Agenda Fpp 2 mars

mardi 2 mars 2021
par  Julie agenda

Agenda du 2021-03-02

On commence avec ce communiqué publié hier par la Quadrature du Net qui vient de demander au Conseil d’État de saisir le Conseil constitutionnel d’une Question prioritaire de constitutionnalité contre une disposition de la loi renseignement, l’article L. 863-2 du code de la sécurité intérieure.
Comme le révélait le journal Le Monde il y a près de deux ans, un data-center attenant au siège de la Direction Générale de la Sécurité Extérieure permet aux services de renseignement d’échanger des données collectées dans le cadre de leurs activités de surveillance, et ce en contournant certaines des garanties inscrites dans la loi renseignement, déjà bien maigres. Ces activités illégales posent de nouveau la question de l’impunité des responsables du renseignement français, et des autorités de contrôle qui les couvrent.
L’illégalité persistante du renseignement français et l’impunité dont bénéficient ses responsables sont d’autant plus problématiques que l’espionnage politique constitue désormais une priorité assumée des services de renseignement la surveillance des groupes militants ayant vu sa part plus que doubler entre 2017 et 2019 (passant de 6 à 14% du total des mesures de surveillance autorisées).
Et si vous voulez en savoir plus sur cette action lancée par la quadrature du Net et sur le partage de données effectué entre les services de renseignement, sans aucun encadrement juridique,rdv sur : https://www.laquadrature.net/.../partage-de-donnees-les.../
Et la quadrature du net a toujours besoin de soutien financier alors si vous voulez les soutenir, rdv sur :https://don.laquadrature.net/

on poursuit avec ce communiqué publié par l’Union Communiste Libertaire qui explique clairement comment l’organisation a géré collectivement une plainte interne pour agression sexuelle
Le 9 novembre dernier, le site web Autrefutur.net a publié un article intitulé « De la peste identitaire… en milieu libertaire » qui mettait gravement en cause l’Union communiste libertaire, et notamment sa décision d’exclure un adhérent accusé de viol. Aussi, l’UCL s’est accordé un droit de réponse à travers un communiqué dans lequel l’organisation explique très clairement sa procédure interne concernant ces accusations d’agressions sexuelle.
Le communiqué indique d’abord que dès lors que l’accusation de viol contre un de ses membres a été portée, celui-ci a été suspendu, conformément aux statuts de l’UCL, le temps qu’une commission d’audition constitue un dossier, composé de témoignages oraux et de dépositions écrites.
Le communiqué explique ensuite : Pourquoi une procédure interne à l’UCL ? Parce qu’une organisation féministe et révolutionnaire ne peut s’abriter derrière la décision policière en la matière, ainsi l’organisation rappelle qu’ : en 2016, 73% des hommes ciblés par une plainte pour viol ont bénéficié d’un classement sans suite, alors que le viol est notoirement sous-déclaré. Il y a donc nécessité d’une procédure indépendante de la police et de la justice.
Pourquoi la commission d’audition est-elle composée de femmes ? C’est une condition indispensable pour recueillir la parole de la victime, voire de témoins que la présence d’hommes pourrait intimider. La non-mixité aidant à libérer la parole.
Sur quels critères la commission non mixte juge-t-elle des faits ? L’UCL étant une organisation militante – dépourvue de moyens d’enquête étendus –, elle ne peut établir la vérité exacte des faits. Ça lui est impossible, comme c’est impossible également à la police, qui préfère classer sans suite lorsqu’il n’y a pas de traces de coups et de contrainte… Le critère retenu par l’organisation pour juger n’est donc pas la vérité, trop souvent inatteignable, mais la véracité. et, en toute logique, l’organisation part du principe qu’il faut croire la victime et s’appuie sur la présomption de sincérité, car une femme qui n’a pas de contentieux personnel avec un homme n’a aucun intérêt à inventer qu’il l’a violée ou sexuellement agressée. La commission d’audition entend l’homme accusé, qui doit avoir la possibilité de se disculper ou, à tout le moins, de donner sa version des faits.
Pourquoi est-ce une coordination fédérale qui statue, in fine ? Parce que la lutte contre les violences sexuelles, qui est un mal structurel de la société patriarcale, doit concerner tout le monde, hommes et femmes. La responsabilité morale d’une exclusion ne peut reposer sur les seules épaules des femmes, ou de la commission non mixte. C’est l’organisation qui assume in fine le choix de l’exclusion.
Quel principe philosophique guide l’UCL dans cette procédure ? En matière de violences sexuelles, une organisation féministe doit aller au-delà de la justice bourgeoise pour ce qui est de croire les victimes et de faire prévaloir leur parole ; mais elle ne peut être en deçà de la justice bourgeoise pour ce qui est de garantir le droit à la défense.
Étant une organisation militante, où toute l’activité est bénévole, des maladresses ou des flottements peuvent exister. Mais la décision finale est toujours entre les mains d’une coordination fédérale – qui juge en toute transparence, sur la base des éléments dont elle dispose –, et non d’un comité discrétionnaire.
Voilà donc un bel exemple de gestion collective d’une plainte interne pour agression sexuelle, par la mise en place d’une justice interne alternative ; et si vous voulez lire le communiqué dans son intégralité, rdv sur le lien que vous retrouverez sur le site de l’agenda, avec un lien aussi vers un article rédigé par Emeline Fourment et Hanaline Brel sur La lutte féministe contre les violences sexuelles en milieu militant, en France et en Allemagne, intitulé ’Femmes Frappez en retour !’ et paru dans la revue mouvements en décembre 2017, ça date mais malheureusement c’est atemporel....
► Lire la suite du communiqué : https://www.unioncommunistelibertaire.org/...
► Lire l’article de la Revue mouvements : https://www.researchgate.net/publication/320974537_Femmes_frappez_en_retour_La_lutte_feministe_contre_les_violences_sexuelles_en_milieu_militant_en_France_et_en_Allemagne

