Agenda des luttes 24 décembre

jeudi 24 décembre 2020
par  Julie agenda

Aujourd’hui,il n’y aura pas d’invité, mais on écoutera une rétrospective en chanson des meilleurs slogans qui ont été posés sur les murs et scandés dans les manif de cette année 2020, mis en musique par La Vie Manifeste

Agenda du 24122020

et on commence avec ce bilan effroyable signalé par le média Basta pour 2020 : 26 personnes ont été tuées dans le cadre d’opérations menées par les forces de l’ordre cette année en France
Plus précisément : Dix personnes ont été tuées par balles ; deux ont été asphyxiés ; cinq personnes sont mortes dans des circonstances troubles alors qu’elles se trouvaient en GAV ; sept dans des accidents routiers impliquant des véhicules des forces de l’ordre ; et au moins une noyade et une chute mortelle dans le cadre d’opérations de police ont été recensées.
Parmi ces 26 morts, on en compte 12 dans le cadre d’opérations de contrôle du respect du confinement, lors du premier confinement entre le 17 mars et le 11 mai.
Plus globalement, le média Basta a recensé, depuis 1977, au moins 746 morts du fait d’une intervention des forces de l’ordre ou de l’action de l’un de ses représentants...dont 78 du fait d’un agent qui n’était pas en service ....alors que le projet de loi sécurité globale prévoit de laisser aux policiers la possibilité de garder leurs armes en dehors de leurs services.
Rdv donc à la rentrée pour se mobiliser encore contre cette loi et les autres lois liberticides ; et d’ici là, vous pouvez continuer de soutenir les comité des familles de victimes de violences policières comme :

au-delà des mobilisations contre les lois liberticides, la rentrée des luttes s’organise déjà et plusieurs dates sont avancées pour des mouvements de grève :

  • les syndicats CGT, FSU et Solidaires, ainsi que les organisations de jeunesse FIDL, MNL, UNEF et UNL, appellent à une journée interprofessionnelle de grève générale et nationale le jeudi 4 février 2021.
  • le 11 janvier, une grève illimitée des anesthésistes est prévue
  • Le jeudi 21 janvier grève dans le secteur de la santé.
  • Le mardi 26 janvier dans l’Education Nationale.
  • Le jeudi 28 janvier dans le secteur de l’énergie.
    Pour toutes ces mobilisations : Les revendications concernent le plan de relance du gouvernement et ses conséquences sur l’emploi, les salaires, les conditions de travail et la protection sociale.

de 12h à 15h, les GJ de Pantin poursuivent leur Noel solidaire avec au programme : une bouffe collective, et des cadeaux pour les enfants
pour fêter noël avec les GJ de Pantin, rdv donc jusqu’à 15h au 71avenue Jean Lolive, à Pantin

à 18h, la Place des Rigoles, la Place des Fêtes Jourdain Envierges (et même de plus loin), l’association du village Jourdain, et les commerçants du quartier organisent un noël solidaire
Le principe : un lieu fixe sur la Place des Rigoles et des brigades volantes qui partiront en maraude pour passer un moment avec des sans abris dans les secteurs Belleville, Jourdain, Place des Fêtes, Porte des Lilas, Pyrénées (ou les inviter à venir sur la place s’ils le souhaitent). Tout le monde est bienvenu pour partager un moment, un vin chaud, une soupe...
Si vous voulez vous investir, vous pouvez participer de différentes manières : aider à l’installation, rangement / apporter un gâteau une quiche des toasts, une brioche, une boisson... / participer aux maraudes ou à la preparation des Kits repas qui se feront dans léglise de la rue de Palestine
et, vous pouvez même participer à la cagnotte qui permettra d’acheter des légumes, de la vaisselle jetable, des boissons...et vous retrouverez le lien sur :
http://www.leetchi.com/fr/c/ldaExWjw=AT10sus_S8xQnrXIodpa9uub2Q2mILpktQGzDP55sJ-XR0jeTjvb-WcJzEOSdya4WxzstbqRESbMgCBS6xeJ3eYOPC9f7vJF9NqwEHqBM9-kGvPeq44B7evCNZhRnUbMA3E]
Si vous voulez participer, contactez-nous en mp ou par mail : noelsolidaires2020@gmail.com
et rdv donc de 18h à 22h sur la Place des Grandes Rigoles -dans le 20ème

