Agenda des luttes 28 janvier

jeudi 28 janvier 2021
par  Julie agenda

et on commence avec cette info inspirante : des militants luttant contre le développement de la ligne HS2 du TGV qui prévoit de relier Londres au nord de l’Angleterre et à l’Écosse, détruisant sur son passage 108 forêts anciennes, ont annoncé avoir creusé un tunnel de 100 pieds sous un parc de Londres
HS2 Rebellion, une alliance de groupes et d’individus qui font campagne contre le projet de TGV, a déclaré que des « protecteurs d’arbres » étaient prêts à occuper les tunnels, creusés « en secret » au cours des derniers mois, et à rester sous terre « le temps qu’il faudrait pour arrêter le projet HS2 ». Les tunnellers ont travaillé « 24 heures sur 24 » en utilisant des pioches, des pelles et des seaux pour créer le réseau Avec l’aide des résidents locaux, les déblais de creusage ont été utilisés pour « fortifier les barricades » à l’entrée du réseau et isoler la « forteresse de palettes » pour garder les tunneliers au chaud lorsqu’ils dorment entre les équipes. Les tunnels sont soutenus par des poutres en bois et des planches épaisses pour éviter l’effondrement et à l’intérieur, il y a des réserves de nourriture et d’eau

AGENDA 2021.01.28

RDV MILITANTS

À 12h30, Nanterre VNR en lutte, l’UNEF Nanterre, la FSE Nanterre, le NPA Jeunes Nanterre U, et le Poing Commun organisent une Assemblée Générale : Nous ne serons pas la génération sacrifiée !
Cette semaine, des milliers d’étudiants ont manifesté pour protester face à l’absence de mesures pour les universités. La situation des étudiants s’est énormément dégradée, en témoigne les trop nombreux cas de suicides et de dépression chez les étudiant.e.s.
Alors que plus de 500 milliards d’euros ont été donnés aux grandes entreprises, aucun financement n’a été alloué pour garantir le maximum de présentiel à l’Université. Pourtant, avec des moyens, il serait possible de garantir des cours en présentiel !pour cela il faudrait doubler les TD et CM pour réduire le nombre de participants, ce qui implique d’embaucher des enseignants, de louer des locaux et d’offrir les moyens sanitaires (masques, gels gratuits, nettoyage des locaux). C’est justement ce que demandent les étudiant.e.s pour rompre l’isolement de nombreux jeunes.
Cet isolement et la précarité qui l’accompagne ne cessent de s’accroitre depuis la crise sanitaire. Les jeunes sont les plus touchés par la perte de revenu dû aux très nombreuses suppressions d’emplois. Alors qu’ils devraient pouvoir se concentrer sur leurs études, de nombreux étudiants ont connu une détérioration considérable de leurs conditions de vie.
La mobilisation a obligé le gouvernement à généraliser les repas CROUS à 1€ pour tous, mais il faut bien plus que ça ! Il faut donc poursuivre et accentuer la mobilisation étudiante et pour préparer la prochaine journée d’action, fixée au 4 février prochain, une AG est donc organisée sur le site de Nanterre, et si vous voulez y participer, rdv sur le site de Nanterre bâtiment DD, ou sur la page Facebook de Nanterre VNR en lutte pour suivre l’AG en distanciel !

de 12h30 à 14h, La Plateforme nationale pour la recherche sur la fin de vie et l’Institut longévité, vieillesses, vieillissement organisent conjointement un séminaire virtuel consacré à la manière dont les personnes avançant en âge et leurs proches envisagent le vieillissement et la fin de vie.
Deux constats sont encore insuffisamment pris en compte dans la recherche. D’une part, la grande longévité que connaissent bon nombre de populations aujourd’hui oblige à repenser la fin de vie, et notamment à ne plus la réduire aux derniers moments et à la mort. D’autre part, la diversité des parcours de vie conduit à de multiples façons d’être vieux et d’appréhender son futur et la fin de vie. Plusieurs méthodes, approches et connaissances sont requises pour éclairer cette évolution et cette pluralité, et c’est ce que proposent de travailler La Plateforme nationale pour la recherche sur la fin de vie et l’Institut longévité, vieillesses, vieillissement dans ce séminaire en ligne, et si vous voulez le suivre, il faut vous inscrire sur : https://limesurvey.univ-bfc.fr/index.php/963214

