Agenda des luttes 23 novembre

lundi 23 novembre 2020
par  Julie agenda

Et aujourd’hui on sera au téléphone avec Clara de la Commission mobilisation du collectif Facs et labos en lutte, pour parler de la mobilisation dans l’enseignement supérieur et la recherche qui ne faiblit pas avec le passage en force de la loi de programmation de la recherche
Rdv donc ce soir, de 18h00 à 21h00 pour la Réunion numérique nationale
Pour préparer la rencontre, il faut compléter ce formulaire :[https://framaforms.org/rencontre-nationale-contre-la-lpr...-]
Pour avoir le lien zoom actualisé, voir ici : [https://universiteouverte.org/.../contre-la-lpr-et-la.../-]
Plus d’informations sur la LPR : [https://universiteouverte.org/.../tou%c2%b7tes-a-la.../-]
Et demain : rdv à 14h00 pour le rassemblement à Jussieu
Le rassemblement a été déposé en Préfecture et une attestation de déplacement dérogatoire est disponible, pour nous réunir sans craindre l’amende :[https://universiteouvertedotorg.files.wordpress.com/...-]
et une plateforme participative de revendications de l’ESR baptisée ContribUniv a été mise en place
rdv sur : [https://cartodebat.fr/contribuniv]

AGENDA 2020.11.23

et on commence avec cet Appel à la solidarité internationale lancé hier, par Le Collectif Mémoire Contre l’Impunité pour soutenir les mobilisations contre le coup d’État au Pérou
Le Collectif Mémoire Contre l’Impunité (ou la Coordinadora Memoria Contra la Impunidad – Francia), a été créé à la suite de la grâce présidentielle accordée au dictateur Alberto Fujimori en 2017.
Le 9 novembre dernier, au milieu d’une crise sanitaire, économique et sociale le Parlement péruvien a voté la destitution du président Martín Vizcarra pour “incapacité morale permanente”. Il a été remplacé par Manuel Merino, jusqu’alors président de la Chambre législative. Sur les 105 parlementaires qui ont voté la destitution, la plupart font l’objet de procédures judiciaires pour corruption. Ces 105 votes s’expliquent par des intérêts particuliers représentatifs d’une politique néolibérale et corrompue, menée de longue date, aux dépens du peuple péruvien. Sous couvert d’un “acte démocratique” se cachait un coup d’État. Cependant, si la mobilisation sans relâche a réussi à faire démissionner Merino en moins d’une semaine, le Parlement n’a cessé d’instrumentaliser la conjoncture pour se disputer la part du gâteau. Un nouveau président et conseil viennent d’être élus par les parlementaires après de multiples négociations. Bien que ne faisant pas partie de la coalition putschiste, ce regroupement incarne un pacte politique qui ne remet pas en question le système actuel ni le modèle capitaliste ayant mené les péruvien.ne.s dans les rues.
Composé dans sa majorité des représentant.e.s les plus emblématiques du conservatisme politique, les membres du Parlement n’ont cessé de s’opposer aux luttes pour les droits en matière d’égalité de genre, d’égalité sociale et contre les discriminations.
C’est pour cette raison que le collectif rejette cette classe politique néolibérale et servile qui au milieu d’une pandémie tragique ne fait que s’affronter pour prendre le pouvoir. Le collectif se déclare en insurrection et fait appel à la solidarité internationale pour demander :
1) La suppression de l’immunité parlementaire 
2) Une assemblée constituante populaire pour une nouvelle constitution
3) La suppression de la loi 32023 et la modification du décret 1186 permettant l’usage abusif de la force de la part des agents de l’État ainsi que leur impunité.
4) Justice et réparation pour les victimes de la répression policière et de l’État
Le collectif Mémoire Contre l’Impunité appelle donc toutes les organisations syndicales, associatives et politiques à se joindre à cet appel, et si vous voulez le faire, vous pouvez envoyer un mail à : coord.memoriacontraimpunidadfr@gmail.com

