Agenda des luttes 16 décembre

mercredi 16 décembre 2020
par  Julie agenda

Aujourd’hui, on sera au téléphone avec Alexis de Solidaires Ratp pour parler de la grève prévue demain dans le secteur des transports notamment pour défendre le service public
Et pour cette journée de défense du service public, plusieurs rdv sont prévus :
- demain matin, dès 6h, Solidaires RATP Bus Pleyel vous donnent RDV au dépôt pour partager un petit-déjeuner, et échanger sur les luttes actuelles et à venir ; et c’est au 219 bvd anatole France, à pleyel st-denis
- et à 11h rdv devant le dépôt de bus RATP de Béliard 29 rue Beliard, métro porte de clignancourt
- et pour défendre service public, il y a aussi un appel à la grève dans le secteur de l’énergie demain, et un rassemblement est organisé demain à 13h30 devant le ministère de l’économie, place du bataillon du pacifique, métro Bercy

Agenda du 2020-12-16

et on commence avec cette bonne nouvelle qui montre que la mobilisation paye parfois :
le tribunal de l’application des peines anti-terroriste a décidé, lundi, de ne pas renvoyer Jean-Marc Rouillan en prison. Il pourra donc poursuivre sa peine sous bracelet électronique.

Hier, Vincenzo Vechi etait convoqué pour son audience à la Cour de Cassation et le jugement sera rendu le 26 janvier prochain
Et d’ici là, pour en savoir plus sur cet acharnement judiciaire, vous pouvez lire l’article d’Eric Vuillard publié dans lundi matin : https://lundi.am/La-justice-penale-a-l-epreuve-de-l-affaire-Vincenzo-Vecchi?fbclid=IwAR2dvo_wd6mjfmX80sw7nADjN_pp04YRUBLUwa9C-rTDPmq6AZMTsnsNaW4

depuis 11h30 la CGT Hôtellerie tient une conférence de presse pour évoquer la plainte déposé contre le groupe ACCOR, accusé de discrimination raciale et sexiste
Pour suivre la conférence de presse animée par maitre slim ben Achour, avocat spécialisé dans les discriminations et porteur du dossier, tizri kandi et claude lévy pour la CGT-HPE et rachel keke et sylvie kimissa, grévistes de l’IBIS Batignolles, rdv sur : https://meet.ji.tsi/Conf%C3%A9rencedepresse.IBISBatignollesenlutte

de 13h à 14h, la CGT Ingénieurs et la fédération CGT des sociétés d’études organisent un webinaire sur le télétravail et es droits des salarié.e.s en télétravail
Comment savoir si vous avez le droit au télétravail ? Est ce que l’employeur peut refuser une demande de télétravail ? Combien de jours peut-on télétravailler ? Quels sont les frais pris en charge par l’employeur ? Quelles données sont récupérées par l’employeur de votre pc ? Quelle est votre responsabilité concernant les données professionnelles ? Ou encore Comment recevoir les infos des syndicats quand on est en télétravail ?
C’est à toutes ces questions que répondra ce webinaire et si vous voulez le suivre en direct, rdv à 13h sur : https://www.facebook.com/UGICT/live/

jusqu’à 18h, le Centre d’études européennes de Sciences Po Paris organise une journée d’étude virtuelle intitulée : Gouverner le capitalisme
Avec au programme, des discussions sur : l’économie politique ou comment gouverner les transitions écologiques, sur les Défis de la gouvernance du système financier, ou encore sur les Régulations, secteurs et politique de l’économie réelle
et pour suivre cette journée d’étude, rdv sur :Inscription obligatoire
programme complet ici : https://www.sciencespo.fr/centre-etudes-europeennes/fr/events/2020-12-16

de 17h à 20h, la Barricade qui est un Lieu d’émancipation collective et de création d’alternatives situé à Liège, poursuit son cycle de débats en ligne sur les anarchismes, avec une séance consacrée à l’apport de l’anarchisme aux luttes écologistes
Les liens entre Anarchie et Écologie prennent parfois l’allure d’une histoire d’amour qui coule de source, parfois celle d’un conflit ouvert et sans pitié. En se plongeant dans cette histoire pour examiner les relations intellectuelles et pratiques que ces deux courants ont entretenu par le passé, il s’agira d’éclairer les enjeux actuels qui se posent aux luttes écologistes : Comment gérer des déchets nucléaires sans État ? Comment inventer de nouvelles manières d’habiter le monde sans s’en détacher ? Comment sortir de l’impuissance militante ? Comment passer des discours sur l’écologie décoloniale et populaire à une mise en pratique dans les luttes ? Et pour répondre à ces défis : Que pouvons-nous puiser dans la tradition anarchiste pour aider les luttes écologistes actuelles à faire face à leurs immenses défis ?
Pour en débattre avec des membres de la Barricade et des activistes écologistes, il faut s’inscrire en envoyant un mail à : stephane@barricade.be