À 14h , la Cimade Ile de France, le COPAF et d’autres associations organisent un Rassemblement devant le Tribunal Administratif de Paris pour demander un rdv en préfecture pour toustes
Plus d’une centaine de personnes ont saisi les tribunaux administratifs franciliens le 10 décembre dernier, pour tenter d‘imposer aux préfectures la délivrance de rendez-vous. Et suite à cette action, la préfecture des Hauts de Seine a été condamnée à convoquer les personnes concernées et à rembourser les frais de justice des requérant.e.s, à hauteur de 11.400 euros, ce qui marque une première victoire.
Aussi, pour prolonger cette victoire, la CIMADE, le COPAF et d’autres assoc appellent à une nouvelle mobilisation, et organisent ce rassemblement aujourd’hui devant le Tribunal administratif de Paris qui se trouve au 7 rue de Jouy, métro St-Paul

de 14h à 16h30, Les ateliers du réseau d’études pluridisciplinaires sur les paternités et les maternités se poursuivent avec une séance virtuelle autour d’Amélie Keyser-Verreault (de l’Université du Québec à Montréal), qui reviendra sur la responsabilité maternelle à Taïwan et Lissell Quiroz (de l’univ. de Cergy), qui reviendra sur ’La maternité des femmes autochtones à partir du cas des stérilisations forcées au Pérou (1996-2000).
et si vous voulez suivre cette séance en ligne, il faut s’inscrire en envoyant un mail à : reppama.contact@gmail.com

à 14h30, le comité de défense des jardins ouvriers des Vertus organise un rassemblement alors que Grand Paris Aménagement accélère le projet de démantèlement des jardins ouvriers de Pantin-Aubervilliers !
Le rdv est donné à 14h30 à la sortie du Métro Fort d’Aubervilliers, côté bus !

de 15h30 à 17h, le séminaire sur la « compétition politique et la lutte pour le pouvoir politique en démocratie » organisé par l’Association française de science politique se poursuit avec une séance virtuelle, en anglais, autour de James Stimson qui reviendra sur l’élection présidentielle américaine
Et pour suivre cette séance en ligne, il faut s’inscrire en envoyant un mail à : i.guinaudeau@sciencespo-bordeaux.fr

de 17h00 à 20h00, le séminaire Taire, confier, révéler. Le secret, de l’intime au social organisé par l’université Paris 13 se poursuit avec une séance virtuelle autour de l’inceste
Qu’il s’agisse de travaux anthropologiques ou historiques, de rapports de professionnels de la justice ou de l’aide sociale à l’enfance ou encore, de Témoignages de victimes, comme le récent témoignage de Camille Kouchner qui accuse Olivier Duhamel, tous le montrent : les histoires d’inceste, compris comme une relation sexuelle engagée avec un enfant dans le cadre familial, sont des histoires de secret. Caché, plus ou moins volontairement ou consciemment préservé, le secret est difficile, voire impossible à révéler ou à découvrir. 
Lié au tabou, le secret de l’inceste résulte de « l’injonction au silence, véritable règle d’or de la famille incestueuse », qui scelle la relation de domination entre la victime et son agresseur. Comprendre comment les violences incestueuses perdurent dans la trame ordinaire du quotidien et peinent à accéder à la visibilité et à être judiciarisées, implique donc de prendre en compte le secret qui pèse sur elles, son rôle et son fonctionnement dans les familles concernées par l’inceste, voire dans leur entourage et plus largement dans la société.
La notion de secret permet de penser le piège de l’inceste pour les victimes mais il interroge également l’ordinarité des violences sexuelles subies par les enfants lorsqu’elles sont suspectées ou connues, mais tues, voire tolérées. Quand, par qui, à qui, comment, dans quelles conditions et avec quelles conséquences le secret est-il révélé ? Comment ce qui est mis à part, placé à l’écart, retiré (secretus), peut-il revenir dans le champ de l’énonciation, de la dénonciation, de la mémoire,et de la prise en charge institutionnelle ?
Pour éclairer l’inceste et mieux comprendre ce qui empêche ou permet de le dire, de l’entendre et de le restituer aujourd’hui, ce séminaire, animé par des anthropologues et des historiennes propose de réfléchir aux Secret(s) de famille, à leurs traces et à leur transmission ; et si vous voulez suivre cette séance en ligne, il faut vous inscrire en envoyant un mail à : demartini@univ-paris13.fr

