Agenda des luttes 26 janvier

mardi 26 janvier 2021
par  Julie agenda

Aujourd’hui, on sera au téléphone avec Basile de la CGT Educ Action du 93 pour parler de la journée de mobilisation de l’Education nationale partout en France
aujourd’hui, à l’appel de l’intersyndicale réunissant la CGT Educ’action, FNEC FP-FO, FSU, SNALC, SNCL-FAEN et SUD , c’est journée nationale de grève et de manifestation de la maternelle à l’université
A Paris, le départ est fixé pour 13h à Luxembourg et plusieurs rdv sont donnés :

  • dès 12h, le collectif de soignant.e.s Bas les masques, et les Brigades de Solidarité Populaire de Montreuil, tiendront un stand de rencontre, de partage, avec des professionnel.les de la santé entre autres, sur la place du Luxembourg
  • à 12h45 le cortège des AED/AESH, se donnent rdv au niveau du 21 rue Garancière pour réclamer un recrutement massif de personnel de vie scolaire, une revalorisation du salaire accompagnée d’une baisse du temps de travail, la titularisation pour celles et ceux qui le souhaitent, et l’accès aux primes REP et REP +
  • le cortège de l’ESR mené par l’université ouverte le collectif Facs et labos en lutte et les précaires de l’ESR se donnent rdv à la sortir numéro 2 du RER, rue Gay-Lussac pour dénoncer la précarité croissante et mortifère des étudiant·es et des personnels, et protester contre le passage en force de la LPR
    Pour rappel, en cas de pépin avec les FDO vous pouvez contacter la Legal Team sur le n° de tel 0752957111 — qui reçoit aussi les appels Signal -
    et si il n’y pas d’urgence, vous pouvez leur envoyer un mail :stoprepression@riseup.net
Agenda du 2021.01.26

Et on commence avec cette journée de manifestation qui s’annonce historique en Inde alors que plus de 300 000 paysans entouraient déjà la capitale indienne hier pour manifester aujourd’hui, jour anniversaire de la création de la fête nationale.
Face à l’afflux hallucinant de manifestants, le pouvoir a finalement autorisé la manifestation.
Depuis le 26 novembre dernier et ses 250 millions de grévistes et ses millions de paysans en lutte, l’Inde toute entière est traversée par un soulèvement des paysans et des classes populaires, à caractère révolutionnaire en lutte contre des lois détruisant la toute petite propriété paysanne (soit 80% des 600 millions de paysans). Ce soulèvement paysan a rapidement été rejoint par les classes populaires et les classes moyennes, en particulier les enseignants, alors que le gouvernement d’extrême droite ne se contentait pas de vouloir détruire le monde paysan au profit de l’industrie agro-alimentaire, il détruisait aussi toutes les lois ouvrières et privatisait toute la fonction publique, de la Défense à l’Éducation.
Il y a à l’heure actuelle plus de 400 organisations paysannes coordonnées dans le Comité de coordination des paysans en lutte de toute l’Inde, associées au soulèvement actuel et qui l’animent. Et depuis le 26 novembre, une nouvelle étape a été franchie dans l’organisation et dans le radicalisme paysan puisqu’à cette date, s’est créée une nouvelle coordination plus restreinte mais plus radicale qui chapeaute la première dans le but de faire aboutir le soulèvement. C’est le Front Paysan Uni qui regroupe une quarantaine d’organisation paysannes parmi les plus radicales et il promet d’assiéger les bâtiments gouvernementaux à Delhi pour faire céder le pouvoir.
Hier soir, les leaders du front Uni Paysan ont avancé une date : le 1er février prochain ils marcheront sur le Parlement.
En attendant si vous voulez en savoir plus sur ce soulèvement indien, la journée historique d’aujourd’hui et l’action annoncée pour le 1er février prochain, vous pouvez lire les articles de Jacques Chastaing dans Médiapart.

