Agenda des luttes 9 décembre

mercredi 9 décembre 2020
par  Julie agenda

Aujourd’hui on sera au téléphone avec Mohammed du collectif Ivry contre la loi sur le séparatisme pour parler de la discussion publique organisée ce soir, alors que le projet de loi rebaptisé projet de loi "confortant les principes républicains" est présenté en conseil des ministres
Pour revenir sur les lois sécuritaires (séparatismes et sécurité globale) et la répression contre les musulmans, les étrangers, les manifestants et militant, etc, avec le collectif Ivry contre la loi sur le séparatisme, et Assa Traoré du Comité Adama ; Yasser Louatidu Comité Justice et Liberté pour Tous (CJL) ; et Majdelil Guerda du Front Uni des Immigration et des Quartiers populaires (FUIQP) ; et se réchauffer avec une bonne soupe proposée par le Chaud Bouillon, rdv donc à 18H30, sur le parvis de la mairie d’Ivry
et rdv aussi samedi, 14h30 a St-Michel pour la manifestation !

AGENDA DU 2020-12-09

de 12:00 à 14:00, La Cantine des Gilets Jaunes de Montreuil sera ouverte
et c’est dans les locaux de l’AERI, au 57 rue Étienne Marcel à Montreuil

DE 14h à 18H , les brigades de solidarité populaire de Ménilmontant ouvre leur point de collecte et distribution
et c’est au 24 Rue Moret, métro Ménilmontant

de 16h à 19h, heure française, l’Institut Issam Fares pour les politiques publiques et les affaires internationales de l’Université américaine de Beyrouth organise une discussion publique, en ligne, en anglais, sur les violences au prisme du genre au Moyen-Orient
La discussion portera sur les moyens de renforcer les mécanismes institutionnels et d’habiliter les sociétés à prévenir et à combattre les crimes contre les femmes et les filles, et à rechercher des moyens de lutter contre l’impunité et d’assurer la réhabilitation et la restitution.
Et pour participer à cette discussion publique virtuelle, en anglais, il faut s’inscrire sur : [https://us02web.zoom.us/.../951.../WN_E_m93OpGTk-BzI_LU_I6uA]

à partir de 16h , l’association CRAPUL organise une rencontre en ligne autour de Céline Bessière et Sibylle Gollac et de leur livre : Le genre du capital. Comment la famille reproduit les inégalités
Dans Le Genre du Capital, Céline Bessière et Sibylle Gollac enquêtent sur les calculs, les partages et les conflits qui ont lieu au moment des séparations conjugales et des héritages, avec le concours des professions du droit. Des mères isolées du mouvement des Gilets jaunes au divorce de Jeff et MacKenzie Bezos, des transmissions de petites entreprises à l’héritage de Johnny Hallyday, les mécanismes de contrôle et de distribution du capital varient selon les classes sociales, mais aboutissent toujours à la dépossession des femmes.
Pour discuter avec les autrices de ce livre qui analyse donc comment la société de classes se reproduit grâce à l’appropriation masculine du capital, il faut s’inscrire en envoyant un mail à muriel.bruttin@unil.ch

à 18h, un rassemblement est organisé devant la mairie de Montreuil à l’occasion du conseil municipal pour exiger qu’il réponde aux sollicitations émises par l’Assemblée générale du 4 décembre dernier de Montreuil mouvement social, sur la situation des migrants et des résidents du 138 rue de Stalingrad
en effet, la situation des résidents du 138 rue de Stalingrad est critique : ça fait 3 mois que l’électricité est défaillante, et le 26 janvier prochain, une nouvelle assignation à expulsion est prévue et rien n’est proposé par la mairie pour reloger les résidents ; et demain, 16 mineurs migrants actuellement logés par le Nouveau Théâtre de Montreuil et accompagnés par l’association les Midis du Mie, risquent d’être mis à la rue.
Pour interpeler la mairie de Montreuil, rdv donc à 18h sur le parvis, métro mairie de Montreuil.

de 18h à 20h, l’Observatoire Citoyen pour la Transparence Financière Internationale et l’assoc Sherpa organisent un webinaire sur L’importance de l’engagement de la société civile dans la lutte contre la corruption et la criminalité financière, à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre la corruption
Ce webinaire reviendra sur les moyens de lutter contre la corruption en Europe et en France, mais aussi sur L’affaire Daphné Caruana Galizia et la plainte en France contre des banques françaises dans le cadre de cette affaire ; sur La protection des journalistes et des lanceurs d’alerte en Europe.
Pour en discuter, en ligne, avec :
- Chantal Cutajar, présidente de l’Observatoire Citoyen pour la Transparence Financière Internationale associations
- Dalia Nasreddin, Juriste pour la Fondation Daphne Caruana Galizia ;
- Edouard Perrin, Journaliste d’investigation pour l’agence Premières Lignes Télévision
- Laura Rousseau, Responsable du pôle Flux Financiers Illicites chez Sherpa ;
- et Chanez Mensous, Chargée de contentieux et plaidoyer au pôle Flux Financiers Illicites chez Sherpa, rdv donc à 18h sur : https://www.facebook.com/events/208669120634419/

