des images d’archives rares et un style de récit circulaire propre à la tradition orale amérindienne, ce film la conjugaison singulière de l’activisme politique avec le fait d’être mère – et montre comment l’héritage militant se transmet et se transforme de génération en génération dans un contexte de violence endémique, où la répression gouvernementale coloniale rencontre la résistance amérindienne.
Et si vous voulez le voir ou le revoir et en discuter avec la co-réalisatrice Elizabeth Castle, l’héroïne du film Madonna Thunder Hawk, Edith Patrouilleau et Aurélie Journée du Comité de Solidarité avec les Indiens des Amériques, rdv sur : [https://vimeo.com/ondemand/warriorwomenfr]

Musique :
Dubamix feat GéLaTwal et Nada - Jeanne
Pauline Floury et Séverin Valière - La Marseillaise de la Commune

Agenda du 2021-03-18

Documents joints

Le 18 mars 1871 débute l'insurrection communaliste.