On poursuit avec cette tribune publiée samedi sur Mediapart, et signée par des personnalités politiques, intellectuelles et syndicales, pour dénoncer L’ACHARNEMENT CONTRE JEAN-MARC ROUILLAN !
Depuis le 9 juillet dernier, Jean-Marc Rouillan est en détention à domicile. Il accomplit actuellement une peine de huit mois fermes pour « apologie de terrorisme ».
Alors qu’il ne lui reste que quelques semaines avant de terminer sa condamnation, le Parquet anti-terroriste demande son incarcération en milieu fermé. La décision définitive sera prise par le tribunal de l’application des peines en audience, au tribunal d’Auch, mercredi prochain, dans un climat de surenchère répressive encouragé et exercé par le gouvernement.
Le Parquet justifie sa demande sur la base de deux incidents techniques du bracelet électronique. Le premier, le 18 août, est le résultat d’un choc involontaire ; le second, le 24 octobre, est dû à un décrochage du bracelet. À chaque fois, l’administration pénitentiaire a constaté la présence du détenu à son domicile et a pu communiquer avec lui. Il n’y a jamais eu de rupture de la détention.
Il faut signaler que durant cette peine, le détenu n’a bénéficié d’aucune permission – professionnelle ou familiale – ni d’aucun jour de réduction de peine.
Aujourd’hui, la demande du Parquet relève donc clairement de l’acharnement. Un acharnement que Jean-Marc Rouillan connaît bien : puisque l’État n’a de cesse de prendre tous les prétextes pour l’isoler, le fragiliser et relancer incessamment la détention.
Jean-Marc Rouillan souffre d’une maladie auto-immune orpheline grave qui affaiblit son système immunitaire. L’envoyer en pleine épidémie dans un lieu fermé particulièrement pathogène est une réelle mise en danger.
Aussi, les signataires de cette tribune demandent au tribunal de l’application des peines de maintenir la mesure de détention à domicile jusqu’à la fin de sa peine.
Si vous vouez lire la tribune intégrale et consulter la liste des signataires, rdv sur : https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/201120/non-lacharnement-contre-jean-marc-rouillan
Si vous voulez signer cet appel, vous pouvez envoyer un mail à : stop-acharnement@protonmail.com

Cette semaine, les gazier•es parisien•nes de GRDF font monter la pression
Après une occupation du siège régional d’Île-de-France, pour revendiquer des augmentations de salaire, les gazier•es parisien•nes sont allé•es interpeller le directeur général de GRDF au siège national. Absent pour cause de télétravail, son adjoint a seriné la même rengaine aux grévistes, sous le contrôle de la police.
Alors Les agent•es appellent tou•es les gazier•es à entrer en grève pour réclamer :

  • 196 euros bruts par mois et par agent ;
  • la prime Covid pour l’intégralité du personnel ;
  • et l’arrêt du démantèlement du service public du gaz.

de 15:00 à 17:00, la plateforme indépendante de mobilisation citoyenne Make.org présente le résultat de ses 3 années de consultation auprès des associations et institutions sur le thème de la lutte contre les Violences faites aux femmes
Depuis le 25 novembre 2017, la plateforme citoyenne a lancé une grande consultation qui a mobilisé 400 000 participants et a généré 4 300 propositions et 1,25 million de votes. Et à partir de ces résultats, la plateforme a organisé des ateliers pratiques avec les associations pour envisager des actions concrètes à partir des propositions citoyennes qui ont émergées de la consultation.
Aujourd’hui, à l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, la plateforme présentera donc ses résultats avec plusieurs associations de lutte contre les violences faites au femmes, parmi lesquelles les Chiennes de garde ou encore France Victimes
pour en débattre, rdv donc à partir de 15h sur : https://www.facebook.com/events/296512374676997/

de 17h à 19h, le séminaire sur les Mobilités et les reconfigurations des sociétés dans les Mondes russe, caucasien, centre-asiatique et centre-européen, organisé par l’EHESS propose une séance virtuelle autour de Denis Eckert qui reviendra sur Les étudiants étrangers dans les universités ukrainiennes aujourd’hui : et proposera d’analyser leur circulation internationale par une approche régionalisée
pour suivre ce séminaire, il faut s’inscrire sur : https://listsem.ehess.fr/

