Agenda des luttes 9 décembre

mardi 8 décembre 2020
par  Julie agenda

Aujourd’hui on sera au téléphone avec Samy de la CGT pour parler de la mobilisation des agents territoriaux à plaine commune
rdv en ce moment devant Plaine Commune pour une manifestation vers la mairie de Saint-Denis

Piste 1343

et on commence avec ces décrets passés presque inaperçus : 3 décrets publiés au journal officiel, le 4 décembre dernier et repérés par le site d’information NextInpact, qui étendent les possibilités de collecte d’informations de trois fichiers de police et de gendarmerie existants et qui prévoient que ces fichiers de police pourront désormais contenir légalement des données sur les opinions des personnes.
L’article R236-13 du code de la sécurité intérieure prévoit en effet désormais que « sont autorisés,(...) la collecte, la conservation et le traitement de données (...) relatives (...) à des opinions politiques, des convictions philosophiques, religieuses ou une appartenance syndicale ». Jusqu’ici, seules les activités — politiques, militantes, syndicales, religieuses — pouvaient être documentées dans les fichiers de police et de gendarmerie. Maintenant, les opinions suffisent.
En bref, les services pourront recueillir des informations sur l’opinion des personnes surveillées, leurs pseudonymes, leurs données de santé, etc...et les policiers, gendarmes, procureurs et agents pénitentiaires pourront accéder à ces données.
En clair, l’objectif du gouvernement est de muscler les fichiers du renseignement territorial et les enquêtes administratives pour permettre aux forces de l’ordre de « surveiller toute personne présentant une menace à l’ordre public – y compris évidemment les opposants politiques, les Gilets Jaunes, les écologistes …
Selon Nextinpact, deux des trois fichiers visés aujourd’hui contenaient plus de 40.000 fiches... Un chiffre qui devrait donc rapidement exploser avec ces décrets.

On poursuit avec cette info revendiquée dans un tract du syndicat UNSA Police, et publiée par Libération hier
Alors que Gérald Darmanin annonçait vouloir demander la ’révocation’ des quatre policiers mis en examen dans l’affaire Michel Zeckler, ils peuvent quand même compter sur le soutien financier de leur administration. En effet, le préfet de police de Paris, Didier Lallement, leur a octroyé le bénéfice de la protection fonctionnelle, autrement dit la prise en charge de leurs frais de justice revient à la collectivité publique...

on poursuit avec cet appel à dons lancé par l’association Autres Brésils pour l’achat et la distribution de paniers alimentaires au mouvement Mères de Mai au Brésil.
Regroupées en collectif de solidarité, les mères des enfants assassinés par l’État brésilien résistent malgré les intimidations et souhaitent faire la lumière sur ce qui s’est passé en interpellant les organismes internationaux.
L’argent récolté par l’Association Autres Brésils permettra de fournir des paniers de denrées alimentaires provenant de la production du Mouvement des Sans Terre.
Alors si vous voulez financer les luttes sociales au Brésil, et si vous en souhaitez en savoir plus sur la campagne lancée par l’association, rdv sur : https://www.autresbresils.net/Campagne-de-don-pour-les-Meres-de-mai

à 13h30, un Rassemblement est organisé devant le Tribunal de Paris pour soutenir CLAIRE, manifestante et militante CGT, qui a été arrêtée et placée en GAV lors de la manifestation de samedi dernier
pour la soutenir alors qu’elle passe en comparution immédiate, Rdv donc à 13h30 au tribunal de Paris (Porte de Clichy)