à 13h, Sudposte Hauts de Seine organise un Rassemblement en soutien à Mohamed postier gréviste du 92 !
alors que Mohammed est convoqué aujourd’hui dans le cadre d’une mise en examen suite à une occupation du Siège de La Poste en 2014, et qu’une même procédure vise également Brahim, Dalila et Gaël, Sud poste 92 organise ce rassemblement pour protester contre L’acharnement répressif contre les postiers et postières combatifs du 92 doit cesser !
Pour y participer, rdv a 13h devant le Tgi de paris, métro Porte de Clichy

à 13h aussi, un rassemblement DE SOUTIEN A L’ACTION EN JUSTICE DES SALARIES DE TUI POUR L’ANNULATION DU PLAN SOCIAL annoncé par la direction DE TUI est organisé devant le Tribunal Administratif de Cergy Pontoise
L’objectif de cette action est de faire annuler le plan social. En effet, Le Plan de Sauvegarde de l’Emploi de TUI France prévoit la suppression de près de 600 postes
pour soutenir les salarié.e.s de TUI France, rdv donc à 13h devant le TA de Cergy qui se trouve au 2-4 Boulevard de l’Hautil, à Cergy 

à 13h toujours, SUD Rail Paris Nord organise un Rassemblement EN SOUTIEN AUX AGENTS DE LA MAINTENANCE DES VOIES DE PARIS NORD Infrapole Paris Nord
Les agents de la maintenance des voies de Paris Nord sont en grève depuis le 18 janvier pour une amélioration de leurs conditions de travail, face à une direction qui les méprise et qui refuse d’entendre leurs revendications.
Ce sont les petites mains invisibles de la SNCF, les travailleurs de l’ombre auxquels la direction de la SNCF refuse toute reconnaissance : des salaires au rabais qui ne permettent pas de boucler les fins de mois aux très dures conditions de travail, souvent dégradantes, allant jusqu’à des locaux insalubres. Ces ouvriers de l’ombre font la maintenance des voies, ils travaillent souvent de nuit, en pleine canicule, en hiver sous la pluie ou la neige. Ils assurent de cette manière l’entretien et réparation des lignes empruntées par de nombreux trains de banlieue, le Thalys, l’Eurostar ou encore le TGV Paris-Lille, dans la plus grosse gare d’Europe. Ils font en sorte que les millions d’usagers qui empruntent le service public ferroviaire chaque jour puissent le faire en toute sécurité.
Aujourd’hui, ils sont en grève pour exiger une reconnaissance salariale et des meilleures conditions de travail. Ils se battent pour le respect et la dignité.
Et pour les soutenir, rdv donc à 13h devant le siège de l’Infrapole Paris Nord, au 4 rue Angèle Martinez-Koulikoff à la Plaine Saint Denis.