à 17h30, le squatt montreuillois le Marbré propose une discussion collective sur la répression de la manifestation de samedi dernier contre les lois liberticides et l’islamophobie
Samedi dernier, la répression a été particulièrement forte : à coups de ’bons offensifs’ d’après le jargon policier, la CSI et les BRAV ont procédé à de nombreuses interpellations violentes et arbitraires, interpelant au total 143 personnes.
Cette répression massive a été facilitée par la dissociation d’une grande partie des organisations et syndicats réunis dans la coordination contre la loi sécurité globale qui s’est désolidarisée de l’appel à manifester considérant que les conditions de sécurité n’étaient pas réunies et renvoyant dos à dos la violence de la police et celle du Black Bloc.
Mais malgré cette répression et la peur qu’elle suscite, près de 10.000 personnes ont tenu les rues parisiennes et la solidarité qui s’est manifestée dans le cortège s’est poursuivie jusque devant le TGI de Paris pour soutenir les interpelé.e.s.
Pour discuter de cette répression, de la peur qu’elle provoque et des mécanismes de solidarité à encourager pour s’en protéger collectivement, rdv donc ce soir, à partir de 17h30, au 39 rue des Deux Communes à Montreuil, métro Robespierre.

À 18h, le Collectif Solidarité Kanaky organise un rassemblement devant le ministère des Outre-Mers pour soutenir les Kanaks qui se sont mobilisés contre la reprise de l’usine de nickel de Goro et qu’ils ont essuyé mercredi dernier des tirs a balle réelle des gendarmes
La Kanaky détient 25 % des ressources mondiales du nickel, et La reprise de l’usine du Sud avait été au centre de la campagne du référendum d’octobre dernier où le « non » à l’indépendance l’avait remporté de très peu.
Les indépendantistes kanaks et l’instance coutumière autochtone de négociations sont favorables à une reprise de l’usine par l’industriel coréen Korea Zinc et la Sofinor : une société d’économie mixte, détenue majoritairement par la province Nord et qui exploite déjà l’usine de nickel du Nord. Les caldoches et l’État soutiennent, quant à eux, le consortium mené par le groupe suisse Trafigura.
Début décembre, les différentes parties s’étaient entendues sur un compromis débouchant sur le prolongement du délai avant la vente effective de l’usine..ce qui aurait permis à Sofinor et Korea Zinc de solidifier leur dossier. Mais quelques jours après, l’Instance coutumière autochtone de négociation est revenu sur le compromis accusant Sonia Backès, présidente loyaliste de la province Sud, de manœuvrer en coulisse pour favoriser le dossier de Trafigura.
Le collectif « usine du sud : usine pays » a donc appelé à des actions et des militants kanaks ont bloqué les routes et coupé les amarres du navire qui fait la navette entre Nouméa et l’usine du Sud pour bloquer la production. La gendarmerie et la police ont durement réprimés le mouvement, tirant même à balles réelles.
Alors pour soutenir les Kanaks, le collectif de solidarité avc la kananky organise dc ce rassemblement devant le ministère des Outres-mers et le rdv est donné à 18h au 27 rue Oudinot, dans le 7ème.

de 18h à 20h, le séminaire ’Technologies et globalisation’ organisé par l’ENS se poursuit avec une séance virtuelle autour de Nora El Qadim et Myria Vassiliadou qui reviendront sur les « Incertitudes migratoires : et la Gouvernance des populations ».
et pour suivre ce séminaire en ligne, il faut s’inscrire sur : ICI.