Retour en France, avec cet appel à bénévoles lancé par le Collectif Sound-Systems IDF pour la manif de samedi contre le projet de loi sécurité globale et en soutien aux inculpés de la Maskarade
alors si vous voulez aider le Collectif des Sound Systems d’Ile de France pour l’organisation de la manif, vous pouvez leur écrire à : benevoleparis30@riseup.net

on poursuit avec cette cagnotte de solidarité avec les femmes qui doivent payer leur avortement à l’étranger, une cagnotte qui vient d’être mise en ligne par la fédération régionale d’Ile de France du Planning pour les femmes franciliennes.
En France, depuis octobre dernier, la loi n’autorise l’avortement que jusqu’à 14 semaines de grossesse, soit plusieurs semaines de moins qu’aux Pays-Bas, qu’en Espagne ou qu’en Angleterre.
En France, plus de 230 000 IVG sont pratiqués chaque année, dont plus de la moitié avant un mois et demi de grossesse. Les femmes voulant recourir à l’avortement passé 14 semaines sont rares, et bien souvent, cette limite arbitraire de temps contraint des femmes à mener à terme une grossesse dont elles ne veulent pas.
Au-delà de ce délai légal, les femmes doivent se rendre dans un pays voisin pour pouvoir avorter dans des conditions décentes. Les femmes d’Ile-de-France se rendent le plus souvent aux Pays-Bas où l’IVG coûte près de 900 €, auxquels s’ajoutent les frais de transport et parfois d’hébergement. Toutes les femmes n’en ont pas les moyens.
Par ailleurs, La nécessité d’avorter à l’étranger entraîne le plus souvent un stress lié à l’urgence dans laquelle les démarches doivent se faire et aux difficultés pratiques occasionnées par ce voyage. Dans cette urgence, certaines femmes doivent aussi trouver les ressources financières qui leur manquent pour pouvoir accéder à cette IVG.
Tout comme les situations de confinement renforcent les discriminations, les situations d’isolement, les violences intrafamiliales, les inégalités d’accès à l’IVG sont elles aussi accentuées.
C’est pourquoi, la fédération Île-de-France lance une cagnotte en ligne destinée à celles qui doivent avorter à l’étranger et si vous voulez y participer, rdv sur :
https://www.helloasso.com/associations/mfpf%20federation%20regionale%20ile%20de%20france/collectes/cagnotte-soutien-ivg

depuis 10h ce matin, les grévistes de la raffinerie de Grandpuits qui protestent contre les suppressions d’emplois prévues par la direction de Total sur le site seine-et-marnais organisent un rassemblement devant le siège de Total à la Défense
si vous voulez les soutenir, rdv donc au pied de la tour Total à la Défense

à 12h30, A Bas les CRA lance un appel à Soutien aux révoltés du CRA du Mesnil-Amelot
Alors que les policiers tentaient d’imposer les tests PCR aux retenus du CRA de Mesnil Amelot, ces derniers se sont révoltés mercredi dernier, mettant le feu à trois bâtiments du secteur 3 du CRA du Mesnil-Amelot.
L’exigence d’un test PCR négatif est obligatoire pour l’exécution des mesures d’éloignement vers un grand nombre de pays, et les juges considèrent que le refus de se soumettre à ce test constitue ’ une obstruction à l’exécution d’une mesure d’éloignement’, alors même que nul ne peut être contraint à se soumettre à un tel test . Aussi, les détenus se sont révoltés, et comme c’est souvent le cas, la répression a été violente : les flics sont intervenus avec des renforts, des prisonniers ont été hospitalisés, et 5 personnes ont été arrêtées.
Après sa garde-à-vue, une des 5 personnes arrêtées a été retransférée au CRA du Mesnil-Amelot : et elle passera en procès en mars. Les 4 autres personnes interpellées, sont jugées aujourd’hui au tribunal de Meaux. Alors pour les soutenir, A bas Les CRA organise un rassemblement à 12h30 devant le Tribunal de Meaux, qui se trouve au 44 avenue Salvador Allende, à Meaux.
Et si vous voulez suivre la situation dans les CRA et en particulier au CRA du Mesnil-Amelot, rdv sur le site d’A bas les CRA : abaslescra.noblogs.org