la CGT Hôtellerie organise un noël solidaire avec les femmes de chambre grévistes de l’hôtel IBIS des Batignolles
C’est malheureusement le deuxième réveillon depuis le début de la lutte des femmes de chambre qui réclament leur internalisation, Et elles ne lâcheront pas tant qu’elles n’auront pas obtenu gain de cause. Mais pour tenir, il faut garder le moral !alors Venez faire la fête avec les grévistes de l’IBIS Batignolles et leur famille devant le Novotel de Châtelet, Paris les Halles le soir du Réveillon..
Cette soirée sera l’occasion d’offrir des cadeaux aux enfants des grévistes et de partager un bon repas chaud. Ca sera aussi l’occasion de rappeler au groupe ACCOR qu’en 2021, d’autres rassemblement seront organisés à l’intérieur et à l’extérieur de leurs hôtels. A moins qu’ils ne décident enfin de s’assoir sérieusement à la table des négociations.
Pour réveillonner avec les grévistes de l’Ibis des Batignolles, rdv donc à 19h, devant le Novotel des Halles qui se trouve au 8 place Marguerite de Navarre

la place Sainte Marthe En Lutte continue de se mobiliser pendant les fêtes, en attendant le procès attenté pour l’occupation du local de l’Arche :
- Vendredi à partir de 11h : un Marché de noël est organisé sur la place
- Dimanche : une gratuiterie et un goûter sont prévus dès 14 h et seront suivis d’une projection du film « pied de biches » à partir de 17h 
- Mardi prochain  : à 10 h se tiendra le procès au tribunal de grande instance de Paris puis un concert sauvage contre les expulsions sera organisé dans la rue à partir de 16h 
- enfin Jeudi prochain : pour le reveillon, une après midi festive de fin d’année est prévue avec de la musique, infokiosque et vin chaud sur La Place sainte marthe à partir de 16h 
rdv donc dans le quartier de la place Sainte Marthe, et dans le local de l’arche au 1 rue Jean et Marie Moinon, métro Colonel Fabien

dimanche, à 13h, la Coordination de l’Intercollectif des Algériens de Paris/Île de France, le Pacte de l’Alternative Démocratique France, et le collectif algérien pour la deuxième république organisent un rassemblement pour le départ du système et la transition démocratique
alors pour exiger : le départ du système et une transition démocratique indépendante du pouvoir, le parachèvement du processus révolutionnaire et la consécration d’un État de droit, et de citoyenneté, ainsi que l’arrêt de la répression, la libération des prisonniers politiques et les détenus d’opinion, le respect des droits humains et l’Egalité entre homme et femme, et enfin pour rendre hommage à ABANE Ramdane et aux martyrs de la Démocratie rdv donc dimanche à 13h sur la place de la République

mardi prochain, à 10h, la CGT energie Paris organise un rassemblement de soutien à Lola, qui est convoquée au commissariat du 13e arrondissement pour « violation de domicile ».
Pour dénoncer la répression syndicale, rdv donc mardi prochain à partir de 9h30 devant le commissariat de Paris 13e qui se trouve au 144, boulevard de l’Hôpital

mardi prochain, à 17h30, les collectifs féministes Alerta Feminista, du Pains et des Roses, Las Rojas Paris et l’assemblée des citoyens argentins en France organisent un Pañuelazo pour le droit à l’avortement en Argentine alors que ce jour là, le projet de loi pour l’interruption volontaire de grossesse sera voté au Sénat argentin pour la deuxième fois.
L’Amérique latine est une des régions où les législations sur les droits sexuels et reproductifs sont les plus meurtrières : dans presque tous les pays (sauf Cuba, Uruguay, Guyane, Guyane Française et Porto Rico), l’avortement est soit complètement illégal, soit autorisé sous certaines conditions — qui ne sont pas toujours respectées par la justice, les professionnel.le.s de la santé ou le système politique.
Cependant, l’avortement est une réalité dans le monde entier. Le manque d’accès à une éducation sexuelle, à des méthodes de contraception et aux avortements sûrs oblige de nombreuses femmes encore à avorter dans des conditions qui mettent leurs vies en péril. Les personnes qui n’ont pas accès aux réseaux de soutien et information ni les moyens économiques sont obligées d’avorter d’une manière totalement précaire, généralement en brisant le sac amniotique avec un élément tranchant, ce qui peut générer des infections extrêmement dangereuses. Ainsi, aujourd’hui, les avortements sont la troisième cause de mortalité des femmes, notamment les plus pauvres, ce qui fait de l’avortement un privilège de classe.
En Argentine, la loi autorisant l’avortement date de 1921 et ne le permet qu’en cas de viol ou de risque de mort pour la femme. Bien que le projet de loi visant à légaliser l’avortement en Argentine, qui a maintenu toute l’Amérique latine en suspens, ait été rejeté par le Sénat le 9 août 2018, la lutte pour le droit de décider, a acquis une force internationale et intergénérationnelle imparable, et le mouvement réclame non seulement l’avortement légal, mais la séparation de l’Église et l’État.
Depuis 2007, lorsque le projet de loi visant à légaliser l’avortement a été présenté pour la première fois au Congrès national, la Campagne nationale pour le droit à un avortement légal, sûr et gratuit, une alliance fédérale large et diversifiée qui articule et couvre une partie de l’histoire des luttes pour le droit à l’avortement dans ce pays, a présenté le projet de loi huit fois au Congrès national. Ce dernier ne l’a examiné qu’en 2018, en adoptant le projet à la Chambre des députés, mais en le rejetant au Sénat.
Après plus de 15 ans de lutte et d’organisation des femmes, le droit à l’avortement sera discuté mardi prochain au sénat pour la deuxième fois, alors à cette occasion, un rassemblement est donc organisé pour défendre le droit à l’avortement, et le rdv est donné mardi prochain donc à 17h30 sur la place de la République.