À 14h, l’institut de recherche sur les mondes arabes et musulmans de l’université Aix-marseille propose une rencontre en ligne autour de Youssef El Chazli qui reviendra sur son ouvrage : Devenir révolutionnaire à Alexandrie. Contribution à une sociologie historique de surgissement révolutionnaire (paru chez Dalloz, 2020).
Ce livre contribue à une sociologie historique du surgissement révolutionnaire en Égypte, phénomène qui renvoie à une séquence d’interactions dont l’issue, contingente, peut donner lieu à un basculement général de l’ordre politique et amorcer ce faisant un processus de changement de régime. Afin de rendre compte des mécanismes concrets dont sont faites ces séquences, cette recherche se fonde sur l’étude des engagements de révolutionnaires et de novices dans la deuxième ville d’Égypte, Alexandrie, lors de la « révolution du 25 janvier 2011 ». Elle examine dans le détail les dilemmes pratiques et les microdécisions qui, pouvant paraître au départ comme marginaux, finissent par avoir des conséquences disproportionnées, mettant fin à un régime autoritaire vieux de plusieurs décennies. Faisant usage d’une multitude de sources et de données (entretiens, observations, traces numériques, revues de presse, corpus de photographies et de vidéos), cette thèse permet ainsi de renouveler notre compréhension des phénomènes révolutionnaires et de la manière dont ils émergent. Mais aussi, en contraste, à la manière dont peuvent s’opérer des sorties de crise et des processus de stabilisation politique. Plus précisément, on y voit comment, à rebours des analyses globalisantes et réifiantes des processus révolutionnaires, on ne peut comprendre la dynamique d’émergence d’une crise sans en revenir aux paramètres situationnels et, surtout, aux dynamiques locales de chaque cas. Par ailleurs, en focalisant l’attention sur la ville d’Alexandrie, cette thèse contribue à ouvrir un chantier de recherche sur cette grande métropole méditerranéenne qui reste sous-étudiée.
Et si vous voulez en discuter avec Youssef El Chazli, rdv à 14h sur le lien que vous retrouverez sur : https://univ-amu-fr.zoom.us/j/98729451793...=AT0Gw0OS6ix2AN6t5EhOqbFj92CyeKzwAfvwe3vAghYByzzsg97JCdq5G2Jc7lSsHOq212zaQlmKUvJ9QYls5Ufoj81KeCoKQckpHhSxnIzxIAq2kB5Gj953Rn6D3VPREJrkTOP96aELWdowVwwgXwa4]
ou sur le site de l’IREMAM : https://iremam.cnrs.fr/spip.php?article7089

de 17h à 20h, le collectif Prenons la ville poursuit ses rendez-vous mensuels du collectif « Prenons la Ville » .
Le collectif Prenons la ville essaie de faire un suivi local et une analyse de ce qui se passe sur Montreuil-Bagnolet concernant les luttes de logement, les ouvertures/expulsions de squats, les occupations de terrains, l’urbanisme, la gentrification, les dispositifs anti-pauvres, etc.
Le collectif participe et organise aussi des actions, manifs, rassemblements en solidarité avec des collectifs en lutte ; et il propose un fanzine qui s’appelle L’En-ville ainsi qu’une cartographie des expulsions de squats sur Montreuil et Bagnolet.
Et une fois par mois, le collectif organise Des moments publics de rencontres pour discuter, échanger, partager des expériences et s’organiser collectivement.
Alors pour rencontrer et échanger avec le collectif Prenons la ville, Rdv à 17h à l’AERI, 57 rue Étienne Marcel, à Montreuil.

Dans le contexte de la Semaine contre l’apartheid israélien, l’association Servei Civil Internacional, SUDS, le Centre Delàs et la Paz con Dignidad organisent un cycle de webinaires « Unis contre le racisme. Résister à l’apartheid, au racisme et à d’autres formes de discrimination », avec au programme aujourd’hui un webinaire sur les Féminismes et les luttes antiracistes : perspectives et stratégies contre les oppressions multiples.
Et si vous voulez suivre ce webinaire, en anglais, il faut vous inscrire : https://us02web.zoom.us/.../reg.../WN_wbO_uznsSY-vNR9woLGMIQ

Le collectif Solidarités migrants Wilson lance un appel à bénévoles pour ses maraudes mobiles d’aujourdhui
et si vous pouvez y participer, le rdv est donné à 18h15 au Théâtre de la Belle Étoile, 14 rue Saint-Just.
Par ailleurs, l’association relance son initiative de Coiffure solidaire : et pour cela elle lance un appel à dons de matériel (capes, tondeuse professionnelle, ciseaux, coupe-choux) et un appel à bénévoles ; et si vous voulez les aider, vous pouvez les contacter par mail à : wilsonsolidaire@gmail.com
Et vous pouvez tjr renflouer leur cagnotte en ligne : https://www.helloasso.com/.../soutien-a-wilson/formulaires/1