Dans le cadre du Festisol, festival de la solidarité internationale, l’assemblée européenne des Citoyens organise, de 18h à 20h, un débat en ligne, sur Le Haut-Karabagh après le cessez-le feu : quelle paix juste et durable dans la région ?
La reprise de la guerre le 27 septembre dernier a fait des milliers de morts avant qu’un cessez-le-feu imposé le 10 novembre, par la Russie aux belligérants azerbaïdjanais et arméniens ne mette fin (en tout cas pour le moment) aux hostilités. Cet accord entérine la défaite de l’Arménie qui doit évacuer ce qu’elle contrôlait encore des sept districts azerbaïdjanais occupés après la guerre de 1988-94, les avancées des Azerbaïdjanais au sud du Nagorno-Karabakh/Artsakh y compris la prise de la ville symbole de Chouchi/a, le reste du territoire du Nagorno-Karabakh étant de facto sous protectorat russe.
Pourquoi, dans un conflit « gelé » depuis 30 ans, les négociations ont-elles échoué ? Comment, alors que la guerre semblait inévitable depuis 2016 l’Arménie, malgré sa « révolution de velours démocratique » de 2018, n’était-elle pas en mesure de faire face, ni diplomatiquement, ni militairement ? Quel a été au juste le rôle de la Turquie et de la Russie, tandis qu’Américains et Européens étaient totalement hors-jeu ? Que va-t-il se passer maintenant ? En Arménie où le régime de Nikol Pachinian issu de 2018 est menacé, Et en Azerbaïdjan où le pouvoir d’Ilham Aliyev parait plus fort que jamais.
Pendant ce conflit, comme pendant le précédent, si les discours nationalistes et de haine ont été dominants (en Azerbaïdjan, en Arménie, en Turquie, et dans les diasporas), des voix se sont élevées contre la logique de guerres. Que signifient-elles, et quels rôles ces artisans de paix peuvent-ils jouer demain pour qu’une paix juste et durable puisse prévaloir dans la région ?
Pour en débattre avec l’AEC, rdv donc à 18h sur : https://www.helloasso.com/associations/cicp/evenements/le-haut-karabagh-apres-le-cessez-le-feu-quelle-paix-juste-et-durable

de 18:00 à 20:00, le Collectif Culture Bar Bars qui lancé les États Généraux du droit à la fête propose un débat en ligne autour de L’importance sociale des bistrots, cafés et restaurants dans les quartiers
Pour en discuter avec le collectif Bar bars et le journaliste Eric Fauguet, rdv donc à l’heure de l’apéro sur :
https://www.facebook.com/events/1761146444044495/

À partir de 18:00, l’Institut historique allemand, l’American University of Paris, La Boite à histoire, le Musée national de l’Éducation, Science Po Bordeaux et l’Université franco-allemande poursuivent leur cycle autour de l’histoire de l’éducation à la citoyenneté avec une table-ronde virtuelle intitulée : Peut-on apprendre la démocratie ? Perspectives transnationales, XIXe-XXIe siècles
En donnant la parole à des chercheurs et au public, cette table-ronde partira de moments critiques de l’histoire de l’éducation à la citoyenneté pour discuter des tensions inhérentes à ce projet : quelle éducation pour quel modèle de démocratie ? Est-ce possible de faire valoir des valeurs « démocratiques » ou « républicaines » sans les prescrire ? Quelles tensions peuvent exister entre les différentes échelles de la citoyenneté (local, étatique, globale ?) Quels types de relations entretiennent les différents acteurs de l’éducation à la citoyenneté (institutions scolaires étatiques, associations locales, nationales ou internationales, institutions internationales…) ?
Pour en débattre avec les politologues avec Olivier Chaïbi, Yves Déloye et les sociologues Caroline Fayolle, Charles Heimberg (université de Genève), et Sonja Levsen (université de Fribourg), il faut s’inscrire sur : https://survey3.gwdg.de/index.php?r=survey/index&sid=768387&lang=en

à partir de 18h aussi, la Casa Árabe propose une table-ronde virtuelle, en anglais et en espagnol, sur Les États-Unis au Moyen-Orient et en Afrique du Nord après l’élection présidentielle américaine
L’ère Trump touche à sa fin et avec elle s’achève une façon d’exercer le pouvoir. Alors qu’une nouvelle équipe se prépare à arriver à la Maison Blanche en janvier 2021, la transition ne semble pas évidente et de nombreuses questions se posent sur les lignes directrices qui guideront la politique du président élu Joe Biden à l’égard des pays du MO et d’Afrique du Nord, et sur la marge de manœuvre dont il disposera.
Pour discuter de l’héritage de Donald Trump au Moyen-Orient et au Maghreb et des changements que la prochaine administration Biden pourrait apporter, avec :
Rami Khouri, de l’Université américaine de Beyrouth, Intissar Fakir, rédacteur en chef du bulletin Sada du Carnegie Endowment for International Peace,et Ali Fathollah-Nejad, chercheur au Centre Afrique-Moyen-Orient (AMEC), rdv donc à partir de 18h sur : https://www.facebook.com/events/212679156959209/