Dans le cadre du Forum social mondial, l’Initiative pour un Autre Monde (IPAM) proposent plusieurs rdv en ligne aujourd’hui :

  • à 13h30, elle organise avec le Comité régional du Forum social européen des migrations une Discussion autour des propositions de revendications, mobilisations et alliances à porter au Forum social européen des migrations
  • à 17h, elle propose avec le CRID, un débat sur La laïcité et les instrumentalisations qui en sont faites actuellement en France, au détriment des libertés individuelles et associatives, dans le contexte de la future loi « contre le séparatisme » (https://framaforms.org/inscription-webinaire-laicite-etlibertes-1610979152)
  • enfin, à 18h, elle propose avec le CICP, le Collectif d’organisation de la Semaine Anticoloniale et Antiraciste, et le Réseau « Sortir du Colonialisme » un webinaire sur l’Anticolonialisme et l’antiracisme avec Henri Pouillot, du Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, président du Réseau « Sortir du Colonialisme » et co-fondateur de la Semaine Anticoloniale et Antiraciste ; Claude Szatan, du CEDETIM, Sonia Fayman, de l’Union Juive Française pour la Paix ; Michèle Decaster, secrétaire générale de l’Association Française d’Amitié et de Solidarité avec les Peuples d’Afrique ; Théo Lubin, Président du Comité d’organisation du 10 mai (CO-10Mai) et journaliste à FPP ; et Mireille Fanon-Mendes France, Présidente de la Fondation Frantz Fanon (https://www.helloasso.com/associations/cicp/evenements/fsm-retour-sur-la-semaine-anticoloniale-et-antiraciste-en-france)
    et pour retrouver ces rdv en ligne, rdv sur le site de l’IPAM : https://www.reseau-ipam.org/ipam-au-forum-social-mondial/

À 18h30, heure française, le séminaire sur La santé au prisme du genre organisé par le réseau de recherche Québec Sciences Sociales et Santé se poursuit en ligne
Violences obstétricales et gynécologiques, remises en question régulières du droit à l’avortement, chirurgies imposées à des enfants intersexes, pathologisation des personnes LGBTQI+ ou stérilisation forcée de femmes autochtones. L’actualité nous rappelle régulièrement l’importance (et la violence) des enjeux de genre dans le domaine de la santé. Quand on sait que la médecine fut l’un des principaux espaces de constitution, puis de légitimation de la distinction binaire du genre au cours de la période contemporaine, difficile de s’en étonner. L’Organisation Mondiale de la Santé a d’ailleurs défini le genre comme un déterminant des inégalités de santé, soulignant ainsi les effets des normes genrées, et des rapports de pouvoir qui en découlent, sur l’état de santé des personnes et leur accès aux soins. Mais, si l’analyse en termes de genre s’est progressivement imposée dans différentes institutions (ONG, internationales, pouvoirs publics), ce fut souvent au prix d’une neutralisation de ses dimensions politiques. En effet, le genre ne peut se résumer à un « déterminant » de la santé sur lequel on pourrait agir pour réduire les inégalités. Parce qu’il façonne en profondeur et depuis longtemps les questions de santé, le genre apparaît davantage comme une grille d’analyse puissante de leurs enjeux contemporains, tout comme la santé peut en retour constituer un prisme pertinent pour analyser les sociétés patriarcales. En témoigne la prégnance du sexisme, du cis-sexisme et de l’hétérosexisme dans les différents espaces de la santé, de la prévention à la prise en charge des personnes malades, en passant par la pratique des soins, mais aussi les conséquences des politiques d’austérité dans ce domaine. Le genre se doit donc d’être interrogé dans ces différentes dimensions pour réinventer nos manières de penser et de faire de la santé, en évitant l’écueil de la binarité essentialiste qui ramène les différences de genre à la dimension biologique des sexes masculin et féminin et naturalise ainsi des inégalités sociales comme s’il s’agissait de propriétés humaines fondées biologiquement.
Mais en quoi consisterait alors une santé prenant en compte la problématique du genre ? quels seraient les enjeux épistémologiques et politiques de sa conceptualisation et de sa mise en pratique ? Autrement dit, comment penser la santé en intégrant la diversité des identifications de genre, mais aussi la diversité des normes culturelles liées au genre, et ce sans imposer des normes occidentalo-centrées ? C’est autour de ces questions que ce séminaire propose de réfléchir, et pour la séance virtuelle d’aujourd’hui, il sera question des intersections plurielles entre le genre et la santé : à partir des cas du handicap et de la santé mondiale
et si vous voulez suivre ce séminaire en ligne, rdv donc à 18h30, heure française, sur : https://forms.gle/ziGcvUEqxEwQ1BCs8

