Agenda des luttes 1er février

lundi 1er février 2021
par  Julie agenda

Aujourd’hui on écoutera un message du collectif féministe des Garces de science po qui demande la démission de son directeur ; et on sera au téléphone avec Émilie du collectif pas de bébé à la consigne pour parler de la journée de mobilisation nationale prévue demain
- Pour soutenir le collectif féministe des Garces et le collectif Mion la Honte qui organisent un rassemblement devant Science Po pour demander la démission de Frédéric Mion, accusé d’avoir mal géré les accusations d’inceste à l’encontre d’Olivier Duhamel : rdv en ce moment devant Sciences Po, au 27 rue Saint-Guillaume.
- Pour soutenir le collectif pas de bébé à la consigne qui proteste contre la réforme du mode d’accueil dite réforme Taquet, rdv demain à 10h sur la place Saint-Sulpice, pour une manifestation en direction du ministère de la Santé et des Solidarités.

AGENDA 2021.02.01

RDV MILITANTS

et on commence avec cette info transmise par les Street Médics qui ont réussi à trouver le RIO du commissaire de police qui s’est acharné avec sa matraque sur un manifestant, lors du rassemblement pour les Libertés de samedi, à République : 1220575
à partager pour aider le manifestant en question s’il entame une démarche judiciaire

toute la journée, le centre universitaire de recherches sur l’action publique et le politique organise une journée d’études en ligne consacrée à « La réflexivité dans la recherche sur l’immigration, entre éthique du métier et pratiques de l’enquête ».
En prenant pour objet la réflexivité, cette journée visera à questionner les sciences sociales de l’immigration du point de vue des méthodes d’enquêtes et de leurs implications épistémologiques. Plutôt que de limiter la réflexivité à un ’passage obligé’ répondant à l’injonction à dire ’d’où l’on parle’ voire ’qui l’on est’ pour convaincre de son objectivité scientifique voire de sa neutralité, il s’agira de voir comment, de la collecte des données à la restitution des résultats, une réflexion sur les techniques d’investigation, la nature des matériaux, les méthodes d’analyses, les postures et rapports à l’objet, la distance aux populations d’enquêtes et la construction de l’’immigration’ comme un objet d’études exceptionnel ou au contraire banal peut être le moteur de la recherche.
Et cet aprem, les Discussions porteront sur : les Rapports de pouvoir pluriels, les choix d’objet d’étude et les pratiques d’enquête, avec un focus notamment sur les tensions épistémologiques et éthiques pour Ethnographier la blanchité dans les migrations françaises à Abu-Dhabi, puis des discussions sur Les effets des entrées sur le terrain : avec un Retour sur des pratiques d’enquête auprès des mouvements opposés et favorables à la migration, et un focus sur la sociologie dans « l’espace de la clandestinité ».
et si vous voulez suivre cette journée d’étude en ligne, il faut envoyer un mail à : behrouz.keyhani@u-picardie.fr.

de 12h30 à 14h, l’Empire et après : l’Empire contre-attaque organisé par l’université Toulouse 2 se poursuit avec une séance virtuelle autour de Laurianne Simony qui reviendra sur le British Council en Birmanie au lendemain de l’indépendance : et en particulier sur sa politique linguistique et sa diplomatie culturelle (1948-1966)
Ce séminaire se propose de revisiter le fait colonial britannique tout en questionnant son influence et son empreinte sur les sociétés anciennement coloniales autant que sur la société britannique contemporaine dans une perspective politique, économique et sociale. L’Empire britannique y occupera une place centrale mais pas exclusive puisque les empires coloniaux constituent des ensembles composites et hétérogènes dont la spécificité ne peut être appréhendée que par la comparaison. L’Empire sera donc étudié au sens large pour inclure l’Empire formel et l’Empire informel, les territoires sous administration directe autant que les territoires sous administration indirecte, en passant par les simples réseaux d’influence à l’œuvre du XVIIIe siècle jusqu’à la décolonisation et au-delà, dans le contexte du Commonwealth.
Et si vous voulez suivre la séance d’aujourd’hui consacrée donc au British Council en Birmanie, il faut s’inscrire en envoyant un mail à : myriam.yakoubi@univ-tlse2.fr

De 13h à 18h aujourd’hui, l’association Aceptess-Transgenres ouvre sa permanence psychologique
vous pouvez prendre rdv en appelant le 06.31.38.99.82
les rdv durent environ 30 minutes et se font soit par téléphone, soit en présentiel tous les lundis de 13h à 18h et c’est au 39 bis bvd Barbès, métro Barbès-Rochechouart