à 17h, le séminaire ”Environnement et Relations Internationales” organisé par le centre d’études et de recherches internationale de science po, se poursuit avec une séance virtuelle autour de Adrien Estève et de son ”Introduction à la théorie politique environnementale”, paru chez Armand Colin.
Depuis la fin du XIXe siècle, la planète connaît un bouleversement écologique sans précédent causé par l’activité humaine et cette crise majeure nous place dans une situation inédite, qui oblige à repenser l’action humaine et ses obligations.
Cet ouvrage propose un panorama des principales théories politiques et morales qui ont été élaborées pour faire face à cette nouvelle réalité : qu’il s’agisse d’éthique environnementale, de pensée catastrophiste, ou d’écologie radicale.
Pour en discuter avec Adrien Estève, en visio, il faut s’inscrire sur : https://www.sciencespo.fr/agenda/fr/civicrm/event/register?v=69643d323232352672657365743d31266374783d657874&id=2225&reset=1&ctx=ext

de 17h à 19h, le séminaire sur les « Luttes contre les surproductions et les surconsommations » organisé par l’Université du Québec à Montréal propose une séance virtuelle consacrée à : ’La lutte contre le gaspillage alimentaire au Québec : le cas de l’interface distribution au détail-consommation.’
De nombreux acteurs et institutions tentent de répondre à l’appel à la lutte contre le gaspillage alimentaire, dont notamment les gouvernements, les membres de la société civile et les acteurs économiques. Ainsi, diverses actions publiques ou politiques ont été mises en place dans plusieurs pays du monde au cours des dernières années afin de diminuer la génération de gaspillage alimentaire et d’en atténuer les impacts. Au Canada et au Québec, ces actions se déclinent sous forme de stratégies ou de « pistes de travail », alors que la Ville de Montréal se veut plus proactive. Elle a ainsi annoncé son intention d’instaurer un règlement visant à interdire le gaspillage alimentaire par les détaillants, en plus de tenir une consultation publique sur cette problématique à la demande des citoyens. Une telle loi s’inscrira probablement dans les interventions publiques sur l’enjeu du gaspillage alimentaire qui misent principalement sur la distribution au détail et la consommation, au détriment d’une approche plus systémique.
A travers ce séminaire, il s’agira de montrer la complexité des facteurs de gaspillage alimentaire à partir d’une recherche sur la production sociale du gaspillage alimentaire à l’interface distribution au détail-consommation et d’une réflexion sur les enjeux autour de « l’amalgame des luttes contre le gaspillage alimentaire et l’insécurité alimentaire ». 
Pour suivre Cette séance en visio-conférence sur Teams, il faut s’inscrire en envoyant un mail à :Muriel.Sacco@ulb.be 

De 17h à 19h, le centre de recherches et d’études féministes de Londres, propose une discussion en ligne, en anglais, autour du livre « L’avenir de la différence » de Sabine Hark & Paula-Irene Villa
Dans ce livre, les autrices confrontent et dissèquent avec des détails sociologiques et historiques la manière dont, dans l’Allemagne contemporaine, la montée de la droite, la croissance du parti AFD et l’émergence d’un nouveau bon sens conservateur, ont été réalisées grâce à l’adoption habile d’un vocabulaire féministe qui s’élève contre l’islam en particulier et qui célèbre les réalisations dites féministes au détriment de la diabolisation des masculinités migrantes.
Les autrices reviennent notamment sur les « événements » à la gare de Cologne au nouvel an 2013 et sa couverture médiatique comme un moment symbolique pour consolider un consensus populaire en déployant et en re-travaillant les anciens et les nouveaux stéréotypes raciaux.
Pour revenir sur cet ouvrage qui a été Publié pour la première fois en Allemagne en 2017, et qui avait alors donné lieu à de vifs débats, et en discuter avec Judith Butler,
Angela McRobbie et les autrices, rdv donc à 17h sur : https://www.facebook.com/events/2794815134132729/