à 18h15, Les amis du monde diplomatique Rennes propose une rencontre en ligne auour de Philippe Descamps & Ana Otašević qui reviendront sur leur reportage publié dans Le Monde diplomatique de Février sur le Clientélisme et vertiges identitaires au Monténégro 
et si vous voulez participer à cette rencontre en ligne, rdv à 18h15 sur la page faceook des amis du monde diplo de rennes : https://www.facebook.com/Amis.Monde.diplomatique.Rennes

à 18h30, la Commission de Mobilisation du Travail Social Ile-de-France organise une AG virtuelle exceptionnelle consacrée à la grève reconductible envisagée par le secteur social et médico-social à partir du 15 mars prochain
et si vous voulez en discuter, rdv à 18h30 sur : https://www.facebook.com/Commission-de-Mobilisation-du-Travail-Social-Ile-de-France-887860558003185

à 18h30 aussi, l’Association Conscience et Impact Écologique propose une visioConférence sur le smartphone et la transition écologique ?
Cette conférence dressera un état des lieux des modalités et des conséquences de l’usage quotidien de nos smartphones. Pollutions environnementales, finitude des ressources naturelles, récoltes de nos données sont autant de limites physiques ou fonctionnelles liées à notre rapport à la technologie. L’objet smartphone diffusé par les géants du numérique implique pourtant une dimension plus pernicieuse encore en exploitant parfaitement les failles de notre cerveau. En tout état de cause, le déploiement de la 5G ne fera qu’accentuer notre incapacité à mener une véritable transition écologique.
Et si vous voulez en discuter avec l’assoc Conscience et Impact Écologique, rdv donc à 18h30 sur le lien zoom que vous retrouverez avec les codes, sur : : https://us02web.zoom.us/j/82571935303...
Meeting ID : 825 7193 5303
Passcode : 425321

à 18h30 toujours, le Séminaire ’scènes de la division politique’ organisé par le
collège international de philo et la parole errante se poursuit avec une séance virtuelle consacrée à la Peste Noire et au Covid-19 : pandémies et expérience des limites

Dans ce séminaire la pandémie de Covid-19 a suscité plusieurs questions : est-elle un choc qui intensifie ou altère les politiques existantes ? Quelles sont les modalités de remises en cause de ces dernières, par des groupes dominants ou dominés ? Si l’on touche aux limites du capitalisme, s’agit-il d’obstacles à son développement ou de nouvelles frontières qu’il va conquérir, fut-ce au prix de métamorphoses ?
Toutes ces questions font appel à notre imagination, à nos capacités collectives à mettre en perspective le présent par la formation d’images qui dépassent notre condition individuelle, par l’évocation d’autres espaces-temps.
C’est par un de ces autres espaces-temps que Benjamin Gizard propose d’aborder le Covid-19 : par les réactions à la pandémie inaugurale du capitalisme, la Grande Peste (ou Peste Noire) du XIVè siècle. Ce sera l’occasion d’éprouver des gestes narratifs dans leur capacité à rendre perceptibles les limites des modes de domination. Car cette tâche est des plus difficiles : il s’agit de rendre à la fois de la contingence et de la force, donc de la nécessité, d’une politique.
En revenant sur le concept de « naturalisme » proposé par Philippe Descola, sur les descriptions en terme de « domestication » et enfin sur la proposition de décrire la modernité comme « plantationocène », il s’agira de recourir au concept d’image-naissante de David Gé Bartoli et Sophie Gosselin pour esquisser une autre narration, remettre en perspective nos manières d’utiliser le concept de capitalisme pour désigner les assemblages de techniques de pouvoir contemporains et en faire des récits, cruciaux pour nos imaginations politiques.
Et si vous voulez suivre cette séance en ligne, rdv à 18h30 sur : https://us02web.zoom.us/j/89661317980

à 18h30 encore l’assoc Résistance Climatique propose une visioconférence sur la Convention Citoyenne : pour sensibiliser massivement la population pour générer une réelle prise de conscience des enjeux climatiques
La Convention Citoyenne pour le Climat a montré que des personnes peu conscientes du défi climatique sont devenues écolos et engagées suite aux formations dont elles ont bénéficié afin de se forger une opinion et de proposer des solutions au sujet de ces questions cruciales.
pour réfléchir ensemble aux méthodes possibles pour sensibiliser le plus grand nombre, et faire changer d’échelle le combat, l’assoc Résistance climatique invite :
- Mathilde Imer, membre du comité de gouvernance de la Convention Citoyenne pour le Climat et co-présidente de Démocratie Ouverte
- Gildas Véret, permaculteur, fondateur de Résistance Climatique et co-créateur du jeu “Inventons nos vies bas carbone”
- et Cédric Ringenbach, ingénieur, créateur de La Fresque du Climat et président de l’association éponyme
si vous voulez en discuter avec eux, rdv à 18h30 sur : https://www.facebook.com/ResistanceClimatique