À 18h aussi, la cinquième édition des TokyoSession propose une conversation croisée en ligne entre la chercheuse Gwenola Ricordeau et Cédric Fauq, co-commissaire de l’exposition Anticorps au Palais de Tokyo
Ils reviendront sur l’abolition des prisons, ses imaginaires, et les liens que ceux-ci entretiennent avec les luttes féministes et queer.
Et pour suivre cette conversation croisée en ligne, rdv sur : https://anticorps-palaisdetokyo.com/fr/evenements/gwenola-ricordeau

à partir de 18h, l’Association de Recherche sur l’Image Photographique poursuit son séminaire consacré à la ’Photographie et à la Surveillance’, avec une séance virtuelle autour de Martina Tazzioli qui reviendra, en anglais, sur « La fabrication de la migration : à travers la politique des multiplicités rares et des tactiques de dispersion »
Avec ou sans son consentement, la société civile est aujourd’hui constamment mise en images, enregistrée, documentée, archivée, exposée. Des photographies nécessaires sur les documents officiels régulés par l’État aux identités numériques volontairement créées, alimentées, cédées aux réseaux sociaux, en passant par les caméras de surveillance présentes dans les lieux publics : cette omniprésence photographique dans nos sociétés contemporaines est si banale que la pluralité de ses formes et celle de ses ancrages ne semblent pas faire l’objet d’une analyse. Pourtant c’est parce que ces usages de plus en plus systématiques dans tous les aspects de nos vies sont devenus si évidents qu’ils sont si facilement admis hors des lieux de notre consentement.
La photographie témoigne dès le XIXème siècle d’un fantasme du tout-visible, du tout-inventoriable, du tout-classifiable allant au-delà des limites physiologiques, jusqu’à vouloir étendre le domaine du visible. Cette croyance s’incarne alors dans les usages scientifiques et médicaux du médium mais également dans une utilisation policière et judiciaire portant sur certaines catégories de la société. Cette surveillance par la photographie procède d’une dynamique double fondée sur la visibilité de la population tout en gardant son fonctionnement opaque. Ainsi, de Bertillon à Frontex, il semblerait qu’une croyance dans les capacités probatoires et heuristiques de la photographie ait survécu en se modifiant, et que cette utopie photographique du XIXe siècle soit réapparue par le truchement de l’informatique, de la numérisation, des algorithmes et des nouvelles technologies.
A l’heure de la surveillance librement consentie sur laquelle repose le modèle économique des GAFA comme à celle de l’utilisation de la photographie aux contrôles aux frontières, il est donc important de renouveler une réflexion critique sur les valeurs et les mythes associés au médium photographique ainsi que sur la persistance de certaines constructions épistémologiques et rhétoriques.
Et pour la séance d’aujourd’hui c’est donc sur la fabrication de la migration : à travers la politique des multiplicités rares et des tactiques de dispersion qu’il s’agira réfléchir.
Pour suivre le séminaire en ligne en direct, rdv sur le lien zoom : https://zoom.univ-paris1.fr/j/93952986636 ?pwd=eGdRb3hhQ0FCcE8zUkVMN3ZSZHc2QT09
ID de réunion : 939 5298 6636
Code secret : 811392

à 19h, La Gaîté Lyrique et l’École des hautes études en sciences sociales proposent une visio-Conférence d’Antonio Casilli qui reviendra sur les sources du travail du clic : des automates aux usines à calcul (entre le 18ème et le 20ème siècle)
Se pencher sur l’impact actuel de l’intelligence artificielle sur la société, implique d’abord qu’on analyse le ’travail du clic’ nécessaire pour produire de grandes bases de données qui permettent l’apprentissage machine. Myriades de travailleur·euse·s, souvent recruté·e·s par le biais de plateformes numériques spécialisées, annotent, étiquettent, corrigent et trient les données qui permettent de calibrer et de tester des solutions intelligentes. Les micro-tâches réalisées par cette force de travail invisibilisée consistent, par exemple, à étiqueter des objets sur une photographie pour entraîner des modèles de vision par ordinateur, ou à vérifier l’exactitude des transcriptions réalisée par des système de conversion de la parole en texte.
Pour en discuter avec le sociologue Antonio Casilli, rdv à 19h sur : https://us02web.zoom.us/j/82845636453
Mot de passe : 570368

à 19h30 le Mouvement Utopia et La base proposent une Visio-conférence intitulée : Est-ce enfin l’heure du retour des communs ?
Comment retrouver le sens du commun et préserver l’environnement naturel et l’État social, après quarante ans d’idéologie néo-conservatrice et d’emballement addictif du capitalisme ? La transformation de l’économie par un changement des pratiques quotidiennes est une des réponses, mise en pratique aujourd’hui par un nombre croissant de citoyens qui tentent de se désintoxiquer du modèle de consommation et de concurrence illimitée du capitalisme. Un tel effort est nécessaire mais il ne suffit pas : comme le réclame désormais un mouvement social et écologique de plus en plus pressant, les gouvernements doivent mettre en place des mesures énergiques de protection et de régulation des communs.
Pour en débattre avec le sociologue Patrick Pharo, auteur de l’’Éloge des communs’ (Paris, PUF, 2020), rdv donc à 19h30 sur : https://www.facebook.com/events/394903721778910/?acontext=%7B%22event_action_history%22%3A[%7B%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22surface%22%3A%22bookmark_calendar%22%7D]%7D%7D]