mardi prochain encore, à 20h30, le collectif féministe Feminst in the City organise un webinaire sur les hommes comme alliés du féminisme  
Quelle est la place des hommes dans les luttes féministes ?Doivent-ils se tenir à distance et laisser faire les concernées ?Doivent-ils se montrer utiles tout en résistant à la tentation de tirer la couverture à eux ? Que peuvent-ils faire au quotidien pour être de vrais alliés, et pas juste des témoins passifs de la révolution en cours ?
En s’appuyant sur des réflexions de penseuses et de militantes féministes, Thomas Messias présentera des pistes de réflexion sur les différentes manières dont les hommes peuvent s’impliquer dans les luttes féministes.
Pour en discuter avec lui, rdv donc mardi soir prochain, à 20h30 sur le site : www.feministsinthecity.com

jeudi prochain, pour le réveillon de fin d’année, le groupe GJ Résistances GJ lance un appel à se rassembler sur la place du Trocadéro pour demander la destitution d’Emmanuel Macron
le rdv est donné à partir de 16h sur le parvis des Droits de l’Homme au Trocadéro
et un autre rdv est donné à la même heure, mais sur les Champs-Elysées.....

vendredi 1er janvier, le collectif Decidemos et La Révolution Est En Marche organisent une visio-conférence sur les Violences policières et le déficit de contrôle populaire et démocratique
Alfonso Dorado, avocat et cofondateur de Decidemos, parlera des dysfonctionnements policiers auxquels il a assisté en tant qu’avocat lors des manifestations des GiletsJaunes du 12 septembre dernier
alors pour en discuter avec lui, rdv vendredi 1er janvier prochain, à 19h sur : Violences policières et déficit de%7D]contrôle popul., démocratique%7D]

samedi 2 janvier, les Gilets Jaunes ne décolèrent pas et le groupe Résistances Gilet Jaune organise un rassemblement en noir et jaune
le rdv est donné samedi 2 janvier, à 12h, sur la place Saint-Michel

samedi 2 janvier aussi, le Collectif réquisition initié notamment par : le DAL, le Collectif des jeunes tchadiens en France, le Collectif La Vie là, la Copaf, la CSP 75, la Marche des Solidarités, le collectif Solidarité Migrants Wilson, et Utopia56, organise une marche pour exiger une réquisition immédiate des immeubles vacants
En France, plus de 300 000 personnes sont sans logis : à la rue, dans des foyers, des hôtels, des gymnases, hébergés précaires ...
Et pourtant 3 millions de logements sont vides : dont 400.000 en Ile-de-France et 117.000 à Paris, ainsi que des millions de m2 de bureaux et locaux vacants.
Alors pour exiger la réquisition de ces lieux vacants, une marche est donc organisée et le rdv est donné samedi 2 janvier à 14h30 -Métro rue du Bac ligne 12, à proximité du ministère du logement !