à 18:00, de nombreuses organisations de défense des Droits humains, parmi lesquelles, Amnesty International, l’ACAT, la LDH, mais aussi BDS, l’ANKH Association, ou encore l’initiative franco-égyptiennes pour les droits et libertés et le collectif ni guerre ni état de guerre, organisent un rassemblement pour protester contre la venue du maréchal Sissi en France et exiger la libération des prisonniers politiques
depuis dimanche soir, Le gouvernement français déroule le tapis rouge pour le dictateur égyptien Aldelfattah al-Sissi, en visite officielle à Paris.
Bourreau de son propre peuple, parvenu à la tête de l’Etat à la suite d’un coup d’Etat militaire en 2013, le maréchal Sissi compte parmi les dirigeants les plus sanguinaires. Son régime se caractérise par les attaques contre les droits des femmes, contre les droits des personnes LGBTQI+, les attaques contre la liberté d’association, d’opinion, de réunion, de manifester, la corruption généralisée la torture généralisée, les disparitions forcées et la détention des opposants politiques, soit au moins 60.000 détenus politiques, selon les estimations minimales des organisations de défense des droits de l’homme. Cela n’empêche pas le gouvernement français et son complexe militaro-industriel de le recevoir en grande pompe. Il faut dire que l’Egypte de Sissi est un « bon client » de l’industrie des engins de mort « made in France ». C’en est même le tout premier client à l’export, avec les ventes d’avions Rafale, de navire de guerre, de blindés utilisés pour la répression à domicile (lors du terrible massacre de civils d’août 2013, par exemple) ou des menées extérieures, au Yémen notamment.
Alors à l’occasion de cette visite officielle, les organisations de défense des droits humains appellent à interpeler les autorités françaises sur le partenariat stratégique entretenu avec l’Égypte au nom de la lutte antiterroriste, alors même que l’Égypte se sert abusivement de la législation antiterroriste pour éradiquer le travail légitime en faveur des droits humains et supprimer toute dissidence pacifique dans le pays
et pour cela, elles organisent donc un rassemblement ce soir devant l’AN et le rdv est donné à 18h sur la place Edouard-Herriot, M° Assemblée Nationale

a partir d’aujourd’hui et jusqu’au 13 décembre, de 18h à 20h, le Bureau d’accueil et d’accompagnement des migrants organise une grande collecte de produits d’hygiène
Pour déposer vos dons, rdv donc de 18h à 20h jusqu’à dimanche, au ‌local‌ ‌du‌ ‌BAAM‌ ‌qui se trouve au ‌8‌ ‌rue‌ ‌du‌ ‌Chefdelaville,‌ dans le 13ème, métro Chevaleret ou BNF.

À 18h, le centre d’études et de recherches sur la Russie de l’université de NY organise un webinaire, en anglais sur la Biélorussie
S’appuyant sur les recherches actuelles et en cours, 3 politologues proposeront une perspective comparative des manifestations anti-régime en cours et ils discuteront de ce que ce mouvement de contestation pourrait signifier pour l’avenir politique de la Biélorussie mais aussi de la Russie et d’autres pays de la région.
Pour suivre ce webinaire, en anglais, rdv à 18h, heure française, sur : https://www.facebook.com/events/1552440008276217/

de 18:30 à 20:30, l’institut de recherches et d’études sur la méditerranée et le MO organise un webinaire sur la politique étrangère de Macron
pour en discuter avec les journalistes René Backmann et Marc Endeweld, il faut s’inscrire au préalable sur :
https://bit.ly/2Vdrs0t=AT1K1TFyAluMPMEuCV7BH-nbfSutJhP2m8TMugZwJ6vHBAkGLDAfNvRI4UFwvsr7Oft-POiLlHy4LNYY_XnJBEHlp2zCqme_WgGQreorGjYpQkPGVcZrTHDpwr3cCw5qHFoeXBat-g3c5d7w3SoL9UrV]
et si vous voulez juste suivre la conférence, rdv sur le lien Youtube : https://bit.ly/3m3odUU=AT1K1TFyAluMPMEuCV7BH-nbfSutJhP2m8TMugZwJ6vHBAkGLDAfNvRI4UFwvsr7Oft-POiLlHy4LNYY_XnJBEHlp2zCqme_WgGQreorGjYpQkPGVcZrTHDpwr3cCw5qHFoeXBat-g3c5d7w3SoL9UrV]