à 20h, l’association Les Monteurs associés organise une discussion en ligne autour du thème : Monter au temps du Covid
Après l’arrêt brutal des montages ce printemps (ou les solutions bricolées pour terminer des projets en cours), le « travail a repris » plus ou moins normalement...
Quelles sont les conséquences économiques de la crise dans ce secteur ? L’audiovisuel est-il moins touché que le cinéma ? À quelles répercussions sociales s’attendre ? Les mesures prises par le gouvernement (année blanche, aides financières au secteur) seront-elles suffisantes ?
rdv à 20 heures sur Zoom et Inscriptions sur : https://forms.gle/jdvBWu2vyUVLDo1X8=AT1bLhLPVlsetNGo3JMQgLNoyE6a3YzTJPM3qlNft_sSsUiGsByGKAqzhBd_qBVrccg_SLhRC0kSEyqTU6Om7v3VHYl41tC6nIlQEH3vV_FugwFcXVeOmYA6HFsfY6Hn-DohGjq7LDk6Z2qyOauRJsgN]

À 20h30, l’association Arc-en-Ciel propose une rencontre en ligne autour de la parentalité LGBT
et si vous voulez y participer, il faut envoyer un mail à : presidence@enfants-arcenciel.org en précisant vos questions ou vos attentes concernant les thématiques abordées si vous en avez.

À 21h, l’association Aux Actes Citoyens propose une visio-Conférence sur les déchets, avec Marion Brandon intitulée : Les tribulations d’une poubelle : de l’enjeu historique de salubrité publique à une gestion de la ressource, une plongée dans nos déchets.
A l’approche de Noël, il s’agira de réfléchir ensemble à la question des déchets que nous générons et aux problèmes environnementaux qui en découlent. Quelles solutions sont à notre disposition ? Le recyclage est-il la bonne réponse ? La loi sur l’économie circulaire a-t-elle permis des avancées ? C’est à ces questions que tentera de répondre Marion Brandon, pour dresser un état des lieux de la situation actuelle et retracer l’évolution de la gestion de déchets sur les dernières décennies
et si vous voulez suivre la visio-conférence en direct, rdv donc à 21h sur : us02web.zoom.us

à 21h aussi, L’Anticapitaliste propose une émission spéciale sur la crise sanitaire, et la crise sociale : un même combat contre le capital !
Avec notamment : Jérôme Martin (membre fondateur de l’Observatoire de la Transparence dans les Politiques du Médicament), Franck Prouhet (médecin généraliste et membre de la commission santé du NPA), et Sandrine Caristan (collectif anti Sanofric)
et pour suivre l’émission spéciale, rdv à 21h sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=wxx7kCuoHgg

demain matin à 11h, la marche des solidarités organise une conférence de presse pour évoquer l’acte 4 prévu vendredi, à 18h à Opéra
et si vous voulez suivre cette conf de presse en visio, rdv donc demain matin à 11h sur : https://www.facebook.com/events/1532175146974009/?ti=ls

enfin, les agents de la ville de St-Denis poursuivent leur grève lancée le 2 octobre dernier pour protester contre les réformes du temps de travail imposé par le maire PS, monsieur Hannotin
et pour demander qu’une délégation soit enfin reçue par le maire, ils organisent demain matin, à 11h30, un rassemblement devant l’hôtel de ville de St-Denis, métro St-Denis Basilique.