de 13h à 15h, le séminaire de Sociologie de l’articulation travail/famille et des temps sociaux organisé par l’EHESS et l’Association française de sociologie se poursuit avec une séance virtuelle consacrée à l’articulation au nom de l’éducatif/du bien être enfantin : enjeux de socialisation et de délégation de socialisation des enfants
Pierre Gilbert (maître de conférences à l’université Paris-8, CRESPPA–CSU) : reviendra sur : « Genre, classe et travail parental et domestique. Les arrangements conjugaux autour du mode de garde » ; et Charlotte Faircloth ( University of Kent) : reviendra, en anglais sur : la conciliation entre maternité et vie professionnelle du point de vue du bien-être de l’enfant ; et si vous voulez suivre ce séminaire en ligne, il faut s’inscrire via le formulaire : https://framaforms.org/inscription-seminaire-ehess-sociologie-de-larticulation-travailfamille1601382956

de 14h à 17h, de nombreuses organisations de défense des animaux parmi lesquelles la PAZ, One Voice, C’est Assez ou encore la Fédération des luttes pour l’abolition de la Corrida et L214, organisent un rassemblement devant l’AN pour exiger une vraie loi de protection des animaux
alors qu’aujourd’hui, l’Assemblée Nationale entame l’examen en séance publique de la Proposition de Loi de la majorité, « visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale », et visant notamment à interdire les animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les delphinariums, les montreurs d’ours et de loups, les élevages de visons et à mieux punir la zoophilie et la maltraitance des animaux de compagnie, cette proposition de loi est largement insuffisante.
Dans sa mouture actuelle, cette proposition de loi se cantonne en effet aux secteurs ne risquant pas d’irriter les grands lobbys qui font la loi : il n’y est aucunement question de chasse (pas même de chasse à courre) ou des conditions de vie et de mise à mort dans l’élevage, et encore moins de corrida. Quant aux avancées en matière d’animaux dits de compagnie, elles auront si peu de conséquences qu’on peut légitimement se demander si le texte de loi n’est pas simplement destiné à produire un effet d’annonce.
C’est pourquoi les organisations de défense des droits des animaux organisent ce rassemblement, et le rdv est donné à 14h sur la place Edouard Herriot, en face de l’AN.

de 17h30 à 19h, l’Association française de Science politique poursuit son séminaire Poli(cri)tique avec une séance virtuelle consacrée à l’exercice de l’Etat et aux entourages dans la décision gouvernementales
Il s’agira alors d’interroger la place et le rôle des conseillers du Prince et des rouages centraux de l’Etat dans le gouvernement français.
Pour en discuter notamment avec le professeur Vincent Martigny qui sortira bientôt un documentaire intitulé « l’Homme du Président », consacré aux secrétaires généraux de l’Elysée et à leur rôle dans la prise de décision du chef de l’Etat, rdv donc à 17h30 pour suivre le séminaire en ligne, et pour interagir sur zoom il faut s’inscrire sur : cliquez ici

à partir de 18h, les organisations belges Cncd - 11.11.11 Bruxelles, Echos Communication, Mouvement PAC, Hand in hand tegen racisme, Recognition et justice et Paix organisent un webinaire intitulé : Decolonize Now ! Quelle convergence des luttes possible entre le mouvement décolonial et les autres mouvements sociaux ?
Depuis sa création par la juriste afro-américaine Kimberley Crenshaw, le concept d’intersectionnalité, pensé initialement pour comprendre les multiples discriminations à l’embauche auxquelles étaient confrontées les femmes noires, est devenu un incontournable des questions féministes. Si cette grille de lecture est toujours utilisée par des militant.e.s féministes et antiracistes, elle l’est aussi dans les mouvements décoloniaux et environnementaux qui font aujourd’hui vibrer nos sociétés. Quels liens existent-ils entre les mouvements décoloniaux, féministes, antiracistes et environnementaux ? Comment ces mouvements se renforcent-ils entre eux ? Comment repenser nos luttes pour qu’elles soient plus inclusives ?
C’est autour de ces questions, qu’un panel composé d’activistes, de représentants de syndicats et d’artistes proposera des pistes de réflexion.
Et pour rejoindre la discussion en ligne et y participer, rdv donc à 18h sur le lien zoom : https://us02web.zoom.us/j/83127948191