De 14h à 16h, le seminaire Glocal (t)race, de Recherches contemporaines en anthropologie : sur les circulations en question(s) se poursuit avec une séance virtuelle autour de Sarah Fila-Bakabadio (de l’Université de Cergy), qui reviendra sur « Le commun de la race dans la Negro Anthology de Nancy Cunard »
A travers ce séminaire, il s’agit d’analyser différentes formes de circulation culturelles, passées et contemporaines, contraintes ou choisies, liées à des savoirs, des technologies de diffusion et/ou des phénomènes de migration. En reliant entre eux des univers auparavant distants, les circulations participent de la reconstruction des représentations et des imaginaires. Elles contribuent aussi à des reformulations identitaires multiples à diverses échelles (ethniques, régionales, nationales, globales).
À partir de différents objets et « terrains », l’objectif de ce séminaire est de saisir les processus de transformation et de réinvention façonnés par les circulations ainsi que les interactions qui les constituent. Les dynamiques ainsi révélées permettront d’inscrire la réflexion à la fois dans une approche globale de « scènes » et dans une anthropologie historique et politique des formes de mobilités.
Cette année, le séminaire propose de s’intéresser à la construction sociale de la notion de « race », en interrogeant cette construction sous l’angle des logiques multiples et mutuelles à partir desquelles elle est mobilisée pour tisser le « local » et du « global ». Si ces termes autorisent une grande variété d’utilisation, qui renvoie à des formes distinctes de représentations socio-spatiales, il s’agira d’explorer les voies concrètes par lesquelles des identités nouvelles collectives, se définissant par leurs capacités à circuler, émergent de processus de réappropriation et de mises en scène de spécificités locales, déclinée comme étant raciale, non-raciale ou méta-raciale, « au-delà » de la race. Et pour la séance d’aujourd’hui Sarah Fila-Bakabadio reviendra donc sur « Le commun de la race dans la Negro Anthology de Nancy Cunard » ; et si vous suivre ce séminaire en ligne, rdv à 14h sur : https://u-paris.zoom.us/j/85273500041?pwd=Ynh6MldxaVlCWkhNOE5SZWdSQ1lQdz09
ID de réunion : 852 7350 0041

à 14h aussi, le séminaire « Risque, technique, démocratie. La sociologie face aux risques industriels et environnementaux » organisé par l’Université de Rouen, se poursuit avec une séance virtuelle autour d’Anne Marchand, Rémy Ponge et Judith Wolf qui reviendront sur les enjeux de connaissance, de reconnaissance et de prévention des cancers professionnels.
Et si vous voulez suivre cette séance en ligne, rdv à 14h sur : https://webconf.univ-rouen.fr/greenlight/fel-rgl-5vd-lv8 

à 14h toujours, le séminaire JustineS (Justice et inégalités au prisme des sciences sociales) se poursuit avec une séance virtuelle autour d’Isabel Boni Le Goff (de l’Université Paris 8), qui reviendra sur Le genre des professions juridiques et les violences dans les espaces professionnels élitaires.
Et si vous voulez assister à cette séance en visioconférence, il faut s’inscrire en envoyant un mail à : seminaire.justines@gmail.com.

de 17h à 19h, le séminaire sur les Mobilités et les reconfigurations des sociétés dans les Mondes russe, caucasien, centre-asiatique et centre-européen, organisé par l’EHESS propose une séance virtuelle en direct de Moscou avec Yoram Gorlizki et Oleg Khlevniuk qui présenteront leur ouvrage intitulé en français : Dictature des sous-états. Réseaux, loyauté et changement institutionnel en Union soviétique, publié chez Yale University Press.
Et si vous voulez suivre cette séance exceptionnelle sur zoom, il faut s’enregistrer avant 15h sur : Veuillez vous enregistrer ici

à 18h, le cycle de webinaires sur les Féminismes dans les Amériques latines organisé par le GeFemLat propose une séance virtuelle consacrée au Militantisme, au féminisme et à l’institutionnalisation
et si vous voulez suivre cette séance en ligne, il faut vous inscrire en envoyant un mail à : feminismesameriqueslatines@gmail.com