de 18:30 à 20:00, le Centre Arabe de Recherches et d’Etudes Politiques de Paris organise un Webinaire sur le Niqab, la subjectivité et la réislamisation autodidacte : dans quelle mesure le discours public engendre-t-il la radicalité
En France, le discours dominant parle à la place des femmes, notamment lorsqu’elles sont musulmanes et échappent à la norme. Ce webinaire est l’occasion d’entrer dans leur subjectivité afin de casser les préjugés devant un phénomène qui nous paraît irrationnel : le voilement du visage. Le processus des usagères du voile intégral se situe à l’opposé des projections intuitives du grand public. Suivre leur parcours met en évidence l’importance du phénomène de la réislamisation autodidacte et le rôle du discours public dans les processus de radicalisation. Tout comme les deux récents meurtriers qui ont tué au nom de l’islam, les femmes niqabées en France viennent de familles acculturées ou athées, et ont commencé à pratiquer l’islam à l’âge adulte en s’informant par leurs propres moyens. Depuis la loi d’interdiction de 2010, le niqab n’est plébiscité que par ces femmes « réislamisées » qui se forgent leur nouvelle identité musulmane non seulement via les réseaux sociaux, mais surtout en réaction aux chaînes d’information grand public qui délivrent une version caricaturale et anxiogène de l’islam.
Pour en discuter avec la sociologue et réalisatrice de documentaire, Agnès de Féo, qui vient de signer le livre ’Derrière le niqab, 10 ans d’enquête sur les femmes qui ont porté et enlevé le niqab chez Armand Colin, rdv à 18h30 sur : https://www.carep-paris.org/.../webinaire-25-niqab.../

à 19h, les réunions ouvertes de Globenet reprennent
Globenet, c’est une association militante, au service de la liberté d’expression, proposant des services internet et menant ses activités autour d’un positionnement précis : FAI associatif, fournisseur d’accès et d’hébergement internet ouvert au public, soucieux de la liberté d’expression et de communication.
A l’origine de Globenet, il y avait des structures et des acteurs associatifs qui souhaitaient intégrer à leurs projets l’utilisation des nouvelles technologies. Créée en 1995, Globenet est aujourd’hui une structure d’appui méthodologique et technique aux projets d’utilisation de l’Internet par le secteur associatif militant.
Pour les rencontrer, rdv donc à 19h ce soir au CICP 21 ter rue Voltaire, métro Rue des Boulets.

de 20:00 à 22:30, l’association de solidarité avec les femmes arabes, et le collectif afroféministe belge Mwanamkeorganisent une rencontre en ligne entre Rokhaya Diallo et Maboula Soumahoro sur les ’Antiracismes, les féminismes : les mots du contre-pouvoir.’
Personnes racisées, blanchité, privilège blanc, privilège masculin, mansplaining, male tears, études de genre, féminisme décolonial, intersectionnalité… Ce qui n’est pas nommé n’existe pas. L’irruption récente de ces notions dans les milieux militants et/ou universitaires permet de raconter, souvent très concrètement, ce qui restait de l’ordre de l’indicible. Et contribue à une salutaire mise à nu des rapports de domination, dans leurs trivialités les plus grossières.
Autant dire que l’usage de ces mots suscite de fortes résistances et de bruyantes condamnations de la part de celles et ceux qui se posent en garant·es de l’orthodoxie langagière et des valeurs qu’elle véhicule.
Ainsi, nommer les Blanc·hes serait raciste. Mais pas les Noir·es ou les Arabes dont l’existence en tant que catégories n’est pas à démontrer dans le langage courant. Ainsi, le mot racisé·e serait la dernière invention d’un antiracisme soudain devenu raciste.
Ces mots, donc, peuvent rebuter ou faire peur. Y compris dans les camps des militant·es de terrain. Marqueurs d’une certaine radicalité politique, ils sont parfois mal définis ou mal compris, et refusés par les personnes concernées elles-mêmes qui n’y voient qu’intellectualisme ou charabia militant. Raison de plus pour se pencher, ensemble, sur leur signification. Alors pour discuter de la langue comme champ de bataille avec Rokhaya Diallo et Maboula Soumahoro, rdv à 20h sur : https://www.facebook.com/events/481627732819082

À 20h30, l’Union communiste libertaire propose un débat en ligne intitulé : communistes libertaires, S’organiser, Pourquoi, Comment ?
Pour en débattre en ligne avec des militantes et militants de l’UCL et avec Guillaume Davranche auteur de 10 questions sur l’anarchisme, rdv à 20h30 sur la chaine Youtube : https://youtu.be/Ia_fsE54-oU
ou sur : https://mobilizon.fr/.../43cc36ce-366e-4892-bd44...