à partir de 18h, le média Orient XXI propose une rencontre en ligne avec sa rédaction
Comme chaque automne, Orient XXI lance sa campagne de dons, car l’indépendance du journal repose sur votre soutien. Et parce qu’Orient XXI n’appartient qu’à ses lectrices et lecteurs, la rédaction vous propose cette rencontre pour répondre à toutes vos questions sur son fonctionnement, ses projets actuels et à venir ou encore sa ligne éditoriale.
Pour rencontrer en ligne Alain Gresh et les autres membres de la rédaction d’Orient XXI, rdv à 18h sur la page Facebook d’Orient XXI : [https://www.facebook.com/orientxxi]

à 18h30, le Collectif CIVG Tenon, Collectif Sans-Papiers 20ème, Droit Au Logement, FASTI, MRAP, UJFP Île-de-France, 20ème solidaire avec tou.te.s les migrant.e.s, CGT Tenon, CNT-STE 75, SNUipp-FSU 75, Sud Éducation 75, Sud Tenon, et les sections locales d’Ensemble, de la France Insoumise, du NPA et du PCF organisent une marche du 20ème arrondissement contre les lois liberticides et pour les services publics’
Depuis des mois, une pandémie frappe l’ensemble des pays et des sociétés à l’échelle mondiale et Le niveau de contamination du virus SARS-CoV2 est très important et provoque un engorgement très rapide des services de réanimation dû à la détresse respiratoire causée dans certains cas par la maladie. Au printemps dernier, un confinement quasi-total devait stopper la progression du virus et permettre de gagner du temps pour organiser le système hospitalier et ouvrir des lits de réanimation. Il n’en a rien été. Au contraire, la situation dans les hôpitaux s’est largement dégradée, avec des démissions, des arrêts maladie, et aucun moyen supplémentaire. Sans surprise, la deuxième vague frappe durement ce service public.
D’autre part, rien n’a été fait dans le monde du travail, à l’heure où nombre d’entreprises et de services publics, à commencer par l’éducation, continuent de tourner. Les protections, masques et gel, sont en nombre insuffisant, les personnels de nettoyage sont souvent en sous-effectif, les arrivées et départ au travail n’ont pas été échelonnés afin de désengorger les transports en commun. Pire, les plans de licenciements se multiplient, les attaques sur les congés, le temps de travail, la rémunération également, tandis que l’expulsion massive de locataires en difficulté s’annonce pour 2021 et 2022 .
Parallèlement, le gouvernement mène une politique autoritaire et liberticide, pour faire « accepter » sa gestion calamiteuse de la crise sanitaire et pour prévenir toute volonté de contestation. On l’a vu ces dernières semaines avec la répression des jeunes devant les lycées, les pressions allant parfois jusqu’au sanctions contre les enseignant-es ou encore la chasse aux sans-papiers. La répression est même consacrée en politique d’État : vote de la loi « sécurité globale » qui est une entrave majeure à la liberté d’expression et de la presse et qui donne carte blanche à la police pour frapper, gazer et mutiler ; loi dite « séparatisme » qui stigmatise les musulman-es de France en construisant un supposé ennemi de l’intérieur ; criminalisation des mouvements universitaires.
Les organisations syndicales, politiques, associatives, et les collectifs du 20ème arrondissement de Paris, signataires de cet appel, s’opposent au cours autoritaire du gouvernement et dénoncent une gestion de la crise sanitaire qui n’avantage que le grand patronat et les actionnaires et les organisations signataires revendiquent :
- Un plan d’embauche massif dans la fonction publique hospitalière et l’ouverture immédiate de 100 000 lits ;
- Des mesures de soutien et des solutions de relogement pour les femmes victimes de violences ;
- Un recrutement massif de personnels à commencer par le recrutement des candidat-es inscrit-es sur la liste complémentaire et la fin des contrats précaires dans l’Éducation nationale ;
- L’arrêt de tous les plans de licenciements et le maintien des salaires ;
- La fourniture par l’État de masques, gels hydroalcooliques, et protections adaptées, gratuitement et en nombre conséquent à l’ensemble de la population ;
- Le retrait des lois « sécurité globale », « séparatisme » et LPR et l’arrêt des poursuites contre les militant-es du mouvement social ;
- La régularisation immédiate de tout-es les sans-papiers ;
- la réquisition des logements vides, l’effacement des dettes de loyer et l’arrêt des procédures d’expulsion.
Pour porter ensemble de ces exigences sociales et démocratiques, les organisations signataires appellent donc l’ensemble de la population à se rassembler à 18H30 devant l’hôpital Tenon, au 4 rue de la chine, pour une marche dans le 20ème arrondissement.