à 18h30 aussi, la Commission de Mobilisation du Travail Social Ile-de-France organise une AG virtuelle pour revenir sur les mobilisation du 3 décembre et du 21 janvier derniers et préparer les prochaines mobilisations
et si vous voulez participer à cette AG du travail social en lutte, rdv à 18h30 sur le lien du discord : [https://discord.gg/gqYHGGe]

à 19h, l’assoc Pour l’Égalité Animale, l’assoc L214 Ethique et Animaux et Paris Animaux Zoopolis organisent une visio-conférence avec l’économiste Romain Espinosa qui présentera son livre intitulé ’Comment sauver les animaux ? Une économie de la condition animale’, à paraitre aux éditions PUF
Alors même que le bien-être animal n’a jamais fait l’objet d’un si large consensus dans notre société, plus d’un milliard d’animaux terrestres sont tués chaque année en France pour satisfaire la demande en viande, œufs et lait, tandis que des millions d’autres sont pêchés, chassés, exhibés dans des cirques ou des enclos.
Pour revenir sur cette condition animale avec Romain Espinoza et des membres de la PAZ et de L214, rdv donc à 19h sur le lien zoom : https://zoom.us/j/99317876392...

à 20h, l’alliance internationale des Femmes, l’IWA Europe, poursuit sa campagne pour Les femmes en première ligne de la Résistance avec un troisième webinaire, en anglais qui mettra en lumière la situation des prisonnières politiques kurdes sous le régime fasciste d’Erdogan.
Sous le régime Erdogan, l’incarcération est utilisés comme une arme institutionnelle contre les opposants politiques au régime, en particulier les femmes politiques kurdes. Dans ce webinaire, des militantes du Mouvement des femmes kurdes se pencheront sur les cas de Leyla Güven, Rojbin Çetin et Rojda Nazlier.
Leyla Güven, politicienne du HDP (Parti démocratique populaire) pro-kurde et ancienne députée, a été condamnée à 22 ans et 3 mois d’emprisonnement en décembre 2020.
Rojbin Çetin est membre du Mouvement des femmes libres kurdes et membre du comité politique local du Parti démocratique populaire. Lorsque Rojbin a été arrêtée pour la première fois le 26 juin, elle a été torturée par des policiers à son domicile de Diyarbakir.
Enfin, Rojda Nazlıer, co-maire destitué du district de Kocaköy au nord-est de Diyarbakır, a été condamné à neuf ans de prison par un tribunal de district turc de Diyarbakır pour « appartenance à une organisation terroriste ».
et donc si vous voulez revenir sur cette répression à l’égard des femmes politiques kurdes et en discuter, en anglais, avec des militantes du Mouvement des femmes kurdes, il faut s’inscrire sur : http://bit.ly/FreeLelyaRojbinRojda

à 20h30, Extinction Rebellion France organise un webinaire intitulé ’Pour une Sécurité Sociale de l’Alimentation’
Alors que nous n’avons jamais produit autant de nourriture, il n’y a jamais eu autant de mal-nourri.es, de sur-nourri.e, et de sous-nourri.es, et d’après le Rapport sur la biodiversité et les régimes alimentaires, publié par la FAO en 2010 : ’La probabilité pour qu’un groupe social soit affecté par la faim et la malnutrition est déterminée par l’influence qu’il exerce sur la prise de décision à l’échelle locale, nationale et mondiale. Dans ce contexte, plusieurs associations militent pour une sécurité sociale de l’alimentation, et c’est pour revenir sur cette proposition qu’XR propose ce webinaire ce soir ; et si vous voulez le suivre, rdv à 20h30 sur : https://extinctionrebellion.fr/actualites/résilience-alimentaire