à 18h aussi, l’institut français d’Études anatoliennes d’Istanbul organise un webinaire, en anglais, sur La grève des charbonniers à Istanbul ( en 1910) : une étude de cas sur la politique de la période constitutionnelle
À l’automne 1910, plus d’un millier de charbonniers,essentiellement kurdes, se mettent en grève à Istanbul. Perturbant le transport maritime dans la capitale et conduisant à la détention illégale de chefs de file par la police, la grève s’est transformée en un incident majeur qui a suscité diverses réactions politiques. En se concentrant sur cette grève comme étude de cas, le politologue Yaşar Tolga Cora examine la sphère politique en général et celle de l’activisme ouvrier en particulier telles qu’elles existaient au tournant du XXe siècle dans l’Empire ottoman.
Il reconstruira d’abord l’histoire de la grève à partir de sources produites par divers acteurs étatiques et non étatiques, et abordera non seulement les problèmes spécifiques du travail en jeu, mais aussi les problèmes plus larges de la société ottomane que la grève a rendus visibles, y compris ceux de l’économie politique, de la liberté d’expression et les relations intercommunautaires. Ainsi, cette présentation vise à contribuer aux discussions récentes sur les raisons pour lesquelles, à une époque où le charbon était un moteur de l’économie mondiale, l’activisme syndical dans le secteur du charbon ne s’est pas transformé en un mouvement démocratique plus large dans l’Empire ottoman.
Enfin, à la suite des appels de divers universitaires au cours des dernières décennies pour que la question soit introduite dans l’étude de l’histoire du travail, le politologue examinera le rôle central que l’ethnicité a joué dans l’activisme syndical de la deuxième période constitutionnelle, à la fois dans le discours et sur le terrain politique.
Et si vous voulez suivre ce webinaire, en anglais, rdv à 18h sur : https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_EexKlvz1Qi2g-nhRR9lkvA

à 19h, l’association Pour une Écologie Populaire et sociale organise un débat publique en ligne sur l’écologie de rupture à travers deux luttes écologiques actuelles qui mêlent écologie et social : la lutte des salariés de Grandpuits et la mobilisation de défense des jardins ouvriers à Aubervilliers/ Pantin.
Ces deux luttes ont en commun de poser la contradiction du capitalisme vert, et de proposer des solutions à la fois écologiques et de justice sociale. En effet, Total invoque de fausses raisons écologiques pour licencier les salariés alors même que des solutions vraiment écologiques existent. Quant aux jardins ouvriers, ils sont menacés par le projet d’écoquartier qui doit sortir de terre pour les JO 2024, mettant ainsi en péril la biodiversité alentour et le tissu social local formé autour des jardins ouvriers.
Aussi, l’assoc Pour une écologie populaire et sociale propose de débattre en ligne avec des acteurs de ces deux luttes qui présenteront les enjeux qui les sous-tendent, et comment l’écologie de rupture peut contribuer à la mobilisation sur le terrain.
Pour discuter écologie de rupture avec un salarié de la raffinerie de Grandpuits, Un activiste d’Extinction Rébellion engagé sur le site et avec des jardiniers mobilisés à Aubervilliers et Pantin, et des membres du collectif Saccage 2024, rdv à 19h sur :
https://us02web.zoom.us/j/85117985788
ID de réunion : 851 1798 5788
Code secret : 564273

demain matin à partir de 9h30, les moniteurs étudiants de la bibliothèque universitaire Sainte-Barbe qui sont en grève depuis le 5 décembre reprennent leur pique de grève et sont rejoints par les étudiant.e.s précaires de l’université Paris 3
pour les soutenir, rdv demain dès 9h30 et jusqu’à 14h sur la Place du Panthéon

demain aussi, de 10h à 12h, le séminaire Faire de la recherche sur les terrains de la protection judiciaire de la jeunesse organisé par l’École nationale de protection judiciaire de la jeunesse se poursuit avec une séance virtuelle autour de Maël Virat, qui reviendra sur l’identification des ressources professionnelles qui favorisent l’implication affective des éducateurs
et pour suivre cette séance en ligne, il faut s’inscrire en envoyant un mail à recherche.enpjj-roubaix@justice.fr

demain matin, à 11h30, la CGT HPE qui accompagne les grévistes de l’IBIS des Batignolles organise une fête AU CAMPANILE LE BOURGET !
à l’automne 2019, les femmes de chambre de la sous-traitance du Campanile le Bourget lançaient une grève exemplaire qui leur avait permis d’obtenir des avancées assez importantes après 15 jours de grève !
Alors que cinq sur les sept salarié-e-s de la société OXYPLUS qui intervenaient à l’hôtel CAMPANILE LE BOURGET étaient des salarié-e-s sans papiers, elles ont obtenu les CERFA et les certificats de concordance dès le deuxième jour de grève ce qui avait permis de lancer la procédure de la régularisation de leur séjour avec poursuite de leur contrat de travail dans l’attente. Et Aujourd’hui elles ont toutes leurs papiers !
Des négociations avaient ensuite eu lieu sur les conditions de travail et de salaire, actant des acquis importants : L’augmentation des mensualisations de tous les salarié-e-s et la baisse des cadences indicatives, le versement d’une indemnité nourriture de 3,62 € brut par jour travaillé, l’augmentation des qualifications des salarié-e-s, et une journée de repos par an au titre du temps d’habillage/déshabillage.
Avec le soutien de plusieurs structures de la CGT, notamment les Unions Locales du Bourget, de Bobigny, et de la Courneuve : la bataille contre l’exploitation des travailleurs-ses sans papiers et pour leur régularisation a été à nouveau réaffirmée : et depuis le 1er janvier une nouvelle étape a été franchie. Le sous traitant a été renvoyé et les salariées sont embauchées directement par LOUVRE HÔTELS GROUP. Ce recrutement en direct va permettre aux salarié-e-s de voir leur salaire revalorisé de l’ordre de 20 à 30%, de bénéficier d’un 13e mois, du remboursement de la prime transport à 100%, de la prime de panier et des primes d’intéressement et de participation.
Les contrats « en direct » au sein du groupe Louvre Hôtel permettent de bénéficier des droits d’un grand groupe hôtelier. Aussi, Les salariés ne subiront plus la flexibilité extrême exigée par les sous-traitants comme la clause de mobilité.
Et CE QUI EST POSSIBLE CHEZ Louvre Hotels Groups DOIT L’ÊTRE aussi CHEZ ACCOR pour les femmes de chambres de l’IBIS des Batignolles qui sont en lutte depuis le 17 juillet 2019 pour exiger leur internalisation !
Pour remobiliser, la CGT HPE propose de fêter la victoire de la sous traitance au campanile du Bourget, et donne rdv demain à 11h30 au Campanile du Bourget ; et d’ici là, vous pouvez tjr soutenir les femmes de chambre de l’IBIS Batignolle, en renflouant leur caisse de grève : https://www.papayoux-solidarite.com/.../caisse-de-soutien...