À 18h30, le Comité de mobilisation des étudiant.e.s en travail social organise une AG virtuelle pour faire un bilan des mobilisations étudiantes du 3 décembre dernier et préparer la prochaine mobilisation
pour participer à cette AG en ligne, rdv à 18h30 sur le lien du discord : https://discord.gg/hmSUGnKXn9

de 18h30 à 21h, L’Université Populaire de Bordeaux, l’Espace-Marx, Attac et les Amis de Politis organisent une conférence-débat en ligne sur le Covid et l’Économie
Au moment où a éclaté la pandémie du Covid-19 qui a obligé les gouvernements à stopper l’économie, le capitalisme mondial n’était pas au mieux de sa forme. Une crise inédite par sa mutidimensionnalité était avérée. Incapable de maintenir des gains de productivité du travail élevés pour nourrir sa rentabilité, le capitalisme entraîne l’humanité dans une marchandisation généralisée des activités, des ressources et du vivant, engloutissant tout comme dans un « trou noir ». La crise sociale et écologique n’a donc rien de conjoncturelle face à laquelle une relance traditionnelle pourrait remédier.
Pour échapper à ce trou noir et dépasser cette crise, trois pistes sont envisageables : réhabiliter le travail, surtout le travail utile comme l’a montré l’urgence sanitaire ; instituer les communs, la santé arrachée à la logique du profit ; et socialiser la monnaie mise au service de la transition sociale et écologique.
Pour en discuter avec L’Université Populaire de Bordeaux, l’Espace-Marx, Attac et les Amis de Politis, rdv donc à 18h30 sur le lien zoom : https://zoom.us/j/98657188785?pwd=NVlzakJKSHh6UCtjRVFiMTVkYWRhQT09

à 19h, le collectif du 10 novembre contre l’islamophobie organise un meeting virtuel contre les lois séparatisme et sécurité globale, avec :
maitre Guez Guez, l’avocat du CCIF ; ismahane Chouder (vice-présidente de la commission islam et laïcité) ; l’historien Jean Baubérot ; et des membres du FUIQP, du NPA, ou encore d’Attac ; et pour suivre ce meeting en direct, rdv sur la page Facebook du Collectif du 10 novembre ou sur le site internet du Bondy Blog qui le retransmettra.

à 19h, ATTAC PARIS Nord-Ouest organise un webinaire sur Le financement de la Sécurité Sociale avec Bernard Teper, Co-animateur du Réseau Éducation Populaire
Le mouvement réformateur néolibéral a aujourd’hui comme objectif central la privatisation des profits et la socialisation des pertes dans les deux secteurs les plus socialisés du pays : la sécurité sociale et le service public de l’éducation.
La Sécurité sociale, dont le budget est beaucoup plus important que le budget de l’État tous ministères confondus, fut la plus importante conquête sociale en 1945-46 de l’après-deuxième guerre mondiale. Elle est la seule institution importante à n’avoir pas été gérée pendant plus de 20 ans ni par le privé, ni par l’État. Depuis 1967, les attaques contre la Sécurité sociale se succèdent. Tout y passe, le système de santé, les retraites, la branche accidents du travail et maladies professionnelles, les prestations logement, anti-pauvreté, familiales... Comme nous le verrons, les défaillances de la lutte, en France, contre la pandémie due au coronavirus Sars-cov-2 sont en grande partie la conséquence de cette mutilation incessante de cette institution. L’enjeu d’une refondation d’une sécurité sociale solidaire devient central pour tous ceux qui souhaitent un sursaut du combat pour l’égalité et la solidarité.
Et si vous voulez en discuter en ligne avec Bernard Teper, Co-animateur du Réseau Éducation Populaire, rdv donc à 19h sur le lien zoom : https://us02web.zoom.us/j/84060330520...=AT1cNvJFvptdqx5bHBIYlveO44plw6GBiegBCujS1Ki4XDSeRO9SYuyiUnQ8zkuGK8BxnKs5qh8RAamhTOh7JsQylS1J_NaKLi84rSD5bDrU7Xy9x5vz5chzduwPkkZS9Zgfy8eQEYubW7VgWL_cYPWt]
ID de réunion : 840 6033 0520
Code secret : 639153