Enfin, dimanche 3 janvier, une marche commémorative est organisée en hommage à Cédric Chouviat, assassiné par la police
le RDV est donné à 14h sur la Place de l’Uruguay pour une marche qui partira en direction du Quai Branly

Rdv culturels

LE 8e PANORAMA DE CINÉMA COLOMBIEN se tiendra EN LIGNE jusqu’au 10 janvier et proposera en projection virtuelle 7 films documentaires plébiscités lors du festival en octobre :
✲ ’A Colombian Family’ de Tanja Wol
✲ ’LAPÜ’ de Cesar Alejandro Jaimes et Juan Pablo Polanco.
✲ ’La Niebla de la Paz’ de Joel Stängle.
✲ ’El Segundo entierro de Alejandrino’ de Raúl Soto,
✲ ’Ejercicios para la memoria de Hernan Barón,
✲ ’La Fortaleza’ de Andrés Felipe Torres et
✲ ’Suspension’ de Simon Uribe.
Pour découvrir ou redécouvrir ces films colombiens, rdv donc jusqu’au 10 janvier sur le site : https://www.panoramaducinemacolombien.com/

à l’occasion des 125 ans du Cinéma, La Vingt-Cinquième Heure et la salle virtuelle du célèbre cinéma Max Linder Panorama proposent une projection virtuelle spéciale du film documentaire “Lumière ! L’aventure commence” présenté par son réalisateur Thierry Frémaux, dimanche et lundi prochains
Et pour le découvrir ou le rédécouvrir rdv donc dimanche et lundi sur : https://www.facebook.com/events/149622050257550=AZVTOXYGHj6PXMKPphWMRpHVnyFADkgVHoorWyb0tNyeCcMEkIR2auYIFWfNtWRSdA9gOlo-rX2tckM_qh92HVEuugdnuS2UEybZryz4uY-JMUayK7A3tAlSBJHVsJGRMgMetkDECRCb0xUM85SZoMdA6Dor7TMMJBjKPpACtAOAeqwGeA-AwLkP58Wn6_dhKyCkwJUjzBnZhFB9WXLI4mSIE-jx_011IBHdcRdA15xF5oJdu_lFthmDDh-2Vk37_R8CN_Vl-yJwhnHn4WLx-h1QE9Raw0B8LcDBuMHO4mE_lQ&__tn__=-UK-R]

lundi, à partir de 21h, Impact Chili et le Théâtre du Châtelet proposent une soirée de concerts en ligne autour des Musiques en résistance
La première partie du concert sera assurée par la pianiste Maria-Paz Santibanez, qui jouera la Suite pour piano et casseroles dédiée aux chiliens manifestant depuis mi-octobre 2019 pour retrouver leur dignité et voir libérer les prisonniers politiques de la révolte.
En seconde partie, Alvaro Bello jouera des compositions issues des albums « Meloalegria » et « Y que Paso » ainsi que des chansons emblématiques chiliennes revisitées.
Pour profiter de ces concerts en ligne, rdv donc lundi à partir de 21h sur : Musiques en résistance%7D]

dimanche 3 janvier, à 19h, le collectif Jeunesse Debout vous invite au lancement web de la section francophone de Foreign Languages Press, avec au programme une discussion autour de quatre livres publiés par le site, à savoir : Perspectives urbaines, Repenser le socialisme, Cours de base du Marxisme, Léninisme, Maoïsme et cinq essais philosophiques de Mao Tse Toung.
Pour en discuter avec le collectif Jeunesse debout, rdv donc dimanche 3 janvier, à 19h sur le site : https://foreignlanguages.press/

enfin, Dimanche 3 janvier à partir de 20:30, le collectif féministe Feminists in the City propose un webinaire les sur les femmes artistes et le féminisme au XXème siècle 
Le XXe siècle est un siècle de bouleversement pour les femmes artistes. Fraîchement autorisées à suivre une formation artistique, elles prennent part aux mouvements d’avant-gardes jusqu’à l’après-guerre où elles se libèreront en tant que femmes et en tant qu’artistes. Leur corps et la perception de leur féminité est souvent au centre du travail des artistes contemporaines qui portent un nouveau regard, féministe, sur la société et l’art.
A travers ce webinaire, le collectif propose de revenir sur le parcours de ces artistes femmes et de mettre en lumière comment et pourquoi elles ont marqué l’histoire de l’art, malgré l’invisibilisation du travail d’une grande majorité d’entre elles.
Pour en discuter avec l’historienne de l’Art, Ludivine Gaillard, rdv donc dimanche 3 janvier, à 20h30 sur le site : www.feministsinthecity.com