à 20h30 aussi, le collectif Feminists in the City organise un webinaire sur Le féminisme face au voile en France
Pourquoi la question du voile divise-t-elle autant les féministes ? Se plaçant dans la lignée d’un féminisme inclusif, intersectionnel et pro-choix, Sonia Devaux mettra en avant les conséquences de la construction médiatique et politique des ’affaires’ du voile sur la vie des femmes musulmanes. Et si vous voulez revenir avec elle sur les débats sur le voile musulman au sein du mouvement féministe français, rdv donc à 20h30 sur le site : www.feministsinthecity.com

Et si vous voulez poursuivre sur cette question, Amnesty International Canada Francophone propose, à minuit heure française, un Webinaire sur le racisme systémique et islamophobie
Les migrations postcoloniales des personnes musulmanes vers les pays dits occidentaux se sont accompagnées du développement de préjugés, de stéréotypes et de discriminations fondés sur la religion. Les populations musulmanes issues de l’immigration dans des pays majoritairement blancs font l’objet non seulement de différenciation sur la base de leur religion, mais aussi d’un processus de racisation. Dans ce contexte, l’islamophobie est identifiée comme une forme de racisme.
Pour revenir sur les liens entre le racisme, l’islamophobie et le racisme systémique, et les implications de ces enjeux dans le contexte québécois, avec les Militantes féministes et antiracistes EVE TORRES et IDIL ISSA, et le sociologue Paul Eid, spécialiste de la discrimination raciste à l’embauche, du profilage racial et de l’islamophobie, rdv donc à 00h, heure française sur :[https://bit.ly/37lVR3r]

Demain matin, à 8h30 Solidaires Seine-Saint-Denis organise un rassemblement en soutien à Saliha et Boualem pour protester contre la répression syndicale au Conseil Départemental du 93
C’est inédit depuis la création du département : deux représentant·es du Personnel au comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail du même syndicat SUD sont menacé.e.s de sanctions disciplinaires pour des motifs fallacieux.
L’une est accusée d’avoir remis à sa hiérarchie une convocation de séance du CHSCT en ayant omis une formule de politesse.
L’autre est convoqué en Conseil de discipline demain, avec une demande d’exclusion temporaire de deux mois sans salaire dont un mois avec sursis, pour des motifs tout aussi futiles et mensongers.
Ainsi, après avoir tenté de réduire au silence les organisations syndicales en imposant un règlement d’exercice des droits syndicaux, Le Conseil Départemental cherche à empêcher les représentant·es syndicaux de défendre les conditions de travail des personnels et un service public digne.
Cette dérive autoritaire concerne tout·es les agent.e.s du Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis car depuis le 1er janvier : le pouvoir disciplinaire pour les sanctions du premier groupe est confié aux seules directions qui peuvent décider d’une sanction contre tout·e collègue à tout moment.
Solidaires 93 dénonce cette politique de répression syndicale qui s’abat sur nombre de représentants syndicaux dans le département, comme c’est le cas avec les enseignant·es du collège République de Bobigny, Anissa représentante SUD Santé à l’EHPAD de Livry-Gargan, ou encore Aline représentant·e SUD Routes à H&M logistics.
Aussi, pour exiger l’abandon des poursuites à l’encontre de Saliha et Boualem, rdv demain matin à 8h30 devant le Centre Interdépartemental de Gestion de Pantin, qui se trouve au 1 rue Lucienne Gérain, métro Église de Pantin

demain matin, aussi, à partir de 8h30, le Centre Arabe de Recherches et d’Études Politiques de Paris organise son Colloque annuel en ligne, et il sera consacré cette année aux Populismes arabes et européens
La montée du populisme, qui a constitué un objet d’étude central de la recherche sur les fascismes européens des années trente puis sur le fonctionnement de certains régimes du tiers-monde après les indépendances, s’impose aujourd’hui à nouveau comme l’un des phénomènes les plus marquants de l’évolution politique mondiale, notamment dans les vieilles démocraties libérales. Depuis une dizaine d’années, le populisme progresse, de fait, dans de nombreux pays, dopé par la révolution numérique et les réseaux sociaux.
Pour questionner la diversité de ce phénomène selon une approche comparée à travers l’étude des cas européens et arabes, le CAREP propose donc cette journée de réflexion en ligne, et demain matin, les discussions porteront sur le populisme et ses transformations, avec un état des lieux des Formes et des acteurs du populisme en Europe et dans le monde arabe ; et si vous voulez suivre ce colloque en ligne, il faut s’inscrire sur : https://zoom.us/webinar/register/WN_KeUeU716TniS-ae_LPuKfw