RDV CULTURELS

depuis 11h et jusqu’à 19h, la galerie Poggi propose l’exposition The Day of Blood proposée par l’artiste ukrainien Nikita Kadan
Pensé autour du mythe d’Attis, personnage antique, lui-même issu de mutations de matière et de désirs, l’expo the day of blood confronte des dessins au charbon, des sculptures et des photographies pour offrir une réflexion singulière sur la métamorphose et l’hybridation des genres.
En associant diverses époques historiques, mythes anciens et récits contemporains, approches politiques et personnelles, l’artiste crée une représentation mosaïque de l’état des choses dans sa perpétuelle liquidité.
Et pour découvrir cette expo, rdv donc aujourd’hui à la galerie Poggi qui se trouve au 2 rue beaubourg

à partir de 12h30 et jusqu’à 19h30, la Galerie Arts Factory propose une exposition autour des archives de l’auteur de BD qui publie sous le pseudo Pierre la Police
Issu de la scène graphique underground, Pierre la Police publie ses premiers dessins dans la presse au début des années 90 avant de voir ses bandes dessinées éditées chez Jean-Pierre Faur, puis aux éditions Cornélius : ’Les Praticiens de l’Infernal’, ’Les Mousquetaires de la Résurrection’, ainsi que le roman-photo ’La Balançoire de Plasma’ co-signé avec Jean Lecointre, avant de revisiter quelques principes fondamentaux de l’éducation religieuse dans ’La Parole de Vie’.
Alors pour découvrir ou redécouvrir la quasi-totalité des estampes, affiches et objets imprimés non identifiés réalisés ces trente dernières années par Pierre la Police rdv à partir d’aujourd’hui et toute la semaine, de 12h30 à 19h30, à la galerie arts factory qui se trouve au 27 rue de charonne, métro : ledru-rollin / bastille

de 14h à 20h, la librairie Michèle Firk organise sa braderie de fin d’année
alors venez chiner pour trouver des livres d’occasion à prix libre, et découvrir les nouveautés, c’est à partir de 14h au 9 rue François Debergue, à Montreuil, métro Croix-de-Chavaux

à 18h, pour les mômes, le Centre Culturel Canadien poursuit sa lecture en ligne de contes et légendes inuit
et pour la lecture proposée aujourd’hui par les bénévoles de l’Association Inuksuk, ce sera le conte intitulé ’La première fête’
alors rdv à 18h pour une plongée au coeur d’histoires merveilleuses peuplées d’animaux qui parlent, de géants, de chants et de fêtes, rdv sur : https://www.facebook.com/events/218623609656682/?acontext=%7B%22event_action_history%22%3A[%7B%22mechanism%22%3A%22calendar_tab_event%22%2C%22surface%22%3A%22bookmark_calendar%22%7D]%7D%7D]

à 18h30, le collège international de phiosophie propose une visio-conférence sur les Archive(s), événement(s), récit(s). Ce qui surgit, ce qui s’institue, ce qui s’écrit
Ce projet s’inscrit dans un travail de longue durée sur l’événement, sur l’archive et sur les narrations par lesquelles l’événement, collectif mais aussi singulier, devient un événement – autrement dit Comment articuler le « ça » de l’événement et l’événement co-agi et médiatisé ? Comment analyser la relation de l’événement à l’archive, les archives dans leur matérialité plurielle et les Archives comme institution ? Que se joue-t-il dans la narration de l’événement ? C’est autour de ces questions qu propos d réfléchir le collège international de philosophieet pour suivre cette visio-conf, rdv à 18h30 sur : https://us02web.zoom.us/j/84795631887

enfin, à 18h30 aussi, le collège international de philo tjr propose un nwebinaire de philosophie sur l’Interculturalité en tant que situation vécue. Une approche phénoménologique à partir des travaux d’Homi Bhabha
À l’encontre des théoriciens postcoloniaux comme Said ou Spivak, qui se préoccupent de la constitution de l’altérité à travers l’analyse du pouvoir, Homi Bhabha thématise les défis résultant d’une situation qu’il appelle « liminal », « interstitial » et « hybride ». Il se donne comme but l’investigation de l’hybridité culturelle dont l’idée fondamentale se cristallise dans l’attribution d’un rôle constitutif à la différence culturelle.
Cette démarche a deux aspects pour une enquête phénoménologique de l’interculturalité :
1) l’expérience de la situation interculturelle en tant qu’expérience limite ;
2) l’interculturalité dans son apparition en tant que situation limite.
Pour en savoir plus sur cette démarche, rdv donc à 18h30 sur : https://us02web.zoom.us/j/8967987790

Après 2 ans de Chroniques sur le blog de mediapart, Balance ton président, Zazaz publie un recueil sous format papier, et en numérique
vous pouvez le consulter sur : https://alouest.net/BalanceTonPresident/

Musique : Daman Dub et Jacko - Baba Jesus

Agenda du 2020-12-16

Documents joints

Aujourd'hui, on sera au téléphone avec Alexis (...)