RDV CULTURELS

à partir d’aujourd’hui, l’association Africa Mondo lance le Mois de l’Histoire de l’Afrique et de ses Diasporas en version 2.0
avec au programme : des ateliers artistiques et culturels, des débats et des rencontres en ligne pour raconter l’histoire de l’Afrique et de ses Diasporas avec une lecture proposée par des africains et des afro-descendants caribéens
aujourd’hui et cette semaine, les ateliers e rencontres se feront autour du thème des croyances ancestrales et si vous voulez consulter le programme complet, rdv sur le site : [africamondo.com/]

Parution :

le numéro 104 de la revue Mouvements vient de sortir et le dossier coordonné par Viviane Albenga, Marie Montagnon, Ugo Palheta et Olivier Roueff, est consacré aux Mobilisations antifascistes
À l’échelle internationale, les menaces fascistes aussi bien que les dérives autoritaires de gouvernements néolibéraux donnent lieu à des ripostes du mouvement social. Mouvements rassemble dans ce numéro des expériences de luttes antifascistes tirées du présent (Grèce, France, Espagne, Turquie, etc.) et éclairées par les héritages de luttes passées. Toutes indiquent que les nécessités stratégiques du moment sont à l’articulation des fronts anticapitalistes, antiracistes, féministes et écologiques.

Le numéro 243 de la revue Maghreb – Machrek vient de sortir avec un dossier consacré aux bouleversements politiques en Afrique du Nord au prisme de l’analyse électorale
Dans ce numéro, vous pourrez notamment trouver un article de Clément Steuer qui revient sur les élections comme principal théâtre de la crise de l’État égyptien, un article de Belkacem Benzenine qui revient sur la démocratie de l’abstention en situation autoritaire, avec un retour sur les élections législatives et locales de 2017 en Algérie, ou encore un article de Soraya Rahem qui revient sur l’impossible transition politique libyenne et les intérêts croisés des acteurs libyens dans les processus électoraux.

Enfin Jean-Paul Gaudillière et Caroline Izambert viennent de publier n ouvrage intitulé : Pandémopolitique. Réinventer la santé en commun aux éditions La Découverte
Nous n’avons pas eu à effectuer le terrible tri des malades » a-t-on pu entendre au printemps 2020. Mais en est-on si sûrs ?
Loin d’être un geste extraordinaire, le triage fait en réalité partie intégrante des champs de la médecine et de la santé. Seulement, la crise du SARS-CoV-2 a montré que le triage clinique n’était qu’une des dimensions et conséquences d’un triage systémique façonné par les politiques néolibérales et une technocratie sanitaire qui a, de longue date, négligé la santé publique.
L’essentiel n’est donc pas tant de savoir si nous trions ou pas que de choisir collectivement les modalités du triage et de définir démocratiquement les priorités de notre système de santé. Des expériences alternatives se rappellent à nous et dessinent des horizons différents, du renouveau de la santé communautaire aux potentialités des communs, en passant par l’émergence d’un triage écologique. La pandémie ouvre une brèche politique pour penser un autre triage, réinventer notre santé selon d’autres priorités : sociales, écologiques, démocratiques. La crise du SARS-CoV-2 est en cela bien plus qu’une crise sanitaire. Elle est un événement pandémopolitique.  

Musique : Alyona Alyona - Pushka

AGENDA 2021.02.01

Documents joints

Le numéro 243 de la revue Maghreb – Machrek (...)