à 19h, le collectif contre le projet de loi confortant les principes de la République, la Fsu - Engagé-es au quotidien et la Ligue des droits de l’Homme organisent un débat en ligne sur le Contrat d’engagement républicain, et la liberté associative et syndicale menacée
et si vous voulez suivre le débat en ligne en direct avec : 
- Malik SALEMKOUR, président de la LDH
- Frédérique PFRUNDER, déléguée générale du Mouvement associatif
- Bénédicte HERMELIN, directrice générale de France nature environnement
- Nathalie VERDEIL, secrétaire confédérale de la CGT
- Stéphane TASSEL, secrétaire national de la FSU
- Sarah DUROCHER, co-présidente du Planning Familial
- Christian EYSCHEN, secrétaire général de la Libre Pensée
rdv à 19h sur : https://www.facebook.com/ldhfrance

à 19h aussi, le collectif Loreleï d’autodéfense féministe propose un Atelier virtuel d’autodéfense juridique consacré au dépôt de plainte ou d’une main courante
Dans quelles situations puis-je déposer une plainte ? une main courante (ou un PV de renseignement judiciaire) ? Que puis-je faire si on refuse de prendre ma plainte (ou ma main courante) ? Quels sont mes droits ? Comment savoir si ma plainte a été prise en compte ? Que devient ma plainte ? Et si je veux la retirer ? C’est à toutes ces questions que tentera de répondre une juriste spécialisée, et si vous voulez participer à cet atelier : Aucun prérequis n’est nécessaire ,l’atelier se fera en non-mixité « sans mec cis, et pour y participer il faut s’inscrire en envoyant un mail à : lorelei.autodefense@gmail.com

à 19h30, la base propose une soirée débat en ligne autour de la ’Permaculture, terres de lutte’.
La permaculture et l’agriculture (péri)urbaine sont des enjeux écologiques majeurs. Le monde du végétal et les terres doivent être défendus.
Aussi, si vos voulez en discuter avec : Véronique Saint Ges, de l’Inrae qui reviendra sur les Agricultures urbaines ; Emmanuelle Porcher qui reviendra sur la Biodiversité et agriculture, Monique Poulot, de l’Université Paris-Ouest qui reviendra sur les Terres périurbaines et les néoruralités et Robert Spizzichino, du collectif CARMA qui reviendra sur le projet Carma pour les terres de Gonesse, rdv à 19h30 sur :https://www.facebook.com/Quatre-quarts-des-sciences-100604714662468

RDV Culturels

à 19h30, Les films qui font débat, La Grande Distribution et Jour2Fête proposent une Rencontre croisée ne ligne avec l’avocat Arié Alimi et le journaliste David Dufresne autour du film réalisé par ce dernier et intitulé : Un pays qui se tient sage
Alors que s’accroissent la colère et le mécontentement devant les injustices sociales, de nombreuses manifestations citoyennes sont l’objet d’une répression de plus en plus brutale. Dans son film intitulé : UN PAYS QUI SE TIENT SAGE, David Dufresne invite des citoyens à approfondir, à interroger et à confronter leurs points de vue sur l’ordre social et la légitimité de l’usage de la violence par l’État.
Et si vous voulez voir ou revoir ce film et en débattre avec Arié Alimi et david Dufresne, rdv à partir de 19h30 sur : https://www.facebook.com/lesfilmsquifontdebat

enfin, à 20h30, le collectif Feminists in the City proposent une visioconférence intitulée : Pourquoi une histoire féministe de l’art ?  
L’art contemporain est transformé et irrigué par les pensées et les luttes féministes, queers et décoloniales. En adoptant une approche transdisciplinaire, englobant les arts visuels, la performance ou encore l’architecture, il est nécessaire de prendre en compte les différents points de vue pour renouveler le champ de l’histoire de l’art.
Dans cette visioconférence : Marie-Laure Allain Bonilla et Johanna Renard, qui viennent de publier le recueil ’Constellations subjectives - Pour une histoire féministe de l’art ?’, aux Editions iXe, reviendront sur leur engagement pour écrire et raconter une histoire de l’art féministe.
Et si vous voulez en discuter avec elles, rdv à 20h30 sur le site : www.feministsinthecity.com

Agenda du 2021-03-02

Documents joints

Aujourd'hui pas d'invité, alors on enchaine (...)