de 18h30 à 21h, l’institut montsouris poursuit son séminaire DE PSYCHIATRIE DE L’ENFANT ET DE L’ADOLESCENT·E avec une séance virtuelle consacrée à la Psychopathologie de l’adolescent·e et aux sciences sociales
Dans sa pratique quotidienne le/la clinicien·ne n’a de cesse d’être aux prises avec des questions d’ordre social, culturel ou bien politique, auxquelles les sciences humaines et sociales, depuis les travaux pionniers de Goffman, Castel et Foucault, offrent des pistes de réponse. Il faut alors d’abord comprendre quelle place tient la psychiatrie dans le champ de la santé mentale et dans celui du médico-social, sur les scènes publiques et médiatiques, pour saisir le rôle social – et, plus largement, politique – qui lui est assigné.
Le clinicien ou la clinicienne est également confronté·e aux difficultés relatives à la définition même de son objet d’intervention : le trouble mental est indissociablement biologique, psychologique et socio-culturel. Or cette dernière dimension reste la plus méconnue et la moins discutée parmi les clinicien·ne·s. Mobiliser les sciences sociales permettra d’en éclairer certains aspects.
Il s’agira, dans ce séminaire, de discuter de travaux issus des sciences sociales, telles que l’anthropologie, l’histoire ou la sociologie, pour penser la clinique psychiatrique auprès des adolescent·e·s. Deux prismes seront privilégiés. Le séminaire mettra d’abord en évidence l’inscription des troubles adolescents dans la dynamique sociale actuelle, en insistant sur l’intrication des dimensions individuelles et collectives à l’œuvre dans la genèse et l’évolution des troubles. Il s’agira ensuite de cerner la place de la psychiatrie auprès des adolescent·e·s dans la société actuelle ; en particulier de discuter de la portée sociale et politique des missions confiées à la psychiatrie, dans une perspective critique. Toute prise en charge psychiatrique à l’adolescence s’opère en effet à la frontière du social, du juridique et de l’éducatif, et s’articule à des enjeux éthiques et politiques plus larges.
Et si vous voulez suivre ce séminaire, rdv sur : https://mail.google.com/mail/u/0/ ?pli=1#search/23+novembre/FMfcgxwKjBRGVbwbFhQCgHWQThmssSnM?projector=1&messagePartId=0.1.1

de 19:30à 21:00, Résistance Climatique et La base vous proposent de mieux Comprendre les ordres de grandeur de la rupture nécessaire avec le jeu ’Inventons nos vies bas carbone’
Partant du constat que très peu de personnes connaissent les ordres de grandeur de l’empreinte carbone actuelle d’un·e français·e moyen·ne, et encore moins les efforts à fournir pour respecter l’accord de Paris et limiter le réchauffement global d’ici 2100, l’équipe de Résistance Climatique a développé un outil pédagogique pour rendre ces informations claires et visuelles.
Le but est de créer une prise de conscience forte et de donner envie d’agir pour changer son quotidien.
Et si vous voulez en savoir plus sur cet outil et participer à cette présentation proposée par l’équipe de Résistance Climatique, rdv donc à 19h30 sur : https://mobilizon.fr/.../9d05a192-f878-444d-b047...

à 20:00, l’association Bi’Cause propose une bi’causerie en ligne autour des Actupiennes, qui lutte contre le VIH
pour en discuter avec l’association les Actupiennes, rdv donc à 20h sur : https://discord.com/invite/Hj4T4S9

à partir de 20h, Ivry Actu propose un décryptage en ligne de la réforme de l’assurance chômage avec Corinne Siergé et Philippe Villechalane de l’Association Pour l’Emploi, l’Information et la Solidarité des chômeurs et travailleurs précaires (APEIS) et Pierre Garnodier de la CGT
Pour en discuter en ligne avec eux, rdv donc à partir de 20h sur : https://www.facebook.com/events/191008299166218/

aujourd’hui jusqu’à 20h et demain, à partir de 9h, le centre européen de sociologie et de sciences politiques organise deux journées d’étude, en ligne, consacrée à la budgétisation participative : une participation sans démocratie en 2020 ?
Avec au programme aujourd’hui, des discussions sur : la Justice sociale et les ambitions démocratiques, avec une conférence sur les Comportements participatifs inattendus et leurs conséquences ou comment la budgétisation participative a promu la justice sociale à Séoul, en Corée du Sud, une conférence sur Les budgets participatifs en régime autoritaire et leurs effets démocratiques, à partir de l’étude de cas de la Chine ; et des discussions sur le Brésil, 30 ans plus tard, que reste-t-il des budgets participatifs ? »
et demain matin : les discussions porteront sur les effets de la budgétisation participative sur l’administration avec une conf sur : Comment gérer et réinventer la budgétisation participative à l’ère COVID et post-COVID, à partir de l’étude de cas du Portugal.
Pour suivre ces journées d’études sur la budgétisation participative et la démocratie, rdv donc aujourd’hui jusqu’à 20h et demain matin à partir de 9h sur :https://budpart.hypotheses.org/116