Les locaux de l’association Autremonde sont fermés, mais elle a mis en place des permanences itinérantes pour maintenir le lien social avec des personnes en situation de précarité, d’isolement et de migration
vous pouvez contacter l’assoc du lundi au vendredi, au 01.43.14.96.87
pour une question juridique, vous pouvez les contacter du mardi au vendredi de 10h à 19h au 07.66.66.04.39
et pour retrouver la permanence itinérante, le camion sera stationné de 21h à 23h dans la rue d’Alsace, près de la gare de l’Est

à 21h, L’Anticapitaliste propose une émission spéciale : des lois “sécurité globale” et “séparatisme” à la répression d’État, construire les mobilisations
Avec Omar Slaouti (FUIQP), Touté Inan (militante au côté des familles des victimes des violences policières), Ludivine Bantigny (historienne), et unE journaliste mobiliséE contre les lois liberticides
pour suivre l’émission en direct, rdv à 21h sur la page facebook de l’Anticapitaliste ou sur le lien vers Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=8kIjqRk1hbs=AT0DbyiSAed_TLmRKpjUMnHg7Lyu3g0LAfl0KBASnnYiu7-eqCjNLc_e9SxiiVXBfSP4gTotcg-LFgdJKnqmeHl8u7DG81jYLFEodC2fKS3roF34FlHQRg83Hy0vja27hZgzsbEacROfHomTQuVl5iP1]
Sur Facebook : https://facebook.com/3806961919354023=AZWqDVhbkxwasyaCHcSGlm-Z9ZoJEWrGcwiSDaH35A8rFs-x6B84mVoFlx0gt8-vuVnJ9eYgOCs956uGNI96RJjEzlEWbQJ_r4O0es1WIcNMzKvWNAp0iXKgy9HC9dGrX9g&__tn__=q]

à 21h, le Conseil national de la Nouvelle résistance organise sa réunion d’information publique hebdomadaire
pour découvrir le CNNR, en savoir plus sur les comités locaux et éventuellement en monter un, et discuter avec Samuel Churin, l’un des membres fondateurs du CNNR et porte-parole de la coordination intermittents/précaires, rdv donc à 21h sur : https://www.facebook.com/events/406325080519973/

demain matin, à 10h, Sud Solidaires Rail organise un rassemblement devant le siège de mobilités IDF pour défendre le service public des transports en IDF contre le dumping social et l’ouverture à la concurrence
le rdv est donné demain matin à 10h devant Île de France Mobilités. Qui se trouve au 39-41 rue de Châteaudun, dans le secteur de Saint-Lazare.

demain matin, de 10h à 12h, le séminaire ’Du Socialisme en Amérique’, se poursuit avec une séance virtuelle autour d’Alexia Blin qui reviendra sur un projet de traduction et d’édition des articles écrit par Karl Marx entre 1852 et 1861 pour le journal américain abolitionniste New York Daily Tribune.
Et pour suivre ce séminaire en visio, il faut s’inscrire en envoyant un mail à : m.douzou@univ-lyon2.fr

enfin demain matin, de 10h à 12h, la campagne internationale pour abolir les armes nucléaire, l’ICAN France, organise un webinaire intitulé ’Le désarmement conventionnel influence t-il le désarmement nucléaire ?’
La récente fin du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (qui visait à éliminer des missiles emportant aussi bien des charges nucléaires ou conventionnelles) a montré une nécessité de renforcer une voie européenne du désarmement (face à la Russie, la Chine, les Etats-Unis). Mais cette voie commune peut-elle exister au niveau du désarmement conventionnel et nucléaire ? Ou c’est l’unité face aux enjeux de désarmement classique qui peut permettre d’entrainer (une sorte d’étapes par étapes) une position plus forte et commune sur l’interdiction et l’élimination des armes nucléaires ? 
C’est à ces questions que tenteront de répondre : Aude-Emmanuelle Fleurant, chercheure au GRIP (Groupe de recherche sur la paix), et Oliver Meier est chercheur à Institute for Peace Research and Security Policy de Hambourg, il faut s’inscrire sur : https://zoom.us/webinar/register/WN_dkTCQ7d7SDaK2vBwghTtcw