Pour les insomniaques, À 2h du matin, les campagnes Stop the Money Pipeline, et Rainforest Action Network proposent un événement en ligne, en anglais, sur les droits des Autochtones et le climat
Pour en discuter avec Winona LaDuke du collectif Honorez la Terre, Tara Houska du Giniw Collective ou encore Bill McKibben, écrivain et co-fondateur de 350.org ; rdv sur : https://tinyurl.com/StopLine3Rally

à 2h du mat aussi, la campagne de solidarité pour le Chili, et la plateforme de luttes des Mapuche Masil-Project organisent une conversation croisée, en anglais, avec des représentants de différents collectifs de défense des droits autochtones
pour suivre la rencontre en direct, il faut s’inscrire sur : https://us02web.zoom.us/.../tZEqde6rrDgoGdTnd-E7Jz3vySi...

enfin, demain matin : à 10h, une AG plénière est organisée à l’université Paris 8 saint-Denis
le rdv est donné à 10h dans l’amphi 10, bâtiment L, de la Fac dont l’entrée se fait en face de la sortie du métro Saint-Denis-Université
à noter que pour pouvoir rentrer dans la fac il est préférable de faire une réservation à la Bibliothèque Universitaire (car le motif ’je vais en AG’ ne passe pas forcément très bien auprès des vigiles)
et vous pourrez aussi suivre l’AG sur Zoom sur : https://zoom.us/j/95336076785...=AT3ZaBw0yB1lSUBTWsn5Ilujm9v7klZLpgSRKqEvUXl3eRKOktQeyf6WtcaVupMdZKhhNd4rNiM6TeaeUXL71ivRZRIzhMUudhlGjKivWSqv4RgkUskflEAVO2JTAgRpxWEMK2_RBRjPHD_k5ISZhtS6]

infos et rdv culturels

et cet appel d’abord lancé par le Lieu-Dit qui se languit de vous....
La réouverture officielle des bars et restaurants n’aura pas lieu avant le 20 janvier....c’est long mais D’ici là le lieu-Dit doit absolument retrouver sa raison d’être principale : à savoir être un LIEU DE VIE !
Pour renouer les liens d’amitié, de sororité et de fraternité habituels, tout en respectant les mesures sanitaires en vigueur, l’équipe du Lieu-Dit a décidé d’organiser une foire solidaire et joyeuse qui commencera vendredi.
Il s’agit de proposer à la « vente » – au prix libre –tous les objets (jouets, vêtements, livres, ordinateurs, imprimantes...) qui encombrent vos placards mais qui pourraient rendre service à d’autres.
Le principe est donc simple : vous apportez vos objets et l’équipe du lieu-dit s’occupe du reste !
Et vous pouvez apporter vos objets à partir d’aujourd’hui, entre 14h et 20h, en prenant rdv par tel au : 06.60.53.05.05 ou par mail à : contact@lelieudit.com
et pour la foire ce sera donc à partir de vendredi au 6 rue Sorbier, métro Ménilmontant

le Festival SYRIEN N’EST FAIT lance sa 5ème édition en ligne
Depuis 2016, le festival d’art engagé ’Syrien n’est fait’ met en avant la scène artistique syrienne contemporaine, en proposant des expositions, débats, concerts, projections, performances, ateliers, cuisine syrienne et moments d’échange sur une thématique particulière.
Cette année, le Festival explorera les thématiques de la justice et de la documentation, des enjeux d’actualité déterminants pour l’avenir de la Syrie. Ainsi le réseau We Exist ! et certaines de ses associations membres comme Syrians for Truth and Justice, proposeront un webinar autour de ces questions, et plusieurs spécialistes analyseront les liens entre cinéma, théâtre et documentation.
Pour suivre le Festival, rdv jusqu’à vendredi sur le site dédié : [syriennestfait.com]
Le festival se déroule ici : https://syriennestfait.com/2020festival/coming-soon/
Programme complet disponible ici : https://wp.me/a9qEae-6em

à 14h, L’EHESS et la Cinémathèque du documentaire à la Bibliothèque publique d’information organisent une projection sur le thème « Rythme et politique »
Et pour cette projection-débat, c’est autour du film De l’autre côté, de Chantal Akerman, que la monteuse Claire Atherton et le réalisateur et directeur d’étude à l’EHESS, Stéphane Breton discuteront.
Et pour participer à cette projection-débat, rdv à 14h sur :https://sallevirtuelle.25eheure.com/seance/4069/