à 2h du mat, Le centre de santé indien de la vallée de Santa Clara organise une rencontre en ligne, en anglais, pour rendre hommage aux femmes autochtones disparues
et pour y participer, il faut envoyer un mail à : mmosqueda@ihcscv.org

Le personnel de la BNF qui s’est réuni en AG jeudi dernier a voté la grève à la BNF qui devait rouvrir ses portes au public à partir de demain.
Face à cette réouverture prévue dans un contexte sanitaire toujours tendu, les personnels et organisations syndicales ont donc voté une grève de 3 jours qui prend effet à compter de demain donc !

Enfin, les agents territoriaux de la ville de Saint-Denis poursuivent leur grève lancée le 2 octobre dernier pour protester contre la réforme de leurs primes et de leur temps de travail imposée par le maire socialiste, Monsieur Hannotin
et demain matin, à partir de 11h ils organisent un rassemblement devant la mairie de St-Denis, alors si vous voulez les soutenir rdv à 11h devant la mairie, métro St-Denis Basilique
et pour les soutenir financièrement, ils ont ouvert une caisse de grève :https://www.papayoux-solidarite.com/.../caisse-de-greve..
vous pouvez aussi envoyer un chèque libellé à l’ordre de : ’ SUD CT 93 qui reverse à part égales aux grévistes syndiqué.es ou non syndiqué.es
et il faut envoyer le chèque à SUD CT 93, bourse du travail de St Denis
9 rue Génin 93200 St Denis

INFOS ET RDV CULTURELS
Et cet appel à souscription d’abord lancé par la Revue la Déferlante pour la sortie de son premier numéro, prévu en mars prochain :
la Revue La déferlante, c’est une revue trimestrielle pour comprendre et penser la révolution féministe en cours. 160 pages pour démocratiser les savoirs universitaires et militants et déconstruire le patriarcat. 
Dans ce premier numéro, vous pourrez lire un texte inédit d’Alice Zeniter, des chroniques signées Mélusine, Martin Page et Kaoutar Harchi, un article de Manon Garcia , un entretien avec Amandine Gay, un dialogue entre l’écrivaine Annie Ernaux et la réalisatrice Celine Sciamma, une plongée dans les paroles lumineuses de la poétesse afro-américaine Audre Lorde, et un dossier spécial consacré à la naissance, qu’il s’agisse d’une naissance sous X, de celle d’une femme transgenre ou encore de celle d’une revue.
Et si vous voulez précommander le premier numéro de la revue, rdv sur : https://www.kisskissbankbank.com/.../revue-la-deferlante.

c’est aujourd’hui que L’1consolable et Nada sortent leur dernier EP Capital Advisory !
Délivrant un rap aux flows percutants sur fond de beats boombap et de samples issus tant de la soul des 70’s que de la funk africaine ou de la musique traditionnelle juive, Capital Advisory, c’est un avertissement adressé au Capital, qui dit quelque chose comme : nous ne serons pas les prochains. Ni à nous laisser marcher dessus par les grands de ce monde, ni les prochaines ressources humaines servant à valoriser leur Capital.
Dans ces 6 titres : les rappeurs reviennent sur le rapport compliqué à l’autorité, le ras-le-bol général et l’envie de désertion, les effondrements et l’émergence d’un véritable « continent » de plastique dans l’océan pacifique.
Pour commander le CD en Édition Limitée rdv sur : https://l1consolable.bandcamp.com/album/capital-advisory-2
Et vous pouvez aussi dores et déjà précommander le morceau collectif ’13’12 contre les violences policières’ auquel l’1consolable a aussi participé et qui sortira le 13 décembre à 13h12, et pour le précommander, rdv sur : https://www.helloasso.com/.../soutien-au-lancement-du...

Rachida Brahim vient de signer, La race tue deux fois, aux éditions Syllepse
De la grande vague de violence de 1973 dans le sud de la France aux crimes policiers des années 1990 en passant par les crimes racistes jalonnant les années 1980, cet ouvrage, issu d’une base de données de plus de 700 cas, invite à prendre la mesure de cette histoire à l’heure où le racisme institutionnel et l’action de la police continuent chaque année à être à l’origine de nombreux morts.

Musique : Rafa Rafuagi - Rap por Justiça a Joao Alberto

AGENDA 2020.11.23

Documents joints

Et aujourd'hui on sera au téléphone avec Clara (...)