demain matin toujours, à 9h, SUD Éducation 93 organise un Stage de formation syndicale : pour apprendre à Militer dans les écoles, collèges, lycées et universités du 93
et si vous voulez participer à ce stage de formation syndicale qui est ouvert à toutes et tous, il faut s’inscrire via le formulaire : sudeducation93.org/Stages-formulaire-d-inscription.html
et ça se passe donc demain à partir de 9h à la BDT de Saint-Denis qui se trouve 9 rue Génin, métro St-Denis Porte de Paris

enfin, demain matin encore, de 10h à 12h, le Séminaire ’Outre-mer et recherche en sciences sociales : jeux d’échelles et de souverainetés’ organisé par l’INALCO se poursuit avec une séance virtuelle autour d’Audrey Célestine (Université de Lille) et Vincent Martigny (Université de Nice) qui reviendront sur les Politiques culturelles en Guadeloupe, Martinique, Guyane, à La Réunion, et à Mayotte
et si vous voulez suivre ce séminaire en ligne, il faut s’inscrire via le formulaire : https://framaforms.org/seminaire-outre-mer-vendredi-29-janvier-10h-12h-1611130665

RDV CULTURELS

toute la journée, l’Institut français d’Égypte, et l’Institut français d’Égypte à Alexandrie proposent plusieurs rdv en ligne dans le cadre de la nuit des Idées qui est placé cette année sous le thème des ’proches’ comme un pied de nez à la crise sanitaire mondiale qui limite les rassemblements et les mobilités internationales de personnes

  • à 19h, la politologue Caroline Barbary parlera de la jeunesse égyptienne
  • à 19h30 l’urbaniste Kareem Ibrahim proposera des promenades urbaines virtuelles
  • à 23h, la journaliste Lina Attalah proposera un grand entretien avec la poète Iman Mersal
  • et à 00h, le dramaturge égyptien Ahmed El Attar et le dramaturge syrien Ossama Halal dialogueront sur la situation actuelle dans leurs pays
    et si vous voulez suivre ces rdv en direct, rdv sur la chaine Youtube dédiée : https://www.youtube.com/channel/UCeNs05JaRgGbcBwyhuTGCag

Dans le cadre de La Nuit des Idées sur le thème des Proches aussi, les Mains d’Œuvres, et Sur/Mesure proposent une soirée spéciale Liban
Être “proches”, c’est 3 significations possibles : c’est tout d’abord pouvoir se rassembler dans l’espace, physiquement. C’est aussi pouvoir se connecter par les pensées, l’art et la solidarité bien que très loin les un.e.s des autres. C’est enfin être dans le temps, tout près de quelque chose. Et si les scènes artistiques alternatives libanaises en étaient le parfait exemple ? Comment définir une scène émergente, une scène alternative, une scène indépendante à Beyrouth ? Au Liban ? Comment et dans quelle mesure ces scènes génèrent-elles des solidarités au gré des nombreuses disruptions politiques et en réaction aux crises successives ? Comment se placent-elles en avant-garde artistique et en gardiennes d’un espace démocratique nécessaire ? C’est autour de ces questions que les mains d’oeuvres et Sur Mesure proposent de réfléchir collectivement avec cette nuit des idées.
Au programme de cette soirée :
● Projection en ligne du film “Le Cèdre d’Octobre” de Salim Saab, à partir de 17h sur inscription : https://billetterie.mainsdoeuvres.org/.../28-01-2021-17...=AT3Y8evTn1gMzWzVmfXj75s7Fo4QuN5O1QuAlLHKGKCsHx7_yQJOAoAoryM3NWWcMbcTwzzowZNhJMxEc2K1ta-vv1bn1kIxKokeAXDibxFDllQ5Y-fc8SuqiaifitRjG8vpHk_Kla3E66ddgPaVbMFF]
● de 19h - 20h30 : une table-ronde sur Les scènes alternatives et indépendantes du Liban, et ce qu’elles révèlent en terme de nouvelles solidarités et d’espaces démocratiques ?
● et de 21h – à 22h : Concert live de Zeid Hamdan
et si vous voulez suivre cette soirée spéciale Liban, rdv à partir de 17h sur : lanuitdesidees.com=AT3Y8evTn1gMzWzVmfXj75s7Fo4QuN5O1QuAlLHKGKCsHx7_yQJOAoAoryM3NWWcMbcTwzzowZNhJMxEc2K1ta-vv1bn1kIxKokeAXDibxFDllQ5Y-fc8SuqiaifitRjG8vpHk_Kla3E66ddgPaVbMFF]