à 18h30, Alternatiba propose une projection-débat en ligne autour du film ’A la recherche de cohérence’ réalisé par Agathe Peyre.
La meilleure façon de changer le monde est de se connaitre soi et de mettre sa vie en accord avec ce qui fait sens pour soi. A travers différents regards d’Afrique du Sud et de France, ce film-documentaire auto-produit ouvre la réflexion sur les valeurs que chacun porte, la cohérence personnelle et collective, notre connexion à la nature, aux autres et à nous-même.
Pour découvrir ce film et en débattre avec sa réalisatrice, rdv donc à 18h30 et il faut s’inscrire au préalable sur : https://framaforms.org/cine-debat-en-ligne-a-la-recherche....
Retrouvez la bande annonce du film ici : https://www.facebook.com/1768126796786633/videos/302442010675743=AZVA2Rbre3v0TrV1WDg_G0Rx2zOBJotnDEA1M_-MHuO99-rOYjsI__PM3CSByztMc-1XzaqWarsWn-gYD5S3u2KklTXNZ5iCOMEFjh82mFyIJbpThwjTbgAAtiDuDCYIhlHg8QeqF2r1aWID0WCGjUI0&__tn__=-UK-R]

à partir de 19h, le Festival Africolor propose une Table Ronde en ligne intitulée ’Des formes et des couleurs-Entre dépréciation et réappropriation du corps de la femme noire et afrodescendante’
La femme noire a toujours fasciné l’Europe, fasciné et effrayé. Une Première illustration : en 1785 avec la Loi Tignon qui impose aux Noirs une tenue réglementaire -afin de ne pas faire de l’ombre aux blancs- et surtout un foulard sur les cheveux des femmes, attirant l’œil de chacun.
Après la ségrégation et la colonisation les critères de beautés ont dû inclure la femme noire, longuement exclue (traits non normés, cheveux, morphologie ou tout simplement couleur de peau), elle semble réapparaître depuis peu sur les devants de la scène, mais est-ce vraiment elle ?
Pour en discuter avec Audrey W., présidente de l’association Sorore Ensemble, et Aissatou Lamotte, créatrice de la plateforme Parle Français (un espace de dialogue et d’expression sur les questions liées à la discrimination et représentations des femmes noires dans la société), rdv donc à partir de 19h sur le site : www.africolor.com

à partir d’aujourd’hui, le documentaire musical "Changer le monde", réalisé par Frank Cassenti, et qui devait sortir en salles le 9 novembre dernier, est disponible sur la plateforme de ciné mutins
La musique peut-elle changer le monde ? Des artistes de cultures différentes y répondent. Des femmes et des hommes qui ont à cœur le rêve de Martin Luther King .Le rêve d’un autre monde que réclame avec enthousiasme la jeunesse. ce film est un voyage musical et initiatique, à deux voix, celle du cinéaste Franck Cassenti, et celle d’Archie Shepp, un géant de la musique africaine-americaine du XXème siècle qui continue de porter la voix aujourd’hui.
Pour découvrir ce docu musical, rdv sur : www.cinemutins.com/

Acta Zone vient de publier un article sur les DOCUMENTS DU CINÉMA MILITANT PALESTINIEN : À PROPOS DE L’UNITÉ CINÉMA DU FATAH
Dans l’élan de 1967, se développent des collectifs de cinéma militant, composés de membres des organisations de résistance, dont en premier lieu l’Unité cinéma du Fatah, dans laquelle on trouve les cinéastes Hani Jawhariyyeh, Mustafa Abu Ali, Sulâfa Jadallah et Hassan Abu Ghanima. L’Unité cherche à se distinguer d’un cinéma dit politique ou engagé, en participant caméra légère au poing au combat armé et politique, et en développant son discours sur la base d’allers-retours entre les enquêtes parmi les classes populaires, les tournages et puis la diffusion des films au plus près de la population palestinienne exilée, réfugiée en Jordanie, au Liban ou en Syrie. Comme le disent les membres de l’Unité cinéma : « c’est de la guerre populaire que notre cinéma militant tire les normes de son travail, ainsi que son inspiration ». Ainsi l’ambition du collectif ne se résume pas seulement à documenter la lutte palestinienne mais à mettre le cinéma à son service comme un outil de contre-information et d’enquête, afin de bâtir une image des palestiniens par les palestiniens eux-mêmes et d’affirmer leur existence politique.
Et pour en savoir plus, vous pouvez lire l’article sur Acta Zone : Documents du cinéma militant palestinien : À propos de l’Unité cinéma du Fatah – ACTA

Musique : Sinik - Douce France

AGENDA DU 2020-12-09

Documents joints

à partir d'aujourd'hui, le documentaire (...)