rdv culturels

depuis 11h et jusqu’à 19h, la galerie Poggi propose l’exposition The Day of Blood proposée par l’artiste ukrainien Nikita Kadan
Pensé autour du mythe d’Attis, personnage antique, lui-même issu de mutations de matière et de désirs, l’expo the day of blood confronte des dessins au charbon, des sculptures et des photographies pour offrir une réflexion singulière sur la métamorphose et l’hybridation des genres.
En associant diverses époques historiques, mythes anciens et récits contemporains, approches politiques et personnelles, l’artiste crée une représentation mosaïque de l’état des choses dans sa perpétuelle liquidité.
Et pour découvrir cette expo, rdv donc aujourd’hui à la galerie Poggi qui se trouve au 2 rue beaubourg

depuis midi, le Festival de Cine Africano-FCAT organise un événement en ligne autour des visions anticoloniales, à l’occasion des 60 ans d’indépendances de nombreux pays africains
Pour de nombreux pays africains, les prochaines années marqueront six décennies d’indépendance vis-à-vis des anciennes puissances coloniales. Aujourd’hui, de nombreuses questions restent sans réponse à l’égard de l’histoire de ces nouveaux États africains. Le festival Cine-Africano propose donc un tour d’horizon sur les faits, l’histoire et les discours que la colonisation a imposés à l’ensemble du continent, à travers une sélection de films commentés par des spécialistes du cinéma et de l’histoire coloniale.
Pour y participer, rdv donc à 12h sur : us02web.zoom.us/webinar/register/WN_KjQAYBPuQQGzWcs92ouNtg

à 21h, le Festival Africolor et le Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis poursuivent en ligne le Festival Indépendances Chacha à occasion du soixantième anniversaire de l’indépendance de dix-sept pays d’Afrique
Au Congo, le célèbre morceau Indépendance Cha Cha, célébrait, le temps d’une danse, l’unité retrouvée et la liberté promise et très vite Toute l’Afrique francophone l’avait adopté. Ce spectacle, qui reprend ce titre incontournable, revient sur ces années de basculement, dans la tête et les mots des personnalités qui en furent les emblèmes et qu’on a appelés « pères de la Nation ». Le spectacle propose une visite dans les couloirs du temps, durant laquelle les spectateurs traversent une galerie dont les portraits s’animent en mots et en musique et pour aujourd’hui, le spectacle fera un tour par le Congo avec le portrait de Patrice Lumumba, devenu emblématique des espoirs déçus et confisqués par le jeu des impérialismes.
Pour suivre le spectacle en ligne, rdv tous les mardis jusqu’au 15 décembre, à partir de 21h, sur le site [www.africolor.com]

à partir de 21h, la maison de la Culture du 93 propose une rencontre croisée en ligne, autour de l’historien Patrick Boucheron et du chorégraphe Boris Charmatz, sur le thème des figures historiques du 21ème siècle.
Alors qu’en septembre dernier, le chorégraphe Boris Charmatz a proposé la représentation à la maison de la culture du 93, de La Ruée, une performance collective inspirée du livre Histoire mondiale de la France de Patrick Boucheron, il revient cette fois pour une discussion croisée avec l’historien autour des figures historiques du 21eme siècle et de l’incarnation de l’Histoire en corps.
Si vous voulez suivre la discussion en ligne, en direct, rdv à 21h sur le site de la maison de la culture du 93 : www.mc93.com

Musique : La secte phonétique

Piste 1343

Documents joints

Aujourdhui on sera au téléphone avec Samy de la (...)