Le collectif Solidarités migrants Wilson lance un appel à bénévoles pour ses maraudes mobiles d’aujourdhui
et si vous pouvez y participer, le rdv est donné à 18h15 au Théâtre de la Belle Étoile, 14 rue Saint-Just.
Et, si vous ne pouvez pas les aider physiquement, vous pouvez tjr renflouer leur cagnotte en ligne : https://www.helloasso.com/.../soutien-a-wilson/formulaires/1

À 19h, la Cité des sciences et de l’industrie organise une table ronde virtuelle intitulée : Covid-19, nos sociétés démasquées
Les effets de la pandémie ont mis en lumière la frange des marginalités délaissées et ont créé un effet de loupe sur les inégalités sociales déjà existantes. Sans prise en charge précoce et sans politique de justice sanitaire, la situation s’est révélée dramatique pour les sans abris, les mal logés, les personnes les plus exposées, fragiles ou isolées.
Comment expliquer l’impréparation des Etats face à cette pandémie mondiale ? Quelles seraient les réactions efficaces pour corriger ces disparités et mettre en place une solidarité internationale ?
C’est à ces questions que tenteront de répondre la juriste Mireille Delmas-Martyet le sociologue Didier Fassin ; et si vous voulez suivre cette table-ronde virtuelle, rdv donc à 19h sur le lien Youtube : https://youtu.be/oTSQoHb4wNo=AT1w9t6_dd-sXHt8nwoWO1aWUrmUFHzxtJBmcvBCTvMKQa0lZ9Sdxh9khSiS3pbC2wL8U25y1BwYxQkkHzWKU23amtSDJ6mrbL3tu6RImy-XKjOL_ZAXUosSewAqhP5b24bRL1URupaeifZFxtXr9VRE]

à 19h aussi, l’association pôle débat de Sorbonne ONU organise un débat en ligne sur l’impact de la politique sécuritaire de Trump sur la société américaine
et pour participer au débat en ligne, rdv donc à 19h sur : https://www.facebook.com/debatsonu/=AZXDKmYiXqFuEZLeeDCDse_8dTJJUJvPAB-_-HKVEQ2lJ7J1cUWG3_NOQLtkE0DryDxZLJ8gKuq926m1z4wuwUYWEhCpFMQmRcSHcDlHhc-ucJZkEYWrHsQnChjWqcETF2o&__tn__=q]

à 19h toujours, l’assoc féministe Chez violette propose une discussion collective téléphonique autour du célibat en période de confinement
et si vous voulez y participer il faut vous inscrire en envoyant un mail à : [contact@chezviolette.org]

rdv culturels

depuis 10h ce matin et jusqu’à vendredi, l’Ecole supérieure des Arts propose une semaine de conférences et de workshops autour du thème : Espace – Territoire – Corps
Dans ce présent temporel que nous sommes en train de vivre : temps de restriction des espaces de vie collective et des réductions des pratiques de partage. Au moment où la question de l’immunité et de la communauté nous impose la distance et l’isolement, cette semaine de rencontres doit permettre d’ouvrir des perspectives sur les potentialités d’une pratique artistique de la différence et de la coexistence des hétérogènes.
Dans cette perspective : L’Espace, comme instrument critique s’apparentera moins à l’idée extensive de paysage, mais plutôt à un champ énergétique traversé par des différences de potentiels et d’intensité, par le mélange et l’inséparabilité de l’actuel et du virtuel. La Territorialité, qu’elle soit animale, sociale ou virtuelle, sera envisagée comme une manière spécifique d’occuper, de créer et d’habiter l’espace.
A partir de là, il s’agira de proposer une réflexion sur la manière dont les stratégies d’appropriation et de dépossession des milieux de vie mobilisent toutes sortes de dispositifs. Car, in fine, les corps sont l’espace ouvert, ils sont des lieux d’existence, et il n’y a pas d’existence sans lieu. Sous ses modes et sous mille autres, le corps donne lieu à l’existence. Le Monde des Corps articule la densité de l’espacement et l’intensité du lieu. Cette triade Espace – Territoire – Corps ouvre donc la question d’une genèse simultanée et réciproque de l’art et de l’habiter.
Aujourd’hui, plusieurs événements sont proposés dont une conférence d’Olivier Marboeuf sur les pratiques décoloniales du récit.
Et si vous voulez consulter le programme complet de cette semaine de réflexion autour de l’Espace, du territoire et du Corps proposée par l’École supérieure des Arts, rdv sur le lien que vous retrouverez sur le site de l’agenda : http://portail.arba-esa.be/.../2021/01/SHARE-2021_V2.pdf