à 18h30, le Séminaire Hegel : Lectures de La phénoménologie de l’esprit se poursuit avec une séance virtuelle autour de Raphael Authier qui reviendra sur Hegel, Kant et la question du temps
et pour suivre ce séminaire en ligne, rdv sur : global.gotomeeting.com

à partir de 19h, La Gaîté Lyrique propose une rencontre croisée en ligne avec Antonio Casilli, Anna Jobin et Paolo Cirio, autour de l’Éthique de l’intelligence artificielle
L’intelligence artificielle « éthique » est devenue un poncif de communication autant pour les grandes entreprises que pour les institutions publiques, mais que dit réellement cette avalanche de déclarations de principes ? Quelle compréhension du concept même d’éthique motive ces recommandations ?
Pour la sociologue et chercheuse suisse Anna Jobin : malgré une convergence apparente sur certains aspects, aucun principe éthique n’est commun à toutes ces déclarations. Une dissonance qui invite à approfondir la réflexion sur la gouvernance de l’Intelligence Artificielle, au prisme notamment de la généralisation de l’utilisation de la reconnaissance faciale qu’évoquera l’artiste Paolo Cirio dont l’œuvre à ce sujet fut récemment censurée en France.
Et si vous voulez en discuter avec eux, rdv donc à 19 sur : https://us02web.zoom.us/j/89298677911...
Mot de passe d’accès : 570368

à 19h, aussi, les Mains d’Oeuvres proposent un concert en direct, en ligne, de Viktor & The Haters
“Si les nuits sont longues, c’est que la vie est courte’. C’est entre deux discussions autour de Bukowski et Despentes, une nuit en 2017, que Viktor a fait la rencontre des Haters : nébuleuse dont les figures de proue sont Maître Madj et Otchakowsky : la collision “Viktor & The Haters” est née, un post-rap dont le leitmotiv est d’exploser les barrières musicales et donner vie à une poésie surréaliste, marginale et contemporaine.
Pour suivre le concert en ligne, rdv donc à 19h sur : http://bit.ly/2Jzh4wM=AT2JMWyDS4zl2xebO1Lincz8g48oSaVlgpVaKtTz66FIWXSPz2O97gWKzGVxXdbfZn7BzlFNpcJhwU-ht-QofJ26BCr0x2HM4evdjWY0wWUjaXTwxf3gCfsYjOvw5VSbrvAJmCZnbIMcMpU6WVS-j4za]

à 20h, la Cinémathèque de Bretagne propose une projection-débat virtuelle autour du film ’Voici la colère bretonne : la grève du joint français’ réalisé par Jean-Louis Le Tacon ( en 1972, 62 min)
La caméra filme les paysans qui apportent le ravitaillement aux grévistes, les galas de solidarité, le jour des négociations à l’inspection du travail… La caméra tourne et chacun comprend que ce sera important de transmettre plus tard ce qui se passe en ce moment : le monde à l’envers.
Et pour découvrir ou redécouvrir ce film et en discuter avec son réalisateur Jean-Louis Le Tacon, rdv donc à 20h sur la plate-forme de la 25ème heure : https://sallevirtuelle.25eheure.com/seance/5321/

Musique :
Viktor and The Haters - Trasher l’époque
Soapkills - Leh Zaalen

AGENDA 2021.01.28

Documents joints

Aujourd'hui il n'y aura pas d'invité parce que (...)