parutions :
Tom Thomas : publie Contre l’État aux éditions Critiques
Si beaucoup s’accordent sur le fait que l’État sert de bras armé au capital et à la classe qui le représente, beaucoup croient aussi à tort que ce même État, entre d’autres mains, pourrait être mis au service du peuple. C’est contre ce préjugé trop peu discuté que s’inscrit ce court et stimulant essai. Prolongeant les arguments construits par la tradition marxienne, il rappelle que, comme instance politique surplombant la société, l’État est toujours le garant d’une domination de classe. Loin d’être un outil neutre au service de qui s’en empare, il est un rouage essentiel de l’exploitation capitaliste. Certes, les sociétés modernes ne liquideront pas l’État du jour au lendemain. Néanmoins, tout mouvement émancipateur conséquent ne saurait écarter de ses objectifs une dissolution à terme de l’État pour une réappropriation de la politique par le plus grand nombre.

Seth Tobocman publie Le visage de la lutte aux éditions Ici-bas
L’arbitraire de la violence d’État n’en finit pas d’écraser ceux qui entravent ses désirs. Mais, dans Le Visage de la lutte, le peuple ne s’en laisse pas conter si facilement. Cette allégorie de la lutte contre le fascisme convoque la puissance graphique et politique des romans graphiques de Frans Masereel pour nous rappeler la nécessité vitale du combat pour la liberté, l’égalité et la justice sociale.

Un collectif publie : Bandits & Brigands, aux éditions l’Echapée
"Le brigand au grand cœur n’est pas au départ un criminel. Il débute sa carrière de hors-la-loi parce qu’il est victime d’une injustice". Voici comment l’historien Eric Hobsbawm décrit dans son fameux livre Les Bandits, devenu la référence sur le sujet, l’origine de ces destins de justiciers et de redresseurs de tort, dont la figure la plus célèbre reste Robin des bois. Des communautés opprimées, paysannes pour la plupart, soutenaient ces vengeurs qui, par leurs coups d’éclat et la terreur qu’ils exerçaient sur les puissants, leur rendaient justice.
Ces héros du petit peuple ont hanté de nombreuses contrées de par le monde, entre autres : Cartouche en France, Ned Kelly en Australie, Joaquín Murieta au Mexique, Phoolan Devi en Inde, Hend’U Merri en Algérie, Maria Bonita au Brésil, Rob Roy en Écosse, Sante Notarnicola en Italie…
Dans cet ouvrage, des écrivains se sont emparés de chacune de ces figures du « banditisme social ». Ces textes littéraires redonnent vie à ces bandits et brigands, comme le faisaient autrefois les chansons et les ballades qui, en exaltant leurs magnifiques actes de bravoure, donnaient l’espoir de se libérer un jour de l’oppression et de la misère.

Pour les marmottes et marmots :

Nathalie Vessié-Hodges vient de publier Le grand méchant Chelou, aux éditions de l’Atelier du Poisson soluble
Anti-héros pataud et affamé, « un Grand Méchant Chelou, aux yeux sombres et grivois, et aux airs de filou », plonge dans un recueil de contes pour s’y nourrir, à l’instar de ses glorieux ancêtres. Mais il a tant tardé… Après Le Casting de Léonard, paru en 2019, Nathalie Vessié-Hodges se frotte au détournement de conte. Inspirés par l’école anglo-saxonne (Helen Oxenbury, Babette Cole…), ses personnages, réalisés au feutre, sont un hommage permanent aux cartoons. Le comique de situation, accentué par une narration en rimes, ravira le lecteur jusqu’à la « faim », qui ne sera certainement pas celle à laquelle il s’attendait.

Magali Le Huche et Clémence Sabbagh viennent de publier La Grande course des Jean, aux éditions les fourmis rouges
C’est le jour de la « Grande course » ! Avec ses 3721 Jean participants, ses embûches et pièges variés, la compétition est pleine de surprises et les Jean se démarquent les uns après les autres par leur originalité. Dans une ambiance foutraque et jubilatoire, apparaît peu à peu la morale de ce livre très drôle et merveilleusement illustré : mieux vaut être un Jean heureux qu’un Jean Portelavictoire !

Musique : La vie Manifeste - 1,2,3 le Black Bloc est Roi...4,5,6 Nique la Police !

Agenda du 24122020

Documents joints

Aujourd'hui,il n'y aura pas d'invité, mais on (...)