de 15h à 16h30, le groupe de travail Intelligence artificielle, art et créativité du CNRS, lance un séminaire en ligne consacré au développement et aux usages de l’Intelligence Artificielle par les artistes
Ces rencontres mensuelles permettront d’inviter des artistes venant d’horizons artistiques divers, et de croiser leurs avec ceux d’ingénieurs qui développent ou exploitent des technologies de créativité artificielle.
Et pour la séance d’aujourd’hui, c’est autour de Philippe Esling et Ninon Devis, chercheurs à l’Ircam, et membres du projet ACIDS (Artificial Creative Intelligence and Data Science) qui sont invités. Et ils reviendront sur le projet de modéliser la créativité musicale en développant des modèles d’intelligence artificielle et d’apprentissage machine innovants ; et ils partageront quelques œuvres musicales composées par l’équipe ACIDS à l’aide de l’intelligence artificielle.
Et si vous voulez suivre cette séance consacrée à l’intelligence artificielle et à la musique, il faut vous inscrire sur le lien que vous retrouverez sur le site de l’agenda :https://cis.cnrs.fr/extras/inscriptions/sem_ia_art.php

de 17h à 18h30, l’Institut national du Patrimoine poursuit en ligne son séminaire intitulé Ce que patrimoine veut dire : un tour du monde des conceptions
Si les organisations internationales, telles que l’UNESCO ou l’ICOM travaillent depuis des décennies à l’élaboration de définitions communes pour le patrimoine ou pour les musées, les politiques patrimoniales sont avant tout fortement ancrées dans des contextes nationaux et locaux. Elles sont profondément liées à des histoires nationales et leur organisation comme leur conduite s’inscrivent, pour chaque pays, dans la question bien plus large du rôle de l’Etat au sein de la société.
Et pour la séance d’aujourd’hui il s’agira de Penser le patrimoine en République populaire de Chine : à travers l’histoire et les pratiques culturelles au service de la nation dans la longue durée ; et pour suivre ce séminaire en ligne, il faut s’inscrire en envoyant un mail à : manifestations.scientifiques@inp.fr

En ce dixième anniversaire du début de la Révolution égyptienne, Youssef El Chazli, vient de publier sa thèse intitulée : Devenir révolutionnaire à Alexandrie, chez Dalloz
Cette thèse contribue à une sociologie historique du surgissement révolutionnaire en Égypte. Le surgissement révolutionnaire renvoie à une séquence d´interactions dont l´issue, contingente, peut donner lieu à un basculement général de l´ordre politique et amorcer ce faisant un processus de changement de régime. Afin de rendre compte des mécanismes concrets dont sont faites ces séquences, cette recherche se fonde sur l´étude des engagements de révolutionnaires et de novices dans la deuxième ville d´Égypte, Alexandrie, lors de la « révolution du 25 janvier 2011 ». Elle examine dans le détail les dilemmes pratiques et les microdécisions qui, pouvant paraître au départ comme marginaux, finissent par avoir des conséquences disproportionnées, mettant fin à un régime autoritaire vieux de plusieurs décennies. Faisant usage d´une multitude de sources et de données (entretiens, observations, traces numériques, revues de presse, corpus de photographies et de vidéos), cette thèse permet ainsi de renouveler notre compréhension des phénomènes révolutionnaires et de la manière dont ils émergent. Mais aussi, en contraste, à la manière dont peuvent s´opérer des sorties de crise et des processus de stabilisation politique. Plus précisément, on y voit comment, à rebours des analyses globalisantes et réifiantes des processus révolutionnaires, on ne peut comprendre la dynamique d´émergence d´une crise sans en revenir aux paramètres situationnels et, surtout, aux dynamiques locales de chaque cas. Par ailleurs, en focalisant l´attention sur la ville d´Alexandrie, cette thèse contribue à ouvrir un chantier de recherche sur cette grande métropole méditerranéenne qui reste sous-étudiée.

Agenda du 2021.01.26

Documents joints

Aujourd'hui, on sera au téléphone avec Basile (...)